Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 19:58

La même histoire parce qu'une fois de plus je m'insurge contre la presse féminine.

 

Je sais très bien qu'il suffirait de plus acheter de magazines, mais bon moi je pense qu'il est important de râler contre ce modèle féminin irréaliste qu'on nous impose.

 

Ce n'est peut-être pas un combat qui parait important aux yeux de tous, mais c'est à force de dénoncer le diktat de la maigreur qu'on en sortira.

 

Cette fois ci c’est contre Be que je m’insurge. Si dans leur dernier numéro ils ont décidé de consacrer plusieurs pages à un article nous expliquant qu’on peut être canon du 34 au 44 (encore heureux quoi…enfin moi je dirais et après le 44 ?) et qu’il faut arrêter de se fixer sur les étiquettes (c’est clair d’un magasin à l’autre on peut prendre ou perdre deux tailles !) ça n’empêche qu’une fois de plus on se retrouve avec cette foutue dualité maigre/ronde.

 

Bon ils ont essayé de faire un effort, ils doivent savoir au fond d’eux même qu’on n’est pas ronde forcément au-dessus du 36 mais non ils n’ont pas été capable de le formuler clairement. Ainsi au-dessus du 36 on n’est pas forcément ronde et on n’est pas non plus rachitique. On est quoi alors ?

 

03dd2fc45ef211e29c6622000a1f9e4a_7.jpg

 

D’ailleurs ils citent en exemple pleins de stars qui ne sont pas maigres, bien dans leur peau (enfin ça reste à prouver) et qui ont du style (comme si c'était incompatible...) D’ailleurs ça m’a fait rire parce que finalement ils mettent sur le même plan Lady Gaga, Beyoncé, Adèle et cie.

 

Bon Lady Gaga aux dernières nouvelles est mince même avec ses kilos en plus. Beyoncé est normale elle a des seins, du cul et des hanches mais elle n’est pas ronde pour moi. Quant Adèle oui, elle est ronde et ce n’est pas une insulte.

 

Est-ce qu’un jour on appellera les choses par leur nom ? Au lieu de nous faire une tournure des plus lourdes, si bien qu’il faut lire 3 fois pour la comprendre. Est-ce qu’un jour ils seront capables d’utiliser plus de deux adjectifs pour parler de la diversité des silhouettes. Je ne sais pas moi comme maigre, mince, moyenne, bien en chair, ronde.

 

Et je crois que l’autre chose qui m’insupporte c’est quand les magazines et les médias utilisent cette expression « les courbes féminines » (là je ne parle pas spécialement de Be).

 

Pour moi les courbes féminines c’est ce qui définit le corps féminin donc les seins, les hanches, les fesses. Tout ce qui va nous différencier des hommes quoi. Mais non dans les médias et les magazines c’est toujours synonyme de gras et de bourrelets.

 

Oui une femme a des formes du fait déjà de son squelette. On aura beau être maigre, on aura toujours des hanches plus larges que les hommes (sauf exception) parce que les bébés il faut bien les mettre quelque part et pouvoir les faire sortir.

Bref c’était le coup de gueule du jour.

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 20:24

Le premier article de 2013 sera un coup de gueule contre le magazine féminin Grazia.

 

Oui je sais les magazines féminins c'est un peu le mal incarné mais j'aime quand même bien et Grazia n'est pas trop mal si on zappe la maigreur des mannequins des pages modes.

 

En décembre le magazine avait même fait un bel article sur les momyrexiques.

 

Le Grazia de cette semaine consacre une double page à la jolie Jennifer Lawrence que l'on a pu voir dernièrement dans hunger games.

 

L'article dans l'ensemble n'est pas trop mal, c'est un joli portrait.

 

Mais j'avoue que le début de l'article m'a fait sortir de mes gonds quand ils ont osé écrire que Jennifer Lawrence est (un peu) ronde. Même si ça semble un très d'humour, moi je ne trouve ça n'y drôle ni ironie, ni quoi que ce soit.


ronde.jpg

On en revient donc à la théorie que dès que l'on fait un 38 on est ronde 

 

Jennifer Lawrence a un imc de 21,5 soit un imc dès plus normal et banal.

 

Certes l'actrice le dit elle même en rigolant que dans le monde d'Hollywood peuplé d'actrices toujours plus maigres elle parait obèse. Mais voilà elle le dit en rigolant, l'article que j'ai lu ce soir non.

 

Non avoir un IMC supérieur à 19 ce n'est pas être ronde. 

Non avoir des fesses, des hanches et des seins ce n'est pas être ronde.

Ne pas rentrer dans du 34/36 ne veut pas dire qu'on est ronde.

 

Il faut arrêter de vouloir rentrer les femmes dans des cases.

Il faut arrêter de faire croire que la maigreur est le modèle de beauté ultime.

Il faut arrêter de complexer les femmes.

 

 

On achète des magazines pour se divertir pas pour se sentir moche et grosse.


Bref Grazia si tu me lis, réfléchis à deux fois avant d'écrire.

 

jl1.jpg

lawrence.2.jpg

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 15:34

 

S’il y a bien une chose que je déteste peu à peu la rentrée des classes, ce sont les nombreux mails que je reçois de lycéennes de première car elles ont décidé de faire leur TPE sur l’anorexie.

 

Chaque année depuis que l’éducation national a mis en place ces travaux personnels encadrés (qui d’après moi ne servent à pas grand-chose, je suis bien contente d’y avoir échappée), je reçois des mails par dizaine me demandant mon aide.  

 

C’est un peu comme lorsqu’ une émission sur les TCA se prépare et que les journalistes nme bombardent de mail.

 

Non je ne suis pas une usine à explication de TCA, je ne suis pas non plus un annuaire pour donner les adresses emails d’autres malades et j’ai mieux à faire que remplir X questionnaires.

 

83307802

 

 

Ca me désespère chaque année de voir que l’anorexie est toujours le sujet à la mode des TPE. Il existe tellement de maladie et d’autres thèmes pourquoi vouloir s’acharner à étudier l’anorexie.  Pourquoi par exemple ne pas s’intéresser à pourquoi à l’heure actuelle le modèle féminin idéal est maigre ?

 

Je précise quand même que  je n’ai rien contre ces lycéennes qui m’écrivent. Mais si je prends de mon temps c’est pour aider les travaux de fin d’études des supérieurs que ce soit les infirmières, les psychologues, les sages-femmes etc… parce que là je sais que ça peut faire une différence parce qu’un jour ces personnes se retrouveront nez à nez avec des malades de TCA.

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 09:14

Après un culte de la maigreur invétérée, la société essaie de nous faire croire que maintenant c’est terminé. On essaie de nous le faire croire à coup de dossier sur  « les rondes », sur les émissions du type belle toute nue, sur les promesses de certains magazines à ne plus prendre des mannequins qui ne paraissent pas en bonne santé… Mais comme toujours c’est juste de la poudre aux yeux !!

 

Le mois dernier deux choses m’ont particulièrement énervée.

 

Il y a déjà lacampagne de pub de Kookai dont l’un des visuels est une femme accroupie devant son frigo un air coupable avec pour slogan « Hungry but chic, affamée mais chic ». Si ce n’est pas de l’apologie à la maigreur et à l’anorexie, je ne sais pas ce que c’est…

 

hungry_chic_kookai.jpg

 

Le jour où j’ai vu cette publicité dans un magazine j’étais choquée et j’ai eu envie de hurler, parce que bien entendu ça me rappelle ces années où je me suis affamée à cause de l’anorexie. Ces années où je finissais parfois à aller en douce dans le frigo avec cet air coupable que la nana peut avoir sur la photo, la peur que quelqu’un arrive et d’être prise sur le fait de manger.

 

Il parait que Kookai s’est défendu de faire l’apologie de la maigreur, mais désolée je ne vois que ça dans cette publicité. Le message est que l’important est d’être bien fringuée, tant pis si on s’affame.

 

La seconde chose qui m’a exaspéré c’est la prise de poids de Lady Gaga. 


Tout d’abord je tiens à préciser que je me fiche de sa prise de poids, c’est sa vie, ce n’est donc pas nos affaires et je trouve ça grave qu’elle doive se justifier parce qu’elle a pris quelques kilos.


Ce qui m’a mise en colère ce sont les médias qui à cause de ses 11 kilos supplémentaires la qualifient de grosse. Franchement y a des baffes qui se perdent. En réaction Lady Gaga a mis des photos d’elle en petite tenue sur twitter, en précisant bien qu’elle avait des TCA depuis 15 ans.


J’ai beau regardé ces photos, je vois une jeune femme mince et bien proportionnée. La seule chose que je me dis c’est que si elle a bel et bien pris 11 kilos c’est qu’elle devait être squelettique avant.


Et là je me dis que c’est ultra grave que les médias la qualifie de grosse et lui reproche sa prise de poids alors qu’elle a une silhouette des plus banales/normales.

 

ladygaga1

ladygaga2.jpeg

 

ladygaga3.jpeg

ladygaga4.jpeg


Qu’on arrête de nous faire croire que le culte de la maigreur est terminé et qu’il est seulement propre aux anorexiques. Le culte de la maigreur n’est jamais parti. Il est de plus en plus insidieux. On essaie de nous faire croire que c’est normal de s’affamer pour être jolie.


Ca me fait penser d’ailleurs au reportage sur les ados mannequins en Russie hier à 7 à 8. Une des ado est passé de 56 kg pour 1,72 m à 48…et pour cela elle ne mangeait plus grande chose. Ca prouve bien que le mythe des mannequins qui se nourrissent de hamburgers et mangent ce qu’elles veulent c’est de la foutaise...

 


Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 15:57

 Pendant des années je me suis moquée éperdument de la taille de mes vêtements. Mettre du 38 n’était pas un problème. L’important était de trouver des vêtements que j’appréciais. J’ai mis du temps à trouver mon style vestimentaire, mais ceci est une autre histoire.

 

Il y a eu la période où j’ai pris un peu trop de poids.  J’étais en 3e ma tante était venue soigner son cancer en Lorraine, vu qu’elle avait beaucoup maigri elle se nourrissait de crèmes dessert hypercaloriques (me demande avec le recul pourquoi le médecin ne lui a pas prescrit des boissons type fortimel mais bon…) et m’en offrait souvent. Bref j’ai fini par grossir sans m’en rendre compte. C’est lors d’une séance  shopping que ça a fait tilt dans ma tête parce que j’ai dû taper dans le 40/42 pour les pantalons. Bon ça ne m’a plus traumatisé que ça. A cette époque mon poids m’importait peu. J’ai retrouvé rapidement mon 38 puisqu’on m’a mise au régime (ce n’est pas ça qui m’a rendu anorexique mais ça m’a appris la mauvaise règles des aliments autorisés/Interdits)

 

Et puis l’anorexie est arrivée. J’ai mis quelques mois pour prendre mes fringues une taille en dessous parce que ça ne m’était pas venue à l’idée que je pouvais rentrer dedans. Après ne pas m’avoir vu maigrir y a aidé.

 

C’est là que ça c’est compliqué au niveau de la taille des vêtements, le jour où j’ai atteint le 34. D’une part je ne voulais pas atteindre le 32 mais je ne voulais pas atteindre le 36 non plus.

 

Ne pas rentrer dans du 34 (ou du 36 oui avec le temps j’ai fini par accepter à nouveau le 36) était une catastrophe. Ça pouvait me gâcher une séance shopping. Et il était hors de question de prendre une taille au-dessus, psychologiquement c’était impossible. Ce qui m’énervait souvent c’était le côté aléatoire des tailles, d’un magasin à l’autre on ne fait pas forcément la même taille. Mais bon malgré tout il était hors de question de prendre une taille au-dessus.

 

Et puis un jour j’ai voulu un pantalon rose. Je l’ai déjà raconté cette anecdote, ça remonte hein, ça devait être en 2004. J’avais fini par en dégoté une chez Jennyfer. Le 36 coinçait aux genoux, le 38 aux hanches…bref la catastrophe. Et songer à prendre du 40 hors de question même si je savais éperdument que ce n’était pas une question d’avoir grossi ou non, mais seulement que les tailles étaient plus que foireuses. J’ai abandonné et changé de magasin. Nouveau magasin, un magnifique pantalon rose mais un gros hic une taille 34 (alors qu’à l’époque-là ma taille c’était le 36). J’avais peu d’espoir de rentrer dedans mais finalement je l’ai essayé et j’y avais toute la place nécessaire.

 

Ce jour-là ça m’est enfin entré dans la tête que la taille des fringues ça ne veut absolument rien dire. Que prendre une taille au-dessus ne veut pas dire qu’on a grossi ou une taille en dessous qu’on a maigri.

 

Avec les années j’ai abandonné aussi tous ces magasins de mauvaise qualité qui taillent n’importe comment (en plus ils sont devenus aussi chers que les autres).

 

Aujourd’hui si je devais prendre une taille au-dessus de ma taille habituelle ça me dérangerait moins. Sur le coup je me sentirais un peu vexée -  ça ce sont les restes de l’anorexie, sur le coup je me dirais  que j’ai grossi - et puis finalement je m’en balancerais, l’important est l’habit pas la taille. Bon je ne dis pas que je ne couperais l’étiquette par principe quand même, enfin ça pareil ce sont les restes de l’anorexie.

 

J’avoue que je reste vigilante sur ma taille de vêtements dans le sens où c’est mon repaire pour savoir où j’en suis vue que je ne me pèse pas.  Mais là c’est sur des habits qui sont déjà dans mon armoire.

 

Bon voilà finalement j’ai écrit plus que prévu puisque mon texte était censé être une introduction à un article que je voulais partager sur ce sujet : Lâcher prise… sur la taille des fringues sur le site Madmoizelle

 

regime-efficace.jpg

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 21:26

Je le sais bien que les magazines peoples c'est le mal. Je n'en achète jamais mais j'avoue que j'ai sur mon smartphone l'application Closer histoire d'être un poil au courant de ce qui se passe afin de ne pas être à la masse totale.

 

Ce soir mes poils se sont hérissés quand j'ai vu cet article:

 

Sans-titre.png

 

1) ce n'est pas à nous de juger comment Mila Kunis doit être, c'est sa vie, c'est son corps.

 

2) le "plus de 6kg en un an", moi je le prends comme un reproche du genre 6 kilos en 1 an c'est beaucoup...à part qu'en 2011 elle venait d'achever le tournage de Black Swan où elle avait du perdre du poids...10 kg si je ne m'abuse.

 

3) Par curiosité j'ai fait une recherche google et je suis tombée sur ça sur people.premiere.fr

 

mila.png

 

Au premier abord on peut se dire que c'est positif avec le "qui lui vont bien!" mais le "des kilos en trop" me fait pas mal tiquer même s'il y a des guillemets. Les guillements c'est comme les lol on les met pour faire croire qu'on rigole mais on sait très bien qu'en fait on le pense vraiment.

Franchement Mila a peut etre pris du poids mais elle a pas de kilos en trop faut pas abuser. Bien entendu les fans de maigreur la trouveront grosse maintenant...


 

mila-kunis-mtv-movie-awards-2012-10.jpg

 

Et j'ai apprnfondi un peu plus mes recherches. Je suis tombée sur un article (sur au feminin.com) expliquant que Mila avait pris du poids pour un film. L'article est d'ailleurs finalement guère mieux que les précedent puisque là il affirme que sa prise de poids ne se voit pas (on se fiche de qui là?)....mais d'un autre côté ils disent que maintenant elle est pulpeuse...Qu'est ce que je déteste ce mot pulpeuse qui ne veut rien dire. On utilise le mot pulpeuse pour toutes les femmes qui ne sont pas ultra minces. Pour moi à la base, être pulpeuse c'est avoir une poitrine généreuse. Enfin c'est exactement la même histoire avec le mot ronde quoi...

Bon ok finalement dans l'article ils finissent par dire que sa nouvelle silhouette est parfaite...mais au début ils disaient qu'ils s'attendaient au pire...Il est un peu beaucoup antinomique cet article.

 

mila2.png

 

Enfin bref y a pas à dire la dictature de la minceur est toujours là...


Ce que je demande à une actrice c'est qu'elle soit talenteuse, pas qu'elle fasse un 34. D'ailleurs j'apprécie les séries ou les films où toutes les nanas ne sont pas des brindilles parce qu'au moins ça reflète la réalité.


Sur ce, je vous souhaite une bonne nuit, il est l'heure pour moi d'aller dormir. Avoir râler un peu m'a fait du bien.

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 22:47

Ca fait plusieurs jours que je trouve que je nage sacrément dans mes pantalons et mes vêtements. J’avoue que je ne vais pas m’en plaindre ça reste une sensation agréable pour moi et si j’ai perdu quelques grammes ça me rassure d’avoir un peu de marge. Oui j’ai beau aller mieux, il y a des comportements et des pensées qui persistent, mais tant qu’elles ne sont pas dangereuses ou nocives ce n’est pas un problème. Non ces pensées ne m’empêchent pas de vivre, de goûter ma pâtisserie (trop bons mes cake pops), de manger des popcorns au cinéma ou bien de m’avaler une énorme part de flan.

 

P1090576.jpg

Voilà mon dernier essai pâtisserie en date: des cakes pops...miam ^^

 

Hier n’ayant plus rien à me mettre pour cause d’armoire vide et de linge non repassés (stupide manque de temps !), j’ai ressorti mon jean en 34, un des seuls « souvenirs/survivants » de mes années TCA que je n’ai pas réussi à jeter. J’étais avant tout curieuse de voir si je rentrais dedans, et comme j’avais cette impression d’avoir maigri je préférais le vérifier en essayant ce pantalon « test » plutôt que de monter sur ma balance. Ne pas rentrer dans du 34 ne me gêne absolument et ça ne risque pas de gâcher pas ma journée, mais voir mon poids (peu importe lequel je précise) sur la balance si (surtout si j’ai repris quelques grammes).

 

Bref j’ai essayé le dit pantalon, et oh miracle je rentre dedans, je le ferme même sans problème et je ne suis même pas serrée. La dernière fois que j’ai dû le mettre c’était en 2007 et je crois que j’étais légèrement serrée. (Et le plus drôle en 2007 c’était que j’étais plus légère qu’aujourd’hui…).

 

Mais si une infime partie de moi est contente de « l’exploit » si je puis dire, l’autre s’inquiète un peu d’avoir maigri sans s’en rendre compte et sans le vouloir. Je me suis vue paniquée face à cette petite perte de poids alors qu’auparavant elle aurait flattée l’égo de l’anorexie.

 

Je ne mange pas moins qu’il y a un mois, je trouve même que je fais souvent des écarts mais je me dis que ce n’est pas grave. Une chose est certaine je n’ai pas envie de maigrir plus.

 

Ce matin j’ai vérifié sur la balance et oui en effet presque un kilo s’est envolé par rapport à mon trip de la balance d’octobre. Finalement je me dis que je devrais quand même vérifier mon poids de temps à autre pas pour voir si j’ai grossi mais pour voir si je ne perds pas car il est hors de question de devenir un squelette ambulant. Etre mince oui, être maigre non !

 

200384961-001.jpg

 

Je me rends compte d’une chose c’est que le poids ne veut rien dire.

A 15 ans je pesais le même poids qu’aujourd’hui et je mettais du 38. Même poids, deux tailles de différence et même un bébé entre les deux (oui on aime nous faire croire qu’après une grossesse on ne retrouve jamais sa taille de jeune fille).

 

La grande différence c’est qu’à 15 ans je n’étais pas sportive. Mais alors pas du tout. Je n’aimais pas ça et je trouvais que c’était de la torture. J’ai commencé le sport avec mon régime pour m’affiner et faire disparaitre ce gras que je ne saurais voir. Les premières années d’anorexie je ne faisais pas trop de sport, essentiellement de la gym toute seule dans ma chambre soit avec un k7 vidéo (waouhh ça remonte !) ou bien avec les fiches de gym piochées dans divers magazine.

 

Et puis un jour j’ai acheté un mini stepper et là j’ai commencé à en faire de manière intensive. Vers fin 2004 début 2005 où je compensais mes compulsions par du sport intensif. J’en ai usé des mini steppers (durée de vie inférieure à 3 mois). J’ai tué aussi mon vélo d’appartement en faisant plus de 10h par semaine. J’étais capable de mettre un dvd du Seigneur des anneaux et de pédaler 3h d’affiler en plus de ma séance quotidienne de 42 minutes (soit le temps d’un épisode de série).

 

Maintenant heureusement je fais du sport avant tout pour le plaisir et me défouler, même si il y a toujours l’aspect santé et contrôle de ma ligne.

 

106750706.jpg

 

A partir de ce moment-là, je suis devenue plus lourde au niveau de mon poids car le muscle pèse lourd. Et finalement aujourd’hui mon poids ne correspond pas à l’image de mon corps. Enfin moi ça ne me gêne pas contrairement à avant.

 

Je me rends compte que c’est stupide de se baser uniquement sur le poids, ça ne veut rien dire un poids. Mais rien du tout !

 

On peut faire 50 kg mais avoir plus de gras que de muscle est donc on est proportionnellement plus « en chair » que si on fait 50 kg avec beaucoup de muscles et presque pas de gras.

 

Et avec ce même raisonnement l’IMC n’a pas plus de signification. Le poids et l’IMC sont des outils pour se situer mais c’est tout, mais ils ne sont pas suffisants, ils sont franchement limités. Donc voilà, il faut arrêter de se formaliser sur un poids et encore plus sur notre poids idéal fantasmer.

 

Je suis heureuse au jour d’aujourd’hui de m’accepter comme je suis. Mais bon ce n’est pas pour autant que je supporterais prendre quelques kilos supplémentaires (un ou deux ça irait, mais pas plus). Une chose est certaine je ne veux pas en perdre et ça c’est plus que positif.

 

e48946aae36ca4f2eb024b3bc7a3d20b-d15grkp.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 22:31

Si vous me suivez régulièrement vous devez vous souvenir de ma colère contre le magazine Glamour.


Eh bien rebelote mais cette fois avec un autre magazine. Cette fois ci c’est Elle sur son site web qui fait des siennes. Je vous l’avoue tout de suite je suis tombée sur l’article seulement grâce à une amie qui m’a donné un lien me conduisant chez une bloggeuse qui comme moi en a marre de cette promotion perpétuelle de la maigreur dans les magazines féminins et qui a hurlé sa colère.


Alors qu’est-ce que Elle a pu bien dire ? C’est un article sur Kate Winslet et sa sexy attitude…jusque-là rien de dramatique allez-vous dire. Le problème est que Kate Winslet est décrite comme l’incarnation de la pin-up des temps modernes tout en rondeur avec sa taille 40 loin des canons habituels très minces. En lisant ça on s’étrangle à moitié. A la page deux, Elle en remet un coup : Kate la ronde est mis en valeur grâce à une superbe robe asymétrique. Pour résumer tout l’article insiste sur le fait que Kate est ronde mais sexy, que Kate est ronde mais l’assume. Ben moi Kate je ne la vois pas ronde mais mince…


Vous pouvez lire l’article de Elle ICI.


Kate-Winslet-in-Stella-McCartney-2011-Venise-copie-1.jpg

Donc vous le saurez Kate Winslet est grosse ronde avec sa taille 40. Franchement si Kate est grosse cela signifie que les ¾ des femmes de la planète sont obèses.


Je ne sais pas dans quel monde vit la journaliste qui a écrit l’article, surement celui des mannequins rachitiques mais pour moi Kate Winslet est mince et elle a des formes là où il faut. Kate Winslet représente vraiment la Femme. Les starlettes qui ont la ligne d'une gamine de 12 ans ce n'est pas franchement représentatif du corps féminin et de la réalité Je trouve que c’est grave de classer Kate Winslet dans les grosses, surtout quand on sait que la taille moyenne des françaises est le 40/42.


Dans un ou deux mois le magazine est capable de faire un article sur les femmes qui sont perpétuellement au régime et qui sont mal dans leur peau en se demandant pourquoi. Peut-être parce que les magazines féminins s’entêtent à nous dire que lorsqu’on ne fait pas un 34/36 on est en surpoids.

 

Bon vous allez me dire que l'article insiste sur le fait qu'on peut être ronde et sexy, ronde et bien dans sa peau. Moi ce qui me chagrine c'est que je considère à la limite comme ronde une femme qui a quelques en trop. Ce qui n'est pas le cas ici pour Kate Winslet. Pour moi elle est mince.


En tout cas je vous conseille de lire l’article de Serena ICI, elle exprime sa colère vis-à-vis de l’article de Elle et je ne peux que la soutenir dans ses propos:

« Savez vous que des gamines vous lisent? Que des femmes mal dans leur peau vous prennent pour leur bible?

Savez vous qu'à cause de ce genre de message vous prônez la maigreur, l'anorexie, et que vous incitez à rentrer dans un moule dans lequel il faut peser moins de 50kg pour q

ue ça passe?

Mesurez vous l'impact de vos mots?

Si Kate est ronde, comment qualifiez vous une femme qui met un 44?

Dans quel monde vivez vous? ou plutôt dans quel monde vous voulez nous faire croire qu'on vit?

En sortant dans la rue je croise selon vos critères, beaucoup d'obèses, quelques rondes, et rarement des "normales", et pourtant je vis sur la même planète que vous.

Quand je vois des gamines qui s'affament pour "qu'on voit leurs os comme les filles des magazines" ce genre d'article ne me fait plus rire. DU TOUT. »

 

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 18:39

Hier on m’a posé une question assez pertinente, est-ce que je serais devenue anorexique si j’avais été maigre à la base. La réponse est oui. L’anorexie ce n’est pas une histoire de poids mais une histoire de mal être. La perte de poids en est la conséquence.

 

Dans la famille on est mince naturellement et on a les os fin. Si à un moment donné dans mon adolescence j’ai pris un peu trop de kilos c’est tout simplement parce que je n’allais pas bien et que j’ai compensé en mangeant des cochonneries. En plus à cette époque je ne mangeais pas du tout de légumes.

 

Mon alimentation une fois remise dans le droit chemin j’ai toujours pu me faire plaisir sans pour autant prendre 3 kg. Bien entendu  il y a se faire plaisir et se faire plaisir. Il y a avoir une alimentation variée et s’avaler de temps en temps des barres chocolatées, des madeleines ou un paquet de gâteau, là pas de soucis on garde la ligne, mais si on ne mange que ça et en grande quantité il y a une prise de poids c’est logique.

 

when_she_dances_by_popoks-d4flb9w.jpg

 

A cette époque-là j’étais plutôt bien dans mon corps (j’étais en seconde) mais par contre mon médecin traitant de l’époque lui prenait un malin plaisir à me peser à chaque fois que je le voyais et à me dire que je devais faire attention. Ce monsieur moralisateur et culpabilisateur à contribuer à nourrir l’anorexie qui se profilait doucement mais surement.

 

Oui parce qu’un an plus tard, quand ça n’allait pas j’ai mis un peu ça sur mon poids qui était pourtant plus que normal. Mais la société ne fait-elle pas rimer bonheur et minceur ? Je ne voulais pas perdre beaucoup. Un kilo, puis un autre parce que j’étais trop contente de la facilité avec laquelle j’avais perdu le premier. Une fois mes 46 kg atteint j’ai contente et presque satisfaite (Mon objectif de base était quand même 48 kg.) On ne va pas dire que c’était le grand amour avec moi-même, mais l’équilibre n’était pas trop mauvais. D’ailleurs je ne me pesais pas souvent.

 

Une chose est certaine, je ne voulais pas ressembler à Kate Moss, je ne voulais en aucun cas être maigre et décharnée. Je voulais juste être jolie et heureuse.

 

Moralement parlant je me suis enfoncée dans la dépression (ma première terminale) Trop de responsabilité sur mes épaules, sensation d’être abandonnée, angoisses inexplicables. J’ai perdu l’appétit sans m’en rendre compte. Je ne cherchais absolument pas à perdre du poids à ce moment-là. Je n’avais simplement plus faim. J’ai perdu ma faim comme j’ai perdu ma joie et mon envie de vivre.

Le jour où ma mère m’a pesé de force car elle me voyait fondre j’ai été plus que surprise de voir 43 kg, puis deux jours après 40 kg à peine. Je n’ai jamais compris comment les kilos s’étaient envolés. Moi j’étais loin de cette histoire de chiffre. Je ne cherchais pas à atteindre à un idéal. En plus j’étais persuadée de manger en quantité suffisante alors que je picorais comme un oiseau.

 

Il y avait vraiment un énorme décalage entre la réalité et moi.

 

frozen_web_by_nitrok-d4flha0.jpg

 

C’est quand on a m’a sorti de force du déni de l’anorexie que les choses se sont corsées. Bon je n’avais toujours pas faim. On m’a forcé la main pour que je prenne du poids en me brandissant la menace extrême : l’enfermement et le gavage.

 

Moi je m’en foutais de peser 40 ou 42 kg. Alors j’ai repris deux foutus kilos pour qu’on me foute la paix. A l’hôpital ils étaient contents, persuadés que j’allais mieux.

 

Je me suis toujours débrouillée pour « maitriser » mon poids. Ne pas prendre, mais ne pas perdre. Je ne voyais pas l’intérêt de passer en dessous d’un certain poids si c’était pour se retrouver hospitaliser de force et gaver. Mais ce qui me faisait le plus peur, c’était être enfermée et ne voir personne. J’allais déjà pas bien, j’avais besoin de ma famille pas d’être enfermée entre 4 murs.

 

J’ai mis un certain temps à sortir du déni.

 

Mais une fois sortie la peur de grossir est apparue. Ainsi que la peur de ne plus parvenir à maitriser mon alimentation donc ma vie et mes sentiments. J’ai commencé à regarder tous les reportages sur l’anorexie, à livre sur l’anorexie. J’étais perdue entre l’envie d’aller mieux et la tyrannie de la maladie. J’ai commencé à aimer la maigreur alors que j’avais toujours détesté ça. J’aimais avoir le ventre vide. Je mentais sur ce que je mangeais pour n’inquiéter personne. J’étais incapable de manger normalement et de me faire plaisir. J’ai commencé à faire de plus en plus de sport. J’ai sombré de plus en plus dans la dépression.

 

J’étais piégée dans un cercle vicieux des plus infernales.

 

Quant à la faim elle est revenue un jour, quand la restriction cognitive s’est envolée. Mais l’anorexie elle est restée et là c’est devenu encore plus infernal car les compulsions se sont invitées. Autant avant je pouvais avoir une réserve de nourriture au cas où comme les écureuils, autant à partir de ce moment-là je me transformais en un monstre affamé qui aurait été capable de tuer pour pouvoir manger avec une culpabilité des plus pesantes pour une tablette de chocolat.

 

L’anorexie je crois que c’est essentiellement la perte de la faim de vivre.

 

 

 happiness_within_you_by_benheine-d4flh7a.jpg

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 17:09

Les gens qui me connaissent vous dirons que je suis gourmande.


Ce qui n’est pas faux. D’ailleurs ma mère avait ri au nez de la nutritionniste du CHU pour enfants en 1998 quand elle avait évoqué qu’un régime pouvait aboutir éventuellement sur une anorexie.


Franchement vous connaissez des anorexiques gourmandes ? Ce sont deux mots antinomiques.


Pourtant même quand je ne mangeais presque plus et que j’étais trop légère, je laissais toujours cette impression que j’aimais manger et que j’étais gourmande.


Parce que voilà, contrairement à la grande majorité je n’avais pas trop de problèmes pour manger en public (sauf les repas de famille). Je mentirais si je ne disais pas qu’au début c’était un peu compliqué. Même comme je ne sortais pas souvent, les seules où j’étais à l’extérieur je me lâchais et mangeais sachant pertinemment que les jours suivant ça serait la diète pour rattraper ça. C’était un peu des compulsions ou de la boulimie programmée.


Je me souviens d’ailleurs d’une connaissance qui me disait au combien j’avais de la chance de pouvoir m’enfiler deux pâtisseries et de rester toute mince. Bien entendu elle ne savait pas pour les TCA.


Mais je crois que je serai marquée à vie par une réflexion d’une collègue de ma mère qui admirait ma capacité à résister à la tentation et à se contrôler. Franchement elle ne sait pas la chance qu’elle a de pouvoir avaler une tablette de chocolat sans trop culpabiliser et sans compensation ultérieure pour effacer le « crime ».


Moi-même plus jeune, au début de mon anorexie j’étais en admiration devant les nanas filiformes qui s’avalaient une glace énorme. Après j’ai compris.


Je sais que les filles minces et qui mangent pour 4 existent. Oui la minceur naturelle ça existe mais c’est rare. Je parle de la minceur qu’on nous vante à longueur de journée dans les magazines et à la télé. Ça représente 2% de la population mondiale  d’après ce que j’ai pu lire. Donc y a surtout beaucoup de menteuses.


Mais ça c’est comme au lycée quand certains se vantent d’avoir un 16/20 a un DS sans réviser, ce sont pour la plupart des menteurs.


Une chose est certaine la gourmandise ce n’est pas un vilain défaut comme on l’entend trop souvent. Ce n’est pas non plus un péché capital. C’est dingue que depuis des millénaires on cherche à nous culpabiliser.

Je pense que aimer manger, c’est juste aimer la vie et en profiter.


gourmandises-gourmandise-img.jpg


Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits