Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

19 décembre 2005 1 19 /12 /décembre /2005 10:51

  • Pourquoi le régime protéiné fait-il maigrir ?
  1. Tout simplement parce que les aliments consommés lors de ce type de régime sont riches en protéines, qui ont deux avantages : le premier, c'est qu'elles ne peuvent être stockées et que les protéines qui ne peuvent servir à l'organisme sont éliminées. Le second, c'est qu'elles dégagent 4 kcal/gramme, comme les glucides (qui en revanche peuvent être stockés), contre 9 kcal/g pour les lipides, facilement stockables eux aussi
  2. L'assimilation des protéines par l'organisme demande beaucoup d'énergie. 25 % des protides sont brûlées immédiatement par l'organisme après ingestion, contre seulement 3 % des graisses
  3. Les protéines sont très rassasiantes : si vous consommez un repas riche en protéines, vous n'aurez plus faim pendant plusieurs heures !
  4. Le régime protéiné permet de perdre du gras tout en conservant la masse musculaire. Et vous savez peut-être que l'entretien de la masse musculaire demande davantage d'énergie que l'entretien de la masse grasse. Conclusion : plus la masse musculaire est importante, plus on brûle d'énergie, même en dormant, et plus on parvient à maintenir son poids ou à mincir. Autre avantage : un corps mince et musclé est plus appétissant qu'une silhouette fine mais enrobée de graisse !
  5. Des expériences scientifiques ont prouvé que la thermogenèse (le nombre de calories brûlées au repos) était 2 fois plus importante après un repas riche en protéines qu'après un repas " normal ". Conclusion : pour brûler davantage d'énergie, même sans rien faire, mangez protéiné !
  6. Quand on supprime le sucre de son alimentation, l'organisme puise dans la réserve de glycogène présente dans le foie, puis quand cette réserve est épuisée, il puise dans les graisses du corps. En consommant davantage de protéines et moins de sucres, l'organisme puise ainsi dans ses réserves de gras (parfait !) ; de plus, il produit lors de cette opération une substance spécifique, les corps cétoniques, qui ont un effet coupe-faim puissant et sont naturellement euphorisants.
 
 
 
  • Les aliments alliés
1.       les produits de la mer
Coquillages, crustacés et poissons sont riches en protéines et généralement pauvres en graisses. Mais celles qui contiennent sont excellentes pour la santé : elles permettent de lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires.
  • Bigorneau : 26 g de protéines/100 g
  • Brochet : 21.5 g de protéines/100 g
  • Cabillaud : 18 g de protéines/100 g
  • Calamar : 16 g de protéines/100 g
  • Carpe : 17 g de protéines/100 g
  • Carrelet : 19 g de protéines/100 g
  • Colin : 17 g de protéines/100 g
  • Congre : 20 g de protéines/100 g
  • Coquille saint jacques : 15 g de protéines/100 g
  • Crabe en boîte : 20 g de protéines/100 g
  • Crevette : 24 g de protéines/100 g
  • Daurade : 17 g de protéines/100 g
  • Eglefin : 17 g de protéines/100 g
  • Flétan : 18 g de protéines/100 g
  • Homard : 19 g de protéines/100 g
  • Huître : 10 g de protéines/100 g
  • Lieu noir : 18 g de protéines/100 g
  • Lotte : 18 g de protéines/100 g
  • Merlan : 16 g de protéines/100 g
  • Moule : 20 g de protéines/100 g
  • Morue salée : 32.5 g de protéines/100 g
  • Morue séchée : 75 g de protéines/100 g
  • Œufs de lump : 14 g de protéines/100 g
  • Raie : 20 g de protéines/100 g
  • Thon : 27 g de protéines/100 g
  • Truite sauvage : 18 g de protéines/100 g
  • Truite d'élevage : 22 g de protéines/100 g
  • Truite fumée : 25 g de protéines/100 g
  • Turbot : 16.5 g de protéines/100 g
 
2.       Les viandes
Préférez les viandes maigres aux viandes grasses : dinde, poulet, bœuf maigre, abats, jambon dégraissé, car les graisses contenues dans les viandes sont dites " saturées ". Leur forme semi-solide leur donne le désavantage de se déposer dans la paroi des artères et de favoriser l'apparition de maladies cardio-vasculaires.
 
abats
Cœur : 17 g de protéines/100 g
Foie de génisse : 21 g de protéines/100 g
Foie de veau : 20 g de protéines/100 g
Foie de mouton : 21 g de protéines/100 g
Foie de porc : 21 g de protéines/100 g
Ris de veau : 20 g de protéines/100 g
Tête de veau : 25 g de protéines/100 g
 
bœuf
Bifteck grillé : 28 g de protéines/100 g
Bifteck haché à 5 % de mg : 21 g de protéines/100 g
Faux-filet grillé : 28 g de protéines/100 g
Onglet : 28 g de protéines/100 g
Rosbif rôti : 28 g de protéines/100 g
Steak : 28 g de protéines/100 g
 
gibier
Chevreuil : 22 g de protéines/100 g
Sanglier : 21 g de protéines/100 g
Faisan : 22 g de protéines/100 g
 
porc
Filet maigre : 28 g de protéines/100 g
Jambon dégraissé : 21 g de protéines/100 g
Rôti maigre : 28 g de protéines/100 g
 
veau
Blanquette dégraissée : 19.5 g de protéines/100 g
Côtelette :21 g de protéines/100 g
Escalope : 31 g de protéines/100 g
Filet rôti : 21 g de protéines/100 g
Poitrine : 19.5 g de protéines/100 g
Rôti : 29 g de protéines/100 g
 
volailles dégraissées sans la peau
Dinde (rôti) : 29 g de protéines/100 g
Dindonneau : 29 g de protéines/100 g
Poulet rôti : 22 g de protéines/100 g
Escalope de dinde ou de poulet : 29 g de protéines/100 g
Pintade : 23 g de protéines/100 g
Chapon : 22 g de protéines/100 g
 
 
3.       produits laitiers et autres
  • Lait écrémé : 3.3 g de protéines/100 g
  • Fromage blanc à 0 % : 8.5 g
  • Yaourt maigre : 5.5 g de protéines/100 g
  • Yaourt nature : 5.5 g de protéines/100 g
  • Blanc d'œuf : 5 g de protéines/100 g
 
4.       Végétaux
 
  • Ail
  • brocolis
  • champignons
  • choux
  • épinards
  • fenouil
  • persil
  • petit pois
  • pissenlit
  • algues (wakamé, kombou, agar-agar, nori…)
5.       fruits
  • Ananas,
  • clémentine,
  • fruits rouges,
  • kiwi,
  • melon,
  • orange,
  • pamplemousse,
  • pastèque,
  • pêche, rhubarbe…
Fruits oléagineux
  • Amandes
  • cacahuètes
  • noisettes
  • noix
  • noix de cajou
  • noix de Pécan
  • pignons de pain
  • pistaches
  • graines de sésame
  • graines de tournesol
 
6.       Spécial faible taux de glucide
  • asperge
  • aubergine
  • avocat
  • brocoli
  • céleri-rave
  • champignons cultivés
  • chou-fleur
  • chou vert
  • citron
  • concombre
  • cornichon
  • courgette
  • cresson
  • endive
  • épinards
  • fenouil
  • haricots verts
  • laitue
  • navet
  • noix de Pécan
  • oseille
  • pâtisson
  • persil
  • poireau
  • poivron
  • potiron
  • pourpier
  • radis
  • salsifis
  • tomate
  • topinambour.
 
  • Recommandations pour accélérer la perte de poids
 
 
1. Consommez le moins possible de glucides (céréales, légumineuses, fruits, féculents)

2. Evitez tous produits sucrés : bonbons, confiture, biscuits, produits laitiers sucrés, miel, sucre et fruits très sucrés.

