Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 20:39
Pas regarder "Ca se discute" hier soir.

Je n'avais pas envie, marre de l'anorexie.

Et puis j'étais de sortie avec des amis. J'ai mangé une glace. Orgasme alimentaire (mais de la culpabilité).

Moi je veux sortir le plus possible les TCA de ma vie, donc éviter de lire ou regarder des choses sur le sujet. Plus on baigne de le sujet, plus on s'y embourbe



Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 22:07
Que dire à part que je suis écoeurée par la couverture du magazine Closer de cette semaine qui profite de la médiatisation des troubles alimentaires pour mettre en première page les stars les plus maigres du moment.

A quoi ça sert à part faire vendre?? A rien. A que les anorexiques malades achetent cette connerie pour admirer les os des starlettes du moment.

Et puis j'en ai marre, maigreur n'est pas égale à anorexique.

C'est affligeant...






Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 21:11

Avec du recul je vois maintenant comment l’anorexie nous met des œillères.

Il y a déjà cette période où l’on fond à vue d’œil sans le voir, où l’on est persuadée de manger encore alors qu’on n’avale plus que trois feuilles de salades ou deux haricots verts. C’est une période traitresse où l’on se sent – presque – bien, la faim, la perte de poids, la maitresse du corps et de l’alimentation rend euphorique.

Cette période idyllique ne dure qu’un temps. On finit par accepter de grès ou de force qu’on est malade.

On commence à voir comment la maladie entrave notre vie, comment elle nous empêche de sortir les samedis soirs faire la fête et trop boire…parce que l’alcool c’est calorique. Et puis on se persuade qu’on aime bien être casanière et seule dans son coin.

Après tout on s’est bien mis aux légumes du jour au lendemain alors qu’on détestait ça.

On regarde les autres manger leur pizza avec envie mais pour rien au monde on l’avouerait. On nous le répète assez que l’anorexique n’a pas faim. Elle doit tenir sa réputation (c’est ironique bien sûr). Elle doit surtout maintenir sa toute puissance et le contrôle sur la nourriture.

Comme un et un fond deux, une anorexique ne mange pas. Sinon elle n’est plus anorexique. Si elle n’est plus anorexique elle n’est personne.

Parce que voilà le fond du problème c’est bien de mettre un nom de maladie mais après on ne résume plus qu’à elle, parce qu’on est tellement obsédé par la nourriture et la non nourriture que tout le reste s’efface. Et puis quand on veut à tout prix nous faire manger on ne songe qu’à une chose : qu’on va grossir.

La malade anorexique est coincée dans le cercle vicieux de la nourriture et de la peur de prise de poids. Plus rien d’autres n’a d’importance, la prise de poids et la perte de contrôle est tellement angoissante.

Par moment on finit par en avoir marre malgré tout, c’est dans ces moments qu’on a une envie subite de guérison.

Pour aller mieux, on va se nourrir de toute la littérature possible et inimaginable sur l’anorexie mentale : essais, romans, récits, bouquins de psycho, témoignages…espérant trouver la clé. On se gave également des films, documentaires et émissions télé sur le sujet.

Mais non la réponse n’est pas dans un livre, pas dans un film, même pas dans un blog.

Finalement je crois que la solution c’est de trouver un autre intérêt dans la vie que la nourriture. Trouver quelque chose qui nous occupe, qui occupe nos pensées, qui nous permet de maitriser nos angoisses.

Et puis il faut savoir apprendre à lâcher prise. C’est dur. Ca fait mal. Parce qu’on a pris un kilo on doit se persuader qu’on ne doit pas s’arrêter de manger (j’avoue c’est mon envie du moment)

Je ne sais pas si un jour je ne saurais plus ce qu’est l’anorexie, si un jour je pourrais remanger comme j’étais gamine un paquet de gâteaux devant la télé sans me poser la moindre question sur mon poids.

