Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 17:34

Chapitre 1

Je m’affine c’est certain. Je me sens mieux dans mon corps c’est certain aussi. Je n’ose pas vraiment me peser par peur de voir les chiffres s’afficher…Parfois on ne tient plus d’être dans l’ignorance…alors malgré mon petit déjeuner et beaucoup de coca light, je suis montée sur ma machine de torture. Désespoir, tristesse.

 Craquage sur du pain depuis quelques jours. Pourquoi j’aime tellement cet aliment ? Vivement que ma sœur ne soit plus à la maison, au moins on n’en achètera plus…

Je culpabilise à mort à cause de cette demi baguette avalée…pourtant je devrais me réjouir en ce moment je ne fais plus de crise.

 

J’ai froid, je suis fatiguée, je veux maigrir.

Toujours la même rengaine…

 

 

 Chapitre 2

 

Début d’après-midi et quelques tranches de pain de mie

Début d’après-midi et la fin du riz

Début d’après-midi, je continue avec une sorte de sucette au fromage blanc et une pomme.  

Je me sens mal. Petite compulsion qui fait beaucoup de mal. Ce n’est pas une crise proprement dite, mais j’étais hors contrôle…

 

Chapitre 3

Repassage sans la moindre motivation devant quelques épisodes de la saison 4 de FBI portés disparus.

Gros coup de blues.

Impression d’être un cachalot

Chapitre 4

 La crise se poursuit…

 17 jours que je n’avais pas fait de crise…

 

 

 

 Chapitre 5

I feel so alone

I feel ashamed

I feel so fat and ugly 

 I feel guilty

 I’m broken

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
25 février 2007 7 25 /02 /février /2007 12:04

Quand on me disait que le yoga relaxait, je n’y croyais guère. Franchement moi l’angoissée et stressée chronique aux muscles toujours noués, c’est impossible de me relaxer. Et puis suivre un cours…à l’extérieur…non hors de questions.

 

Finalement par curiosité j’ai commandé un DVD de yoga (le yoga facile pour les nuls) , moi je suis plus sport à la maison, tranquille dans ma chambre, loin des regards…

 

Une séance hier, une séance ce matin…et c’est vrai que s’est décontractant. Je ne dirais pas que toutes les tensions de mon corps se sont envolées, mais je me sens plus ZEN.

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Forme - Relaxation - Bien être
24 février 2007 6 24 /02 /février /2007 22:27

 

Un film qui m'a ému, tout simplement parce que je me suis vue...

Un film juste, pas de voyeurisme, simplement une froide vérité.

Pour voir le film cliquez sur ce lien http://www.pvsp.net/voleuse/video.htm

Repost 0
Published by Angélique - dans Vidéos
24 février 2007 6 24 /02 /février /2007 21:25

Anorexie mentale: la piste génétique

 

 

source : Associated Press le 20/02/2007 16:37

 

 

Le seul contexte culturel ne suffirait pas à expliquer la survenue d'une anorexie mentale, un trouble fréquent du comportement alimentaire: le risque pour un ou une adolescent(e) d'en être atteint serait multiplié par douze lorsqu'un membre de la famille en a déjà souffert, selon une étude menée aux Etats-Unis et en Europe.

 

"La génétique charge le pistolet. L'environnement appuie sur la gâchette", a résumé Craig Johnson, responsable de l'étude et directeur de l'unité des troubles du comportement alimentaire, à l'hôpital psychiatrique Laureate de Tulsa.

 

Selon lui, ces quarante dernières années, les chercheurs ont essentiellement cherché à comprendre le rôle joué par la culture du régime dans la survenue de troubles du comportement alimentaire. "Nous savons maintenant que cette maladie survient lorsqu'il existe un enchaînement d'événements qui vont de la prédisposition génétique à une culture avide de minceur par le régime et l'exercice."

 

Les gens qui souffrent d'anorexie mentale, des jeunes femmes en majorité, développent un dégoût de la nourriture et une perception faussée de l'image du corps. Or cette nouvelle étude, explique Craig Johnson, a permis d'identifier les groupes les plus à risque, notamment les jeunes filles âgées de 11 à 14 ans. "Les filles sont supposées prendre le tiers de leur poids d'adulte pendant cette période", soit environ 18 kilos, précise-t-il. "Si une jeune femme ne supporte pas bien cette prise de poids et qu'un proche, un professeur d'activité physique ou un petit ami fait des commentaires, cela peut provoquer une période de régime", "voie royale vers les troubles alimentaires".

