Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 23:33

Cet article est paru dans le journal Le Monde le 10 janvier 2012 et a été écrit par le Groupe de réflexion sur l'obésité et le surpoids (GROS).

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/01/10/l-e-regime-dukan-est-une-imposture_1627854_3232.html

Merci à Sylvie pour l'info.

 

dukan-imposture.jpg

 

Le docteur Pierre Dukan, fort de ses best-sellers, considère que le niveau de ses ventes tient lieu de preuve scientifique de l'efficacité et de l'innocuité de ses méthodes amaigrissantes. Aussi enjoint-il, dans une vaste campagne en direction des médecins, de prescrire à tout-va le "régime Dukan".

Les études scientifiques démontrant l'inefficacité sur le moyen et le long terme des diètes protéinées ? Les études montrant les effets délétères des régimes amaigrissants, qui engendrent ou aggravent les troubles du comportement alimentaire, qui entraînent dépression et perte de l'estime de soi ? Le rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de 2010, qui fait une synthèse de l'état des connaissances en ce qui concerne l'efficacité et la dangerosité des régimes amaigrissants ? Ce ne sont là que les avis d'esprits chagrins, qui n'auraient rien compris au "régime Dukan".

Silence assourdissant

La méthode Dukan est assurément un succès. Un succès sur le plan des ventes de livres, un succès médiatique. Mais cela ne nous paraît pas suffire pour la validerscientifiquement et permettre à son auteur de recruter des adeptes au sein du monde médical. Il nous semble donc que c'est peu demander d'exiger des autorités médicales qu'elles ne cautionnent pas de telles méthodes. Or, leur silence assourdissant ne constitue-t-il pas une forme d'approbation ?

Le problème, avec les régimes amaigrissants, se situe dans l'hiatus entre les résultats à court terme et ceux à moyen et à long terme. Une perte de poids rapide ne signifie pas que la méthode soit recommandable aux personnes en difficulté avec leur poids et leur comportement alimentaire. Car, en tant que médecins, ce qui doit nous préoccuper au premier chef, c'est l'évolution du poids et sa stabilité sur le long terme.

Les connaissances en matière de génétique et d'épigénétique de l'obésité, de régulation de la masse grasse et de contrôle du comportement alimentaire ont considérablement avancé ces dernières décennies. On sait que les mécanismes neurophysiologiques de contrôle de la prise alimentaire sont ainsi faits que les pertes de poids brutales sont ensuite compensées par des frénésies alimentaires, des boulimies, incontrôlables dans l'immense majorité de cas, et qui conduisent àreprendre le poids perdu, souvent avec un supplément.

L'obésité est plus que jamais assimilée à la laideur et à une carence de la volonté. Ceux qui sont gros le sont par leur faute et deviennent de mauvais citoyens, des délinquants alimentaires et des laissés-pour-compte. Ajoutons à cela la nécessité impérative d'apparaître belle, beau, jeune, tout de suite, la préférence donnée au court terme, et nous obtenons le franc succès de la méthode Dukan.

En tant que médecins et professionnels de santé, nous demandons que le corps médical, par l'intermédiaire des instances qui le représentent, prenne une position claire face aux bonimenteurs. Car qui ne dit mot consent.

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Régime - attention danger!
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 16:02

Cet article est tiré de l'express.fr

http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/regime-dukan-un-livre-ne-remplacera-jamais-un-nutritionniste_998411.html

 

Selon une récente enquête* sur l'évolution du poids après le régime Dukan, réalisée sur un échantillon de près de 5000 internautes, 80 % des personnes ont repris leur poids de départ trois ans après le début du régime. Le Dr Dominique-Adèle Cassuto, endocrinologue nutritionniste à l'hôpital Pitié-Salpétrière à Paris, commente.

Quelle est la différence d'approche entre la méthode Dukan et votre travail quotidien de nutritionniste?

