Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 23:52

 

Anticipation négative

Je dois sortir ce soir, qu'est ce que je vais pouvoir faire ? J'ai peur d'y aller ! Je suis sûr que ça va mal se passer ! "

 

Voilà exactement ce qu'on appelle une anticipation négative. Une situation, un événement, un objet nous fait peur et nous anticipons de façon négative sur ce qu'il va se passer. Nous avons un scénario catastrophe en tête et nous élaborons des hypothèses, des suppositions sur ce qu'il va se produire.

 

Bien évidemment, l'anticipation négative génère de l'angoisse et un surplus d'angoisse peut entraîner une crise d'angoisse qui fera mal physiquement et psychologiquement.

 

Source : http://www.emetophobie.net/trucs-anticipation.php

 

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Psychologie & cie
19 février 2007 1 19 /02 /février /2007 11:59

Bernadette Chirac évoque la maladie de sa fille Laurence: "je ne gère pas bien"

20Minutes.fr avec AFP | 11.02.07 | 20h27

Bernadette Chirac, invitée sur France 2 de l'émission "Vivement Dimanche", a évoqué dimanche la maladie mentale de sa fille Laurence, reconnaissant qu'elle "ne gère pas bien" ce mal.

Comme l'a fait son mari Jacques Chirac dans le livre-entretien "L'inconnu de l'Elysée" que publie Pierre Péan, Mme Chirac a parlé en termes très simples de l'anorexie mentale dont souffre sa fille depuis 1974.

Cette dernière, qui à certaines époques n'a pesé que 27 kilos, a fait plusieurs tentatives de suicide et vit dans un appartement parisien accompagnée en permanence d'une garde-malade.

Bernadette Chirac était accompagnée sur le plateau de "Vivement Dimanche" de Véronique Poivre d'Arvor, dont la fille Solenn s'est suicidée et avec qui elle a, grâce aux dons des "pièces jaunes", créé "La maison de Solenn" consacrée aux adolescents en difficulté.

"Je ne gère pas bien", a-t-elle reconnu en réponse à une question de Michel Drucker sur la maladie de sa fille. "Je culpabilise beaucoup, j'ai toujours l'impression que je ne donne pas assez de temps. Et puis ça dure", a-t-elle confié.

Dans le livre-entretien avec Pierre Péan, dont l'hebdomadaire Marianne publie cette semaine des extraits, M. Chirac a de son côté reconnu qu'"il n'y a aucune raison de le nier, cela a été le drame de ma vie. J'ai une fille qui a été intelligente, jolie, et qui, à 15 ans, a été prise d'anorexie mentale", raconte le chef de l'Etat.

"On a essayé, avec des gens très gentils, de l'occuper à un semblant de travail, même non rémunéré... mais il n'y a rien à faire".

Durant l'émission, Mme Chirac a fait visiter le musée du chef de l'Etat en Corrèze, qui rassemble les cadeaux reçus en douze ans de mandat, ainsi que l'Elysée et ses appartements privés, où l'on apprend que le chef de l'Etat a un "chouchou", un petit chien nommé "Sumo", qu'"il gâte terriblement".

Elle raconte notamment comme le président est capable de chercher sous les meubles le jouet du chien, s'il vient à manquer.

Elle reconnait que quitter l'Elysée lui manquera. "Je me suis beaucoup attachée" à ce qu'elle décrit comme "la maison des Français".

Elle évoque également son combat contre la pédophilie sur l'internet et la conférence internationale qu'elle a organisée sur ce sujet à l'Elysée, le 17 janvier.

L'émission donne aussi à Hillary Clinton, candidate démocrate et épouse de l'ex-président américain Bill Clinton, l'occasion d'expliquer, dans un extrait enregistré il y a plusieurs années, son attachement à cette femme de chef d'Etat, élue de Corrèze.

© 2007 AFP

Repost 0
Published by Angélique - dans Célébrités et TCA
17 février 2007 6 17 /02 /février /2007 13:18

La taille mannequin enflamme Londres

 

 

De notre correspondant à Londres RÉMI GODEAU.

