Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

7 février 2006 2 07 /02 /février /2006 00:36

Un jour, j’ai découvert dans mon miroir le reflet d’une fille trop grosse à mon goût. J’ai décidé de reprendre les rênes en main. Je me suis privée de tout ce que j’aimais : sucreries, gâteaux, chocolat, pain, charcuterie, fromage. J’ai entrepris un régime sauvage et désordonné. Comme je déjeunais à la cantine, il m’était aisé d’échapper au contrôle de mes parents. Je ne tolérais désormais que les crudités, les légumes verts, les fruits, traquant les calories, les bannissant sans pitié de mon assiette. Le soir, je boudais le dîner, prétextant d’abondants goûters.

 

 

J’ai maigri. Beaucoup. Très vite. Trop peut-être. J’étais constamment fatiguée, facilement irritable. Mon régime a tourné à la catastrophe. Ma perte de poids excessive et brutale avait provoqué l’apparition de vergetures sur ma peau. J’étais désespérée. Je ne supportais plus mon corps, je me trouvais laide, détestable. J’aurais voulu mourir. Je me suis mise à manger comme quatre, alignant crise de boulimie sur crise de boulimie. Je ne contrôlais plus rien.

 

 

J’ai de nouveau grossi. J’avais honte de moi. Au collège, les cours de gym, les sorties à la piscine m’étaient un épouvantable supplice. L’image grotesque que je renvoyais ne ressemblait en rien à la jeune fille que je savais tapie au plus profond de moi : une Emma infiniment mince, infiniment désirable, mais si lointaine. J’étais mal dans ma peau, ironique ou distante avec mes camarades, souvent angoissée. Je me réfugiais dans le travail scolaire pour oublier la petite musique triste et monotone qui résonnait dans ma tête.

 

 

 

 

Jean Molla Sobibor

 

 

 

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
6 février 2006 1 06 /02 /février /2006 00:18

 

 

J’ai rêvé, cette nuit-là.

 

 

Je marche dans la maison silencieuse. C’est le soir et je vérifie que tout est en ordre avant d’aller me coucher. Soudain, je remarque dans le couloir la porte d’une chambre que je n’ai jamais vue auparavant. Elle est entrouverte. La lumière est allumée à l’intérieur. Je ne suis pas surprise de l’existence de cette pièce. C’est inexplicable, mais je sais qu’elle a toujours été là. Depuis toujours. Ma seule préoccupation pour l’heure est d’éteindre cette foutue lumière. Je m’approche et je passe le bras par l’entrebâillement pour appuyer sur l’interrupteur que je sais être sur le côté, à la hauteur de ma poitrine. Je tâtonne un peu et je le trouve. Satisfaite, j’appuie. Mais au moment où la lumière s’éteint, je sens qu’on m’agrippe et qu’on cherche à m’attirer dans l’obscurité. Affolée, je m’arcboute pour ne pas être entraînée. Je ne veux pas aller de l’autre côté. Je sais qu’il y a là quelque chose d’indicible, quelque chose d’innommable qui s’y tapit, qui m’attendait depuis longtemps et qui veut m’emporter, me faire disparaître définitivement. On me tire de plus en plus fort. Mes bras commencent à céder. Je me laisse entraîner vers ces ténèbres. Je ne peux rien faire d’autre que hurler…

 

 

Jean Molla Sobibor

 

 

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
5 février 2006 7 05 /02 /février /2006 19:52

Mon père retrouvait son cabinet et ses patients. Ma mère était absente. Je suis allée jusqu’au buffet de la cuisine, je me suis accroupie et j’ai pris sur l’étagère du bas une boîte de nourriture pour chat. Je l’ai ouverte, j’ai pris soin de jeter le couvercle à la poubelle et j’ai tout avalé, enfonçant mes doigts dans le magma gluant, l’enfournant, le poussant dans ma bouche avec frénésie. C’était salé, gélatineux, ignoble, mais je m’en fichais pas mal ce que j’étais en train d’ingurgiter, de ce qu’il pouvait y avoir d’humiliant à engloutir ma pâtée visqueuse, comme un animal.

 

Je voulais me faire taire, une bonne fois pour toutes.