Echanger sur Internet, remplir un formulaire ou encore lire un livre ne remplaceront jamais un entretien médical avec un spécialiste nutritionniste. Pierre Dukan laisse entendre que ses recommandations peuvent s'appliquer d'une façon uniforme à l'ensemble des patients. Un nutritionniste, lui, partira d'abord du bilan de santé de son patient. Et il posera des questions:maigrir est-il l'objectif prioritaire? Est-ce le bon moment de maigrir? D'autres paramètres médicaux ou psychologiques ne doivent-ils pas être traités? Il m'est arrivé maintes fois de ne pas prescrire de régime à des patients, car je considérais que leur priorité passait par l'amélioration préalable de leur état de santé ou par la recherche d'un meilleur équilibre psychologique. J'ai envoyé des patients faire du yoga, alors qu'ils étaient venus pour se lancer dans un régime! 

Y a-t-il de bons ou de mauvais aliments pour maigrir?

Le lecteur pourrait le penser en lisant la méthode Dukan, car elle met en avant des aliments favorables et des aliments défavorables à la perte de poids. Il risque alors de développer une fixation sur certains aliments, qu'il peut consommer à volonté lorsqu'ils sont bénéfiques ou, au contraire, qu'il peut s'interdire totalement s'ils sont nuisibles. Cela peut déboucher sur des troubles induits et une distorsion de la perception du comportement alimentaire. Je considère pour ma part qu'il n'y a pas de bons ou de mauvais aliments en soi. C'est pourquoi j'incite le patient à modifier son comportement alimentaire, intégrant l'ensemble des aliments, en quantité raisonnable. 

Quels sont, selon vous, les effets négatifs majeurs et les principaux risques pour la santé lorsqu'on suit le régime Dukan?

A court terme, s'il s'agit de se débarrasser de quelques kilos dans une période de moins de trois semaines, le régime Dukan - comme la plupart des régimes - ne présente pas de risques importants. D'ailleurs, la base des régimes hyper-protéinés, qui sont connus depuis longtemps, est intéressante et rationnelle:les protéines rassasient plus vite, elles nécessitent plus d'énergie pour transformer les aliments en glucose. Mais, dès lors qu'il est pratiqué sur un laps de temps long (des mois, voire des années), les risques de carences, de troubles digestifs ou de dysfonctionnement rénal s'accentuent.  

Le régime Dukan est prescrit, de manière assez uniforme, à la femme qui veut perdre quelques kilos avant l'été et à l'obèse chronique qui cherche désespérément à maigrir de plusieurs dizaines de kilos. Ont-ils les mêmes chances de réussite?

Certains nutritionnistes ont mis en avant des aberrations du régime Dukan pour la femme enceinte et des risques pour le foetus. Par exemple, en raison des taux élevés de mercure, les poissons gras, surconsommés dans le régime Dukan, présentent ces risques évidents. En outre, dans mon cabinet, je reçois beaucoup d'enfants et d'adolescents. Les jeunes filles, notamment, ont souvent tendance à se trouver - à tort - trop rondes et, pour peu que leur père ait suivi le régime Dukan, elles n'hésitent pas à s'engager dans la même voie. Les risques sont alors accrus pour elles et le comportement alimentaire devient décalé par rapport à leurs besoins. Par ailleurs, les parents ont la responsabilité de rendre accessibles - ou non - aux enfants, certains produits trop riches en sucres ou en graisses. Enfin, il faut se rappeler que chaque personne a des dispositions spécifiques vis-à-vis de la capacité à stocker des graisses (donc à grossir). Encore une fois, chaque individu réagit différemment d'un autre. Cela est valable pour les adultes, mais aussi et surtout pour les enfants et les adolescents, dont les besoins alimentaires sont essentiels à leur croissance. Par ailleurs, certains troubles du comportement alimentaire induits par l'interdiction de certaines denrées pendant le régime peuvent survenir: compulsions ou crises de boulimies secondaires chez certaines personnes fragiles. 

Qu'en est-il des aspects psychologiques de la personne qui suit le régime?

L'étude réalisée sur Internet met également bien en évidence les implications, sur le plan psychologique, d'un échec de l'amaigrissement à terme. Une proportion importante des personnes qui ont regrossi après le régime considère en effet qu'elles en sont les principales responsables. De ce fait, elles développent des sentiments de culpabilité, qui peut déboucher sur des angoisses et des dépressions.  