 

Outre Tulsa, l'étude concerne les villes de Pittsburgh, New York, Philadelphie, Baltimore, Los Angeles, Toronto et Fargo, dans le Dakota du Nord. En Europe, Londres et Munich ont participé à ces travaux financés par les Instituts nationaux américains de santé. AP

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Anorexie
24 février 2007 6 24 /02 /février /2007 21:19

A la veille des défilés de prêt-à-porter, la course à l'extrême maigreur inquiète

Trop maigres et trop jeunes ? A la veille des défilés de prêt-à-porter à Paris, du 25 février au 4 mars, la silhouette des mannequins va être examinée avec attention. Un groupe de travail, créé le 25 janvier par Xavier Bertrand, ministre de la santé, et présidé par le pédopsychiatre Marcel Rufo, doit "proposer sous deux mois un cadre d'engagement collectif et volontaire portant sur la publicité, la mode et l'apparence du corps".

 

Fin 2006, le décès d'un mannequin brésilien anorexique de 18 ans et la fixation de l'indice 18 de masse corporelle (56 kg pour 1,75 m) minimum, pour défiler en Espagne et en Italie, ont déclenché un débat sur la maigreur excessive. Certains estiment que ces images, abondamment véhiculées par les médias, ont une influence sur le comportement alimentaire des jeunes filles.

 

Dans les milieux les plus concernés, les couturiers et les photographes de mode sont les moins diserts. On se contente d'indiquer que l'important est que les filles soient... belles et photogéniques. "C'est aux spécialistes de la santé de dire ce qui est bon ou mauvais. A propos du pouvoir et de l'influence de la mode, on est dans un discours très subjectif", commente Didier Grumbach, président de la Fédération française de la couture.

 

Les responsables des agences de mannequins pratiquent un peu moins la langue de bois. Tout en estimant que le phénomène est minoritaire, ils font l'analyse suivante. "Après les top models des années 1980 - Claudia Schiffer ou Linda Evangelista - qu'on regardait quelquefois plus que le vêtement qu'elles présentaient, les couturiers ont peut-être recherché des physionomies plus anonymes et plus androgynes", analyse Martine de Menthon, styliste.

 

Une tendance qui a coïncidé avec d'autres phénomènes, comme l'arrivée des mannequins de l'Est (Russie et Biélorussie, notamment), grandes et élancées, ainsi que celle de filles de plus en plus jeunes et à peine pubères, même si, en France, les moins de 16 ans n'ont pas le droit de participer à un défilé. "Dans les années 1980, on débutait à 18-20 ans, aujourd'hui, certaines commencent à 16 ans, voire à 14 ans, en Italie par exemple. C'est catastrophique, car ces jeunes filles abandonnent l'école et n'y retournent pas trois ou quatre ans plus tard, ce qui est souvent la durée d'une carrière", constate Patricia, ancien mannequin et aujourd'hui directrice de casting à l'agence La mode en images.

 

La sélection est permanente, la rivalité mondiale. Dans une étude britannique, publiée par The Independant, un mannequin déclare : "Notre seul pouvoir est celui de se mettre au régime." En ce qui concerne le rapport à la nourriture, ceux qui fréquentent le "backstage", ces coulisses où les mannequins se préparent avant de se lancer sur le podium, pourtant l'affirment : la plupart d'entre elles mangent. Difficile d'ailleurs d'imaginer qu'elles pourraient assurer jusqu'à 80 défilés en une semaine, au rythme de 12 heures de travail par jour, sans se sustenter. Une nourriture, pas toujours très diététique, absorbée à la va-vite entre deux essayages ou dans la voiture qui conduit d'un défilé à l'autre. Il se murmure que certaines se feraient vomir. D'autres reconnaissent que, la semaine qui précède les collections, elles font un régime pour retrouver la taille mannequin.

 

Alors, cette maigreur excessive des mannequins relèverait de l'exagération journalistique ? Pas tout à fait, puisqu'à Madrid, début février, cinq mannequins ont été à nouveau interdites de défilé pour cause de masse corporelle insuffisante. Certains reconnaissent qu'il y a eu des abus et que certains créateurs, comme Balenciaga ou Lagerfeld, ont un moment été tentés par ces allures filiformes pour la présentation de leurs modèles. Mais il s'agirait d'un phénomène minoritaire. Les milieux de la mode préfèrent pointer les silhouettes osseuses des "people", telles les Américaines Paris Hilton ou Nicole Richie, abondamment photographiées par les magazines.

 

Les médecins, eux, estiment qu'un palier supplémentaire a été franchi dans "la course à la minceur". "On constate un rajeunissement des cas d'anorexie et une apparition de cette maladie dans des endroits du monde où elle était inconnue. Même s'ils n'en sont pas la seule cause, les facteurs d'environnement, comme la mode, jouent. Par ailleurs, la sous-alimentation que suppose l'extrême maigreur a des conséquences sur la puberté, notamment", explique le docteur Marie-France Le Heuzey, pédopsychiatre, spécialiste de l'anorexie.

 

Dans son numéro du 29 janvier, le magazine Elle a publié 8 pages titrées "Toutes en rondeurs". Une tentative pour exorciser la maigreur ?

 

Françoise Chirot  LE MONDE | 21.02.07

 

 

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Revue de presse
24 février 2007 6 24 /02 /février /2007 19:40

Les préjugés réducteurs, Carole Raté, l’une des rares spécialistes de l’anorexie boulimie à Québec, les a tous entendus. Elle en a soupé. «Même si on ne vivait pas sous le joug de la minceur, l’anorexie sévirait, affirme la psychiatre du CHUQ. Cette pression joue un rôle, évidemment, mais ce n’est pas la cause. De l’anorexie, il y en avait au XVIe siècle. Vous savez quoi? Un chercheur a même prouvé que plusieurs saintes qui passaient pour des ascètes étaient en fait des anorexiques!» La science parle d’une combinaison, d’un enchevêtrement de facteurs. À la base, il y aurait des tempéraments «à risques», des terreaux propices; des filles trop sensibles au jugement des autres, avec une estime d’elles-mêmes en chute libre, qui ont de la difficulté à faire leur place, à s’affirmer. Pour être sûres et certaines d’être aimées, elles veulent être conformes à ce qu’on attend d’elles, «Or maintenant, dans nos sociétés occidentales, on envoie le message qu’une vraie femme doit être belle et svelte, mais aussi ultraperformante», explique Carole Raté. La compétitivité galvanise l’anorexie, c’est prouvé. Des études ont comparé deux écoles, l’une très compétitive, l’autre moins; dans la première, on a repéré nettement plus de cas d’anorexie. Le milieu familial? Bien sûr, ça compte. En général, les filles viennent de milieux éduqués, aisés, où la réussite est importante. Bref, la personnalité + la société + l’influence familiale, constituent ce système dans lequel ces filles se sentent écrasées, dépassées. En faisant des régimes, en matant leur corps, elles ont enfin le contrôle total sur quelque chose. Et le dérapage commence... Le problème psychologique devient aussi biologique. L’anorexie s’installe, et «s’auto entretient»: plus elles jeûnent, plus elles ont peur de manger. Alors quand j’entends «c’est un entêtement de petites filles riches» ou «elles n’ont qu’à manger», ça me fait bondir. Elles n’ont pas le choix d’être ainsi. Et c’est grave. […]

 

 

Danielle Stanton
Source: La Gazette des femmes, Vol.18 No.6.

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Idées fausses et préjugés
24 février 2007 6 24 /02 /février /2007 16:26

Selon l'interprétation analytique, l’anorexie mentale est un mécanisme d'affirmation du contrôle de sa propre vie et de soustraction à l'autorité parentale : vouloir tout contrôler alors que la confiance en soi a éclaté, d'où la nécessité impérieuse de maigrir. Le jeûne est une victoire, le repas un échec

Repost 0
Published by Angélique - dans Anorexie
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 19:57

Sites pro-ana : les dangers de l'anorexie sur internet

 

Des sites et des blogs qui font l’apologie de la minceur extrême, qui trafiquent des photos pour faire paraître les mannequins plus maigres…. Internet constitue le moyen pour certains ados de partager leur mal-être et leurs troubles du comportement alimentaire. Mais ces sites sont-ils si répandus ? Quels sont les risques réels d’Internet pour les adolescentes fragiles ?… Tour d’horizon.

 

Des sites personnels qui prônent l’anorexie, des blogs qui véhiculent comme idéal la minceur extrême… Ce phénomène, apparu aux Etats-Unis, est récemment arrivé en France. Sur ces sites on trouve l’éloge de Ana, surnom de l’anorexie, et de Mia, la boulimie. Et on peut voir des galeries de photos des stars plus maigres les unes que les autres : Marie-Kate et Ashley Olsen, Kate Moss, Nicole Richie, Kate Bosworth, Keira Knightley… Ces galeries sont baptisées par leurs auteurs « Thinspiration », contraction en anglais de minceur et inspiration. D’ailleurs certains n’hésitent pas à trafiquer ces photos pour accentuer la maigreur… Dans les blogs, on trouve également des recettes pour mincir ou des astuces pour se faire vomir. Certaines ont même créé des forums de discussion, protéges par mot de passe, où elles peuvent librement se retrouver pour poster leurs photos, mettre des e-tickers pour suivre les progrès de leur amaigrissement (avec des objectifs dangereux tels que 40 kg…), etc.

 

L'expression d'un désespoir

 

Ces initiatives sont-elles des agissements de dangereuses criminelles qui veulent transformer toutes les adolescentes en squelettes ? Pour Virginie Megglé, psychanalyste et ancienne anorexique, auteur d’un livre sur le sujet, il faut regarder ces sites pour ce qu’ils sont : « Ce sont avant-tout des appels d’adolescentes qui se sentent rejetées, et qui essaient de ne pas se considérer comme malades. Elles veulent transformer leur anorexie en norme pour échapper à l’hôpital, aux parents… Ces sites sont surtout l’expression d’un désespoir ». Un peu comme un alcoolique ou un drogué qui va essayer d’entraîner les autres dans sa dépendance, pour ne pas affronter son problème.

 

 

Interdire ou laisser faire ?

 

Suite au battage médiatique sur les dangers de ces sites, la plupart ont été fermés par les hébergeurs, et difficile aujourd’hui de trouver un site en Français qui va faire l’apologie de la minceur (alors que les sites anglo-saxons restent nombreux). Une proposition de loi a même été émise par le député UMP François Vannson, afin d’interdire purement et simplement les sites qui présenteraient l’anorexie sous un jour favorable. Mais faut-il légiférer ? Là encore, Virginie Megglé lance une mise en garde : « Ces filles sont déjà rejetées par la société, ou se sentent déjà suffisamment exclues, je ne pense pas qu’il faille encore plus les stigmatiser. D’autant que si l’on interdit ce mode d’expression, on sait très bien que cela va réapparaître, peut-être sous une forme plus néfaste. Les interdire ne servira au final qu’à donner bonne conscience aux politiques. Mais cela ne réglera pas le problème. Ce n’est pas aux sites pro-ana qu’il faut s’attaquer mais à l’anorexie elle-même ! En revanche, il est important de mettre en garde les adolescentes sur les dangers de ces sites ».

 

 

Effet pervers

 

A noter d’ailleurs, le danger des sites "anti-ana" qui sous prétexte de dénoncer la minceur, mettent en ligne les régimes adoptés par les anorexiques, les règles de la minceur ou les photos… et qui au final ont l’effet inverse à celui recherché ! Ces sites peuvent aussi prôner la minceur malgré eux : la plupart parlent des régimes, des diètes extrêmes des anorexiques. Mais les publicités associées sont elles sensibles à ces mots clés et proposent pratiquement exclusivement des régimes… un paradoxe identique à ces magazines qui dénoncent l’anorexie et font quatre pages plus loin un reportage sur les défilés de mode…

 

 

Des groupes de soutien

 

Mais il ne faut pas diaboliser le web pour autant, au contraire : la majorité des sites et autres blogs sont avant-tout faits par des adolescentes victimes d’anorexie et racontent leur calvaire, leur souffrance quotidienne. Elles expriment majoritairement la volonté de s’en sortir. Allez voir le blog d'ana-bouli par exemple. C’est d’ailleurs ce que souligne Virginie Megglé : « ces sites permettent de faire entendre une autre parole, loin du discours médical ». Sur les forums de discussion, se forment souvent des groupes de soutien pour sortir de la spirale infernale. Virginie Megglé souligne même les aspects positifs d’internet et des forums de discussion : « Pour les adolescentes qui n’acceptent pas leur corps, internet permet de parler sans affronter le regard des autres ». Un moyen de ne pas se renfermer sur elles-mêmes, et de reprendre un contact social… et de s’en sortir.

Alain Sousa

 

 

Source :http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/dossiers/anorexie/10349-pro-ana.htm

 

Pour aller plus loin le blog de Virginie Megglé sur l’anorexie  http://www.psychanalyse-en-mouvement.net/anorexie:voix.off/index.php

Repost 0
Published by Angélique - dans Pro-anorexie
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 19:52

Repost 0
Published by Angélique - dans Vidéos
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 19:48

Repost 0
Published by Angélique - dans Vidéos