Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 16:13

Je tiens à répondre publiquement à Grenadine suite à son commentaire, car je pense que ses questions méritent un vrai article.

 


Si tu avais su avant de l'avoir, que ton bébé t'apporterait autant de bonheur, est-ce que tu aurais voulu l'avoir plus tôt, il y a quelques années par exemple ?

Je veux être maman depuis toujours. Une de mes plus grandes d’ailleurs c’était de ne pas pouvoir l’être. Même si j’avais su qu’un bébé m’apporterait autant de bonheur, je ne  deviendrais pas maman plus tôt, car je pense qu’avant je n’étais pas prête car trop ancrée dans la maladie.

Je crois que ma fille est arrivée pile au bon moment.

 


 

Comment fais-tu pour être heureuse malgré un avenir incertain pour ton bébé et toi ? Je veux dire par là que tu ne sais pas ce que tu feras dans les années à venir, parce que tu ne travailles pas etc. Est-ce que cela t'angoisse ou est-ce que tu arrives à rester zen ? (si c'est le cas je veux bien savoir comme tu fais !)

Quand on a une situation qui peut paraitre idéal : bon taf, couple uni, maison…tout peut s’écrouler du jour en lendemain. Je le vois malheureusement  avec mes amis. L’avenir est toujours imprévisible, et avoir une bonne situation ne nous épargne pas.


J’ai appris à vivre dans le présent.


Pour être heureuse, il faut vivre dans le présent. On ne sait pas de quoi sera fait l’avenir, il pourra être beau comme il pourra être moche. Une chose est certaine quand on l’imagine, on a tendance à le voir sombre et triste, on imagine le pire et ça nous mine.


Alors j’ai choisi de vivre pleinement le présent.  De profiter de ce que j’ai maintenant. On ne peut en profiter  qu’une seule fois.


Pour le moment j’ai choisi de me consacrer à ma fille, mais il est prévu tôt ou tard que je me trouve un travail. On verra le moment venu si je trouve quelque chose, vu que le marché du travail est plutôt moche pour le moment, je préfère ne pas y penser plus que de stresser dans le vide.

 


 

Est-ce que tu n'as pas parfois des coups de blues en pensant au bonheur futur de ta fille, quand elle sera grande, et de songer que peut-être elle sera dépressive et traversera des moments pas gais du tout comme toi tu en as eu ?


Il est certain que ma fille traversera des moments difficiles, c’est la vie.


La vie est difficile. Je serai toujours là à ses côtés pour l’aider, la soutenir et l’aimer. J’espère qu’elle ne connaitra pas la dépression ou une autre maladie, mais c’est des choses qui ne se décident pas.


Donc on verra et puis il ne se passera peut être rien, donc pourquoi s’inquiéter ?

 


Enfin, j'aime bien savoir si tu as des buts dans la vie et comment tu t'imagines vivre plus tard.


Mon but principal c’est de voir ma fille grandir et de m’occuper d’elle.

J’aimerais aussi rencontrer ma moitié et peut être avoir d’autres enfants. J’aimerais une « vraie » famille.

J’ai aussi quelques endroits/pays que j’aimerais bien visiter.

J’aimerais aussi gagner au loto…mais c’est quand même du pur fantasme…….lol

 

Je te pose simplement des questions par rapport à celles que je me pose et qui me font profondément déprimer et parce que j'ai du mal à voir comment toi tu fais pour être heureuse.

 


Mon secret, même si ce n’en est pas vraiment un, c’est d’éviter de stresser dans le vide en se posant des questions auxquelles on ne peut pas répondre.


Après je ne vais pas mentir, y a des moments  où je m’inquiète quand je vois toutes les augmentations : gaz, électricité, eau, essence… quand je vois que la santé est de plus en plus à deux vitesses et qu’avec les déremboursement massifs, si on n’a pas les moyens on ne peut pas se soigner. Je peste en voyant la boîte de lait bébé prendre un euro en même pas 3 mois…


Tout ça me fait peur, mais bon on n’a pas le choix malgré tout faut vivre, et comme mes moyens sont limités je fais comme tout le monde en utilisant le système D. J’arrondis par exemple mes fins de mois en vendant sur ebay les habits trop petits de bébé.


Pendant près de 10 ans, j’étais déprimée et  malheureuse, j’imaginais toujours le pire et j’étais rongée par mes angoisses.


Maintenant je ne suis plus déprimée, j’ai toujours des angoisses mais je refuse qu’elles dictent ma vie.