La guérison est en chacun d’entre nous. C’est un peu une quête du Graal…

Repost 0
Published by Angélique - dans Mes écrits
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 20:59

Maintenant lorsque je vois une adolescente de 13/14 ans, tout frêle, sans formes, ça ne me donne plus envie. Non je n’ai plus envie d’avoir ce genre de corps inexistant. J’aime un peu de formes. Pas trop bien sûr…juste ce qu’il faut. J’ai malgré tout toujours cet attrait pour la finesse et la minceur. Mais la maigreur non, maintenant c’est sans moi.

Cependant je reste assez terrorisée de prendre du poids. Avec mon stage en restauration et 8h à me tenir debout, j’ai des fringales…et je culpabilise à mort. Alors que je sais bien que finalement les calories seront dépensées par l’activité. Et pis sûr du moment que je pense que j’ai  pu grossir un peu, je me sens « plus » grosse.

Mais bien entendu, il est hors de question de vérifier par la balance. C’est bien de vivre sans connaitre son poids. De ne pas être au bord des larmes parce qu’on a pris 100g, de ne pas hurler de joie parce qu’on en a perdu 200g.

Reste que ce soir je me sens bêtement répugnante. Ca ira mieux demain. Demain j’oublierais de manger.  Petit coup de blues.

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 15:49

La semaine dernière, je crois que c’était mardi soir, ma mère m’appelle dans sa chambre me disant que « ma » copine passe à la télévision. Une fois de plus qui vois-je à la télé, mais c’est Isabelle toujours aussi cadavérique sur le plateau de Fogiel. Toujours le même discours tout fait, mais cette fois-ci elle est là pour la promotion de son livre.

Journal de 20h sur France 2 le lendemain, reportage sur l’anorexie et une fois de plus interview d’Isabelle.

Cette fille elle me tape sur les nerfs à courir les plateaux télévisés parce qu’elle est juste une anorexique maigrissime. Elle se veut porte drapeaux des malades de TCA, en attendant je chercher toujours les kilos qu’elle a pu prendre. Allez elle a du en prendre 5 mais c’est d’au moins 20 kilos dont elle a besoin pour être avoir physiologiquement un corps en forme.

Je trouve son comportement indécent. Elle se sert de son anorexie pour passer à la télévision, se faire un nom et se faire de l’argent. Tu parles d’une dénonciation de l’anorexie.

Plus je la vois et plus je suis dégoutée de la maigreur. La peau sur les os c’est une véritable horreur. C’est moche, ça fait peur, ça ne ressemble à rien.

Non je n’ai plus envie de maigreur.

Mais cependant ce qui m’inquiète c’est le nombre d’anorexique qui doivent baver sur ce corps décharné, ce corps « parfait » d’anorexique et qui pensent qu’avec un IMC minuscule on peut parvenir à vivre, puisqu’elle elle y arrive.

Le plus drôle fût hier sur mon lieu de stage. Stage dans un restaurant d’entreprise. Vers 10h45, je prends mon repas avec mes collègues. J’ai beau faire des avancées au niveau psychologique, manger reste une problématique non négligeable.

Voilà que quelqu’un lance le sujet de l’anorexie. Normal on n’arrête pas d’en parler partout. Au fond de moi je me disais « s’ils savaient que je souffre aussi de cette saloperie de maladie. » Mais finalement ça me fait plaisir qu’on me voyant on ne se dit pas « tiens encore une anorexique », parce que voilà, je ne veux plus être cette maladie.

Ils ont parlé d’Isabelle. Et figurez vous qu’elle agace les non malades. Donc elle fait du tort à tous les autres malades de France et de Navarre.

Et là je me suis posée une question. Est-ce qu’à l’heure actuelle si une maison d’édition me proposait d’écrire un bouquin sur les TCA j’accepterais ? Eh bien je refuserais. J’ai un blog où je peux témoigner et que les gens peuvent consulter gratuitement. On a pas le droit de se faire de l’argent grâce à une maladie.

D’ailleurs je ne veux pas être un porte drapeau des TCA, en étant malade on est quand même ma placée pour faire la morale, pour donner des conseils.

La commercialisation de l’anorexie me répugne.

A l’heure actuelle, je sais que je ne suis pas guérie. Mon comportement d’anorexique persiste mais je ne me définirais plus à proprement dit comme anorexique. Non je n’ai plus envie de me trimbaler cette étiquette, cette maladie.

Même si je reste une adepte de la minceur (il faut être franche !) la maigreur me donne envie de vomir. Même si l’envie de maigrir est toujours présente, je ne suis plus réellement fixée sur un poids idéal.

Je ne me pèse plus parce que ça ne sert à rien.

Je ne note pas ce que je mange parce que ce serait une fois de plus s’aliéner à la nourriture.

Je sors les week-ends. Je vais au restaurant. Je bois de l’alcool. Je m’amuse. Je m’éclate et pour déculpabiliser il y  a le sport.

Non je ne veux plus m’empêcher de vivre. La vie ce n’est pas les TCA

Dimanche soir, par hasard, je suis tombée sur les 15 ans de Zone Interdite. Il y avait Chloé Lafon. Son reportage en 2002 m’avait bouleversé. Je me souviens que ce dimanche de 2002, j’étais allée voir en famille Harry Potter & la chambre des secrets. Je me souviens comment ses 25 kilos me faisaient envie et je me souviens de la boule au ventre que j’avais tout au long du reportage parce que je me voyais dans sa souffrance.

Six ans après, elle témoigne à nouveau. Elle est belle, elle est vivante, elle est guérie.

Elle est l’espoir qu’on peut aller mieux avec de la patience et un énorme travail.

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 10:52
Après presque une semaine d’absence, j’ai fini par remettre mes pieds en cours mardi (le 6 mai). Mon amie H était contente de me voir. J’ai eu peur de me prendre des remarques des autres parce que j’avais raté pas mal de devoir…mais non finalement on m’a demandé si j’allais mieux. Les reproches sont venus de ma sœur…

Comme le temps était beau, mardi & mercredi, on a fait pique-nique sur la pelouse du lycée avec H. C’était agréable. Ca donnait presque envie de manger.

En tout cas avec le ciel bleu, le soleil et la chaleur je me sens revivre. Le moral est bon et tiens plutôt le cap.

De jeudi à lundi
, ce fût un gros week-end avec des sorties municipales : commémoration du 8 mai, inauguration du marché aux livres, inauguration de la fête foraine.

Et puis il y a eu aussi de l’imprévu comme un restau vendredi soir avec des collègues de la mairie. J’avoue que j’ai failli refuser, parce que voilà dans ma tête manger est toujours égal à grossir. Mais je me suis dit « non, hors de question de laisser passer un bon moment à cause de la nourriture ». J’ai donc pris une délicieuse salade, j’ai mangé un peu trop de pain mais bon. Le vin était bon. La soirée était géniale. On l’a terminé sur la terrasse de P avec du champagne. Miam. Et en bonne lorraine, j’ai même bu un peu de mirabelle de 1974, eh bien on l’a sent passer, moi je vous le dit. Et puis Il était là.

Samedi
inauguration de la fête foraine, ça faisait longtemps que je ne mettais pas autant amuser sur la foire de ma ville. Mais c’était vrai que c’est toute de suite plus drôle quand on fait ça en groupe.

Dimanche je suis allée me balader en scoot. Première fois que j’en faisais. Et j’ai même pas eu peur. Oui il faut préciser que durant mon enfance et mon adolescence ma mère n’a cessé de me répéter que les scoot c’était dangereux.
Le soir je suis allée à la foire avec mon neveu, et pareil on s’est bien amusé car on était une bande…et puis IL était là. J’ai mangé une glace et une pomme d’amour. Bon j’avais un peu oublié d’avaler quelque chose au diner. Ca n’a pas tourné en crise…enfin j’ai juste avalé 500g de fromage blanc. Rien de catastrophique.