 

Quand la boîte a été vide, j’ai couru aux toilettes et j’ai vomi, par saccades, des trucs immondes. Ca ma fait mal. Mon estomac était agité de spasmes violents. J’ai eu l’impression que tout allait s’arracher là-dedans- Que ça allait casser définitivement. J’ai paniqué. En voulant me relever, j’ai glissé et mon front a heurté la cuvette. Un claquement sec et dur a résonné à travers les os de mon crâne. Je n’ai pas eu le temps de percevoir la douleur, de crier. Je suis tombée dans les pommes.

 

 

Jean Molla Sobibor

 

 

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
4 février 2006 6 04 /02 /février /2006 22:22

Le Spleen Baudelaire

J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans.

Un gros meuble à tiroirs encombré de bilans,
De vers, de billets doux, de procès, de romances,
Avec de lourds cheveux roulés dans des quittances,
Cache moins de secrets que mon triste cerveau.
C'est une pyramide, un immense caveau,
Qui contient plus de morts que la fosse commune.
- Je suis un cimetière abhorré de la lune,
Où comme des remords se traînent de longs vers
Qui s'acharnent toujours sur mes morts les plus chers.
Je suis un vieux boudoir plein de roses fanées,
Où gît tout un fouillis de modes surannées,
Où les pastels plaintifs et les pâles Boucher,
Seuls, respirent l'odeur d'un flacon débouché.

Rien n'égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années
L'
ennui, fruit de la morose incuriosité,
Prend les proportions de l'immortalité.
- Désormais tu n'es plus, ô matière vivante!
Qu'un granit entouré d'une vague épouvante,
Assoupi dans le fond d'un Sahara brumeux;
Un vieux sphinx ignoré du monde insoucieux,
Oublié sur la carte, et dont l'humeur farouche
Ne chante qu'aux rayons du soleil qui se couche.

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
4 février 2006 6 04 /02 /février /2006 12:49

 

Présentation de l'éditeur
" Je l'ai fait pour qu'on m'arrête ", répond Emma après avoir volé des biscuits dans un supermarché. Que se cache-t-il derrière ses mots, sa maigreur extrême, sa beauté douloureuse ? Quelle est l'origine de son anorexie : l'indifférence de ses parents, le silence, les mensonges savamment entretenus? Emma veut savoir. Emma veut comprendre. La découverte d'un vieux cahier fera bientôt surgir du passé d'épouvantables secrets


Biographie de l'auteur
Jean Molla est né en 1958 à Oudja, au Maroc. Il a fait des études de lettres à Tours et à Poitiers et puis, un peu par hasard, des études de tourisme. Il a été successivement apiculteur, professeur de guitare classique et guide dans un musée pour finalement devenir professeur de lettres. Après avoir enseigné dans de nombreux établissements de la Vienne et du nord de la France, il exerce aujourd'hui dans un collège de ZEP, à Poitiers. Ce n'est qu'en l'an 2000 que Jean Molla a commencé d'écrire, juste avant la naissance de son troisième garçon


SDM
Emma a entreprit son premier régime à l'âge de 13 ans, troublée par les nouvelles rondeurs de son corps. L'anorexie lui permet d'exercer un certain contrôle sur des transformations qu'elle refuse. Alors que ses parents ignorent le problème, sa grand-mère Mamouchka tente de la réconforter. Or, peu avant de mourir, cette dernière prononce les noms "Jacques" et "Sobibor". Emma découvre alors que sa grand-mère, comme de nombreuses paysannes polonaises, fut envoyée au camp d'extermination nazi polonais afin de travailler aux cuisines et qu'elle y entretint une relation avec un collaborateur français, Jacques, qui participait à l'extermination des Juifs avec une froideur déconcertante et notait consciencieusement les horreurs du camp dans un journal. Sa grand-mère l'a d'ailleurs conservé tout ce temps. L'anorexie devient alors boulimie. Emma vomit une réalité qu'elle refuse: sa grand-mère, la seule à qui elle faisait confiance, ne peut lui avoir menti et son grand-père ne peut être un homme aussi immonde... Osera-t-elle le dénoncer à la justice afin de retrouver la paix? Un roman bouleversant, à la fois dur et sensible, dans lequel le corps amaigri et torturé d'Emma, plus que le reflet du mal être de l'adolescence, devient le symbole de l'horreur subie par tous les Juifs déportés.

Repost 0
Published by eixerona - dans Bibliothèque
4 février 2006 6 04 /02 /février /2006 12:44

Peut-être vais-je vomir en mots ce que j’ai des mois vomi en silence. Nourritures à peine digérées me lacérant la gorge, me laissant épuisée, douloureuse. Nourritures avalées comme une forcenée, pour me faire taire, ou pour remplir ce vide immense au-dedans de moi. Vide trop grand pour mon corps de jeune femme. Vide qui me mangeait de l’intérieur, qui menaçait de m’engloutir. Vide qui creusait mes joues et mes côtés.

 

 

Jean Molla Sobibor

 

 

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
4 février 2006 6 04 /02 /février /2006 00:08

Le cas Kidman : mince sans régime ?


Nicole Kidman, bien que soupçonnée récemment de tendances anorexiques, affirme avoir la même morphologie qu'à l'âge de 15 ans.


Ne serait-ce pas de l'intox ? En effet, si son poids est réellement le même qu'à 15 ans, elle doit être victime d'un "trouble du comportement alimentaire". En effet, entre 15 et 25 ans, le corps féminin se modèle de formes (accompagnées de petits kilos supplémentaires). Nicole, à la poitrine effectivement menue et aux courbes peu visibles a du lutter à coups de restriction contre la nature pour rester si filiforme !

 

source www.aufeminin.com

Repost 0
Published by eixerona - dans Célébrités et TCA
2 février 2006 4 02 /02 /février /2006 21:29

 

 

 

 

Anorexie, boulimie : ces troubles apparaissent aussi après 40 ans

Les troubles des conduites alimentaires, comme l'anorexie ou la boulimie, ne sont plus l'apanage des adolescentes. Ils apparaissent de plus en plus souvent à partir de l'âge de 40 ans, voire plus tardivement. Préoccupation excessive de l'aspect physique, peur maladive de grossir ou de vieillir ? Peu importe. Ce qu'il faut c'est prendre en charge ces maladies, rompre le déni et les résistances…

Pourquoi à 40 ans de plus en plus de femmes souffrent de troubles des conduites alimentaires ?

Une partie de la réponse peut se trouver dans la pression socioculturelle qui pèse sur les femmes : jeunisme, culte de la minceur, etc. Ainsi, se créent des résistances à faire le deuil de la jeunesse, de la séduction physique et de la procréation. Les femmes souffrant de ces troubles sont en perpétuelle compétition douloureuse avec les générations antérieures et se fixent des objectifs de maîtrise et de transformation de leur corps totalement irréalisables. En d'autres termes, ces patientes présentent de graves difficultés à franchir les différentes étapes de la vie, en acceptant les évolutions physiques inévitables qui les accompagnent.


 

Quels symptômes ?

 

A tous les âges : modifications franches du poids, régimes répétés, provocation de vomissements.
Plus souvent à partir de 40 ans : préoccupation excessive de l'aspect physique, distorsion de l'image du corps, peur maladive de grossir et de vieillir, usage de médicaments destinés à réduire le poids et/ou de substances anorexigènes, pratique intense d'un sport, maux de tête, troubles gastro-intestinaux.

Toutefois, il est indispensable de vérifier si ces symptômes sont attribuables à d'authentiques maladies génératrices de modification du poids ou à un syndrome dépressif. Le diagnostic doit donc s'accompagner d'un bilan afin d'écarter un éventuel diabète, un cancer, une infection ou encore une hyperthyroïdie. Un trouble dépressif sera par exemple évoqué en cas de troubles du sommeil et d'une insensibilité au plaisir.


 

Déni flagrant

 

Souvent méconnus, ces troubles des conduites alimentaires ne sont pas toujours pris en charge. C'est d'ailleurs le plus souvent l'entourage, le conjoint ou la fille, qui, inquiet face à cet amaigrissement progressif ou à la pratique trop intense d'un sport, alerte sur ces troubles.
En effet, à l'adolescence comme à la quarantaine, ces femmes en souffrance sont dans le déni de leurs troubles et résistent à la prise en charge.


Celle-ci doit être pluridisciplinaire : restauration de l'équilibre nutritionnel en collaboration avec un nutritionniste et restauration d'une image objective du corps, avec l'établissement d'un objectif de poids raisonnable et réaliste, en collaboration avec un psychothérapeute. Ce dernier permet également aux patientes de faire les deuils indispensables pour vivre en bonne intelligence avec un corps qui ne cesse de se modifier avec le temps.
L'approche nutritionnelle doit être complétée par une approche cognitivo-comportementale destinée à corriger les habitudes délétères et les schémas de pensées dysfonctionnemenelles.
Il est aussi essentiel de rectifier les croyances erronées sur la diététique et la physiologie : prise de poids avec l'âge, modifications liées à la ménopause, risque de maigreur excessive, etc.
La pratique de la relaxation peut aussi participer à la réconciliation avec l'image corporelle.
 
 
 
Isabelle Eustache Congrès Hebdo, le Quotidien du médecin, 17 juin 2005.
Repost 0
Published by eixerona - dans Anorexie
2 février 2006 4 02 /02 /février /2006 21:24

 

Boulimie et anorexie : les dents souffrent aussi

L'anorexie et la boulimie sont des maladies dont les conséquences sont parfois si dramatiques qu'elles peuvent cacher des complications plus secondaires telles que les pathologies buccodentaires. Les carences alimentaires des uns et les excès des autres facilitent les attaques acides et la formation des caries. Un constat qui doit inciter ces personnes à se faire suivre très régulièrement par leur dentiste.

L’anorexie et la boulimie sont toutes deux des troubles du comportement alimentaires. Elles sont le plus souvent liées à des conflits affectifs d’ordre familial ou professionnel. Ces comportements excessifs, dans un sens comme dans l’autre, qui sont liés à une grande détresse morale, ne sont pas sans conséquence sur la dentition.

En effet, chez les boulimiques, la consommation de quantités importantes de nourritures, les grignotages incessants tout au long de la journée ou encore l’excès de sucre induisent une usure précoce de la dentition et favorisent l’apparition des caries.
Chez les anorexiques au contraire, l’insuffisance alimentaire peut être à l’origine de carences. Un apport insuffisant en calcium par exemple, peut entraîner une déminéralisation des dents et faciliter d’autant les attaques acides des bactéries et donc les caries. Poussée à l’extrême, une carence en vitamine C peut être à l’origine d’un scorbut. On a ainsi vu ressurgir des cas de cette maladie alors qu’elle avait disparu depuis longtemps de nos pays occidentaux. Elle provoque entre autre, des troubles de l’ossification (et donc de la dentition) et une altération des gencives.
Par ailleurs, les vomissements fréquents que subissent les anorexiques ou que se font subir les boulimiques, laissent une acidité dans la bouche, qui là encore facilitent les attaques bactériennes. Chez les boulimiques l’alternance entre diète et excès alimentaire est également néfaste à une bonne hygiène buccodentaire.

En fin de compte, les anorexiques comme les boulimiques sont donc des sujets chez qui le risque buccodentaire est plus élevé. Ces personnes, qui doivent impérativement bénéficier d'un accompagnement par des psychologues et des nutritionnistes, ont également tout intérêt à être suivies de façon régulière par leur dentiste.

 
Dr Philippe Presles http://www.e-sante.fr/
Repost 0
Published by eixerona - dans Risques et Complications des TCA
29 janvier 2006 7 29 /01 /janvier /2006 18:45

Les infirmiers emmenèrent Cecilia à l’hôpital du BonSecours sur Kercheval et Maumee. Dans la salle des urgences, Cecilia observa les efforts faits pour tenter de sauver sa vie avec un détachement qui faisait froid dans le dos. Ses yeux jaunes ne cillèrent pas, pas plus qu’elle ne sursauta quand on lui planta une aiguille dans le bras. Le Dr Armonson sutura ses poignets. Cinq minutes après le début de la transfusion, il la déclara hors de danger. En lui prenant le menton, il dit « Qu’est-ce que tu fais là ma petite ? Tu n’as même pas l’âge de savoir à quel point la vie peut devenir moche. »

 

 

Et c’est alors que Cecilia délivra oralement ce qui devait être la seule forme que prendre son ultime message, inutile d’ailleurs, puisqu’elle allait vivre : « On voir bien, docteur, dit-elle, que vous n’avez jamais été une fille de treize ans. »

 

 

 

Jeffrey Eugenides Virgin Suicides

 

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations