Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 23:25

Ce soir j’ai craqué et j’ai fini ma boite de pain d’épice au chocolat.

 

Je n’avais pas forcément faim. Mais je suis fatiguée, un peu stressée (jusqu’à fin décembre l’emploi du temps est plus que chargé + quelques soucis personnels pas trop), contrariée (parce que par moment la « colocation »craint du boudin…) et j’ai mal à deux doigts de la main droite (je me suis cramée avec du caramel le samedi de la Saint Nicolas et depuis je me cogne 1000 fois par jours ces deux doigts).

 

Je ne voulais en manger que un.

 

Mais je ne sais pas pourquoi j’ai pris la boite avec moi. Je me suis dit que prendre la boîte avec moi dans ma chambre n’était pas synonyme de continuer à manger…

 

Finalement je l’ai tous mangés les uns après les autres jusqu’à avoir mal à l’estomac.

 

P1090878.jpg

 

Bon ça me fait un peu chier à cause des calories en plus, il y la peur de grossir mais je sais très bien que non ça ne posera pas de problème. Même si en fin d’aprem j’avais cette fausse impression d’avoir du gras qui poussait sur mes cuisses à cause du Bagel bacon de l’aprem…foutu psychisme. Et puis je n’ai pas du tout envie de m’engouffrer les biscuits de Noel que j’ai préparés avec amour hier soir. Avant cet « écart » (enfin je ne sais pas comment l’appeler ce n’est pas une collation puisque je n’avais pas faim, ce n’est pas une gourmandise puisque je n’ai pris aucun plaisir, on va rester sur écart) aurait été le début d’une crise ou d’une compulsion. Non maintenant c’est fini. L’estomac est un peu lourd. J’ai soif. Je culpabilise quand même un poil et je crois que si je pouvais je verrais du stepper parce que là j’ai un besoin de me défouler et décompresser. Mais ça attendra demain matin.

 

Je me questionne quand même, pourquoi avoir fini cette foutue boîte de gingerbread ? Je veux comprendre, je ne veux plus subir.

 

Je n’ai pas tout mangé pour ne plus avoir la tentation. Ca fait des années que lorsqu’un truc me tente de trop et je n’hésite pas à le mettre à la poubelle avec du produit vaisselle dessus (cf un épisode de Sex and The City). Celui ou celle qui me dit que c’est du gâchis je l’emmerde car la question n’est pas là.

 

Je n’ai pas pris la boîte avec moi pour me lancer le défi de me créer une tentation stupide et ainsi voir si j’étais capable de résister. Ca fait une quinzaine que la boite traine à la maison à me narguer.

 

Je ne pense pas chercher à me punir de quoique ce soit.

 

Ce soir j’ai eu un grand moment de solitude. C’est peut être juste ça. Je suis allée à une réunion. Ca faisait longtemps que je n’avais pas vu tous ces gens. Même si certains étaient contents de me voir je me suis sentie extrêmement seule, comme si je n’étais pas à ma place, comme si j’étais transparente. C’est un pour ça que je n’y allais plus d’ailleurs même si ce n’est pas l’unique raison. Ca faisait longtemps que je n’avais pas eu cette sensation. C’est le genre de sensation que je pouvais ressentir avant. D’ailleurs sur le chemin du retour j’ai grignoté deux biscuits de Noël, j’en avais amené pour « fêter » mon retour et faire plaisir. Je me suis retenue d’ailleurs, j’aurais bien terminée la boîte. Parce que j’étais déçue. Parce que j’étais perdue. Parce que je me sentais seule.

 

C’est peut être juste ça ce besoin de se remplir un peu : me sentir exister.

 

Demain tout sera rentré dans l'ordre et ce sentiment sera un lointain souvenir.

 

 

127072475-copie-1.jpg

 


 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 23:12

Aujourd’hui nous sommes déjà le premier décembre soit deux jours avant la Saint Nicolas, 24 jours avant le réveillon de Noël et 31 jours avant le réveillon du Nouvel an.

 

 

d4c54447.gif

 

Je n’ai pas vu cette année passer et j’en suis bien heureuse (même si j’aimerais que l’été soit plus long…je commence sérieusement à avoir froid) avant quand j’allais mal j’avais l’impression que le temps s’éternisait surtout durant les mois d’hiver où je broyais plus que du noir.

 

C’est la première année de ma vie depuis presque 12 ans que je n’ai pas déprimé (Les coup de blues passagers ne comptent pas, on en a tous par moment).

 

C’est la première année de ma vie où j’arrive à être positive et à ne pas me laisser envahir par le marasme ordinaire de certaine personne de mon entourage. Je ne supporte plus cette manie de voir tout en noir et d’imaginer que le pire va arriver. Je refuse de stresser et de m’inquiéter dans le vide. Avec ma nature anxieuse, je n’ai pas besoin qu’on me rajouter une couche de stress.

 

Je me sens enfin bien dans ma vie, dans ma tête et dans mon corps.

 

Je commence à comprendre les mécanismes qui amplifient mon stress et mes angoisses ce qui me permet de les éviter parce que à quoi bon se faire du mal ?

C’est déjà arrêter de me mettre la pression pour rien, c’est essayer d’avoir un rythme de vie qui me convient (j’ai la chance pour le moment de pouvoir l’avoir) parce que non je suis incapable d’être une superwoman qui court partout et assure sur tout. Je connais mes limites  et je tente donc de faire au mieux avec afin de trouver un équilibre même si régulièrement ma famille n’hésite pas à m’en faire le reproche. Mais tant pis, il est hors de question que je tente le diable pour gagner un pétage de plombs et puis j’ai trop longtemps essayé de plaire à tout le monde pour finalement être malheureuse. Ma vie doit me plaire avant tout, si ça ne plait pas aux autres tant pis pour eux.

 

Trouver son équilibre je crois que c’est la clé, et ça permet de se sentir bien dans sa vie.

Il est certain que c’est plus facile à dire qu’à faire car la société ne nous aide par franchement à ça en privilégiant l’économie sur l’humain. Le journal télévisé est bien déprimant ces derniers mois mais je passe outre parce qu’on ne peut pas s’arrêter de vivre et je me concentre sur ce qui va dans ma vie. Chose que j’étais incapable de faire auparavant. Avant je me laissais complétement anéantir par ce qui n’allait pas et la dépression et les TCA n’aidaient pas.

 

Devenir maman m’a beaucoup aidé à avancer, j’ai enfin cette sensation d’avoir une utilité et un but dans la vie mais pas seulement auprès de ma fille. Ça m’a aidé aussi à grandir dans le sens où je suis vraiment parvenue à me détacher de ma mère et à vivre ma vie.

 

Je me sens pleinement heureuse, épanouie et « adulte ». Et franchement je pensais que c’était IMPOSSIBLE. Je reste la première impressionnée par mes avancées. Je pensais que je n’irais jamais mieux, que je serais malheureuse et déprimée toute ma vie. Je craignais aussi que ce mieux soit fugace et transitoire.

 

Pour la première fois depuis longtemps j’aborde les fêtes de fin d’année avec sérénité (même si au niveau des finances ça va être compliqué mais je crois qu’on est tous dans ce cas).J’ai toujours aimé la période de Noël mais se posait le problème de la nourriture, des repas et des clashs familiaux.

 

Maintenant ma relation avec la nourriture s’est bien stabilisée. Je n’ai même pas avalé la boite de gingerbread achetée hier, ça c’est une belle avancée. Et si clashs familiaux il y a je passerai outre (mais si les sujets qui fâchent ne sont pas abordés tout ira bien dans le meilleur des mondes).


P1090661.jpg

 

Je fais découvrir à ma fille cette ambiance de fête que j’aime tant, même si maintenant il est finalement difficile de la trouver…y a même plus de chants de Noël dans les magasins.

