Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 17:54

 

Un contrôle permanent

 

 

L’énergie de l’anorexique est mobilisée par la nécessite de ne pas prendre de poids, que sa vie est réglée par l’obsession de s’astreindre aux règles lui permettant de sentir son corps aussi peu que possible, et de se soustraire à tout ce qu’à travers lui elle endure. […] Elle s’applique si elle le peut à nourrir son entourage. Prête à répondre au désir de l’autre d’autant mieux qu’elle ne reconnaît pas le sien, souvent à la recherche de la nutrition idéale, elle collectionne les recettes ou prépare à merveille des plats aussi raffinés que savoureux. […] elle se délecte du plaisir des autres sans toucher ce qu’elle a mis tant de soin à préparer […]

 

Le contrôle permanent offre un substitut à ce soutien dont les anorexiques ont en permanence de manquer. La programmation minutieuse de leur journée, étable selon les impératifs de la balance, leur sert ainsi d’armature […]  

 

 

Face à l’anorexie, Virginie MEGGLE

 

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Anorexie
13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 14:10

Le moral n’est pas tellement présent…à vrai il fluctue comme d’habitude. Cependant il est certain que je me sens moins désespérée étant donné que je ne subis plus depuis 10 jours des gavages intempestifs (je touche du bois, je touche du bois…pourvu que ça continu).  La nourriture ne m’attire plus vraiment, je n’ai même pas besoin de me dire « non ne mange pas ! ». Je ne vais pas me plaindre, je me sens mieux lorsque j’ai le total contrôle de mon alimentation. D’ailleurs je note scrupuleusement la moindre chose avalée dans un carnet.

 

Je ne me pèse pas, j’attends dimanche. Une pesée par semaine c’est amplement suffisant. Aucune envie de voir un poids qui ne baisse pas suffisamment à mon goût car mon cerveau tordu réagit en général très mal et je finis par criser. Donc pas de balance…

 

Ambiance moyenne à la maison, j’essaie d’ignorer tout cela. Mais je commence à me demande si finalement le déménagement de ma sœur sera vraiment positif. Sur un certain plan oui, puisque niveau ménage ma mère et moi nous aurons moins de boulot et la maison se nettoiera plus vite. Cependant comme à l’étage on aura un mur mitoyen qui donnera sur la chambre de mon neveu lorsqu’il joue à la balle ou au ballon on en profitera quand même. J’en ai parlé à ma mère, pour le moment elle préfère ne pas y penser.

 

Retour rapide sur hier, courses et dîner au flunch (saumon+ haricots verts+ 10 g de chocolat). Soirée devant le DVD 1 de la saison une de 24h chrono. Série très prenante, on n’a pas envie de s’arrêter lorsqu’on commence à la regarder.

 

J’ai continué d’avancer dans la série ce matin avec trois épisodes, et je crois que je vais poursuivre cet aprem car je suis encore assez fatiguée et étant gelée je serais bien mieux sous ma couette.

 

Maman passe près de ma chambre « qu’est ce que tu fais ? ». Je sais bien que cette phrase part d’un bon sentiment, mais l’entendre à longueur de journée c’est vraiment pénible.

 

Mais bon je suis ZEN, je reste ZEN.

 

 Maman râle. Pourquoi elle râle tout le temps ? Pourquoi elle n’est jamais contente ? « Si ta sœur ne passe pas l’aspirateur, il faudra le passer »

 

« Ma salle de bain est un range bordel. J’en ai marre de cette serviette devant les tiroirs »

 

Non je ne dois pas relever, je dois ignorer.

 

D’un seul coup le moral chute brutalement. Des fourmillements et un froid intense m’envahissent. J’ai envie de pleurer. Les idées noires s’accumulent.

 

Mais non, tout va bien dans le meilleur des mondes…

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 18:22

Les stars et les TCA

 

 

Les médias actuellement montrent du doigt toutes les starlettes hollywoodiennes (et autres aussi) qu’ils considèrent comme trop minces voir maigres et les accusent de tous les maux comme de prôner l’anorexie.

 

Non moi je ne suis pas d’accord avec ça !

 

Tout à commencer par une Nicole Richie rondelette, on l’a critiqué car elle n’entrait pas dans les canons de la beauté actuelle. Elle entame un régime, maigrit, devient toute mince et malheureusement pour elle sombre dans l’anorexie.

 

Ensuite les médias prétendent qu’elle prône l’anorexie tout en suivant assidûment semaine après semaine sa courbe de poids. On a beau être une célébrité personne n’est à l’abri des maladies, et l’anorexie reste la même maladie,la même souffrance pour chaque personne touchée qu’on soit une star internationale ou une jeune fille totalement inconnue.

 

En attendant ces derniers mois qui s’amusait à prendre en photos Nicole Richie et à tenter de deviner son poids. Ce n’est pas elle qui a demandé à être en couverture des magazines people.

 

Alors moi je dis STOP.

 

Oui en ce moment les stars ont tendance à être trop maigre, c’est une réalité. Beaucoup d’entre elles sont malades de TCA mais ne veulent pas le reconnaître. Les autres subissent simplement une société contemporaine idiote qui prône la minceur (très mince) et fait la chasse aux gros.

 

Et puis ne parlons pas des mannequins….

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Mes écrits
11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 18:36

En psychologie scientifique, on croyait jusqu'à récemment, explique Martin Seligman, figure importante du courant de la psychologie positive, que les exercices et approches pour améliorer le niveau de bonheur de façon durable étaient inefficaces. On croyait en un niveau de bonheur prédéterminé par les gènes et l'éducation qui pouvait varier légèrement mais avait toujours tendance à revenir au niveau déterminé.

 

C'est ce qui expliquerait que les gagnants à la loterie reviennent éventuellement à leur disposition antérieure par rapport à l'argent par exemple et que les gens devenant paraplégiques reviennent aussi éventuellement à peu près au même niveau de bonheur qu'ils avaient avant leur accident.

Les exercices suggérés pour augmenter le bonheur de façon durable abondent toutefois. Seligman en a recensé plus d'une centaine.

Il a testé rigoureusement plusieurs de ces exercices auprès d'étudiants et de psychothérapeutes les utilisant auprès de leurs clientèles afin de vérifier si certains d'entre eux augmentaient vraiment le bonheur.

Étant donnés les témoignages encourageants de soulagement durable de la dépression et de bien-être amélioré, l'étape de la vérification selon les normes scientifiques devenait possible. Pour ce, les participants sont assignés au hasard à un groupe mettant en pratique des exercices ou à un groupe contrôle recevant un traitement placebo afin de comparer les résultats.

Environ 500 personnes ont participé à une expérience qui consistait simplement, après une batterie de tests, en une semaine d'exercices supervisés à partir du web (aucune intervention humaine). Les gens étaient retestés répétitivement concernant leur bien-être durant les six mois suivants.

Trois exercices étaient testés:
- écrire trois choses qui ont bien été dans la journée et pourquoi, remarquer sa propre contribution à ce qui a bien été
- écrire un témoignage de gratitude et le remettre personnellement
- utiliser ses plus grandes forces personnelles de façon nouvelle afin de passer des moments agréables (un test permettait aux participants d'identifier leurs forces personnelles)

Les recherches se poursuivent pour tester d'autres exercices.

Une recherche a vérifié l'effet du premier exercice (identifier trois choses ayant bien été dans la journée) auprès de personnes sévèrement déprimées. Après 15 jours seulement, 92% se disaient plus heureuses, avec une moyenne de diminution de 50% des symptômes de dépression. Ce qui se compare avantageusement, précise le chercheur, avec la psychothérapie et la médication.

D'autres expériences, comparant l'effet de la médication, de la psychothérapie et de la psychologie positive comme traitement de la dépression confirmeraient les avantages de cette dernière approche.

Dans l'ensemble, résume le chercheur, il y a de bonnes évidences que plusieurs exercices augmentent le bonheur et diminuent la dépression. La théorie selon laquelle chacun a un niveau de bonheur déterminé s'avère fausse, estime-t-il.

Concernant l'impact des exercices sur les personnes en dépression, la psychothérapie est traditionnellement, commente le chercheur, un endroit pour parler de ses difficultés. La psychothérapie du futur, dit-il, pourrait aussi être un endroit pour parler des émotions positives, des forces et des façons de construire davantage de sens dans sa vie.

Source: BBC News: Staying happier for longer by Martin Seligman

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Forme - Relaxation - Bien être
11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 10:44

A l'adolescence, plus de stress et de dépression chez les filles

Il est établi qu'à partir de l'âge de 13 ans environ, les filles vivent plus de dépression que les garçons mais les causes de cette différence sont peu connues.

Une récente recherche montre que les filles vivent plus d'événements stressants que les garçons, spécialement dans le domaine interpersonnel, et qu'elles y réagissent plus fortement, ce qui pourrait expliquer en partie la plus grande prévalence de dépression chez elles.

Benjamin L. Hankin, chercheur en psychologie, et ses collègues ont suivi 562 étudiants de 8ième et de 10ième année dans 18 écoles de la région de Chicago.

Ils ont demandé aux étudiants de noter le pire événement de la journée tous les jours pendant une semaine, au début de la recherche puis six mois et 12 mois plus tard. Les étudiants devaient aussi décrire cet événement négatif, mentionner en quoi il était si mauvais et quelle a été leur réaction.

Les filles vivaient plus d'événements stressants que les garçons, particulièrement en lien avec leurs pairs, leur famille et leur vie amoureuse. Les stresseurs rapportés par les garçons concernaient davantage les performances sportives. Les filles présentaient également plus de symptômes dépressifs.

La différence de dépression entre les filles et les garçons est partiellement expliquée, selon les auteurs, par le fait qu'elles rapportent plus de stresseurs.

Les résultats montrent aussi que les jeunes qui étaient déprimés au début de la recherche étaient plus susceptibles de rapporter des stresseurs liés à leur relation amoureuse 6 et 12 mois plus tard.

De plus, les adolescents qui rapportaient des stresseurs concernant les pairs et des stresseurs en dehors de leur contrôle au début de la recherche avaient, en moyenne, un niveau plus élevé de dépression 6 et 12 mois plus tard.

Enfin, quand les niveaux de stress augmentaient, les filles rapportaient de plus grand niveaux de symptômes dépressifs.

Selon l'auteur, les filles vivent plus d'événements stressants et y réagissent avec plus de dépression.

Source: Journal Child Development, January/February 2007 (Eurekalert)

Repost 0
Published by Angélique - dans Psychologie & cie
11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 10:29

Jacques Chirac parle de l'anorexie de sa fille

Jacques Chirac évoque pour la première fois sa fille aînée Laurence, atteinte d'anorexie mentale depuis l'âge de 15 ans, dans un livre-entretien avec Pierre Péan, "L'Inconnu de l'Elysée", dont l'hebdomadaire "Marianne" publie samedi des extraits.

"Il n'y a aucune raison de le nier... Cela a été et c'est le drame de ma vie. J'ai une fille qui était intelligente, jolie, et qui, à 15 ans, a été prise d'anorexie mentale", raconte-t-il. "Aujourd'hui, on commence à savoir traiter ces choses-là, mais à l'époque, on ne savait absolument pas comment faire".

"Elle est tombée profondément anorexique et, en vérité, n'en est jamais sortie", poursuit le chef de l'Etat évoquant sa fille quadragénaire. "Elle est surveillée vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Ma femme y va en permanence. C'est vraiment le problème de ma vie, et surtout celui de ma femme. On n'a rien pu faire", regrette-t-il.

Alors que Pierre Péan lui demande s'il éprouve un sentiment de culpabilité, il hésite. "Je ne sais pas... Peut-être que l'on n'a pas assez fait, au départ. Je ne sais pas... Peut-être aurais-je dû faire plus, psychologiquement parlant. C'est une fille très jolie, très intelligente.Pour moi, c'est vraiment un point très douloureux".

"Les cellules du cerveau ont été atteintes, elle ne peut rien faire, elle ne veut rien faire. Elle est là... On parle gentiment. On a essayé, avec des gens très gentils, de tenter de l'occuper à un semblant de travail, même non rémunéré... Mais il n'y a rien à faire".

Interrogé sur les coups de poignard politiques à côté d'une telle souffrance, il répond qu'il se "fout éperdument de Nicolas Sarkozy ou tel autre... Je me fous de beaucoup de choses".

"Je tiens à souligner que ma femme a eu ce mérite extraordinaire d'avoir toujours fait en sorte que ce problème m'affecte le moins possible au fil de mes responsabilités et ambitions successives, et elle continue à tout faire pour l'assumer entièrement", dit-il. AP

source : Associated Press le 10/02/2007 18:43

Repost 0
Published by Angélique - dans Célébrités et TCA
10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 13:03

Les signes cliniques de l'hypothyroïdie sont manifestes quand l'insuffisance en hormones est installée. Ils sont liés à une diminution globale de tous les métabolismes de l'organisme : ralentissement global. […]

 

Toutes les actions sont ralenties (ralentissement psychomoteur). Il existe une indifférence générale, un manque d'énergie, jusqu'à un véritable syndrome dépressif.

 

La fatigue est majeure. S'y associent frilosité, constipation, prise de poids. Les crampes sont fréquentes et douloureuses, il existe des douleurs des articulations. […]

 

Ca fait un peu près 7 ans que j’ai des soucis avec ma thyroïde, au début ce n’était presque rien…un taux de TSH légèrement supérieur à la normale. Et puis avec les années, ça c’est empiré. En décembre 2006 mon taux de TSH dépassait les 8 alors qu’il aurait dû être en dessous de 4. Grâce aux médicaments il est redescendu à 7, mais il est encore bien trop haut.

De ce fait mon médecin m’a augmenté mes doses de médicaments. Je lui ai dit que j’espèrerais qu’on allait rapidement trouver la dose idéale car je ne supporte pas la prise de poids (les kilos ne viennent pas que de mes crises…) et aussi tout le reste : l’extrême fatigue, la dépression qui s’amplifie, les douleurs articulaires !

 

Bref en ce moment c’est la catastrophe, je ne me sens bien qu’au lit, j’ai même beaucoup de mal à rester devant mon ordinateur…et je suis dans l’impossibilité de faire du vélo. Bref c’est difficilement compatible avec ce mental d’anorexique qui me ronge.

 

Je ne sais si mon hypothyroïdie provient de l’anorexie, ce n’est peut-être qu’une coïncidence…dans le Nord Est de la France on s’est pris pas mal de particules du nuage de Tchernobyl.

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 12:19

J’ai évoqué il y a quelques temps le suicide d’une jeune femme anorexique car elle ne supportait plus l’enfer de la maladie. Sa maman m’a demandé une faveur, de publier sur mon blog la dernière lettre de sa fille.

 

Cette lettre d’adieux m’a énormément touché, car lorsque je broie du noir, que parfois j’aimerais en finir une fois pour toute j’ai des pensées similaires.

 

Tendres pensées à sa mère et à toute sa famille

 

 

http://ninou-pour-toujours.blogspot.com/

 

 

Le 9 janvier 2007 entre 4 h et 5 h du matin:

 

 

"A ma famille et tous ceux que j'aime,

 

Je suis tellement désolée de ce que je vais faire et je sais que vous m'en voudrez énormément mais je ne vois plus d'autres solutions.

 

Je me retrouve face à un mur et ne trouve plus la force de me hisser une nouvelle fois. J'ai pourtant passé d'autres épreuves mais celle-ci est de trop.

 

Je me regarde et ne me reconnais plus. Je suis devenue une horreur, on me regarde comme un monstre, on parle de moi et ça me blesse tellement.

 

Je me sens seule même si je sais que vous êtes derrière moi mais il y a un grand vide en moi et la seule chose à laquelle je pourrais me raccrocher est mon travail mais là encore je me suis trompée. Je ne vois pas non plus d'issue dans ce travail, dans lequel, j'avais mis tant d'espoir et dans lequel je pensais m'épanouir, me stabiliser mais au lieu de ça, je m'y sens complètement inutile et tellement incapable. De plu, j'y vois beaucoup de misère et ça me détruit encore plus.

 

Mais au-delà de ça, ce qui me pousse à mettre fin à mes jours aujourd'hui c'est ce que je suis devenue aujourd'hui, ce cadavre ambulant qui ce matin ne sens quasiment même plus ses jambes, tellement elles sont maigres, ce cadavre qui fait pleurer les êtres qu'elle a de plus chers au monde dans il la voit et ça c'est insupportable car à ma moune et ma chtouille, je ne veux pas vous faire de mal, je veux que vous soyez heureuse car vous méritez tellement, de si belles femmes de coeur auxquelles j'impose cette souffrance de me voir dépérir et je sais bien que si cela continue, vous prendrez des mesures médicales. Je ne supporterais pas de me retrouver enfermée, moi qui ait ce tempérament si actif. De me retrouver en milieu hospitalier, je ne peux pas l'envisager.

 

Encore pardon pour cette dernière souffrance que je vais vous faire endurer, je m'en veux tellement de ce que je vais vous faire endurer mais sachez que je vous aime tellement et que où que je sois, quoi que l'on devienne après, je serais toujours là, quelque part près de vous à continuer à vous aimer si fort.

 

Et toi aussi papa, à qui j'en ai tellement voulu et qui a aussi tant souffert mais qui nous a aussi fait du mal, voulu ou non.

 

A tous ceux que j'ai aimé, amis, ex amis, grands-parents, tous ceux que j'aime, pardonnez-moi...

 

Nicole

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Témoignages -articles - commentaires
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 10:45

Lui c’est Bacchus, mon bébé Cavalier King Charles. C’est mon petit ange, mon petit rayon de soleil qui arrive à me faire décrocher un sourire même lorsque je broie du noir. Lorsqu’il fait beau je vais le balader, ça me permet de prendre l’air sans la peur d’être seule. Les après-midi ou les soirs il me rejoint dans mon lit pour de gros câlins. C’est fou comme une petite boule de poil peut nous apporter tant d’amour et un peu de bonheur.

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 11:44

Hier soir je m’affublais de surnoms horribles en essayant des jeans, du genre « grosse vache » au grand dam de ma mère.

 

Ce matin la balance a bien confirmé mes dires. Un poids normal, mon poids d’avant la maladie, un poids qui me donne envie de crever.

 

La solution est simple pour maigrir ne plus faire la moindre crise de boulimie, faire du sport, manger le moins possible. Bon la boulimie je peux en m’accrochant bien, il faut que j’arrête de me dire « tant pis je continue » à la moindre bouchée d’aliments ‘interdits’. Il faut aussi que je ne touche plus le pain qui est déclencheur de crise. Le sport ce sera plus dur, je ne me suis jamais sentie aussi fatiguée de ma vie. Moi qui ai pour habitude de bouger pas mal ce n’est pas facile à gérer.  Niveau nourriture si je me contente de soupe, yaourt 0%, pomme je ne peux que perdre du poids. Hors de question de m’amuser à jeûner, rien de tel pour entraîner une compulsion alimentaire

 

J’ai eu un mal fou à décoller de mon lit ce matin lorsque mon réveil a sonné, dur dur d’avoir rendez-vous à 9h chez ma psychiatre.

 

Un temps exécrable : une pluie glaciale mêlée à des bourrasques de vent. Dame solitude m’a accompagné dans le train. Comme toujours je tends l’oreille par capter quelques discussions croustillantes et puis je repars loin dans mes pensées.

 

Arrivée à la gare, je passe à la presse pour acheter un magazine féminin histoire de m’occuper un peu l’esprit dans la salle d’attente de ma psychiatre.

 

Mon rendez-vous s’est bien déroulé. J’ai dit à ma psychiatre que ma sœur ne voulait pas s’investir dans une thérapie familiale, mais que de toute manière ce n’est pas bien grave puisqu’elle déménage bientôt. Le thème du jour fût donc ma sœur, qui dixit ma psychiatre a des problèmes à prendre son indépendance…c’est vrai qu’elle a toujours vécu à la maison…et là son appartement est dans la maison…donc finalement elle ne s’éloigne pas trop.

 

On a évoqué également mon indépendance à moi. Il parait qu’inconsciemment je sois encore dépendante de ma mère. C’est bizarre car je ne le ressens pas du tout comme ça. Je vis très bien quand ma mère n’est pas à la maison, je mène ma petite vie pépère qui me rassure loin du monde. Souvent quand je ne suis pas bien je ne le dis même pas à ma mère pour ne pas l’embêter.

 

Prochain rendez-vous dans 15 jours car la semaine prochaine ma psychiatre est en vacances, ça va me fait du bien une semaine sans la voir…les rendez-vous médicaux qui s’enchaînent c’est crevant !

 

Avant de prendre un bus pour rentrer plus tôt à la maison j’ai fait un détour par un magasin de jeux vidéo. J’ai revendu deux jeux Nintendo DS et j’ai pu en racheter un neuf à 9.99 euros grâce à une super promo : 30 euros en moins sur le jeu si on en revendait deux.

 

10h10 j’ai mon bus de justesse. C’est étrange mais je n’aime pas prendre le bus, mais je n’avais pas envie de poireauter à Nancy. J’ai somnolé tout le long du trajet, je n’avais qu’une envie être au chaud au fond de mon lit, ce que je vais faire d’ailleurs.

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route