3. Buvez beaucoup d'eau (infusions, thé ou café sans sucre).

4.  Consommez uniquement les légumes cités dans la partie " les aliments alliés de votre diète protéinée ".

5.  Pour assaisonner vos aliments, utilisez uniquement sel, poivre, moutarde, épices, ail, oignon, fines herbes, vinaigre, jus de citron + 2 cuillerées à soupe d'huile d'olive ou de colza par jour.

6.  Cuisez vos aliments à l'eau (court-bouillon autorisé), au four, en papillote sans matière grasse ou grillé (sans matière grasse).
 
7. Pour être efficace et perdre du gras tout en préservant votre masse musculaire, suivez ce régime deux semaines au moins.

8. Ne sautez jamais de repas.
 
9. Consommez de préférence le fromage au petit déjeuner, en collation du matin ou le midi

10. Si vous craquez pour du sucré (fruits secs, sorbet, pain d'épices…) malgré tout, faites le de préférence au goûter. Et faites l'impasse sur les bonbons.

11. Si vous faites un écart (repas copieux, fête…), vous compenserez en mangeant un peu moins le lendemain, mais sans baisser votre " quota " de protéines. Evitez d'abuser, et ne buvez pas d'alcool, surtout durant les premiers temps de votre régime.
Repost 0
Published by eixerona - dans Nutrition
19 décembre 2005 1 19 /12 /décembre /2005 10:25
Aliments brûle-graisses
 
 
 
  • Vitamine B et C
 
Elles sont présentes dans le chou, le céleri, l'asperge, le poivron.
Elles mettent en réserve les graisses et modèrent l'appétit.
 
 
  • Le chou
 
Le chou stimule l'amincissement en régulant le métabolisme du sucre et des graisses.
 
 
  • Le céleri
 
 Le céleri détient des propriétés diurétiques et laxatives. Il aide l'organisme à éliminer les toxines.
 
 
 
  • Le poivron
 
Le poivron est un excellent aliment. Il contient du bêta carotène, un antioxydant, des vitamines C et du fer. Il modérerait l'appétit.
 
 
  • Le persil
 
Le persil est à consommer pour ses vertus diurétiques et modératrices d'appétit
 
 
source: au feminin.com
Repost 0
Published by eixerona - dans Nutrition
19 décembre 2005 1 19 /12 /décembre /2005 00:16
Votre apéritif.
1 coupe de champagne + 10 bâtonnets de légumes saucés + 2 canapés maison
= 200 kcal environ

Vos boissons.
2 verres (15 cl) de vin + eau à volonté = 170 kcal environ

Votre entrée.
6 huîtres avec filet de citron + 1 tranche de saumon fumé (40 g) + 1 demi portion de foie gras (20 g) + 1 toast (20 g) = 280 kcal environ

Votre plat principal.
Une petite portion de sanglier ou chevreuil (80 g) OU une portion de blanc de dinde (100 g) OU une portion de Saint Pierre (150 g) + 1 c. à soupe de sauce (15 g) + 200 g de haricots verts = 250 kcal environ

Votre fromage.
20 g de comté + 20 g de chèvre ou camembert + 20 g de pain aux céréales = 180 kcal environ

Votre dessert.
1 part (150 g) de bûche glacée aux fruits = 120 kcal environ
 
SOIT
1200 Kcal environ, sans vous priver. A condition de déjeuner léger, vous ne nuisez pas à votre ligne
Repost 0
Published by eixerona - dans Nutrition
19 décembre 2005 1 19 /12 /décembre /2005 00:09
  1. Au réveil
 
Si vous vous sentez barbouillée le lendemain matin, buvez beaucoup d’eau : plate, infusée au thé ou aux herbes naturelles…Ces boissons drainent l’organisme. Si ce n’est pas suffisant prenez un comprimé effervescent de Citrate de betaine UPSA. Le sodium qu’il contient facilite la digestion et abaisse le taux de triglycérides (des graisses).
 
