Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

22 octobre 2005 6 22 /10 /octobre /2005 23:00
Récit

« Littéralement obsédée par son corps, elle passait son temps à s'observer dans le miroir, convaincue qu'elle n'était jamais assez mince, et malgré ses os qui saillaient, jugeait son ventre trop rond, presque gonflé, et ses cuisses trop grosses, boursouflées, et imaginait avec horreur qu'elle puissent se toucher [...] Il lui fallait aller au-delà de ses limites, jusqu'à l'épuisement. Par moments, elle était grisée par cette fatigue qui lui donnait la sensation qu'elle était au bord de défaillir, de mourir peut-être, parfois exaltée par cette perspective, en proie à une sorte de jouissance intérieur, parfois désespérée, pleurant sur son sort en priant pour qu'on vienne la prendre, l'enlever et que tout redevienne comme avant, comme par enchantement. [...] Elle avait perdu sa gaieté, se montrait toujours irritable et pleurait maintenant pour un oui ou pour un non. »



Anorexie/boulimie : Les paradoxes de l'adolescence de Philippe Jeammet
Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
22 octobre 2005 6 22 /10 /octobre /2005 23:00
Dilemme

Le dilemme s'exprime alors entre manger et ne pas manger. Mais au fur et à mesure que le comportement s'installe, il rend de plus en plus difficile la possibilité de choisir une autre voie. L'adolescente s'y agrippe alors, comme à une bouée de sauvetage, son seul moyen de garder le contrôle étant d'adhérer à son comportement, de se l'approprier afin de se sentir exister. Il devient une identité de substitution à laquelle elle se cramponne pour ne pas se perdre. L'interrogation se pose en ces termes : “ Si je ne suis pas anorexique, qui suis-je ?”


Anorexie/boulimie : Les paradoxes de l'adolescence de Philippe Jeammet
Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
22 octobre 2005 6 22 /10 /octobre /2005 23:00

"Elle avait toujours su que bien des gens commentent les horreurs qui frappent les autres comme s'ils etaient tres soucieux de les aider, alors qu'en realite ils se complaisent a la souffrance d'autrui, parce qu'elle leur permet de croire qu'ils sont heureux et que la vie a ete genereuse avec eux."

Paulo Coelho

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
22 octobre 2005 6 22 /10 /octobre /2005 23:00
"Un jour, je découvre que je peux vomir la nourriture suffisamment liquide, la purée, la viande hachée, l'île flottante, la crème au chocolat.

Je découvre cette ruse diabolique, un jour de violence. Nous avions tous trois couru autour de la table du dîner, pour un silence de trop, un bout de côtelettes. Une gifle a volé. Je ne pourrais pas dire si c'est ma mère qui m'a frappée ou si cest moi qui ai levé la main sur elle. Il me semble que tout le monde y a mis du sien. On ne m'a jamais giflée, hurlé-je. Les gifles, ce n'est pas comme les fessées, les larmes jaillissent sans qu'on le veuille. Peut être que mes parents de disent-ils qu'il aurait mieux valu commencer plus tôt.

Les gifles sont de la haine, pensé-je. Et désormais la haine et la ruse m'habitent. Je vomis. Je mange, très peu, le minimum, juste ce qu'il faut pour éviter d'autres affrontements physiques. Je vomis, et je m'améliore, je vomis de mieux en mieux. Bientôt, il ne m'est plus nécessaire de mettre un doigt dans ma gorge, un simple mouvement abdominal suffit, j'appuie sur mon plexus, je me sens nettoyée et propre, et nouveau maîtresse de mon destin. J'ai un seul problème, dissimuler mes manoeuvres, supprimer l'odeur très identifiable, je passe mon temps à ouvrir les vasistas et les fenêtres des toilettes pour où je passe. Je me rince la bouche, ensuite, je me lave les mains. Je passe de l'eau aussi sur mes yeux rougis par l'effort. Je me suis convaincue que personne ne peut s'apercevoir de rien et la vie devient moins difficile pour tout le monde."

Geneviève Brisac, Petite
"Un jour, je découvre que je peux vomir la nourriture suffisamment liquide, la purée, la viande hachée, l'île flottante, la crème au chocolat.

