Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

21 mars 2006 2 21 /03 /mars /2006 17:36

 

Les personnes pauvres s'alimentent mal
AFP 21.03.2006 - 8:08

www.msn.f

 

 

Manger suffisamment tout en préservant sa santé est loin d'être évident pour les millions de défavorisés vivant en France, d'après une étude qui souligne une "situation très critique", voire alarmante parmi ceux recourant à l'aide alimentaire.

 

 

Les personnes les plus défavorisées, outre les difficultés qu'elles rencontrent quotidiennement, sont "à risque particulièrement élevé de maladies (diabète, maladies cardiovasculaires, cancers...) dont la nutrition représente l?un des déterminants majeurs", souligne un numéro spécial du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) publié mardi.

 

 

L'étude baptisée Abena, 2004-2005, conduite dans quatre zones urbaines (Paris, Marseille, Dijon et Seine-Saint-Denis) auprès de 1.164 habitants de 18 ans et plus, recourant à l'aide alimentaire et parlant français, confirme que la consommation de fruits et légumes est loin d'atteindre les niveaux recommandés.

 

 

Parmi eux, 5,5% occupent un emploi et environ la moitié a des enfants à charge (2,3 en moyenne). La moitié disent dépenser moins de 60 euros par personne et par mois pour l'alimentation. L'obésité particulièrement fréquente parmi les personnes de faible statut socio-économique -- elle est deux à trois fois supérieure parmi les femmes défavorisées -- semble liée en grande partie au faible coût des aliments les plus caloriques (gras et sucrés), note le BEH. L'étude relève aussi un pourcentage très élevé d'hypertension artérielle.

 

 

Une très faible proportion des personnes recourant à l?aide alimentaire ont une consommation de fruits et légumes frais, en conserves ou surgelés (1,2 %) et de produits laitiers (9,2 %) conformes aux recommandations.

 

 

La situation est "très critique", estiment dans un éditorial les Prs Gilles Brücker, patron de l'Institut de veille sanitaire (InVS), et Serge Hercberg, directeur du Centre de recherche en nutrition humaine d'Ile-de-France. Au point que c'est l'organisation même de l'aide alimentaire qui peut être remise en question, ajoutent-ils constatant qu'elle peut être la source d'approvisionnement quasi-unique.

 

 

"Compte tenu du nombre élevé de personnes considérées comme pauvres en France (en 2003, selon l?Insee, entre 3,7 millions et 7,1 millions selon le seuil utilisé), le problème de leur état nutritionnel constitue une réelle priorité dans les actions de santé publique", soulignent-ils. La deuxième source d?approvisionnement la plus citée était le Hard Discount, cependant loin derrière l'aide alimentaire (sauf pour le pain et les boissons).

 

 

 

Repost 0
Published by eixerona - dans Revue de presse
21 mars 2006 2 21 /03 /mars /2006 17:33

 

Dis-moi combien tu pèses, je te dirai le prix de ta chambre
Reuters 17.03.2006 - 17:39

 

BERLIN (Reuters) - Un hôtel de Norden, dans le nord de l'Allemagne, adapte ses tarifs au poids de ses clients.

Sitôt arrivés à l'hôtel, près de la frontière néerlandaise, les clients sont invités à monter sur une balance et le gérant facture la nuit 0,5 euro le kilo.

"J'avais beaucoup de clients vraiment énormes et je leur ai dit de maigrir", a déclaré Jürgen Heckrodt, le propriétaire de cet hôtel trois étoiles. "Des clients en bonne santé vivent plus longtemps et peuvent revenir plus souvent."

L'hôtel accepte aussi les clients qui refusent d'être pesés et ne fait pas payer plus de 39 euros la nuit, le prix d'une chambre simple.  

www.msn.fr

Repost 0
Published by eixerona - dans Revue de presse
18 mars 2006 6 18 /03 /mars /2006 14:02

J’ai décidé de révéler ma présence. J’ai pris une inspiration, redressé les épaules…Je n’ai pas eu le temps de bouger.

-          Et Anouck ? a poursuivi Bérénice. Qu’en pensez-vous ?

-          Anouck ?

-          Oui, elle était à deux places d’Anna à la barre. Elle a un sourire merveilleux quand elle danse.

-          Oui, je vois de qui tu veux parler. C’est vrai, elle a un beau sourire, mais elle n’a que ça ! Un beau sourire. Elle est courte sur pattes, avec cinq bons kilos en trop qu’elle porte sur les fesses, ça l’empêche de bouger correctement.

-          Vous êtes dur ! s’est exclamée Bérénice. Anouck est un peu enveloppée, c’est vrai, mais sa technique est bonne et j’ai rarement eu une élève aussi heureuse de danser.

Alonzo Perez eu un petit rire.

-          Je ne suis pas dur. Exigeant et perfectionniste, oui, dur, non ! Pour une lycéenne, cette fille est très bien, pour une danseuse, elle est trop grosse. La forme prime sur la technique ou le plaisir de danser, tu ne peux prétendre le contraire. Je ne lui dirais évidemment pas, mais je ne vois pas pourquoi je te cacherais que je le pense…

Chaque mot m’avait poignardée. J’ai titubé en arrière, cherchant désespérément un air qui n’arrivait plus à mes poumons, jusqu’à venir buter contre une chaise sur laquelle je me suis effondrée.

Savez-vous  ce que ressent un oiseau lorsqu’un chasseur lui dire dessus, lorsque son corps percé de mille blessures ne lui répond plus, lorsque ses plumes arrachées par les plombs tournoient dans le ciel autour de lui, lorsque ses ailes brisées pendant, inutiles ?

Il souffre.

Il souffre et il tombe.

Zouck, Pierre Bottero

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
17 mars 2006 5 17 /03 /mars /2006 20:19

 

Elle a réussi à faire un chignon. Incroyable mais vrai ! Du coup elle ne ressemblait plus à une gravure de monde pour magazine people, mais à une véritable ballerine. Sacrée Maiwenn !

Bien que la plupart des filles dansent avec elle en jazz, son arrivée dans le cours de classique a jeté un froid qui m’a fait sourire. En jazz, la mode veut que nous portions des tenues décontractées du genre short et tee-shirt, voire bas de jogging et pull en laine quand il fait froid. Look et confort sont les mots clés.

En classique, c’est différent. L’apparence est reine. Les canons très stricts de la perfection physique sont de rigueur. Justos moulants, cache-cœur de maille, chignon imposé, tout est fait pour mettre en valeur la sveltesse des corps, les formes longilignes et les traits épurés. Et donc pour instaurer entre nous une rivalité pas toujours très saine…

La vision de Maiwenn se glissant dans son justaucorps avait de quoi perturber les plus confiantes d’entre nous. Elle avait beau être ma meilleure amie, j’ai moi-même éprouvé un pincement de jalousie en la découvrant si fine, et j’ai mentalement fait passer ma troisième résolution en tête de mes priorités. Il fallait que je m’occupe sérieusement de ma ligne.

 

Zouck, Pierre Bottero

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
17 mars 2006 5 17 /03 /mars /2006 20:02

La foule est dense sur les trottoirs du centre-ville pour ce premier véritable week-end d’été. Un mélange coloré de vacanciers pressés, d’étudiants qui récupèrent entre deux examens, de familles avec sacs et poussettes, et de gens qui, comme moi, se contentent de flâner.

La nonchalance n’est pourtant pas de mise. Pas aujourd’hui. J’ai un rendez-vous, je suis censée me hâter vers le square, mais il fait si beau…

Je ne peux retenir un sourire en imaginant le sermon que va m’infliger Maiwenn. Elle qui n’est jamais à l’heure attend de moi une ponctualité sans…

Je m’immobilise.

Incapable de détourner mon regard de la fille qui avance dans ma direction.

Elle est encore à dix mètres mais, déjà, elle opacifie le monde, pulvérisant mon récent équilibre, m’attirant à elle comme une flamme vive ensorcelle une phalène.

J’enregistre d’abord la courbe de son cou gracile qui vient se briser sur l’os délicat de la clavicule, l’angle saillant d’une épaule jadis arrondie puis, très vite, mes yeux cherchent ses bras, sa taille, ses chevilles.

Pour confirmer ce que mon âne sait déjà.

Dans ma poitrine, une horloge prise de folie se met à battre de grands coups douloureux.

Souffrance, et pourtant…

Elle est vêtue d’un débardeur blanc et d’un jean trop large. Beaucoup trop large. Les vêtements sont toujours trop larges pour elle.

Pommettes saillantes, joues creuses, des yeux immenses d’un bleu délavé qui lui dévorent le visage. Elle arrive à ma hauteur et je m’assois, non, je m’effondre sur un banc, incapable de supporter la vision de sa fragilité.

De sa beauté.

Oiseau moribond, elle est plus proche de l’envol que je ne l’ai jamais été et j’ai mal.

Déchirure.

Blessure jamais refermée.

La fille est passée. Elle arpente, au-delà des mots, une route sombre dont elle atteindra bientôt l’extrémité…

Mon cœur se calme, ma respiration s’apaise.

Je m’adosse au banc et je ferme les yeux.

Souvenirs…

Zouck, Pierre Bottero

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
17 mars 2006 5 17 /03 /mars /2006 00:50

Qu’est-ce que l’anorexie ?

L’anorexie est une maladie mentale très grave, qui peut conduire à la mort. On vous dira dans le monde médical que se sont surtout les jeunes filles entre 15 et 20 ans qui souffrent de cette pathologie, elles refusent de manger pour des raisons mystérieuses, ou si elles se nourrissent elles vont ensuite se faire vomir dans les toilettes. Pour la plupart des médecins une jeune fille anorexique est forcement très maigre, certes c’est souvent le cas mais cela n’est pas systématique…cela ils oublient de le souligner.

Pour la majorité des gens, l’anorexie apparaît comme un caprice. Cette jeune fille, belle et intelligente, a tout pour elle…et pourtant elle ne mange pas…seulement pour faire son intéressante ? Pour ennuyer ses parents comme tous les adolescents ? Non.

L’anorexie est une véritable souffrance aussi bien physique que psychologique. Cette maladie est une spirale, une fois à l’intérieur il est quasiment impossible d’en ressortir. Vous allez me dire, mais il suffit de se nourrir. Ah si c’était si simple l’anorexie ne serait qu’une maladie bénigne. Ce n’est pas que l’on ne veut pas manger, c’est que l’on n’y arrive plus. Sans savoir pourquoi on craint de prendre du poids rien qu’en avalant quelques légumes…ça fait sourire n’est pas ? Pourtant c’est la triste vérité. Il ne se passe pas une seconde, une minute, une seconde, un jour sans que l’on pense aux aliments, ça devient une véritable obsession. Vous vous demandez certainement comment la nourriture peut devenir une monomanie…

Un jour vous vous rendez compte que votre vie vous file en les doigts, que le monde est cruel et le restera toujours, vous prenez conscience de la dureté de l’existence et des êtres humains, vous comprenez que vous n’êtes rien. Alors vous vous remettez en question…vous cherchez une solution, mais vous ne la trouvez pas. Sur cela viennent se greffer divers problèmes aussi bien professionnels que familiaux ou bien personnels. Un jour vous vous sentez étouffer sous toute cette masse de difficultés…il faut faire quelque chose…à tout prix.


L’anorexie est un refus, un moyen d’expression. Personne ne vous écoute, vous restez incomprises, alors vous chercher un moyen de vous exprimer. Un beau jour vous comprenez qu’en faisant « la grève de la faim » vous êtes enfin entendues. En effet votre mal-être se traduit par l’intermédiaire de votre corps. Mais à force d’utiliser ce moyen de communication, vous en devenez accro, et n’arrivez plus à vous en passer, vous ne savez plus vous exprimer autrement.

Vous pouviez comme moi attribuer tous ces ennuis divers à quelques kilos superflus. La société est meilleure pour les filles minces, on les admire, on les aime, on les respecte. Alors débute un petit régime pour mincir un peu. On surveille de près son alimentation, on fait de l’exercice pour se dépenser…on pense seulement à ce fameux kilo qui est en train de disparaître…tous les problèmes alentours se dissipent. La balance indiquant enfin une victoire, la joie s’empare de nous et l’on décide de continuer encore un peu. A force notre vie est seulement gouvernée par cette envie de maîtrise du poids. Pourquoi ? Vous n’avez pas encore compris ? Mais parce qu’on a enfin l’impression d’exister ! Tout le monde nous félicite de ce régime réussit…quel bonheur d’avoir enfin des compliments, quel bonheur on intéresse enfin les autres. Et pour ne pas perdre cet attrait nouveau, il ne faut surtout pas reprendre de poids voire en reperdre un peu. A partir de ce moment là, notre vie tourne autour de la nourriture et de notre apparence.

Notre société actuelle ne nous aide en rien. En effet, on remarque que les personnes minces et plutôt jolies réussissent mieux leur vie. La minceur devient donc une nécessité. Et puis de toute manière tout le monde fait un régime, donc si l’on veut continuer à avoir une vie sociale, on a intérêt à se préoccuper de son poids.

Bref de fils en aiguilles par de multiples et diverses raisons, on tombe dans les griffes de l’anorexie. On pourrait réagir mais au début de la maladie, mais on ressent enfin un sentiment de puissance et de pouvoir : On peut se passer de la chose essentielle à la vie : la nourriture. On s’alimente peu, et pourtant on est performante et active, les autres se préoccupent de plus en plus de nous que se soient des connaissances, des amis ou notre famille. On est sur notre petit nuage, le monde semble enfin nous faire des faveurs, et la faim intense provoque en nous une douce et agréable euphorie.

Puis un beau jour, on provoque l’inquiétude, on ne mange presque plus, on a la peau sur les os. Vous niez « non, je ne suis pas maigre, je vois bien dans le miroir ces rondeurs disgracieuses ».
La malade n’a pas tort, si les gens qui l’entourent la voient maigre, elle perçoit son corps toujours comme avant, avec quelques kilos de trop. Allez savoir pourquoi une anorexique ne parvient pas à se voir correctement dans un miroir…sachez que c’est comme ça. Et ce n’est pas parce qu’elle flotte dans du 34 qu’elle se sentira maigre…pour elle, elle sera toujours trop grosse : ce corps l’encombre, elle veut s’en débarrasser pour être légère. Elle ne saura jamais arrêter son maudit régime, pour elle le meilleur poids sera le plus bas possible. Elle veut être maigre à en mourir. Elle se sent grosse, pourtant elle voit ses os qui dépassent de sa chair, cela la rassure, et elle a peur de les perdre…elle a peur de perdre le contrôle…son auto contrôle qu’elle s’inflige depuis des mois, voire des années par l’intermédiaire de son poids…

En effet l’anorexie est un chaos mais elle apporte également une certaine stabilité dans notre vie. Notre problème essentiel est de maigrir ou du moins de pas grossir, d’être la meilleure possible, de rendre fier nos proches…bref on se concentre seulement sur la nourriture et le travail, donc même si une grande instabilité règne autour de nous elle nous importe peu puisqu’on ne s’en préoccupe pas. On a ainsi l’impression d’être protéger de tout, de tous, et pour se protéger encore plus on évite de voir du monde, on se renferme de plus en plus sur soi même. De plus on a tendance à s’auto punir, si par exemple vous ratez quelque chose, vous vous infligerez une punition comme par exemple un jour de jeûne.

Cette maladie nous fait aussi tout oublier, on ne sait plus comment on vivait avant…comment on s’alimentait, comment on s’amusait. Tout ce passé devient trouble. Nos passions s’envolent, notre goût de la vie aussi. Le froid nous hante, le désespoir également. On pleure sans aucune raison, on s’affaiblit, on tombe malade, on perd le peu qu’on avait…notre famille, nos amis…
Mais quand on se rend compte de tout cela, c’est trop tard, tout est détruit, on est nous même anéantie. On veut guérir, se sortir de cet enfer mais même si on hait l’anorexie, on l’aime aussi, c’est une drogue…Sans elle on est perdue, on est rien, on a l’impression de disparaître. On est prise au piège…

Lyla, 27 avril 2003

Repost 0
Published by eixerona - dans Mes écrits
16 mars 2006 4 16 /03 /mars /2006 17:18

Le cache-cache calorique

 

 

 

Entre une journée à 3500 kcal et une journée à 1800, il peut ne pas y avoir une différence énorme ( à part pour nos cuissots). Démonstration.

 

 

 

 

 

 

Journée à 3500 kcal

 

 

Journée à – de 2000 kcal

 

 

Journée à – de 1500 kcal

 

 

 

 

Ca vous semble énorme, mais c’est l’apport calorique moyen en France

 

 

Pour une journée « type » d’une femme active mais sportive

 

 

Dans le cadre d’un régime

 

 

 

 

Petit-déjeuner

 

 

1 croissant aux amandes (481 kcal, 25 g de lipides !) + 1 canette de jus d’orange (139 kcal), soit 620 Kcal

 

 

1 croissant (183 kcal) + 1 canette de jus d’orange (139 kcal) soit 322 kcal

 

 

1 croissant (183 kcal) + 1 boisson chaude sans sucre (2 kcal) + 1 orange (63 kcal) soit 243 kcal

 

 

 

 

11h

 

 

1 yaourt aux fruits (225 kcal) + 1 café sucré (30 kcal) soit 255 kcal

 

 

1 compote de pommes allégée en sucre (70 kcal) soit 70 kcal

 

 

1 compote 100% fruits (50 kcal) soit 50 kcal

 

 

 

 

 

 

Déjeuner

 

 

1 entrecôte (364 kcal) + frites (508 kcal) avec sauce béarnaise (124 kcal) + 1 yaourt à la grecque (182 kcal) soit 1178 kcal

 

 

1 steak grillé (172 kcal) + pommes noisettes (363 kcal) + 1 yaourt gourmand aux cerises (159 kcal), soit 694 kcal

 

 

1 steak grillé (172 kcal) + garniture moitié pommes noisette (182 kcal), moitié haricots (24 kcal) + 1 yaourt à la vanille (100 kcal) soit 478 kcal

 

 

 

 

Goûter

 

 

4 biscuits allégés aux fruits (194 kcal) + 1 canette d’Ice Tea (105 kcal) soit 299 kcal

 

 

6 barquettes à l’abricot (139 kcal) + 1 boisson chaude non sucrée (2 kcal) soir 141 kcal

 

 

3 barquettes à l’abricot (70 kcal) + 2 abricots (42 kcal) soit 112 kcal

 

 

 

 

Apéritif

 

 

40 g de comté (158 kcal) + 1 martini (128 kcal) soit 286 kcal

 

 

30g de comté (119 kcal) + 125 g de tomates cerise (20 kcal) + 1 verre de vin rouge (85 kcal) soit 224 kcal

 

 

2 gressins sésame (46 kcal) + 200g de tomates cerise (40 kcal) + 1 verre de vin rouge (85 kcal) soit 171 kcal

 

 

 

 

Dîner

 

 

Poisson pané (297 kcal) + 1 portion de blé (220 kcal) + 1 compote de fruits (70 kcal) soit 587 kcal

 

 

Cabillaud (120 kcal) + pâtes (150 kcal) + sauce tomate en pot (30 kcal) + 1 tranche de pain de campagne (50 kcal) soit 350 kcal

 

 

1 plat cuisiné de colin + petits légumes (220 kcal) + 1 tranche de pain de campagne (50 kcal) soit 270 kcal

 

 

 

 

22h

 

 

1 barre et demie de chocolat au lait et noisette (144 kcal) soit 144 kcal

 

 

1 barre et demie de chocolat noir (125 kcal) soit 125 kcal

 

 

1 barre de chocolat au lait ( 90 kcal) soit 90 kcal

 

 

Total

 

 

3369 kcal

 

 

1926 kcal

 

 

1419 kcal

 

 

 

 

magazine glamour Avril 2006

Repost 0
Published by eixerona - dans Nutrition
16 mars 2006 4 16 /03 /mars /2006 16:44

Les Sports AntiCapitons

Pour que le tissu adipeux libère les graisses, il faut augmenter les besoins d’énergie du corps. Une activité de cardio-training (vélo, pédalo, stepper, tapis de marche ou de course) permet par exemple, d’utiliser les lipides de réserves au bout de 35 à 45 minutes d’effort, tout en tonifiant les membres inférieurs concernés par la cellulite. Pour s’avérer efficace, l’exercice doit être prolongé à une intensité modérée, et pratiqué régulièrement.

Recommandés également : la gym aquatique, la natation, la marche à pieds, le stretching, ou le vélo, qui améliorent au passage le retour veineux et lymphatiques.

Magazine Glamour, Avril 2006

Repost 0
Published by eixerona - dans Forme - Relaxation - Bien être
16 mars 2006 4 16 /03 /mars /2006 16:37

Diététique Anticellulite

 

 

 

 

 

Ne rêvez pas : on ne va pas vous dresser la liste miraculeuse des aliments qui entraînent la fonte de la cellulite ! Mais il est encore temps d’apprendre par cœur celle qui promet de limiter l’extension du domaine de la graisse.

VRAIS AMIS

·        Les fruits et les légumes : frais (de saison), surgelés ou en conserve, crus ou cuits, en variant les couleurs pour bénéficier d’apports différents en vitamines.

·        Les féculents : pain (blanc ou non), pommes de terre, riz, pâtes et « bonnes » céréales (quinoa, pilpil, orge épeautre, sarrazin grillé).

·        Les protéines : viande, volaille, poisson (au moins deux fois par semaines), œufs, ainsi que laitages maigres (une fois par jour), pour les indispensables acides aminés.

·        L’eau minérale plate : un litre et demi par jour, pour bien éliminer les déchets, les toxines et servir de coupe-faim.

 

FAUX AMIS

  • Le sel, qui donne du goût aux légumes vapeur, mais joue également un rôle important dans la rétention d’eau, très impliquée dans l’apparition de la cellulite.

     

 

  • Les plats cuisinés industriels, types soupes ou légumes sous forme de croquettes, poêlées ou gratins, presque aussi gras que des frites !

  • Les céréales soufflées du petit-déjeuner, grasses et sucrées sous leur apparente légèreté.

  • Les salades déjà assaisonnées, trop riches en vinaigrette (carottes râpées, céleri rémoulade, taboulé…)

  • L’huile d’olive utilisée à tort et à travers parce qu’on la sait moins néfaste que le beurre ou la crème (veillez à consommer tout de même deux cuillères à soupe d’huile par jour, de préférence olive et colza pour l’apport en Oméga 3). 

Magazine Glamour, Avril 2006

Repost 0
Published by eixerona - dans Nutrition
12 mars 2006 7 12 /03 /mars /2006 20:46

 

 

Facteurs prédisposant à la boulimie


Les facteurs prédisposant à la boulimie sont sensiblement les mêmes que ceux pour l’anorexie. Cependant, il y a environ 30% des personnes souffrant de la boulimie qui ont vécu des situations d’agressions à caractère sexuel.

Caractéristiques psychologiques de la personne boulimique :

  • Changement d’humeur (dépression, tristesse, culpabilité)

  • Insatisfaction de l’image corporelle, dévalorisation

  • Autocritique sévère

  • Insécurité, anxiété

  • Besoin d’être approuvée par les autres pour se sentir bien

  • Manque d’autonomie

  • Estime de soi majoritairement influencée par le poids ou l’apparence corporelle

  • Perfectionnisme accru

  • Isolement

  • Pensées suicidaires

  • Impulsivité

  • Sentiment d’impuissance face à l’existence

  • Recherche de contrôle

  • Quête de minceur

  • Peur de devenir obèse si elle reprend une alimentation normale
Repost 0
Published by eixerona - dans Boulimie & compulsions