Lundi je suis allée voir la Saint Nicolas d’été et sa procession, avec deux de mes collègues du conseil. On va pouvoir bientôt nous appeler le club des trois à être toujours fourrés ensemble.
Mon week-end de tranquillité a pris fin lundi soir avec le retour de ma mère. La cohabitation devient difficile, je crois que j’ai de plus en plus besoin d’avoir un chez moi et mon indépendance. En plus hier soir barbecue imprévu avec ma sister, ma mère, mon neveu et moi. Et non moi j’avais pas envie. J’avais mieux à faire. Et puis ma sœur ces derniers temps quand je la vois elle me cause pas. Bref j’ai fini par me faire engueuler parce que je faisais soit disant la gueule. Merci ça fait plaisir. Mais je les emmerde, si elles ne sont pas contentes c’est la même chose. Je commence à trouver un équilibre et non elles ne vont pas me le bousiller.

Durant ce long week-end, je me suis aussi baladée avec le chien. J’ai fait bronzette. J’ai continué à faire du vélo et du sport…avec une envie quand même de maigrir.

J’ai pas mal discuté avec LUI. C’est compliqué mais tant pis. Je fais avec ce que la vie me donne. Et puis on verra. J’en ai marre de tout anticiper. Vivre au jour le jour.

Même si j’avance, l’anorexie reste marquée. Je dévore des yeux les filles qui sont des brindilles. Et j’ai toujours cette envie de maigrir. Certes elle est moins marquée, mais elle reste. Instinctivement dans ma tête il y a le schéma qui dit qu’avec un kilo de moins on se sent toujours mieux.

Niveau scolaire les cours sont terminés. J’ai une épreuve de BTS en contrôle continue jeudi. Ensuite la semaine prochaine je commence un stage de deux semaines en cuisine collective, puis en juin j’ai un stage d’un mois.

Et petit miracle, ça fait un mois que je ne me suis pas rongée les ongles !
Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 18:55

Des hauts et des bas. Je tente d’oublier un maximum les bas en savourant les hauts et en m’appuyant un maximum dessus bien que ce ne soit pas facile. Enfin si par moment tout est facile. Tout va bien. Tout est si simple. Et puis l’instant d’après c’est totalement le contraire.

Ce week-end est plutôt bien. Les cours sont terminés. Bientôt les stages. Des sorties.

 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 02:06

 

Je me sens exister lorsque je mange le moins possible, lors les kilos s’envolent, lorsque je dépasse mes performances sportives.

 

J’ai passé un excellent week-end. Je suis allée toute seule comme une grande à la piscine parce que personne ne voulait m’accompagner. Mais moi je voulais à tout prix y aller, mais j’en ai marre d’attendre après les autres. Je suis toujours là pour les autres, mais eux ils ne sont jamais là pour moi lorsque j’ai besoin d’eux. Alors je me suis débrouillée avec les transports en commun, et je suis allée nager 1h10, 84x25 mètres soit 2100 mètres. De quoi perdre un maximum de calories et aussi le seul moyen de détendre tout mon corps.

Aujourd’hui sortie Mac doc (salade au saumon pour moi) avec mon neveu, ciné (Iron man) et puis un petit tour sur la foire de Nancy…et je m’en veux encore de ma pomme d’amour. La journée était excellente. J’avais envie de sortir, je suis sortie.

Et pourtant ce soir j’ai fait deux crises d’affilées. Ca faisait longtemps. La première est vomie. La seconde ne devrait pas tarder parce que j’ai des nausées atroces. Mes quelques crises se déplacent la nuit. C’est bizarre. Ca me fait songer à ce foutu retard de mes règles. Putain je veux mes règles, maintenant et toute suite.

 

Je n’arrive pas  à dormir malgré les anxiolytiques. Je n’ai pas mis mes pieds en cours la semaine dernière. J’y retournerais peut-être mardi. Lundi je ne peux pas, c’est trop stressant.

 

Et puis non je ne peux pas grossir. Non c’est impossible. Un pas en avant, deux pas en arrière.

Et LUI qui ne donne pas vraiment de nouvelles, LUI dont je suis folle amoureuse, LUI dont je n’ose pas lui envoyer les textes que je peux lui écrire parce que je crains de lui faire peur. Parce que voilà, il est plus jeune que moi, et on a beau être au 21 ème siècle quand la fille est plus âgée ben c’est mal vu. C’est stupide et idiot. Et puis j’ai du mal de le suivre avec ses signes contradictoires. Je ne me vois pas vivre sans lui, mais je ne peux pas lui dire. Franchement dire ça à un garçon c’est bon pour le faire fuir.

S’il savait comment je me sens vivante dans ses bras, s’il savait que ma vie prend un sens quand je suis avec lui.

J’en ai marre. Il me manque tellement.

Je n’ai plus envie de manger, cette envie de maigrir reprend le dessous et pour oublier le reste je me laisse porter par cette envie. Parce que bêtement dans ma tête, on m’aimera seulement si je suis très mince.

Jme sens perdue…


 

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 08:37
Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 10:49

L’anorexie n’est pas un régime !

Ca semble d’une logique implacable que l’anorexie n’est pas un régime mais une maladie. N’y a-t-il pas assez de livres, de blogs, d’émissions télé montrant l’enfer des troubles alimentaires ???

Reste que dans notre belle société capitaliste, la minceur est un argument marketing efficace et permet de faire de l’argent. Donc bienvenue aux publicités vantant les mérites de je ne sais quelle pilule qui permet de perdre du poids sans efforts, d’une crème anticellulite qui permet de faire disparaître la peau d’orange qui est une chose normale chez toute femme normalement constituée.

Et n’oublions pas la trouvaille du gouvernement avec leurs bandeaux de prévention sous les publicités de nourriture. Même le lait pour bébé en est affublé !

Le beau temps arrive et les régimes fleurissent que ce soit sur les sites internet ou les magazines (féminin ou non).

Et d’un autre côté on porte à l’échafaud les sites pro-ana qui sont pour la plupart tenu par des anorexiques dans le déni ou par des jeunes femmes qui ce sont fait piégées par la mode contemporaine à perdre du poids.

Non on ne devient pas anorexique en suivant les préceptes ou les techniques d’autres anorexiques. Si on n’est pas destinée à l’anorexie, on ne déclenchera pas la maladie. Par contre il y a de fortes chances pour se retrouver dans le phénomène yoyo du « je maigris et je reprends le double ».

A celles qui pensent qu’on peut adopter un comportement anorexique pour maigrir rapidement c’est de la foutaise, car lorsqu’on s’affame on finit par se jeter sur la nourriture. Vous ne perdrez pas du poids, mais vous allez grossir.

On n’est pas plus heureuse avec 3 kilos de moins, ça c’est ce que la société de consommation veut le faire croire. Par contre on est malheureuse et frustrée de se priver des aliments qu’on aime.

Notre société vante tellement la minceur que les gamines de 10 ans et moi se mettent le printemps venu au régime parce qu’elles se trouvent trop grosses.

Le gouvernement au lieu d’essayer de légiférer sur l’incitation à l’anorexie ferait mieux de se demander pourquoi tant des gamines, tant d’ado, et tant de femmes ont ce désir de maigrir.

Parce qu’on assimile minceur et réussite.

Parce qu’on assimile minceur et bonheur.

Quant aux hommes mais dites le haut et fort que vous aimez les formes ! Les filles sont persuadées du contraire, si vous restez muets comment on peut le savoir NOUS ???

 

  

 

Repost 0
Published by Angélique - dans Pro-anorexie