Je suis heureuse d’aller mieux car je ne pensais vraiment pas que c’était possible. Je suis heureuse d’être maman. Et rien que c’est deux choses-là pèsent plus lourd que les tracas de la vie.


 

bonheur.jpg

Et puis qui sait, l’avenir sera peut-être beau après tout.

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 18:41

Suite à mon orgie/compulsion/ petit plaisir glace &chocolat blanc, j’avais peur du comment je me sentirai le lendemain.

 

Oui je connais bien les rouages de mes pensées  et en général après un « excès »,j’ai l’impression d’être un gros boudin et d’avoir grossi de 10 kg. Et de fils en aiguille, je suis de mauvaise humeur, je me sens affreuse et je me dis que plus jamais je ne mangerais quelque chose « d’interdit »

 

Pour une fois le lendemain je me sentais bien. Je ne me sentais pas plus grosse. Je ne me voyais pas plus grosse. Mon envie était apaisée. Et j’étais finalement contente de mettre faite plaisir  alimentairement

 

La « compulsion » (qui je sais n’en était pas vraiment une » était donc une bonne idée.  Je suis parvenue à me faire plaisir sans culpabiliser ni le jour même, ni le lendemain.

 

C’est donc POSITIF à 100%.

 

Pour le coup je suis fière de moi.

 

5cf2f61939381112915d96d861be796c-d3hbvb7.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 15:17

Qui n’a jamais mangé ou pas mangé à cause de ses émotions ? C’est un grand classique, surtout dans une société où la nourriture est abondante. Rien de plus simple que d’attraper quelques sucreries pour se réconforter.

 

Après ne grignoter 3 fois rien pendant 3 jours ou avaler un paquet de gâteau ce n’est pas grave tant que ça ne devient pas une habitude.

 

Ça doit faire au moins un bon mois que j’ai envie de Magnum. Le hic c’est que je sais très bien que je ne parviendrais pas à m’arrêter au bout d’un si j’achète un paquet. Second problème, si je mange tout je vais encore droit à la complainte «  tu penses jamais aux autres ».

 

Rachel-Bilson-nouvelle-egerie-des-glaces-Magnum-2011.jpg

 

Oui je sais avec des compulsions ou des crises de boulimie, on enlève malheureusement le pain de la bouche des autres. Et franchement on aimerait sans passer !

 

J’avais aussi cette envie de chocolat blanc.

 

Alors que faire, céder ou ne pas céder ?

 

J’ai laissé couler ces désirs alimentaires, me répétant que ça ne servait à rien à part prendre du poids. Mais quand la fatigue et quelques emmerdes s’invitent, le sucre s’apparente à une nécessité absolue.

 

Ok il y a bien un fond de pot de glace dans le congélateur. Il ne reste pas grand-chose, donc rien de catastrophique. Mais ça serait aussi manger vraiment dans le vide puisque ce n’est pas un parfum que j’aime. Et j’entends déjà les cris de protestation  « quoi tu as fini le pot… ». Après j’ai les mêmes cris lorsque je mange les tomates au repas alors que personne ne les mange mais bon…

 

Aujourd’hui fatigue (reste de l’insomnie d’il y a deux jours…c’est devenu très rare mais ça arrive), grosse contrariété quand en balade ma sandale droite a jugé bon de rendre l’âme sans me demander mon avis et je passerai les autres détails qui s’accumulent.

 

il_570xN.158879388.jpg

 

Bref je sens la compulsion qui approche. J’aurais beau lutter de toutes mes forces, je parviendrais peut être à la reculer d’un jour ou deux, mais je la ferais, et à ce moment-là j’avalerais n’importe quoi.

 

Alors attendre ou essayer de transformer ça en un peu de plaisir ?

 

J’ai choisi la seconde solution. D’une part je suis fatiguée et combattre la compulsion, ça m’épuise encore plus. D’autre part autant réaliser mes fantasmes alimentaires.

 

Ceci dit je ne suis pas folle ou idiote. J’ai acheté un lot de 4 mini pots de Häagen Dazs donc maximum 400 ml de glace et une tablette de chocolat blanc noisette de 100 g. Oui le but était quand même de limiter les dégâts.

 

150497_20101118053210ritterblancnoisettesolinest_so225.jpg

 

Il s’avère que sur les 4 pots de glace, il y en avait un au caramel……….beurkkk. Donc je me suis limitée à 3 pots. Bon la tablette de choco je savais que je la mangerai jusqu’au dernier morceau.

Mon « orgie » terminée, j’ai clôt ma compulsion avec un mug de lait chaud.

Résultat des courses ? Ok je culpabilise un peu  mais pas trop, je mangerai léger ce soir pour compenser. Je n’ai plus envie de glace ni de chocolat, donc je vais être tranquille. Et d’avoir mangé ça a calmé ma fatigue, mes contrariétés et toussa.

 

En plus je n’ai vraiment plus envie d’avaler d’autres « conneries », donc finalement c’est positif.

 


Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 19:09

Cet après-midi, je revenais tranquillement de la Poste sous le soleil. Devant moi marchait une grand-mère en robe débardeur. Mon regard a été attiré par des omoplates saillantes.


Ah les os…


Je me demande bien pourquoi on a cette tendance à vénérer les os dans l’anorexie.


Sérieusement avant d’être malade, je trouvais la maigreur plus que moche et les mannequins cadavériques des défilés me donnaient juste enfin de vomir…


Alors comment on peut changer de tout au tout ? 

 

chiens.os.pour.deux.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 19:26

Y a des jours comme ça où je me sens grosse sans raisons apparentes. C’est comme ça.

 

Pourtant je n’ai cessé de remonter ma robe bustier. Je l’avais achetée l’année derrière quand j’avais mon grand bidon. J’avais pris du 36 pour pouvoir ranger mon ventre de femme enceinte. Maintenant elle est trop grande, le bustier a beau être élastique et smockée, elle descend. Je persiste donc à la remonter.

 

Je le sais qu’en robe je mets du 34. J’ai retrouvé ma taille initiale.

 

Je sais que si le 36 glisse, c’est que je ne suis pas grosse.

 

Je suis plus que consciente que mon cerveau me joue des tours. Je n’ai cessé de me répéter que je n’étais pas grosse. Je le sais par A + B que je ne suis pas grosse.

 

Mais aujourd’hui je subis cette impression.

 

Je n’écris pas ça pour qu’on me confirme que non je ne suis pas grosse. Je le sais que je ne suis pas grosse.

 

J’écris pour montrer que même si ça va mieux, tout n’est toujours pas rose. J’ai toujours été sincère sur mon blog, et il est hors de question que je fasse croire que tout est résolu, que tous les jours sont merveilleux.

 

Le plus drôle est que si le matin (voire la journée) je me sens et me « vois » trop grosse, le soir je me vois mince (voire trop mince). Paradoxe quand tu nous tiens !

 

Catherine-zeta-Jones-au-regime.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 18:59

Avant je priais en montant sur la balance pour voir le chiffre à la baisse.

Maintenant je prie chaque matin pour rentrer dans mon pantalon.

Stupide peur de grossir…

 

218360_10150166811593736_10936503735_6833654_3915702_o.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 13:54

 La dernière fois je parlais de mon astuce pour stopper plus ou moins une compulsion, j’avais bien précisé qu’il y avait aussi des ratés.


Le raté je l’ai eu la semaine dernière. Et tout ça à cause d’un maudit lapin en chocolat. J’adore le chocolat mais j’évite d’en avoir à la maison car même si je suis capable de me limiter à un carré par jour pour me faire plaisir, si je suis fatiguée/stressée ou qu’une  quelque conque émotion me submerge il y a malheureusement de forte chance pour que je me jette sans réfléchir sur la tablette.


Pâque étant proche, un ami m’a encouragé à me faire plaisir. En me disant « qui ne tente rien à rien. » je suis allée au chocolatier du coin pour m’acheter un petit lapin. J’avais quand même calculé mon coup en ne choisissant pas un lapin géant.

 

206300 10150159135461286 653176285 7149997 871704 n


Du bon chocolat…miam. Je ne comptais manger le fameux lapin qu’à Pâques et surtout le savourer. Mais l’avoir à la maison, à porter de mains m’a posé des problèmes.


Je ne sais pas si ce sont des émotions mal gérées, de la fatigue ou la peur d’engloutir mon chocolat, j’ai commencé à boulotter un peu (rien de bien grave ou catastrophique) mais bon…ça fait toujours chier de manger « contre son grès ». Quelques biscuits, un flamby et un mug de lait plus tard et un morceau de lapin de moins, j’essayais de passer à autre chose. A part que ce foutu lapin en chocolat me hantait encore. J’ai fini par l’engloutir pour ne plus le voir.


Ce qui me déçoit le plus dans cette histoire, ce n’est pas de ne pas avoir gérer le chocolat, ce n’est pas d’avoir fait un écart et tout ce qui va avec.


Ce qui me déçoit c’est que je n’ai pris absolument aucun plaisir à manger ce lapin.