Finalement, comment expliquez-vous que le régime Dukan, en France ou ailleurs, s'il ne marche pas, ait aujourd'hui encore un tel succès?

Le régime Dukan débarque aux Etats-Unis, le pays de l'obésité. Le livre " The Dukan Diet " est déjà un best-seller et le phénomène risque de se confirmer. Le régime " marche " pour une quantité réelle de lecteurs de la méthode Dukan (20% n'ont pas regrossi trois ans après le régime). La personne qui veut maigrir se dit:" Pourquoi pas moi?". Surtout que les résultats sont rapides et visibles à court terme. En fait, les problèmes apparaissent après le régime et c'est à ce moment que les patients viennent me voir. Les dégâts sont parfois difficiles à traiter. C'est en effet après une reprise de poids liée à l'échec d'un régime que la rééduction alimentaire commence, alors que je la débute tout de suite avec le patient qui vient me voir directement. 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Régime - attention danger!
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 10:42

Soleil, plage... et régimes. Chaque été, nous sommes confrontés à une déferlante de recettes pour maigrir. Attention, certaines risquent d'aggraver les problèmes de poids, explique le Dr Rothiot, de l'hôpital Victor-Provo de Roubaix.

 

228200_2061029485942_1250831310_32444890_5993379_n.jpg

 

L'été approche, nombreuses sont les personnes qui se demandent soudain comment perdre des kilos. Est-ce le bon moment pour faire un régime ?

>> Non, car il n'y a pas de bon moment pour faire un régime. J'irais plus loin, faire un régime au sens restrictif du terme ne peut conduire qu'à des carences, voire des troubles alimentaires. C'est une fausse réponse à ce qui est parfois un vrai problème, mais qui peut aussi être un faux problème. Pour combattre des hanches, ou un ventre qui ne les satisfont pas, des jeunes filles vont perturber leur rapport à l'alimentation ! Même quand on est obèse, faire un régime peut dérégler le corps par des restrictions alimentaires.



Que faire quand on a un réel problème de poids ?
>> Les causes sont souvent plus complexes qu'on ne le croit : ça peut venir de notre façon de vivre, de notre rapport à la nourriture, de notre environnement familial. Ça peut être psychologique - la nourriture sert alors à calmer nos angoisses - ou génétique. Face à l'idéal minceur de notre société, des personnes vont faire un régime plutôt que de s'attaquer à ces causes. Résultat ; une jeune fille de 18 ans, qui pèse 80 kilos, va commencer un régime. Elle va perdre 10 kilos, puis va faire le « yoyo » toute sa vie, avec des variations importantes, des périodes où elle va reprendre du poids...

 

Que pensez-vous des régimes Dukan et Cohen dont on parle beaucoup ?
>> Ces régimes créent des troubles du comportement alimentaire, peuvent engendrer une prise de poids et une estime de soi dégradée : si vous réussissez, c'est grâce à « M. Dupont », et si vous ratez, vous le ressentez comme un échec. Que l'on diminue les lipides, les protéines, ou les glucides, la perte de poids sera identique, l'important c'est les calories. On prend du poids si notre apport calorique est plus grand que notre dépense calorique. C'est tout.



Un traitement efficace contre l'obésité, ça existe ?
>> Il faut apprendre à manger en fonction de son besoin calorique. On réapprend aux patients à s'écouter, à savoir quand ils ont faim. On les sort de la logique du régime qui fait que les gens sont complètement perdus : certains vont se dire "je dois me forcer à manger un petit-déjeuner même si je n'en ai pas l'habitude" puis l'après-midi "je crève la dalle jusqu'au dîner". Qu'est-ce qu'on fait si on travaille de nuit ? Il faut combattre ces croyances, qui engendrent des frustrations et réapprendre à manger en fonction de ses besoins et de ses appétences. Aux États-Unis, il y a 30 % d'obèses, contre 15 % en France, en raison notamment de notre culture de la bonne bouffe. Dans notre service, à Roubaix, on essaie de faire en sorte que les gens retrouvent le plaisir de manger.