Je découvre cette ruse diabolique, un jour de violence. Nous avions tous trois couru autour de la table du dîner, pour un silence de trop, un bout de côtelettes. Une gifle a volé. Je ne pourrais pas dire si c'est ma mère qui m'a frappée ou si cest moi qui ai levé la main sur elle. Il me semble que tout le monde y a mis du sien. On ne m'a jamais giflée, hurlé-je. Les gifles, ce n'est pas comme les fessées, les larmes jaillissent sans qu'on le veuille. Peut être que mes parents de disent-ils qu'il aurait mieux valu commencer plus tôt.

Les gifles sont de la haine, pensé-je. Et désormais la haine et la ruse m'habitent. Je vomis. Je mange, très peu, le minimum, juste ce qu'il faut pour éviter d'autres affrontements physiques. Je vomis, et je m'améliore, je vomis de mieux en mieux. Bientôt, il ne m'est plus nécessaire de mettre un doigt dans ma gorge, un simple mouvement abdominal suffit, j'appuie sur mon plexus, je me sens nettoyée et propre, et nouveau maîtresse de mon destin. J'ai un seul problème, dissimuler mes manoeuvres, supprimer l'odeur très identifiable, je passe mon temps à ouvrir les vasistas et les fenêtres des toilettes pour où je passe. Je me rince la bouche, ensuite, je me lave les mains. Je passe de l'eau aussi sur mes yeux rougis par l'effort. Je me suis convaincue que personne ne peut s'apercevoir de rien et la vie devient moins difficile pour tout le monde."

Geneviève Brisac, Petite
Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
22 octobre 2005 6 22 /10 /octobre /2005 23:00

Pourquoi cette fascination pour les os ?? Comment est-elle arrivée dans ma vie ??

Pourquoi est ce que je trouve plus minces les filles « plus grosse » que moi ??

Pourquoi j'accorde tant d'importance à mon poids ??

Pourquoi je ne trouve pas le juste milieu avec la nourriture ?? Pourquoi je me suis fâchée avec elle ??

Pourquoi je suis toujours si déprimée depuis des années et des années ??

Pourquoi est ce que je vois mon corps gros et flasque alors que tout le monde le voit ferme et mince ??

Pourquoi je suis tombée malade il y a 5 ans ?? Pourquoi je n'arrive pas à me défaire de cette maladie que l'on nomme anorexie ?? Pourquoi est ce que malgré tout je tiens tant à elle ??

Pourquoi ?? Pourquoi ?? Pourquoi...

Repost 0
Published by eixerona - dans Mes écrits
22 octobre 2005 6 22 /10 /octobre /2005 23:00
J'ai écrit des pages et des pages sur toute mon incompréhension vis-à-vis des TCA..

Comment suis-je tombée dans la maladie alors que je moquais moi même des filles qui ne mangeaient pas ? Je ne comprenais pas comment on pouvait se priver de nourriture. ..
Comment ai-je pu sombrer dans l'anorexie alors que je suis si gourmande ?

Pourquoi il est si dur de guérir ?
Est-il possible de guérir ?
Tout le monde n'y arrive pas...Même si on me dit toujours qu'un jour j'irais mieux, je sais que c'est faux. Au plus profond de moi je veux qu'elle reste...Je ne veux plus la combattre...
J'ai essayé plusieurs sans succès, elle est restée et m'a toujours accueilli dans ses bras malgré mes trahisons...

Pourquoi parfois on entraîne d'autres personnes dans notre descente aux enfers ?
Je l'ai fait sans faire exprès... "Aider" une amie à devenir anorexique...je lui avais donner seulement quelques conseils pour manger équilibré et elle a fini par ne presque plus manger...Ca fait mal au coeur de voir une amie tomber dans le même enfer que vous, de se sentir coupable... de savoir ce qu'elle vit et de savoir ce qu'elle vivra...
J'ai sans cesse peur d'entraîner mes amies dans cette spirale infernale...d'avoir une mauvaise influence...Je sais qu'on ne tombe pas dans l'anorexie comme ça, il y a une sorte de prédestination mais bon...mes craintes restent là...