J’aurais pu l’engloutir avec gourmandise et plaisir. Mais non. Je l’ai juste avalé avec culpabilité, et ça, ça me fait chier.

 

62247944lapin-jpg.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 08:27

Avec les années j’ai remarqué que lorsque je subis une injustice du genre me faire engueuler sans raisons, je suis plus qu’en colère.

 

Vous allez me dire, rien de plus normal. Prendre des remontrances dans le vide, ça irrite fortement.

 

Le problème c’est que c’était colère bien souvent, je ne l’exprime pas, je la tais. Parce que répliquer entraine une guerre de mots inutiles et trop souvent néfastes. On dit tout ce qui nous passe par la tête, et pas toujours des trucs gentils.

 

Alors j’ai toujours encaissé pour tout.

 

dragon-bleu.jpg

 

Mais cette colère me ronge. C’est dans ces moments-là que je serais tentée de reprendre une lame et de me couper. De retourner ma colère contre moi-même. De me punir.

 

Bien sûr maintenant j’ai dépassé l’automutilation, c’est un chapitre clos de ma vie même si des fois  l’envie se fait sentir. Ça ne changerait  absolument rien de se couper à part laisser des marques indélébiles et il faut sortir à tout prix de ce schéma «  je me venge des autres/ j’exprime ma colère en me faisant du mal ».

 

Mais aujourd’hui je comprends et tout est clair. C’est ce qui me permet d’arrêter ce comportement.

 

Souvent le manger/ne pas manger est lié aussi à cette colère que l’on ressasse et qu’on ne parvient pas à faire sortir.

 

Ne pas manger pour punir l’Autre.

 

Manger pour se punir.

 

Les raisonnements du cerveau sont par moment des plus biaisés…

 

Maintenant j’utilise des moyens plus sains pour exprimer ma colère, soit j’exprime tout haut ce que je pense tout bas (après ça dépend de la personne qu’on a en face de soi), soit je décompresse en écrivant ou en parlant avec quelqu’un ou bien il y a le sport qui aide pas mal à se défouler.

 

 

jiwok-courir-perte-poids.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 15:16

J’ai cette impression d’avoir pris 10 kg (j’abuse…mais l’image est plus marquante).

 

D’ailleurs mes yeux  le voient que mes cuisses ont gonflés…et puis là ça pointe moins au niveau des épaules, non ?

 

Et je le sens bien que je suis boudinée d’un coup dans mon pantalon.

 

De là découle une longue observation dans le miroir.

 

Non mais STOP.

 

Saleté de petite voix, ce n’est pas parce qu’hier j’ai mangé un peu plus, que je me suis un peu trop lâché sur le pain (la culpabilité m’écrase), que j’ai grossi. Nanmého faut arrêter ce délire, sérieusement.

 

L’important c’est que je rentre dans mon pantalon (auto persuasion…).

 

Et non il est tout simplement hors de question que je monte sur la balance pour voir mes pseudos variations de poids.

 

Non je ne te laisserai pas m’envahir à nouveau. Tu es encore suffisamment présente, il est hors de question que tu t’incrustes plus.

 

Monologue du matin, quand tu nous tiens…

 

Anorexia.jpg

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 15:13

 Voilà  plusieurs jours que je me demandais quel poids je pouvais peser.

 

Peur de descendre trop bas, peur qu’il soit encore trop haut à mon goût.

 

Mes pantalons me disent que j’ai retrouvé mon poids idéal d’avant. Lorsque je me regarde dans le miroir, je vois bien que je ne suis pas épaisse.

 

Alors j’ai fini par monter sur la balance.

 

dyn006_original_315_247_pjpeg_2576229_1f608856a388562eceee4.jpg

 

Non je ne dirai pas mon poids car l’intérêt n’est pas là.

 

En tout cas le poids qui s’est affiché est plus haut que je ne le pensais. Alors bien sûr j’ai hurlé intérieurement. Et puis ça m’a intrigué, parce qu’avant c’est avec deux bons kilos de moins que j’étais à l’aise dans mes fringues. Bizarre !!

 

La balance déconne ? Mon poids c’est reparti autrement sur mon corps ?

 

Oui je reste perplexe.


Une chose est certaine, je ne suis pas prête de remonter sur une balance et de connaître mon poids, car j’ai toujours cette foutue envie de voir ce poids descendre. En plus je me trouvais plus mince quand je ne savais pas mon poids.


Voilà le principal problème dans les TCA, on se focalise sur un chiffre, on se résume à un chiffre.

 

A bas la balance !


 

balance-medicale.jpg

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route