Mercredi nous sommes allées voir le Saint Nicolas. C’était juste magique de voir mon petit bout de chou regarder le Saint Nicolas d’un air perplexe. Si samedi le temps nous le permet, nous irons voir le défilé de la Saint Nicolas Et puis la semaine prochaine ça sera la découverte du marché de Noel et des décorations de Nancy sans oublier un peu de shopping…quoique ce sera plutôt du lèche vitrine. Sans oublier de se lancer dans la confection des sablés de Noël et autres friandises.

 

P1090606.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 19:23

Les anorexiques sont connues pour être des freak contrôle. Tout contrôler donne cette impression que l’on peut tout maitriser surtout notre vie qui semble nous échapper.


J’ai cette fâcheuse tendance à vouloir tout faire, tout contrôler, pour que tout soit parfait. Oui parce que si le linge n’est pas étendu comme moi je l’étends, c’est « une catastrophe ». Bien entendu je consciente de l’absurdité de la chose.


Tout contrôler rassure. Tout contrôler calme nos angoisses.


Alors quand d’un seul coup le contrôle de l’alimentation nous échappe, c’est un véritable tsunami qui s’abat sur nous.


Pendant longtemps je me suis punie de mes pertes de contrôles alimentaires. Je continuais à me gaver jusqu’à la nausée. Puisque je n’étais pas capable de me limiter, de me contrôler, je devais me punir.


Maintenant ça mieux. Cette histoire de punition est de l’histoire ancienne. Bien sûr j’ai toujours cette tendance à contrôler l’alimentation, mais nettement moins et un écart n’est plus synonyme de catastrophe et de punition.


Ca m’arrive d’avoir des fringales, des compulsions e  je déteste ça, mais je les accepte. Avant je me battais corps et âme pour les éviter, sans grand succès le plus souvent. J’obtenais l’inverse, et au bout du compte je doublais voire triplais ce que j’avais envie de manger à la base.


Hier soir j’avais faim. Mais vraiment faim. Ca m’énervait car j’avais envie de manger de bonnes choses sucrées…La faim je la supporte nettement moins bien maintenant, probablement parce que je sais qu’elle est dangereuse et à cette tendance à provoquer des compulsions et des crises.


Alors j’ai fini par céder, tant pis s’il était minuit et hors de question de grignoter une pomme ou un yaourt. Du fromage, quelques barres de céréales. Pas forcément l’idéal mais tant pis. L’important c’est que je suis parvenue à m’arrêter. J’ai eu cette sensation d’être rassasié et réconfortée par ces aliments régressifs. Je ne m’en suis pas trop voulu. Je sais que j’en avais besoin. Donc j’ai accepté.


La culpabilité fût légère. J’ai mangé plus léger aujourd’hui pour rattraper le coup.


J’ai appris à refaire confiance à mon corps et à mon organisme. Il gère plutôt bien. Non on ne prend pas un kilo pour un petit excès au milieu de la nuit, ça c’est une légende urbaine. Si on a une alimentation diversifiée et équilibrée, les petits écarts et les petits plaisirs s’ils ne sont pas quotidiens seront absorbés et non stockés.


Il faut arrêter de croire que le corps stocke comme ça. Il fait des réserves uniquement si on lui donne très régulièrement des excès de calories. Alors il faut arrêter de stresser, de culpabiliser, il faut apprendre à refaire confiance à son corps et à soi même.

 

62066122.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 21:09

Septembre se la jouant été indien, j’en ai profité pour sortir et profiter de ce doux soleil qui va bientôt me manquer l’hiver arrivé.


J’ai passé un excellent après-midi en voyant ma fille s’éclatait sur les jeux : sa première fois de toboggan, sa première fois dans une énorme piscine à balles (on en a une à la maison mais avec 100 balles, elle fait pâle figure !).


Si on m’avait dit il y a deux ans, qu’à l’heure actuelle je serais heureuse dans ma vie, épanouie, presque bien dans ma peau et que mes TCA seraient minoritaires, je ne l’aurais pas cru.


Pendant longtemps j’ai été persuadée que je serais déprimée toute ma vie, que ma vie tournerait pour toujours autour de l’anorexie. Je croyais qu’aller mieux était un mythe. Comme quoi.


Mais tout ça ne s’est pas fait en un jour, c’est un combat long et difficile semé d’embuches, mais ce n’est pas impossible. 

 

P1090143.jpg


Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 17:33

328547 10150292760036286 653176285 8332335 754120765 oJe mets rarement des photos sur mon blog, j’ai toujours voulu rester le plus anonyme possible (si on peut dire) histoire de protéger au maximum ma vie privée (soyons réaliste, je ne dis pas tout sur mon blog.), je n’ai pas forcément envie qu’on me reconnaisse dans la rue, et je ne veux pas qu’on me réduise à ma maladie aussi.


Mais là je tiens à faire partager mon week-end que j’ai passé avec mon amie Lottie que j’ai connu grâce à l’anorexie si on peut dire. On s’est connue par les forums de guérison il y a au moins 8/9 ans…ça date quand on y pense. On est devenue très vite amie, et bien qu’on ne se voit pas souvent, notre amitié reste intacte.


Lottie venait sur Nancy pour aller au Livre sur la Place (premier salon littéraire de la rentrée), et ça tombait pile le week-end où ma fille passait sa première nuit chez son paternel Bref la date était idéale pour se revoir.


Ce que j’ai toujours aimé avec Lottie, c’est qu’on peut sortir. Je m’explique : j’ai rencontré et lié des amitiés tout au long de ma maladie, mais ça m’a toujours énervé les rencontres avec d’autres malades où l’on ne pouvait même pas s’arrêter quelque part pour boire un café. Ok je respecte le fait qu’on ait  une relation ambiguë et compliquée avec la nourriture, mais zut boire un café ou un coca light c’est 0 calorie.


Lottie est comme moi, elle va mieux. Elle sait et peut se faire plaisir alimentairement parlant. Bref on s’est fait plaisir entre Buffalo Grill, Mac do & cie. Et puis ce n’est pas parce qu’à la limite on abuse pendant 2 jours qu’on va prendre 10 kg, non mais !


Ce week-end m’a fait du bien. J’ai bien rigolé, bien papoté, bien mangé. Et c’est sympa de temps en temps de redevenir seulement soi et de ranger son tablier de maman. Mais si samedi ma fille ne m’a pas trop manqué, dimanche fût long malgré tout (en plus il y avait vraiment des bébés partout à Nancy…).


Voici donc quelques photos de notre week-end et le lien du blog de Lottie.

 

PS: aujourd'hui je ne me sens même pas grosse 

 

P1100587.JPG

 

P1100592.JPG

 

P1100598.JPG

329428 10150799958515456 685660455 20821899 1891953331 o (1

328547 10150292760036286 653176285 8332335 754120765 o

327623_10150292793941286_653176285_8332504_391752161_o.jpg

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 10:43

Je m'approche inexorablement de la trentaine...bon encore deux petites années de sursis quand même.


Une chose est certaine je me sens mieux du haut de mes 28 ans tous neufs, que de mes 18 ans d'il y a dix ans.


Cette année j'ai décidé de faire moi même mon gâteau d'anniversaire car j'en ai un peu marre de tourner toujours sur les mêmes saveurs. Ce sera donc bavarois chocolat blanc et framboise. Tout est fait maison de A à Z.

 

P1080643.jpg

P1080641.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 21:34

Ca fait quelques jours que ce n’est pas la forme.


Je m’en suis rendue compte car j’ai fait pas mal de crises d’angoisse en peu de temps. Bon j’avoue que ça me gêne pas plus que ça les crises d’angoisses, j’ai tellement l’habitude puisque j’en fais depuis toujours. J’ai appris à gérer, à prendre un médicament si elle est forte et attendre que ça passe.


Alors pourquoi j’angoisse c’est la bonne question, ça c’est encore mon inconscient qui me joue des tours. Avec mon rythme de vie tranquille et qui me convient parfaitement, je devrais ne pas être un poil angoissée. Mais bon c’est comme ça.


Aujourd’hui ce fût le pompon. Une faim plus qu’intense, pourtant je mange correctement, mais voilà c’est la période où va arriver le cadeau mensuel de dame nature…En plus de me faire atrocement mal au ventre mes règles arrivent toujours en me démultipliant l’appétit, ce que j’apprécie moyennement...


Bref me voilà avec un appétit d’ogre et un paquet de Cornetto vanille au congélo. Aie aie. Je vous laisse imaginer la suite.


Maintenant la boite est à la poubelle, et les Cornetto avalés sans le moindre plaisir. Ca je n’aime pas du tout. Et surtout me voilà avec un mal d’estomac atroce car trop rempli et une énorme culpabilité sur les bras.


Oui si la plupart du temps je gère, y a des ratés. Enfin UN.


Et je me suis demandée si je devais le raconter ce raté.Parce qu’il est bien moche. Mais ce n’est pas pour autant que ça remet en cause le fait que je vais mieux. Ça arrive des ratés. Le tout c’est que ça ne devienne pas « la normale ».


C’était une histoire de 1080 calories.


Mais non franchement là je ne pouvais pas. Ca faisait des années que je n’avais pas fait ça : passer par la case WC pour tenter d’effacer la honte et la culpabilité.


Enfin ça efface une partie de la culpabilité et son décuple la honte parce que vomir ce n’est pas glorieux du tout. Et en plus ça fait super mal à la gorge et franchement c’est infecte niveaux goût. Le pire c’est l’odeur du vomi qui persiste…beurk


Au-dessus de la cuvette je me posais la question, est-ce que je dois raconter ce faux pas ou non ?


Oui il faut le raconter. Un faux pas de ne doit pas être honteux. Et puis de toute manière non il est hors de question de prendre ce chemin-là. (En plus la "boulimie vomisseuse" a toujours était rare chez moi!)


Mais voilà même quand on va mieux on n’est pas à l’abri d’un raté, d’un faux pas, tout simplement parce qu’on est des êtres humains. Le tout c’est de continuer d’avancer.


Aller mieux c’est long et difficile. C’est un chemin semé d’embûches. Mais c’est comme ça, on n’a pas le choix, alors on fait avec !


Je ne suis pas fière de moi aujourd’hui, mais malgré tout je tenais à évoquer les évènements du jour parce que je refuse de faire croire que lorsqu’on va mieux tout roule à merveille. Non y a des fois où ça roule pas, mais comme on dit on dédramatise la chose parce qu’on ne baigne plus dedans en permanence.


Bon j’avoue j’ai fait un peu plus de sport aujourd’hui pour compenser mais ce soir j’ai mangé comme d’habitude. Il est vraiment HORS de question que les tca dictent à nouveau ma vie ! 

 

Demain sera un nouveau jour. 

 

ladybug_by_rosse_san-d42ga9s.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 10:35

Heureusement tout cela est du passé à présent 

 

numerisation0001-copie-2.jpg

numerisation0002-copie-2.jpg

numerisation0003-copie-1.jpg

numerisation0004-copie-1.jpg

numérisation0005

 

numerisation0006.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 13:01

Par curiosité, j'ai réouvert mes cahiers des années passées où je notais mes pensées les plus secrètes, les plus sombres, les plus marquées par la maladie.


Il y a des choses justes, de la souffrance et aussi une imprégnation horrible de la maladie...les articles de magazines sur les régimes, les calories...les photos de mannequins et starlettes maigres.


Aujourd'hui j'ai vraiment vu le chemin que j'ai parcouru. Et une chose est certaine, il est hors de question de laisser encore l'anorexie dictée ma vie. 


J'ai toujours ce besoin de faire du sport tous les jours, de contrôler mon alimentation et ma ligne. Mais il est absolument hors de question que je retombe dans la folie de la maladie à courir après un poids invraisemblable, à me priver de manger, à jeûner etc...

 

IMAG1364.jpg

IMAG1363.jpg

Extraits de 2006

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 19:43

Oui je vais encore râler 

 

Lundi soir, NRJ 12 diffusait un énième reportage sur les TCA. Les années passent mais le sujet reste à « la mode ».

 

J’ai déjà dit que maintenant j’évite de regarder films, reportages sur les TCA ou de lire des livres sur le sujet car je pense que pour aller mieux il faut arrêter de baigner dans « ce monde ».

 

Cependant j’étais curieuse du contenu de l’émission (on m’avait d’ailleurs contacté pour y participer mais moi ça ne m’intéresse absolument pas de participer à des émissions douteuses qui cherchent à faire de l’audience sur une maladie !) et pour critiquer que ce soit négativement ou positivement il faut regarder un minimum.

 

Cette fois ci le reportage se centrait sur l’anorexie de l’adulte, chouette il est temps de considérer l’anorexie comme propre à l’adolescence.

 

J’ai été agréablement surprise également tous les participants n’étaient pas maigres. On arrête enfin de réduire l’anorexie à la maigreur. Il y avait aussi le témoignage d’un homme qui allait mieux mais se batte toujours contre la maladie. Trop souvent on ne montre que les gens qui touchent le fond : ultra maigreur, crises de boulimie intenses & vomissements.

 

Bien entendu l’émission n’a pas apporté grand-chose. On a pu voir que l’anorexie mène à un isolement social et une solitude extrême, qu’aller mieux est difficile. Mais voilà c’est tout, on se contente de montrer...

 

Et par contre je suis en colère contre le bandeau manger/bouger qui apparaissait par intermittence en bas de l’écran. J’ai trouvé ça plus que déplacé…

 

mangerbouger.png

 

Cette année, j’ai été contactée moults fois pour ce genre d’émissions dont 3 fois rien que c’est deux derniers jours.

 

Une émission pour W9, « C’est quoi l’amour » pour TF1 et « C’est ma vie » pour M6.

 

Je décline toujours ces offres car je suis contre la surexposition des TCA à la télévision. Surtout que ce sont des émissions pour l’audience et pour satisfaire la curiosité malsaine des gens.

 

J’ai plein de chose à dire sur les TCA, mais je n’ai absolument rien à montrer !

 

Je me pose la question sur l’intérêt de la multiplier sans cesse ce genre de reportages sur les TCA.

 

On le sait déjà, les TCA c’est un enfer pour le malade mais aussi par sa famille. Guérir est plus que difficile et toute la volonté du monde n’y suffit pas.

 

959024c120c277407a86f0fb98b6e.jpg

 

Mais c’est vrai ça passe bien à la télé. La maigreur ça fait de l’audience ainsi que les bizarreries alimentaires. Et puis franchement voir une nana de 40 kg se trouvait grosse c’est juste risible, non ?

 

Ces émissions attisent seulement la curiosité des gens et puis puisqu’on en parle tellement et si ouvertement des TCA, c’est que ce n’est  peut être pas si grave…c’est juste un caprice d’ado ou d’adultes immatures qui ne sont pas capables de bouger leur cul pour affronter la vie.

 

Je vais me répèter, mais on ne voit pas ce genre d’émissions sur le cancer. Non on ne suit pas de manière intrusive le cancereux qui va faire 3 fois par semaine sa chimio, qui perd ses cheveux par poignées, qui vomit ses tripes…Non le cancer c’est une maladie trop grave, c’est une « vraie » maladie. Et d’ailleurs une émission traite le sujet ce sera de manière positive, on montrera comment le malade est courageux et fort de se battre.

 

Mais non les TCA ne méritent pas ça. On ne cesse de les vulgariser à tout bout de champs. Dans les émissions on oublie de nous dire que les TCA tuent, que les TCA gâchent la vie, que les TCA sont une véritable maladie et surtout qu'on ne sait pas tellement les soigner…

 

which_way__by_this_is_the_life2905-d35cm8z.jpg

 


Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route