 
 
  1. Du mouvement
 
Le lendemain, bougez ! Vous éliminerez naturellement les réserves récentes. Un footing ou une longue marche au froid vous fera le plus grand bien. En effet, avec l’endurance, les muscles utilisent les graisses stockées comme combustible
 
 
 
  1. De l’eau
 
A force de manger, les fêtes « dilatent » notre estomac…Il faut donc redoubler de vigilance pour ne pas grignoter ! Notre allié : l’eau. En buvant une infusion ou un bouillon de légumes (voire du Viandox dans un bol d’eau chaude), vous tromperez votre faim pour ¾ d’heure !
 
 
 
  1. Le truc des mannequins
 
Pour calmer votre envie de grignotage faites comme les mannequins : prenez de la menthe ! Etonnamment, la meilleure technique est de se brosser les dents dès que vous avait faim (la menthe rafraîchit et vous fait oublier vos envies). L’autre astuce est d’avoir toujours sur soi des bonbons à la menthe, si possible édulcorés au Canderel.
 
Source : Au féminin.com

Repost 0
Published by eixerona - dans Nutrition
11 décembre 2005 7 11 /12 /décembre /2005 22:40

L’été revient ainsi…Et les habits légers aussi. La maigreur d’Hélène éclate au soleil. Quatorze kilos de moins, les os apparaissent, accusateurs, sous la peau craquelée ; elle flotte dans tous ses vêtements.
Malgré ses 38 kilos, elle se trouve encore trop grosse, bien trop grosse. Elle ne mange plus que des pommes, des légumes et des yaourts maigres.
Le père s’inquiète maintenant. Il menace : médecin, hôpital, enfermement, gavage…Hélène tient bon. Retrouver l’emballage d’avant ? Retomber dans le commun des mortels ? Inconcevable ! Elle veut prouver que seule sa tête, sa sensibilité, son intelligence…Tout sauf son corps mérite l’attention des autres.
D’ailleurs, le bac réussi avec mention, la maison toujours bien entretenue, les repas prêts à l’heure lui servent d’alibi. Que lui reproche-t-on ? La faim l’a quittée, un point c’est tout !
 
Françoise Laurent, Quelque chose dans le ventre
Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
11 décembre 2005 7 11 /12 /décembre /2005 22:31
Hélène calcule sans cesse le nombre de calories absorbées dans la journée. Elle fixe la barre à mille, puis huit cents, puis six cents, parfois quatre cents…Championne du calcul mental, Hélène maigrit vite, pas assez vite à ses yeux, c’est trop, c’est toujours trop !
 
Françoise Laurent, Quelque chose dans le ventre
Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
6 décembre 2005 2 06 /12 /décembre /2005 23:05

Prenant en horreur ce qu'elle appellera désormais son "enveloppe charnelle", elle fuit le regard des hommes dans la rue. Sa décision: anéantir ce corps qui lui échappe et qui l'a trahie, le dresser, le dompter, le façonner selon sa propre volonté, selon son propre désir.

Il suffit de moins manger, de trier la nourriture, de "faire attention".

Brutalement, sures, féculents et matières grasses disparaissent de son alimentation. A la cantine, cette chasse à l'intrus devient draconienne et, bien souvent, les journées se traversent avec seulement quelques haricots verts dans le ventre...Et encore! N'y avait-il pas du beurre, traîtreusement dissimulé dedans?

Pour faire taire son estomac qui gargouille sans cesse, pour arracher ses yeux gourmands des desserts engloutis par les autres enfants, Hélène travaille, Hélène tricote, Hélène dessine, Hélène écrit, Hélène s'occupe, s'abrutissant de tâches plus ou moins utiles.

A la maison, elle continue à mijoter de bons petits plats pour son frère et son père, mais elle, plus question d'y toucher.