La chose que je sais à cette heure ci est que je vais mal, très mal. Manger est un véritable calvaire, je m'épuise au sport et je suis dans une tristesse indéfinissable...

Hier soir je me regardais dans mon miroir, et j'ai vu tant de détresse dans mon regard...
Je me suis observée du haut en bas...mes os des épaules dépassent légèrement...deux secondes de bonheur avec de sentir mon ventre imposant et flasque...le pire c'est qu'il n'y a que moi qui le voit comme ça...

Je n'ai qu'une envie être plus mince, plus maigre tellement la peur de grossir me terrifie et me terrorise.
J'aimerais tant être plus maigre bien que je sache qu'une telle pensée est absurde et stupide.

Comment cette maladie m'a aliéné à ce point?? Depuis 5 ans je pense 24h/24 à la nourriture...5 longues années...5 années gâchées à cause de cette maladie. On m'a d'abord refusé d'aller en prépa après le bac parce que j'étais malade. Résultat j'ai décidé de doubler ma terminale. Puis j'ai fais deux premières années de fac sans les terminer, cause rechute et dépression. Ah c'est vraiment beau la vie avec l'anorexie!! La solitude, la fatigue, les cheveux que l'on perd par poignée, les insomnies...

Et ce n'est pas fini...Oui j'ai fini mon année fac cette année ci. Oui les partiels se sont bien passés. Mais je suis malgré tout en pleine rechute. Depuis le mois d'octobre, je me bats contre mes kilos pour reperdre ceux de l'été dernier durant mon épisode boulimique. Bien sur comme une anorexique n'est jamais satisfaite de son poids je continue même si je sais que c'est stupide et idiot. Je n'arrive pas à faire autrement. Alors je vis avec, pas le choix...mais ce n'est pas un mode de vie...J'aimerais tant manger des hamburgers quand je vais au Mc Do avec mes amis, j'aimerais tant prendre un vrai petit dej....

Mais je ne peux pas quitter Ana, elle est ma survie...J'ai peur de vivre sans elle. J'ai peur de perdre le contrôle et de redevenir la jeune dodue que j'étais...

Elle est ma drogue...

Malgré tout le mal qu'elle me fait je l'aime par-dessus tout...et pour rien au monde je ne voudrais la quitter...

C'est bizarre l'anorexie, c'est incompréhensible, c'est paradoxal...
Repost 0
Published by eixerona - dans Mes écrits
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 23:00

L'anorexie n'est pas la recherche DU poids idéal...

Le poids, comme le comportement envers la nourriture

 est seulement un symptôme...

Repost 0
Published by eixerona - dans Idées fausses et préjugés
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 23:00

ANA

Bonsoir,

Laisse moi me présenter. Je m'appelle Anorexie. Anorexie Mentale est mon nom complet, mais tu peux m'appeler Ana.

Nous allons devenir de véritables amies. J'investirai beaucoup de mon temps pour toi et j'attends la même chose de toi en retour.

Dans ton passé, tu as déjà dû entendre dire de toi, par tes professeurs ou tes parents, que tu es quelqu'un de très mature et très intelligente... J'aimerais te demander: où as-tu appris à être comme cela? Nul part!
Tu n'es pas parfaite et tu peux mieux faire; beaucoup plus qu'en restant parler avec tes amis, dessiner, écrire, penser...

Tout cela ne sera plus accepté dans le futur. Tes amis ne te comprennent pas. Ton inquiétude grandissait quand tu leur demandais : Suis-je grosse ? et qu'ils te répondaient : "Bien sûr que non" . Tu savais qu'ils mentaient.

Je suis la seule désormais à pouvoir te dire la vérité. Et si toutes ces personnes te mentent c'est parce qu'ils taiment, mais je vais te confier un secret : Au fond d'eux, ils sont déçus de constater ce que tu es devenue : leur fille avec tant de talents est devenue grosse, paresseuse...

Mais je vais changer tout ça !