 

 Publié le 15 février 2007

 

le figaro.fr

 

Alors que les défilés de mode battent leur plein à Londres, une polémique sur la taille ultrafine des mannequins, y compris ceux en plastique dans les vitrines, agite la capitale britannique.

 

 

 

UN IDÉAL de beauté ! Une aiguille piquée sur son col roulé noir à la hauteur du coeur, Kevin Arpino ne tarit pas d'éloges sur la créature photographiée à l'entrée du showroom, rue Beaumont, à Londres. Avec sa taille ultrafine (64 cm), ses hanches à la Egon Schiele (86 cm), son soupçon de poitrine (76 cm), elle fait un malheur. Un mètre quatre-vingts de pure magie et de gros bénéfices. « C'est un bon cheval, elle peut tout porter », plaisante le directeur artistique de Rootstein, fabriquant de mannequins haut de gamme depuis 1957. Vendu 1 200 euros l'unité, ce sosie du top-modèle anglais Erin O'Connor est en passe de devenir la coqueluche des vitrines des grands magasins londoniens. Que ses mensurations en fassent un être quasi surnaturel, Kevin Arpino s'en moque. Il se contente de coller à la dictature du moment. Rien de nouveau, jure-t-il : « Dans les années 1930, les femmes bandaient leur poitrine pour paraître plus plates ; dans les années 1940, les modèles se faisaient retirer des côtes pour affiner leur taille. » Au milieu de clichés en noir et blanc de Twiggy, de Susan Hampshire, de Joan Collins, de Yasmin Le Bon et autres Karen Mulder, Kevin Arpino explique que les stylistes ont toujours imposé leurs canons. Aujourd'hui, leur femme idéalisée se doit d'être jeune, grande et mince. Très mince. « C'est leur choix, les chaînes de distribution suivent », tranche-t-il, fatigué par tant d'hypocrisie. Rootstein se contente de répondre à la demande : ses figurines en plastique vont jusqu'à la taille 48, mais les neuf dixièmes du chiffre d'affaires se font sur les 36 et 38. Et Susan Ringwood en est malade. Présidente de l'Association des désordres alimentaires, elle s'étrangle : « Si ces mannequins étaient réels, ils seraient tous à l'hôpital ! » Avec d'autres experts du milieu de la santé, cette militante demande aux grands magasins d'arrêter de peupler leurs vitrines de sculptures aux formes aussi allongées qu'irréalistes. Une promotion larvée pour l'anorexie, estime-t-elle. « Vus de la rue, les vêtements paraissent fantastiques, mais une fois qu'on les essaie, c'est une catastrophe : il est difficile de ne pas en déduire que son corps est difforme », argumente-t-elle. Dans la rue, les Anglaises portent en moyenne du 44 et mesurent 1,63 mètre.

 

 

 

On est loin des standards édictés par les rois du style, au centre d'une polémique internationale ! En septembre, Madrid a osé une mise à l'index inédite. Au « Pasarela Cibeles », grand rendez-vous de la mode espagnole, cinq mannequins ont été interdites de podium. Motif : maigreur excessive. En novembre, la controverse enfle. La mode enregistre une nouvelle « fashion victim ». Au sens propre : un top brésilien décède d'anorexie. En janvier, nouvelle révolution ibérique : un accord est signé avec les géants du prêt-à-porter, Zara et Mango en tête. Les vêtements estampillés 46 seront sortis du ghetto des grandes tailles, les mannequins cachectiques, bannis des vitrines. La mesure a inspiré Susan Ringwood : « Si la mode ne fait pas l'anorexie, au moins participe-t-elle à créer un contexte. » Et, à défaut de s'attaquer aux très médiatisées top-modèles, autant commencer par combattre leur représentation, concède-t-elle. Une étude de la British Medical Association tend à lui donner raison. Elle confirme que, « inatteignable et biologiquement peu appropriée », la maigreur des modèles dont s'inspirent les fabriquants de mannequins en plastique « met la pression sur des femmes qui voient leur corps comme trop gros et trop lourd ». Bien sûr, l'anorexie ne date pas des défilés de mode. Le nombre d'anorexiques n'a pas bondi depuis la surexposition des tops squelettiques. Mais les cas de jeunes filles atteintes de troubles obsessionnels compulsifs et de syndromes dépressifs liés à leur physique inquiètent. 

 

 

 

 

Comme en septembre, la Semaine de la mode à Londres s'est ouverte sur la polémique. Opposés à l'interdiction des mannequins efflanqués, ses organisateurs ont conseillé de ne faire défiler que des modèles « en bonne santé » et âgés d'au moins 16 ans. Insuffisant pour désamorcer la bombe. Partisan d'une autorégulation, le ministre britannique de la Culture, Tessa Jowell, a estimé samedi dernier que les modèles devraient subir un contrôle médical. Et lundi, le député conservateur Peter Luff a menacé le secteur d'une enquête parlementaire. « La question est de savoir si l'on peut faire confiance à l'industrie pour agir en toute responsabilité, ou si le gouvernement doit intervenir pour s'assurer qu'elle se comporte correctement », a-t-il menacé dans l'Evening Standard. Sans surprise, Hilary Riva, la directrice du Conseil de la mode britannique, s'est dite très en colère. En colère contre le dénigrement d'individus, contre les brimades « outrageuses » envers les modèles. Poses suggestives chez Selfridges, rigides chez Marks & Spencer, décalées chez Laura Ashley. Sur Oxford Street, loin des flashs des podiums, les mannequins en plastique à taille mini-mini gardent le regard braqué sur les passantes. Et rien n'indique qu'ils sont en passe de déserter les grands magasins. Car Marks & Spencer lance, cette semaine, une grande campagne publicitaire avec la filiforme Erin O'Connor, sans faire de commentaires sur sa copie ER1. Chez John Lewis, Diane Shankie dit afficher un parti pris de réalisme : « Pas de clavicules ou de côtes saillantes, ni de visages anguleux. » Il n'empêche, le 36 est de rigueur. Chargée des vitrines de Selfridges, Sarah McCullough reconnaît aussi utiliser des tailles 36, tout en minimisant l'impact de ses mises en scène : « Bien sûr, notre objectif est de présenter nos vêtements sous les meilleurs avantages. Mais, franchement, les clientes ne se sont jamais plaintes. » Par satisfaction ou par résignation ?

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Revue de presse
16 février 2007 5 16 /02 /février /2007 22:23

Vous devez probablement vous souvenir du décès au mois d’août du jeune mannequin uruguayen Luisel Ramos d’une crise cardiaque due à l’anorexie mentale.

 

Ce soir en regardant les sites people américain, j’ai appris avec tristesse que sa petite sœur (18 ans), top model elle aussi, (est morte mardi dernier. D’après l’autopsie, elle serait décédée d’une crise cardiaque provoquée par de la malnutrition. Son corps a été retrouvé mardi dans la maison de ses grands parents à Montevideo.

 

Ce décès va probablement relancer les débats sur le monde de la mode et la maigreur. Il est vrai qu’il est temps de faire quelque chose…en sept mois 3 jeunes mannequins sont mortes d’anorexie…

 

Paix à leurs âmes.

  

Repost 0
Published by Angélique - dans Célébrités et TCA
16 février 2007 5 16 /02 /février /2007 15:58

Portable, appareil photo, lunettes de soleil, et c’est parti pour faire une belle balade avec mon bébé chien.

 

Je pars à 13h11…il ne faut pas que je revienne avant 14h11. La promenade doit durer au moins une heure. Pourquoi une heure ? A vrai dire c’est une bonne question, j’ai toujours ce besoin de faire des pseudos calcul que ce soit avec les calories ou le temps d’une activité…toujours des calculs d’apothicaires. Bébé chien est excité et tout fou. Il me saute dessus et laisse des traces de boue sur mon jeans tout propre. Tant pis.

 

Je m’arme de mon appareil photo et mitraille. J’adore faire des photos…de tout et de rien, des autres et de moi, de mes amours d’animaux. Ca faisait longtemps que je ne m’étais pas faite plaisir en faisant de belles photos.

 

Je croise peu de monde. Je croise une femme avec un chien. Nos chiens font connaissances. Bacchus fait le timide. Un brin de discussion et chacune repart de son côté. C’est agréable d’échanger quelques mots parfois avec quelqu’un qu’on ne connaît pas.

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
15 février 2007 4 15 /02 /février /2007 21:48

Euphorie la plus totale en fin d’après-midi et début de soirée.  Je me sens prête à décrocher la lune. La musique tourne, je danse en faisant mon lit…

 

Puis mon allégresse s’envole. Une histoire de lessive…une jupe noire qui a déteint. La culpabilité s’abat sur moi. Je ne dis plus rien. Mon visage se ferme. Maman me dit de ne pas faire la tête. Je réponds « que veux tu que je te dise ? ». Ben oui c’est de ma faute si son chemisier blanc est devenu gris, je ne vais pas éclater de rire.

 

Repas. Repas trop lourd à mon goût…un peu trop de pain et de la salade verte…non je ne devais pas en manger…ce n’était pas prévu…

 

Un peu de vélo…pas beaucoup car la fatigue est encore trop présente. Mon dérèglement de la thyroïde m’en faire voir de toutes les couleurs. Ce qui me dégoûte le plus, c’est qu’en regardant mes prises de sang d’il y a trois ans, ma TSH était déjà au dessus de la normale. Mon médecin de l’époque n’a pas jugé bon de résoudre le problème, pour lui la cause était l’anorexie. Mais en fait peu importe la cause d’une maladie, l’important est de la soigner. Voilà si en ce moment mon taux de TSH explose c’est la faute d’un médecin qui n’a pas fait son boulot.

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
15 février 2007 4 15 /02 /février /2007 12:29

Bibliographie

 

 

 

à Les titres en brun sont les livres que j’ai lu

 

Ouvrages généraux

 

  • AGMAN Gilles, Comment vivre avec une anorexique, 2005

     

  • BATLLE Sylvie, Les compulsions alimentaires : Se libérer de la boulimie, Jouvence, 2004

     

  • BRUCH Hilda, Conversations avec des anorexiques, Payot, 1990

     

  • BRUCH Hilda, Les yeux et le ventre, , Payot, 1994

     

  • BUCKROYD Julia, Anorexie et boulimie, J’ai lu, 1996

     

  • CHABROL Henri, L’anorexie et la boulimie de l’adolescente, Que sais-je, 1991

     

  • CLAUDE-PIERRE Peggy, Guérir l’anorexie et la boulimie par la méthode Montreux, Plon, 1998

     

  • COMBE Colette, Soigner l’anorexie, Dunod, 2002

     

  • DODIN Vincent et TESTART Marie-Lyse, Comprendre l’anorexie, Seuil pratique, 2004

     

  • GUILLEMOT A et LAXENAIRE M., Anorexie mentale et boulimie : le poids de la culture, Masson

     

  • GUINGAND Pascal, Anorexie et inédie : la même passion du rien, 2004

     

  • JEAMMET Philippe, Anorexie Boulimie : les paradoxes de l’adolescence, hachette littérature, 2004

     

  • LOISELLE Annie, Les affamées : regards sur l’anorexie, les éditions de l’homme, 2003

     

  • MAILLET Jacques, Anorexie boulimie, collection Idées reçues, Edition le Cavalier bleu, 2004

     

  • MEGGLE Virginie, Face à l’anorexie : le visible et l’invisible, Eyrolles, 2006

     

  • MENIER Alain et VAN LERBERGHE Clothilde, Anorexie. Ados au régime, ados en danger?, Platypus press, 2002

     

  • MENIER Alain, L’anorexie sortir du tunnel, Hydrogène, 2003

     

  • MEURET Isabelle, L’anorexie Créatrice, 2006

     

  • MUCHA Sabine, Anorexie et boulimie, Vigot, 2004

     

  • NASSIKAS Kostas, Journal d’une anorexique, L’Harmattan, 1992

     

  • NEF François, La boulimie : Des théories aux thérapies, Pratiques Psychologiques, 2006

     

  • RIGAUD Daniel, Anorexie, boulimie et autres troubles du comportement alimentaire, Ed. Milan, 2002

     

  • PALAZOLO Jérôme, Aidez vos proches, anorexie, Hachette Pratique 2006

     

  • PERROUD Alain, Faire face à la boulimie : Une démarche efficace pour guérir, Retz, 2006

     

  • SELLAM Salomon, Boulime-Anorexie un énorme quiproquo psychoaffectif, Bérangel, 2005

     

  • SENNINGER Franck, La boulimie : la faim sans fin, Jouvence, 2004

     

  • SENNINGER Franck, L’anorexie : le miroir intérieur brisée, Jouvence, 2004

     

  • SIMON Yves, Nef François, Comment sortir de l’anorexie ?, Odile Jacob, 2002

     

  • RAIMBAULT Ginette et ELIACHEFF Caroline, Les Indomptables : figures de l’anorexie, poche Odile Jacob, 1996

     

  • ROBINEAU Christine, L’anorexie, un entre-deux-corps, L’Harmattan, 2003

     

  • VANDERLINDEN Johan, Vaincre l’anorexie mentale, De Boeck, 2003

     

  • VAN TURNHOUT Martine, GABRIEL Myriam, La forteresse anorexique, Editions J-Lyon, 2005

     

  • VINCENT Thierry, L’Anorexie, Odile Jacob

     

 

 

 

 

Témoignages, romans

 

  • ARNAUD Catherine, La vie peut-être, Medium, 2006

     

  • BAILLY Othilie, L’enfant qui se laissait mourir, J’ai lu, 1992

     

  • BALINSKA Marta Aleksandra, Retour à la vie. Quinze ans d’anorexie, Odile Jacob, Paris, 2003

     

  • BENAMEUR Jeanne, Valentine remède, Petite Poche, 2002

     

  • BERTIN Marie, BERTIN Roselyne, Journal sans faim, cascade pluriel, 2000

     

  • BRISAC Geneviève, Petite, Points, 1996

     

  • BOTTERO Pierre, Zouck, collection Tribal, Flammarion, 2004

     

  • DELVIG Lou, Jours sans faim, Grasset, 2001

     

  • DE PERETTI Camille, Thornytorinx, Belfond, 2005

     

  • GAVALDA Anna, Ensemble c’est tout, le dilettante, 2004

     

  • HORN BACHER Marya, Piégée. Mémoires d’une anorexique, Paris, Bayard, 1998

     

  • Justine, Ce matin j’ai décidé d’arrêter de manger, Oh Editons, 2007

     

  • KOCHKA, Maigre Maya, Grasset Jeunesse, 2004

     

  • LACAMP Ysabelle, Une jeune fille bien comme il faut, livre de poche, 1998

     

  • MOLLA Jean, Sobibor, Scripto Gallimard, 2003

     

  • MONAQUE Mathilde, Trouble tête, les arènes, 2006

     

  • MOYOCO Anno, In the Clothes named fat,  Sohdensha publishing, 2002

     

  • NOTHOM Amélie, Biographie de la faim, Albin Michel, 2004

     

  • PAZALLE Vittoria, Anorexie et boulimie : journal intime d’une reconstruction, Editions Dangles, 2005

     

  • PHILIPPE Claire et Marie, Souvenirs d’anorexie : dialogue entre une mère et sa fille, K&B, 2006

     

  • POIVRE D’ARVOR Patrick, Lettres à l’absente, Albin Michel, 1993

     

  • POIVRE D’ARVOR Patrick, Elle n’était pas d’ici, livre de poche, 1995

     

  • POIVRE D’ARVOR Véronique, A Solenn, Albin Michel, 2005

     

  • RAVEGLIA Audrey, Jeûne fille, Balland, Paris, 2002

     

  • ROSEN Jonathan, La pomme d’Eve, 10/18 domaine étranger, 1997

     

  • ROSOFF Meg, Maintenant c’est ma vie, Albin Michel, 2006

     

  • RUZE Franck, 0%, le dilettante, 2003

     

  • SINCLAIR Jackie, Anorexie mon amour, Heures de France, 1999

     

  • SHUTE Jenefer, Folle de moi, roman, Edition Fayard, 1992

     

  • SOLLIEC Corinne, Le petit corps, Gallimard, 2006

     

  • TITO, L’intrus, tendre Banlieue, Casterman grande ligne, 2005

     

  • VALERE Valérie, Le Pavillon des enfants fous, Stock, 1978

     

  • Vanessa et le Docteur Alain Meunier, Je m’aime, donc je vis. C’est quoi l’anorexie ?, Payot, 2001

     

  • VERMOT Marie-Sophie, Pouvoir se taire, et encore, Editions Thierry Magnier, 2002

     

  • WILSON Jacqueline, 3 filles et 10 kilos de trop, livre de poche jeunesse, 1998

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Bibliothèque
14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 22:36

Juste un petit moment de bonheur

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 17:28

7h du matin me voilà déjà réveillée, la barbe ! Si je force pas les doses d’anxiolytiques je passe des nuits en pointillées. Au lieu de me retourner dans tous les sens dans mon lit, je me mets un épisode de 24h chrono. C’est dingue cette série on en devient accro. L’épisode terminé mes paupières sont lourdes, j’éteins tout et me rendors.

 

 

Et pour une fois je fais de beaux rêves. Oui des vrais beaux rêves, des rêves un peu osés qui rehaussent un peu le moral. Je me souviens encore des sensations, du bien-être et du bonheur éphémère. Puis on se réveille, et on se rend compte que tout cela n’était qu’un songe. Déception. Voilà je n’ai qu’une vie sentimentale  seulement de temps en temps dans mes rêves…

 

 

Je descends prendre mon mug de lait écrémé vers 10h30 puis je remonte dans ma chambre et continue à enchaîner les épisodes de 24h. J’ai pris deux petites avec moi, comme ça pas besoin d’aller manger au repas.

 

 

En début d’après-midi, ma sœur se tient sur le pas de ma porte de chambre et avec une pointe d’inquiétude dans sa voix elle me dit « Alors tu n’es pas venue manger… ». Cette petite phrase me touche, c’est si rare que ma sœur laisse transparaître ses sentiments.

 

 

16h rdv chez le kiné, aujourd’hui c’est le massage spécial relaxation…et miracle je suis vraiment relaxée. Massage du crâne et du visage, et même mon dos et mes épaules ne sont plus noués.

 

 

Je rentre à la maison sous la pluie et le vent…ça devient lassant ce temps grisâtre. Je croise des couples…Je hais ces couples qui me rappellent que je suis seule

 

 

 

 

Bande son: U Turn (Lili) - Aaron

 

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 20:43

 

Pseudo crise du soir…j’avais surtout faim…beaucoup de légumes, de la salade verte, 6 yaourts (4 0%, 2 flanby). Ventre lourd et douloureux. Une certaine culpabilité, mais bon je n’ai rien mangé de « grave » pour la ligne. D’ailleurs je n’ai aucune envie de m’empiffrer avec des gâteaux ou d’autres bêtises de ce genre. Mais j’avais quand même ce besoin de me gaver, de sentir l’estomac lourd…peut-être que j’ai besoin de cette sensation pour confirmer ce que mon esprit ne cesse de me répéter : « tu es trop grosse ! »

 

Les troubles alimentaires restent des maladies bien mystérieuses…

 

Je ne me sens pas bien dans mon corps aujourd’hui, et ça depuis le matin. Ce corps m’encombre encore et toujours, mes cuisses sont trop larges, mon ventre pas assez plat…et malgré le fait que je rentre dans des petites tailles la sensation de grosseur ne diminue pas.  J’aimerais ne plus jamais manger de ma vie. Je n’aime plus manger, je n’ai même plus le moindre plaisir à manger. Chaque bouchée que j’absorbe se convertit uniquement en calories et en kilos potentiels. Je vérifie les calories sur chaque étiquette, je note, je calcule, et c’est toujours trop. J’aimerais ne carburer qu’à l’eau. Voir les kilos descendre à une vitesse folle. J’ai ce désir inconscient et stupide d’atteindre une maigreur extrême, cette maigreur qui fait peur, cette maigreur qui rappelle les camps nazis, cette maigreur que moi-même je ne trouve pas belle.

 

Les tca sont des aberrations, elles nous rendent illogiques et incohérents. Elles dérèglent nos esprits.

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route