Françoise Laurent, Quelque chose dans le ventre

 

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
4 décembre 2005 7 04 /12 /décembre /2005 12:44

Hélène, seule chez elle, ouvre le réfrigérateur. Mains qui tremblent, cœur qui bat trop vite, langue collée au palais. Hélène a peur, Hélène a la nausée ; comme au-dessus d’un précipice, elle se penche dans le frigo, regarde, scrute.
 
Il est tard, impossible de trouver le sommeil. Si longtemps, dans son lit, elle a remâché les tensions de la journée, les frustrations, les espoirs…Vie quotidienne. Hélène sait qu’elle ne s’endormira pas ; elle désire tellement cet abandon, cette absence, cet oubli de tout…Il faudrait avaler « quelque chose »…un petit cachet, juste pour s’apaiser…Ou bien…Ou bien abandonner encore une fois le combat, s’avouer vaincue avant même la bataille engagée, capituler…Capituler ! Prendre la tête, retomber dans l’esclavage du corps, des désirs, volonté bafouée, encore une fois dégringoler dans l’abîme, s’abîmer dans la bouffe, encore une fois se détester, s’avilir, se maudire et se vomir.
 
Hélène ne décide rien. Sans pensée, elle reste là, plantée devant l’objet du délit. « Juste un morceau de fromage », se dit-elle hypocritement. Lentement, elle avale, lentement elle rumine, lentement elle amorce la chute. Le morceau devient totalité dans son estomac, vite suivi d’autres fromages, puis des yaourts, des restes de poulet trempés dans un vieux pot de mayonnaise…Passage au sucré : biscottes au miel avec un grand bol de thé - ça aidera pour la suite -  biscuits de la petite, petits pots de bébé avec de la crème fraîche, tablettes de chocolat…A nouveau du salé : une boîte de sardines, une boîte de pâté…Le pain rassi n’échappe pas au carnage…Panique…Quoi d’autre ? Une omelette à la confiture…Il n’y a plus rien, rien, rien…Le mot résonne, immensément vide, vertigineux…Plus rien.
 
Hélène enfile un manteau sur son pyjama. Les stations-service attendent, la nuit, avec leurs boutiques à toute heure. Hélène fait provision, humiliée, coupable : qui viendrait acheter, en pleine nuit, des gâteaux, du beurre et du chocolat, si ce n’est quelqu’un comme elle, une faible comme elle, une ratée, une accro de la boustifaille ?
 
Incapable de regarder le jeune homme en face, fuyant ses yeux, elle paye et court à la voiture. Avant même de mettre le moteur en marche, elle poursuit son cauchemar, son espoir, son suicide : elle bouffe !
 
De retour chez elle, tout est déjà englouti. Un litre d’eau chaude, pris directement au robinet, suivra le même chemin. Hélène a mal, Hélène a peur. Difficile de soulever ce ventre distendu, prêt à craquer ; difficile de se mouvoir, respiration bloquée, coincée, paralysée, étouffée par cet immense estomac qui tient toute la place, qui envahit, qui déborde. Péniblement, comme une vieille, Hélène se lève, transporte son ventre déformé jusqu'aux toilettes, se plonge les doigts dans la gorge afin d’annuler cette folie, de la nier, de la rejeter, de l’oublier.
 
La nourriture ressort en jets violents, ignobles. Tièdes vagues déchaînées, les flots d’aliments remontent de l’œsophage, repassent par la bouche et vont se précipiter avec fracas dans la cuvette.
 