J'attends de toi que tu fasses attention à tes calories et que tu te mettes au sport. Je te pousserai jusquà tes limites. Tu ne me résisteras pas puisque tu ne peux pas me défier ! Je commence déjà à faire mon nid dans ton propre intérieur. Je serai là à ton réveil quand tu te précipiteras sur ta balance. Les nombres deviendront à la fois tes amis et tes ennemis et tu prieras tous les jours pour les voir diminuer. Quand tu réaliseras ce que tu es en te regardant dans ton miroir, tu souriras et tu planifieras ta journée : 400 kcal, 2h de sport. Désormais, nos pensées fusionneront.

Partout où tu iras je te suivrai : même en cours tu recompteras tes calories du jour. Ce sera toujours trop. Je t'obsèderai l'esprit avec la nourriture, ton poids, les calories, le sport et toutes ces choses.

Maintenant, je suis déjà en toi, dans ta tête, ta peau, ton âme, ta chair... Les crampes d'estomac que tu ne prétends pas avoir : c'est moi.

Je te dirai ce qu'il faut faire : souris et présente toi comme allant très bien.

Arrête de faire du bruit avec ton estomac ! Tu n'es qu'une grosse vache que diable !
Quand arrivera l'heure des repas, je 'texpliquerai comment transformer une vulgaire salade en un festin de roi ! Pousse la nourriture sur les bords de ton assiette et fais semblant d'avoir bien mangé.
Si tu manges, tout le contrôle sera détruit... C'est ça que tu veux ?? Retour à la grosse vache que tu étais ?? Je te forcerai à regarder les magazines de mode, ces corps parfaits qui te narguent. Autant te prévenir : tu ne seras jamais comme cela, tu resteras toujours grosse et tu ne seras jamais aussi belle qu'elles.

Quand tu te regarderas dans le miroir, je déformerai ton image. Je te montrerai ton obésité, ton corps de sumotori dans lequel tu n'es qu'une enfant affamée. Mais cela, tu ne dois pas le savoir car si tu connais la vérité, tu recommenceras à manger et notre relation sera en danger.

De temps à autres, tu te rebelleras: Tu t'aventureras en pleine nuit dans la cuisine. Tu ouvriras les placards ou le réfrigérateur tout doucement sans bruit... les pupilles de tes yeux sécarquilleront en voyant toute cette nourriture que tu as gardé à distance de toi. Ta main se lèvera toute seule, comme dans un cauchemar, et viendra attraper, machinalement le paquet de chips. Tu ouvriras le paquet non pas pour goûter, mais simplement pour te rebeller contre moi. Tu prendras un autre paquet, tu l'ouvriras, puis un autre, et encore un autre...
Ton estomac deviendra plein et meurtri, mais tu n'auras pas encore fini. Pourtant, je passerai mon temps à te crier dans tes oreilles : STOP la grosse vache !! Tu n'as vraiment aucun contrôle, tu vas redevenir grosse. Quand tout ce cauchemar se terminera enfin, tu viendras me voir, me demander des conseils parce que tu ne veux pas redevenir comme tu étais. Tu auras violé une règle primordiale : tu auras mangé, et là, tu me supplieras de revenir, tu m'imploreras...

Je te forcerai donc à aller aux toilettes, et tu te mettras à genoux, à mes pieds, fixant la cuvette. Tes doigts viendront naturellement à ta bouche et senfonceront dans le plus profond de ta gorge et, avec beaucoup de douleur, la nourriture remontera dans ta bouche. Ce geste, tu le répèteras autant de fois qu'il faudra avant que tu ne commences à cracher du sang et de la sueur. Tu te sentiras malade : je ne veux pas de cela ! Debout ! Tout de suite ! Toi la grosse vache, tu as cherché ton mal.

Tu auras le choix dans ta culpabilité : peut-être que je choisirai de te faire prendre des laxatifs et tu viendras t'asseoir sur la cuvette des toilettes le matin de bonne heure. Peut-être aussi tu te taperas la tête contre un mur afin d'avoir un mal de tête ou alors tu prendras un couteau et voulant voir ton sang dégouliner sur ton bras, tu l'enfonceras doucement sans broncher dans ton avant-bras. Là, tu réaliseras le mal que je t'impose, et tu pleureras toutes les larmes de ton corps

Tu seras dépressive, obsédée, malheureuse, fatiguée Tu auras mal mais personne ne t'écoutera. On sen fiche ? De toutes façons, tu t'es fait cela toute seule !

Oh, c'est dur d'entendre ça ?

En fait, tu ne voudrais pas qu'il t'arrive quoi que ce soit ?

Je vais te donner quelques trucs qui vont t'aider. Je vais te rendre possible l'inhibition : ne plus avoir d'émotions, donc plus de stress. Toutes tes pensées de colère, de tristesse, d'amour, de désespoir ou de solitude te sortiront de la tête car je vais les remplacer par une table de calcul des calories. Je te permettrai de loger dans des vêtements pour enfants et tu deviendras aimable avec tout le monde, sans pour autant t'attacher à eux car maintenant, je suis ta seule amie et je suis la seule qui puisse combler tous tes besoins.

J'ai cependant un point faible. Mais personne ne doit le savoir...
Si tu décides de guérir et de te faire aider par quelqu'un, raconte qu'elle a été ta vie avec moi et tout cet enfer s'effondrera. Mais personne ne saura ce que j'ai fait de toi : je t'ai crée cette minceur, cette maigreur, cette perfection, la course au corps d'enfant.
Sans moi, tu n'es rien, donc ne cherche pas à t'en sortir : quand les autres te font des remarques, ignore les, oublie les. Oublie toutes ces personnes qui essaieront de nous séparer l'une de l'autre. Je suis et resterai la seule personne qui puisse te maintenir sur le bon chemin. Bienvenue, dans ce jeu dangereux....

Avec toute mon affection,
Ta future meilleure amie Ana

(Inspiré dun site pro-ana américain)


--> ce texte est fréquent sur les sites pro-anorexiques mais avant de s'offusquer de son contenu, je voudrais préciser que ce texte réflète exactement ce qui se passe dans la tête d'un malade d'anorexie mentale.
Repost 0
Published by eixerona - dans Pro-anorexie
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 23:00

Je m’en souviens comme si c’était hier de cette première fois où je me suis froissée avec mon corps. J’avais dix ou onze ans, c’était les grandes vacances. J’étais à un âge où normalement on ne se pose pas de questions sur son poids, son apparence ou sur ce que l’on avale. (Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui malheureusement)

 

 

Je me trouvais avec une amie à la  piscine. Assise sur le rebord du bassin je regardais mes cuisses. Elles avaient un aspect suspect. C’est quoi ces bosses et ces creux ? Mais c’est fort laid ! Quoi de la cellulite ? Sur moi ? Je ne connaissais pas encore cette chose d’adulte, pourquoi venait-elle m’envahir ?

 

 

Cette anecdote je ne l’ai jamais raconté à quiconque de vive voix. Cette découverte je l’ai extrêmement mal vécu. C’était tout simplement anormal d’avoir de la cellulite à mon âge, je n’étais une enfant après tout !

 

 

Quand j’y réfléchis, je me demande pourquoi cet épisode m’a tellement bouleversé. A cette époque je vivais en harmonie avec mon poids, et mon apparence m’importait peu. Je mangeais des glaces avec le plus grand des plaisirs, je buvais du coca-cola normal et je vivais.

 

 

 
 
Repost 0
Published by eixerona - dans Carnet de route
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 23:00

IMC

Poids idéal pour mon 1.55 m

femme mannequin - 10% -> 43.2 kg

femme mince - 5% -> 45.6 kg

femme normale +0% -> 48.1 kg Poids idéal

femme avec petit excès +5% -> 50.5 kg

femme avec excès +10% -> 52.9 kg

femme avec très gros excès + 15% -> 55.3 kg

Finalement j'ai connu un peu tous ces poids dans ma vie puisqu'au collège je frôlais les 56 kg pour 1.50...puis en terminale je suis tombée à 40 kg avec l'ano



http://www.patch-confort.com/indexcoque.html?indexm.html&indexet.html&minceur_imc.htm
Repost 0
Published by eixerona - dans Carnet de route