Pourtant, on n'arrête pas de nous donner des consignes, comme "mangez des fruits et des légumes"

  >> C'est une énorme confusion : ce message est destiné à protéger les artères, à prévenir des maladies cardio-vasculaires, pas à perdre du poids ! En tant que tels, les fruits et légumes n'ont jamais fait maigrir personne, puisqu'il faut raisonner en terme d'équilibre calorique. Le seul message de santé publique audible c'est : arrêtez de vous prendre la tête sur le poids, retrouvez le plaisir de manger de tout et de manger de bonnes choses !

 

Source http://www.nordeclair.fr/France-Monde/France/2011/06/04/maigrir-c-est-d-abord-une-question-d-equ.shtml

 

zyrv3mj7.png

Repost 0
Published by Eixerona - dans Régime - attention danger!
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 10:29

Les experts en nutrition ont lancé en novembre 2010 un cri d’alarme. Ils ont passé au crible 15 régimes les plus pratiqués.

Voici les résultats de leur analyse publiée par l’Agence nationale de sécurité alimentaire de l’alimentation (ANSES).

 

Une reprise pondérale assurée

80% des sujets regagnent leurs kilos en un an et le poids augmente avec le temps. Cette fluctuation peut entrainer un risque cardiovasculaire, des désordres métaboliques et des perturbations des systèmes en endocriniens.

 

Un capital osseux entamé

Diminution de la masse minérale osseuse en moyenne de 1 à 2 % pour une perte de poids de 10%. Encore plus marquée et rapide chez les femmes proches de la ménopause ou après. Risque de fractures, d’ostéoporose.

 

Une perte de la masse musculaire

Quel que soit le niveau d’apport protéique, l’amaigrissement ne se fait pas uniquement aux dépends des réserves de masse adipeuse mais provoque rapidement fatigue et perte de la masse musculaire.

 

Un déséquilibre nutritionnel

Quasiment tous les régimes présentent des carences ou des excès. Certains ont des apports en protéines, lipides, sodium bien supérieures à l’ANC (Apport nutritionnel conseillé), d’autres en revanche ont des apports inférieurs (glucides, fibres, fer, calcium, magnésium). Quant aux besoins en vitamines C et E, ils ne sont pas couverts pour un tiers des régimes et la vitamine D fait défaut dans 77% des cas. Avec des conséquences inévitables sur la santé. Les régimes très pauvres en calories peuvent induire de façon aiguë une mort subite en lien étroit avec des troubles du rythme cardiaque. Ils peuvent également provoquer des inflammations et fibroses au niveau hépatique, des calculs biliaires. Un déficit en graisses (acides linoléiques) a une incidence plus élevée sur le risque de récidive de tumeurs colorectales. Une carences en magnésium peut aggrave le risque d’arythmie cardiaque chez les femmes après la ménopause. Une surcharge protéinée et sodée peut engendre un trouble métabolique qui se traduit par une fuite urinaire du calcium. Un bilan rénal s’impose pour les régimes hyperprotéines. La restriction en sucre est fréquemment associée à des troubles digestifs passagers, notamment la constipation liée à la baisse de la consommation de fibre.

 

Un danger physique et psychique chez les enfants et les adolescents.

Une diminution calorique associée ou non à une restriction protéiques entraîne un ralentissement de la croissance et du développement pubertaire. A ces risques s’ajoutent des troubles de l’ovulation (aménorrhée) mais aussi tendinites, déminéralisation osseuse, notamment chez les jeunes sportives.

 

Des troubles du comportement alimentaire.

Le régime tend à court-circuiter les signaux physiologiques de faim et satiété. Sur le plan comportemental, la perturbation, la restriction, aggravent très souvent le problème pondéral. La dépression et la perte de l’estime de soi sont les conséquences psychologies fréquentes des échecs à répétition.

 

Article tiré du magazine Pause Santé n° 13, article de Ghislaine ANDREANI

 

sb10069449r-001.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Régime - attention danger!