Lorsque les vomissements deviennent moins spontanés, lorsqu’il faut les arracher, Hélène s’affole : « En reste-t-il encore beaucoup ? Et le chocolat ? C’est le plus dur à sortir…Il faut continuer, c’est trop, je dois tout sortir. »
 
Alors elle force…Un peu de sang coule de sa bouche plus le nez aussi se met à saigner. Splatch…Splatch…Les gouttes s’écrasent, étoiles rouges sur ciel ombragé. « Encore un effort »…Encore un effort, encore un effort…depuis dix-huit ans Hélène fait encore un effort.
Exténuée, elle nettoie la cuvette, le sol maculé de bave et de vomi, elle se lave les mains, la bouche, les dents. Elle frotte, frotte pour supprimer toute trace d’odeur, elle gratterait si elle le pouvait. Hélène va s’allonger. Une fois la chasse tirée, les calories sont parties mais la honte demeure ; impossible de vomir la honte, impossible de l’extirper de soi, impossible de la décoller.
 
Elle a pris soin de se peser : cinquante et un kilos, comme avant…Bon…Dégâts limités pour cette fois encore, mais la prochaine…Et les autres ?...
 
Hélène pleure sa volonté anéantie, elle pleure sur ce corps qui la torture et qu’elle martyrise, elle pleure sa propre incompréhension. Et toujours ces questions : « Pourquoi ? Pourquoi est-ce que je fais ça ? Pourquoi est-ce que je ne suis pas normale ? Combien de temps ça va encore durer ? Jusqu’à ma mort ? »
 
Hélène a peur. Peur d’être seule, peur des autres, peur de mourir, peur de vivre. Elle ne sait  plus très bien si son corps existe encore.
 
Prostrée, elle observe sans pitié cette chair envahissante, encombrante…Elle voudrait tout arracher.
 
Pourtant, depuis quelques années, elle réalise la stupidité de sa hantise : elle n’est pas grosse…Obsession sans fondements…Ses copines l’envient : « T’as de la chance, tu peux manger, tu restes mince ! »…Si elles savaient ! Son ami la trouve même un peu maigre ; elle a eu des tas d’amants, elle plaît aux autres, elle a un bon boulot, une ravissante petite fille…Et pourtant…Et pourtant, comme à l’âge de quatorze ans, elle voudrait sentir ses os, elle voudrait se voir plate, décharnée, musclée, sans une ombre de graisse, sans cette chair tremblante, si commune aux femme…Comme à quatorze ans…C’est à cette époque, semble-t-il que tout à commencé.
 
Françoise Laurent, Quelque chose dans le ventre
Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
29 novembre 2005 2 29 /11 /novembre /2005 23:45

Merci à toi jeune homme pour ce com si juste

Ecrit le 29/11/2005 15:41:48 Nom : buch

Salut à toi,
Commentaire inutile: en tant que mec, je trouve ca insuportable de prendre la tete aux femmes avec leur poids.
marre de ces pubs a la tv qui ventent les merites de produits aminssissants, marre que l'on cree des complexes aux femmes et qu'on les enferment dans ce carcan ou elles doivent avoir le poids idéal...enfin. Tiens le coup jeune fille^
Repost 0
Published by eixerona - dans Témoignages -articles - commentaires
27 novembre 2005 7 27 /11 /novembre /2005 21:44

Le fait est qu'on se sent toujours très seule quand on décide de décrocher. On se rend compte à quel point, pour les femmes, l'obsession du poids est une manière d'établir une complicité. Au lieu de chercher à comprendre pourquoi nous utilisons la nourriture pour combler un vide émotionnel, nous parlons jusqu'à la nausée du fait que nous n'aimons pas notre corps. Au gymnase, les femmes se plaignent d'avoir du ventre. Au restaurant, elles parlent de leur dernier régime. Quand j'entre dans une boutique de mode, la vendeuse me sert immanquablement la même tirade. "Comme ce pantalon vous mincit! De toute façon, vous, nous n'avez pas de problème pour trouver des vêtements qui vous aillent. Vous êtes tellement menue." Je refuse de dire merci. Je n'ai pas forcément envie de pantalons qui me mincissent. Je n'ai pas envie de ressembler aux mannequins squelettiques qu'on voit dans les magazines.

Marya Hornbacher, Piégée

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations