Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 19:43

Oui je vais encore râler 

 

Lundi soir, NRJ 12 diffusait un énième reportage sur les TCA. Les années passent mais le sujet reste à « la mode ».

 

J’ai déjà dit que maintenant j’évite de regarder films, reportages sur les TCA ou de lire des livres sur le sujet car je pense que pour aller mieux il faut arrêter de baigner dans « ce monde ».

 

Cependant j’étais curieuse du contenu de l’émission (on m’avait d’ailleurs contacté pour y participer mais moi ça ne m’intéresse absolument pas de participer à des émissions douteuses qui cherchent à faire de l’audience sur une maladie !) et pour critiquer que ce soit négativement ou positivement il faut regarder un minimum.

 

Cette fois ci le reportage se centrait sur l’anorexie de l’adulte, chouette il est temps de considérer l’anorexie comme propre à l’adolescence.

 

J’ai été agréablement surprise également tous les participants n’étaient pas maigres. On arrête enfin de réduire l’anorexie à la maigreur. Il y avait aussi le témoignage d’un homme qui allait mieux mais se batte toujours contre la maladie. Trop souvent on ne montre que les gens qui touchent le fond : ultra maigreur, crises de boulimie intenses & vomissements.

 

Bien entendu l’émission n’a pas apporté grand-chose. On a pu voir que l’anorexie mène à un isolement social et une solitude extrême, qu’aller mieux est difficile. Mais voilà c’est tout, on se contente de montrer...

 

Et par contre je suis en colère contre le bandeau manger/bouger qui apparaissait par intermittence en bas de l’écran. J’ai trouvé ça plus que déplacé…

 

mangerbouger.png

 

Cette année, j’ai été contactée moults fois pour ce genre d’émissions dont 3 fois rien que c’est deux derniers jours.

 

Une émission pour W9, « C’est quoi l’amour » pour TF1 et « C’est ma vie » pour M6.

 

Je décline toujours ces offres car je suis contre la surexposition des TCA à la télévision. Surtout que ce sont des émissions pour l’audience et pour satisfaire la curiosité malsaine des gens.

 

J’ai plein de chose à dire sur les TCA, mais je n’ai absolument rien à montrer !

 

Je me pose la question sur l’intérêt de la multiplier sans cesse ce genre de reportages sur les TCA.

 

On le sait déjà, les TCA c’est un enfer pour le malade mais aussi par sa famille. Guérir est plus que difficile et toute la volonté du monde n’y suffit pas.

 

959024c120c277407a86f0fb98b6e.jpg

 

Mais c’est vrai ça passe bien à la télé. La maigreur ça fait de l’audience ainsi que les bizarreries alimentaires. Et puis franchement voir une nana de 40 kg se trouvait grosse c’est juste risible, non ?

 

Ces émissions attisent seulement la curiosité des gens et puis puisqu’on en parle tellement et si ouvertement des TCA, c’est que ce n’est  peut être pas si grave…c’est juste un caprice d’ado ou d’adultes immatures qui ne sont pas capables de bouger leur cul pour affronter la vie.

 

Je vais me répèter, mais on ne voit pas ce genre d’émissions sur le cancer. Non on ne suit pas de manière intrusive le cancereux qui va faire 3 fois par semaine sa chimio, qui perd ses cheveux par poignées, qui vomit ses tripes…Non le cancer c’est une maladie trop grave, c’est une « vraie » maladie. Et d’ailleurs une émission traite le sujet ce sera de manière positive, on montrera comment le malade est courageux et fort de se battre.

 

Mais non les TCA ne méritent pas ça. On ne cesse de les vulgariser à tout bout de champs. Dans les émissions on oublie de nous dire que les TCA tuent, que les TCA gâchent la vie, que les TCA sont une véritable maladie et surtout qu'on ne sait pas tellement les soigner…

 

which_way__by_this_is_the_life2905-d35cm8z.jpg

 


Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 19:46

Chaque mois j’achète deux magazines féminins pour me divertir un peu, suivre les tendances et toussa. Je suis plutôt contente de voir que cette année ils ne prônent pas des régimes débiles et farfelus. Pour info je lis Cosmo et Glamour.

 

Avant-hier, alors que j’ouvrais le dernier glamour en mangeant ma tartine de vache qui j’ai été intriguée par l’article « Marre des filles qui ne bouffent rien » écrit par une blogueuse et journaliste. Après avoir lu quelques lignes, je lui aurais bien fait bouffer son article à Mélanie Mendelewitsch.

 

Pourquoi cette colère soudaine ? Car la demoiselle se croit maligne en identifiant un soit disant nouveau syndrome « l’anorexie politiquement correcte ».

 

 Oh oui mon sang n’a fait qu’un tour. Je commence à en avoir marre des préjugés sur l’anorexie et qu’on en parle de manière légère. J’en ai marre qu’on parle à tout va de l’anorexie.

 

Non l’anorexie ce n’est pas un mode de vie, ce n’est pas une mode non plus. C’est une maladie, grave et même mortelle, qui même si on guérit laisse de beaux stigmates. Alors non même si son article est humoristique ou dénonciateur du culte de la maigreur, je dis stop.


Dénoncer le culte de la maigreur en attaquant des malades, c’est bas. Parce qu’aux dernières nouvelles ce n’est pas les anorexiques qui ont imposées au monde le culte insensé de l’extrême minceur. Non ce sont les différentes industries qu’elles soient pharmaceutiques (ouais ça rapporte des pépettes les soit disant médicaments qui font maigreur), agroalimentaires (les produits lights sont plus chers et on n’arrête pas ne nous en vanter les intérêts à longueurs de spots publicitaires) mais aussi la mode et les médias qui nous impose un idéal maigreur depuis des décennies.

 

Alors pour la fameuse blogueuse il parait qu’il n’y a plus de culte de la maigreur dans la mode. Les mannequins ne seraient plus maigres et la taille zéro aurait disparu. Ah bon ? A la dernière fashion week j’ai pas trouvé que les mannequins étaient plus épaisses et remplumées. La taille zéro est toujours d’actualité, il suffit de voir l’histoire avec Miss Suisse qui est soit disant trop grosse.

 

« La néo-anorexique, c’est cette nana mince comme un fil, flirtant dangereusement avec la maigreur sans jamais passer la barrière maladive ». Non on est anorexique, donc malade où on ne l’est pas. Le terme anorexie ou anorexique n’est pas un terme à banaliser ou à utiliser à tout va. La néo anorexie ça n’existe pas.

 

Dans la suite de l’article il y a une critique des tailles petites dans les magasins. Comme si c’était une nouvauté. Les tailles c’est d’un aléatoire d’un magasin à l’autre. Les magasins types Jennifer même quand on fait 40 kg on ne rentre pas forcément dans du 36 « l’anorexie de masse, c’est ça : les 38 font du 42 ». Mais non l’anorexie de masse ça n’existe pas, c’est les connards de créateurs et de styliste qui ont un problème à faire des tailles hors tailles. Pourquoi parler d’anorexie ? On y peut quelques choses nous malade, à part se sentir une fois de plus agressée ? Une fois de plus on décrédibilise une maladie…

 

« Elle trouve ses jambes trop maigres et aimerait vraiment grossir, mais elle n’y arrive pas. La vie est injuste, n’est-ce pas ? » Ou comment en une phrase franchement insulter toutes les personnes souffrant d’anorexie ou de TCA. Comme si l’anorexie était un caprice. Non mais stop il faut différencier les régimeuses acharnées (qui ont quand même un problème de TCA à  mon humble avis) et les malades de TCA.

 

sL’article se clôt sur les stars que l’on classe comme rondes : Alicia Keys, Katherine Heigl, Drew Barrymore…Mais qui les classes comme rondes ? Les médias, les publicistes et tous les métiers du genre. Non ce n’est pas les anorexiques qui les classent comme rondes, ce n’est pas plus toutes les nana lambda. Non la télé, les magazines nous parlent toujours des rondeurs de Scarlett Johansson. J’ai beau être anorexique, j’ai beau vénéré la maigreur, je la trouve magnifique et normale Scarlett. J’aimerais bien pouvoir assumer et accepter les formes normales du corps féminin et ne pas me sentir grosse.

 

Alors franchement oui, c’était article me gonfle parce qu’on ne parlera jamais de néo cancer, de néo sida…non ce sont des maladies trop graves. C’est tellement facile de monter en dérision l’anorexie et les troubles alimentaires.

 

Avant d’attaquer les malades, les regimeuses et toussa, c’est notre société qui nous impose et vénère le culte de la minceur qu’il faut condamner. Pourquoi à 10 ans les gamines se trouvent trop grosses ? Parce que partout on nous dit que la minceur c’est si bien, c’est si beau, ça rend tellement heureusement et ça résout tous les problèmes. Il suffit de voir le nombre d’émissions sur les régimes, les unes de magazines sur les régimes…

 

Il ne faut pas se tromper de coupable. Et arrêter se s’en prendre aux malades. Même si ce foutu article ne s’attaquent pas « aux vrais malades », je me suis sentie insultée et attaquée. Que la demoiselle écrive sur des sujets qu’elle connaisse  et arrête avec son nouveau concept de « l’anorexie mainstream ». A bon entendeur, salut !

 

numerisation0001-copie-1.jpg

 

numerisation0002-copie-1.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 10:42

Il y a quelques semaines, je suis tombée un samedi après-midi sur un numéro de « C’est ma vie » (oui le samedi on nous propose de « grand programme »…) où une adolescente  de 15 ans plutôt mal dans sa peau et dans sa vie vivait pour ses deux bébés reborn (si vous ne connaissez pas ce sont des poupons qui ressemblent à de vrai bébé). Sa cousine qui avait presque la vingtaine avait décidé de la secouer pour qu’elle sorte, s’habille comme une ado normale de 15 ans et qu’elle arrête de gâcher sa jeunesse.

 

45.jpg

 

Cette émission  m’a fait penser à cette rengaine « Ne gâche pas ta jeunesse ».

 

Du moment qu’on ne s’inscrit pas dans la normalité, on nous la répète souvent cette rengaine.

 

Je l’ai entendu un nombre incalculable de fois que je gâchais ma jeunesse avec l’anorexie et la dépression. Déjà comme si être malade était un choix…

 

D’autre part est ce que je me sens lésée de ne pas avoir vécu pleinement ma jeunesse comme les autres ?

La réponse est non.

 

Si je n’avais pas été malade, je n’aurais pas eu plus d’amis, je ne serais pas plus sortie toute simplement parce que je préfère depuis toujours les soirées séries plutôt que les soirées boites. J’aime sortir mais je suis surtout une casanière.

 

Partygirl_by_cherieroberts.jpg

 

J’ai profité des années où j’étais animatrice pour faire la fête l’été. Quand j’étais à la fac je faisais les soirées étudiantes. Y a un été où je suis allée en boite tout l’été avec des copines. J’ai fait la fête à la maison quand ma mère partait en vacances ou un week-end.

 

Il y a un moment aussi où je regrettais de n’avoir pas personne pour aller au ciné. Alors j’ai fini par y aller toute seule comme une grande. Hop problème résolu.

 

J’ai toujours eu des amis, le problème c’est que souvent on se perd de vue entre les études, la vie et toussa.

 

J’ai eu pas mal de petits copains. J’ai été amoureuse.

 

tumblr_l83bl7GTU51qbrvsto1_400_large-copie-1.jpg

 

Je suis toujours sortie assez régulièrement, mais c’est certain que je n’ai jamais été une party girl. J’aime faire la fête de temps en temps, ça me suffit. Quand j’étais avec mon ex on était toujours sur les 4 chemins et franchement j’en pouvais plus. Moi j’ai besoin d’un rythme de vie tranquille.

 

En fait la seule chose est que avant je ne vivais pas pleinement parce que l’anorexie/dépression me faisait voir la plupart du temps tout en noir.

 

Non franchement, je ne considère pas avoir gâché ma jeunesse.  Je n’ai pas le moindre regret et c’est mon passé qui fait que je suis la personne que je suis aujourd’hui.

 

J’aime la personne que je suis devenue, et j’ai encore plein de choses merveilleuses à vivre (soyons optimistes)

 

48.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 22:40

S’il y a bien une chose qui peut m’énerver dans le culte sociétal de la « minceur », c’est le « post baby body » des stars.

 

On nous présente ces nanas comme surhumaines, elles sortent à peine de la maternité qu’elles ont une silhouette de rêve et sont prêtes à se remettre au taf.

 

Attention, pas de méprise je ne suis pas jalouse ou envieuse de ces femmes. Je veux dénoncer cette connerie qu’en 15 jours on retrouve sa silhouette de jeune fille en fleurs.


Même si on a pris peu de poids pendant la grossesse et qu’on le perd rapidement à coup de régime draconien (ce qui est déconseillé d’ailleurs car la nature est bien faite, on a besoin de « ce gras » pour tenir le coup fasse aux nuits courtes et à l’allaitement …) au bout de 15 jours on a toujours un peu de bidon (même beaucoup selon les personnes.)

 

En général on dit 9 mois pour faire un bébé, 9 mois pour retrouver son corps. C’est plutôt vrai d’ailleurs.

 

Surtout que nous, illustres inconnues non fortunées, nous n’avons pas une armada de nounous pour s’occuper de nos bambins pendant qu’un coach nous fait faire notre séance quotidienne de remise en forme. Et nous  n’avons pas un chef en cuisine qui nous concocte des plats lights.

 

Non nous on se contente de la wii fit qu’on nous a offerte à la fête des mères (ouais j’ai bien râlé contre la pub Nintendo spéciale fête des mamans…) et quand on est crevée on sort la poêlée de légumes du congélo.

 

Sérieusement j’aimerais que la société arrête de persécuter les femmes avec leur poids. Mais je crois que c’est une utopie…

 

marion-cotillard-post-baby-body-03.jpg

Eh oui Marion a accouché y a 15 jours, elle est déjà haut perchée et la jambe fuselée...

 

marion-cotillard-post-baby-body-05.jpg

 

Sans les talons, on se rend compte que non Marion a encore quelques kilos de sa grossesse. Mais à la limite, peu importe si ça se voit ou pas, puisque la séance sera photoshopée à mort...

 

miranda-kerr-cfda-awards-03.jpg

Autre "miracle" de la nature que l'on nous présente souvent Miranda Kerr qui a eu un bébé en Janvier.

Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 16:02

Cet article est tiré de l'express.fr

http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/regime-dukan-un-livre-ne-remplacera-jamais-un-nutritionniste_998411.html

 

Selon une récente enquête* sur l'évolution du poids après le régime Dukan, réalisée sur un échantillon de près de 5000 internautes, 80 % des personnes ont repris leur poids de départ trois ans après le début du régime. Le Dr Dominique-Adèle Cassuto, endocrinologue nutritionniste à l'hôpital Pitié-Salpétrière à Paris, commente.

Quelle est la différence d'approche entre la méthode Dukan et votre travail quotidien de nutritionniste?

Echanger sur Internet, remplir un formulaire ou encore lire un livre ne remplaceront jamais un entretien médical avec un spécialiste nutritionniste. Pierre Dukan laisse entendre que ses recommandations peuvent s'appliquer d'une façon uniforme à l'ensemble des patients. Un nutritionniste, lui, partira d'abord du bilan de santé de son patient. Et il posera des questions:maigrir est-il l'objectif prioritaire? Est-ce le bon moment de maigrir? D'autres paramètres médicaux ou psychologiques ne doivent-ils pas être traités? Il m'est arrivé maintes fois de ne pas prescrire de régime à des patients, car je considérais que leur priorité passait par l'amélioration préalable de leur état de santé ou par la recherche d'un meilleur équilibre psychologique. J'ai envoyé des patients faire du yoga, alors qu'ils étaient venus pour se lancer dans un régime! 

Y a-t-il de bons ou de mauvais aliments pour maigrir?

Le lecteur pourrait le penser en lisant la méthode Dukan, car elle met en avant des aliments favorables et des aliments défavorables à la perte de poids. Il risque alors de développer une fixation sur certains aliments, qu'il peut consommer à volonté lorsqu'ils sont bénéfiques ou, au contraire, qu'il peut s'interdire totalement s'ils sont nuisibles. Cela peut déboucher sur des troubles induits et une distorsion de la perception du comportement alimentaire. Je considère pour ma part qu'il n'y a pas de bons ou de mauvais aliments en soi. C'est pourquoi j'incite le patient à modifier son comportement alimentaire, intégrant l'ensemble des aliments, en quantité raisonnable. 

Quels sont, selon vous, les effets négatifs majeurs et les principaux risques pour la santé lorsqu'on suit le régime Dukan?

A court terme, s'il s'agit de se débarrasser de quelques kilos dans une période de moins de trois semaines, le régime Dukan - comme la plupart des régimes - ne présente pas de risques importants. D'ailleurs, la base des régimes hyper-protéinés, qui sont connus depuis longtemps, est intéressante et rationnelle:les protéines rassasient plus vite, elles nécessitent plus d'énergie pour transformer les aliments en glucose. Mais, dès lors qu'il est pratiqué sur un laps de temps long (des mois, voire des années), les risques de carences, de troubles digestifs ou de dysfonctionnement rénal s'accentuent.  

Le régime Dukan est prescrit, de manière assez uniforme, à la femme qui veut perdre quelques kilos avant l'été et à l'obèse chronique qui cherche désespérément à maigrir de plusieurs dizaines de kilos. Ont-ils les mêmes chances de réussite?

Certains nutritionnistes ont mis en avant des aberrations du régime Dukan pour la femme enceinte et des risques pour le foetus. Par exemple, en raison des taux élevés de mercure, les poissons gras, surconsommés dans le régime Dukan, présentent ces risques évidents. En outre, dans mon cabinet, je reçois beaucoup d'enfants et d'adolescents. Les jeunes filles, notamment, ont souvent tendance à se trouver - à tort - trop rondes et, pour peu que leur père ait suivi le régime Dukan, elles n'hésitent pas à s'engager dans la même voie. Les risques sont alors accrus pour elles et le comportement alimentaire devient décalé par rapport à leurs besoins. Par ailleurs, les parents ont la responsabilité de rendre accessibles - ou non - aux enfants, certains produits trop riches en sucres ou en graisses. Enfin, il faut se rappeler que chaque personne a des dispositions spécifiques vis-à-vis de la capacité à stocker des graisses (donc à grossir). Encore une fois, chaque individu réagit différemment d'un autre. Cela est valable pour les adultes, mais aussi et surtout pour les enfants et les adolescents, dont les besoins alimentaires sont essentiels à leur croissance. Par ailleurs, certains troubles du comportement alimentaire induits par l'interdiction de certaines denrées pendant le régime peuvent survenir: compulsions ou crises de boulimies secondaires chez certaines personnes fragiles. 

Qu'en est-il des aspects psychologiques de la personne qui suit le régime?

L'étude réalisée sur Internet met également bien en évidence les implications, sur le plan psychologique, d'un échec de l'amaigrissement à terme. Une proportion importante des personnes qui ont regrossi après le régime considère en effet qu'elles en sont les principales responsables. De ce fait, elles développent des sentiments de culpabilité, qui peut déboucher sur des angoisses et des dépressions.  

Finalement, comment expliquez-vous que le régime Dukan, en France ou ailleurs, s'il ne marche pas, ait aujourd'hui encore un tel succès?

Le régime Dukan débarque aux Etats-Unis, le pays de l'obésité. Le livre " The Dukan Diet " est déjà un best-seller et le phénomène risque de se confirmer. Le régime " marche " pour une quantité réelle de lecteurs de la méthode Dukan (20% n'ont pas regrossi trois ans après le régime). La personne qui veut maigrir se dit:" Pourquoi pas moi?". Surtout que les résultats sont rapides et visibles à court terme. En fait, les problèmes apparaissent après le régime et c'est à ce moment que les patients viennent me voir. Les dégâts sont parfois difficiles à traiter. C'est en effet après une reprise de poids liée à l'échec d'un régime que la rééduction alimentaire commence, alors que je la débute tout de suite avec le patient qui vient me voir directement. 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Régime - attention danger!
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 10:42

Soleil, plage... et régimes. Chaque été, nous sommes confrontés à une déferlante de recettes pour maigrir. Attention, certaines risquent d'aggraver les problèmes de poids, explique le Dr Rothiot, de l'hôpital Victor-Provo de Roubaix.

 

228200_2061029485942_1250831310_32444890_5993379_n.jpg

 

L'été approche, nombreuses sont les personnes qui se demandent soudain comment perdre des kilos. Est-ce le bon moment pour faire un régime ?

>> Non, car il n'y a pas de bon moment pour faire un régime. J'irais plus loin, faire un régime au sens restrictif du terme ne peut conduire qu'à des carences, voire des troubles alimentaires. C'est une fausse réponse à ce qui est parfois un vrai problème, mais qui peut aussi être un faux problème. Pour combattre des hanches, ou un ventre qui ne les satisfont pas, des jeunes filles vont perturber leur rapport à l'alimentation ! Même quand on est obèse, faire un régime peut dérégler le corps par des restrictions alimentaires.



Que faire quand on a un réel problème de poids ?
>> Les causes sont souvent plus complexes qu'on ne le croit : ça peut venir de notre façon de vivre, de notre rapport à la nourriture, de notre environnement familial. Ça peut être psychologique - la nourriture sert alors à calmer nos angoisses - ou génétique. Face à l'idéal minceur de notre société, des personnes vont faire un régime plutôt que de s'attaquer à ces causes. Résultat ; une jeune fille de 18 ans, qui pèse 80 kilos, va commencer un régime. Elle va perdre 10 kilos, puis va faire le « yoyo » toute sa vie, avec des variations importantes, des périodes où elle va reprendre du poids...

 

Que pensez-vous des régimes Dukan et Cohen dont on parle beaucoup ?
>> Ces régimes créent des troubles du comportement alimentaire, peuvent engendrer une prise de poids et une estime de soi dégradée : si vous réussissez, c'est grâce à « M. Dupont », et si vous ratez, vous le ressentez comme un échec. Que l'on diminue les lipides, les protéines, ou les glucides, la perte de poids sera identique, l'important c'est les calories. On prend du poids si notre apport calorique est plus grand que notre dépense calorique. C'est tout.



Un traitement efficace contre l'obésité, ça existe ?
>> Il faut apprendre à manger en fonction de son besoin calorique. On réapprend aux patients à s'écouter, à savoir quand ils ont faim. On les sort de la logique du régime qui fait que les gens sont complètement perdus : certains vont se dire "je dois me forcer à manger un petit-déjeuner même si je n'en ai pas l'habitude" puis l'après-midi "je crève la dalle jusqu'au dîner". Qu'est-ce qu'on fait si on travaille de nuit ? Il faut combattre ces croyances, qui engendrent des frustrations et réapprendre à manger en fonction de ses besoins et de ses appétences. Aux États-Unis, il y a 30 % d'obèses, contre 15 % en France, en raison notamment de notre culture de la bonne bouffe. Dans notre service, à Roubaix, on essaie de faire en sorte que les gens retrouvent le plaisir de manger.



Pourtant, on n'arrête pas de nous donner des consignes, comme "mangez des fruits et des légumes"

  >> C'est une énorme confusion : ce message est destiné à protéger les artères, à prévenir des maladies cardio-vasculaires, pas à perdre du poids ! En tant que tels, les fruits et légumes n'ont jamais fait maigrir personne, puisqu'il faut raisonner en terme d'équilibre calorique. Le seul message de santé publique audible c'est : arrêtez de vous prendre la tête sur le poids, retrouvez le plaisir de manger de tout et de manger de bonnes choses !

 

Source http://www.nordeclair.fr/France-Monde/France/2011/06/04/maigrir-c-est-d-abord-une-question-d-equ.shtml

 

zyrv3mj7.png

Repost 0
Published by Eixerona - dans Régime - attention danger!
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 09:43

Elle avait récemment entrepris des actions contre les sites Internet pro-anorexie. Franca Sozzani, la rédactrice en chef du magazine Vogue Italia, est allée plus loin dans son combat contre l’extrême maigreur en engageant trois sublimes mannequins« grande taille » – préférons le terme « rondes » –pour poser en couverture du numéro de juin 2011 (photo ci-contre).

 

Tara Lynn, Candice Huffine et Robin Lawley posent sans complexe sous l’objectif du photographe Steven Meisel. Franca Sozzani a déclaré que « la plupart des femmes qui ont quelques kilos en trop sont très belles et surtout plus féminines ».

 

C’est pourtant la première fois depuis plus de 10 ans que des mannequins « rondes » sont en couverture du Vogue italien. Dommage.

 

source http://www.minutebuzz.com/2011/06/03/des-mannequins-grande-taille-en-couverture-de-vogue/

 

vogue-italia-belle-vere.jpg

vogue-italia-plus-size-01.jpg

 

Ca parait une bonne initiative, cependant pour moi ces femmes ne sont pas rondes. Faire un 42 ce n'est pas être ronde. Avoir quelques kilos de trop ce n'est pas être ronde.

 

Par ailleurs on ne devrait pas avoir ce genre de couverture tous les 10 ans. Chaque mois on devrait nous montrer des femmes "normales" dans les magazines féminins.

 


Repost 0
Published by Eixerona - dans Revue de presse
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 16:13

Je tiens à répondre publiquement à Grenadine suite à son commentaire, car je pense que ses questions méritent un vrai article.

 


Si tu avais su avant de l'avoir, que ton bébé t'apporterait autant de bonheur, est-ce que tu aurais voulu l'avoir plus tôt, il y a quelques années par exemple ?

Je veux être maman depuis toujours. Une de mes plus grandes d’ailleurs c’était de ne pas pouvoir l’être. Même si j’avais su qu’un bébé m’apporterait autant de bonheur, je ne  deviendrais pas maman plus tôt, car je pense qu’avant je n’étais pas prête car trop ancrée dans la maladie.

Je crois que ma fille est arrivée pile au bon moment.

 


 

Comment fais-tu pour être heureuse malgré un avenir incertain pour ton bébé et toi ? Je veux dire par là que tu ne sais pas ce que tu feras dans les années à venir, parce que tu ne travailles pas etc. Est-ce que cela t'angoisse ou est-ce que tu arrives à rester zen ? (si c'est le cas je veux bien savoir comme tu fais !)

Quand on a une situation qui peut paraitre idéal : bon taf, couple uni, maison…tout peut s’écrouler du jour en lendemain. Je le vois malheureusement  avec mes amis. L’avenir est toujours imprévisible, et avoir une bonne situation ne nous épargne pas.


J’ai appris à vivre dans le présent.


Pour être heureuse, il faut vivre dans le présent. On ne sait pas de quoi sera fait l’avenir, il pourra être beau comme il pourra être moche. Une chose est certaine quand on l’imagine, on a tendance à le voir sombre et triste, on imagine le pire et ça nous mine.


Alors j’ai choisi de vivre pleinement le présent.  De profiter de ce que j’ai maintenant. On ne peut en profiter  qu’une seule fois.


Pour le moment j’ai choisi de me consacrer à ma fille, mais il est prévu tôt ou tard que je me trouve un travail. On verra le moment venu si je trouve quelque chose, vu que le marché du travail est plutôt moche pour le moment, je préfère ne pas y penser plus que de stresser dans le vide.

 


 

Est-ce que tu n'as pas parfois des coups de blues en pensant au bonheur futur de ta fille, quand elle sera grande, et de songer que peut-être elle sera dépressive et traversera des moments pas gais du tout comme toi tu en as eu ?


Il est certain que ma fille traversera des moments difficiles, c’est la vie.


La vie est difficile. Je serai toujours là à ses côtés pour l’aider, la soutenir et l’aimer. J’espère qu’elle ne connaitra pas la dépression ou une autre maladie, mais c’est des choses qui ne se décident pas.


Donc on verra et puis il ne se passera peut être rien, donc pourquoi s’inquiéter ?

 


Enfin, j'aime bien savoir si tu as des buts dans la vie et comment tu t'imagines vivre plus tard.


Mon but principal c’est de voir ma fille grandir et de m’occuper d’elle.

J’aimerais aussi rencontrer ma moitié et peut être avoir d’autres enfants. J’aimerais une « vraie » famille.

J’ai aussi quelques endroits/pays que j’aimerais bien visiter.

J’aimerais aussi gagner au loto…mais c’est quand même du pur fantasme…….lol

 

Je te pose simplement des questions par rapport à celles que je me pose et qui me font profondément déprimer et parce que j'ai du mal à voir comment toi tu fais pour être heureuse.

 


Mon secret, même si ce n’en est pas vraiment un, c’est d’éviter de stresser dans le vide en se posant des questions auxquelles on ne peut pas répondre.


Après je ne vais pas mentir, y a des moments  où je m’inquiète quand je vois toutes les augmentations : gaz, électricité, eau, essence… quand je vois que la santé est de plus en plus à deux vitesses et qu’avec les déremboursement massifs, si on n’a pas les moyens on ne peut pas se soigner. Je peste en voyant la boîte de lait bébé prendre un euro en même pas 3 mois…


Tout ça me fait peur, mais bon on n’a pas le choix malgré tout faut vivre, et comme mes moyens sont limités je fais comme tout le monde en utilisant le système D. J’arrondis par exemple mes fins de mois en vendant sur ebay les habits trop petits de bébé.


Pendant près de 10 ans, j’étais déprimée et  malheureuse, j’imaginais toujours le pire et j’étais rongée par mes angoisses.


Maintenant je ne suis plus déprimée, j’ai toujours des angoisses mais je refuse qu’elles dictent ma vie.


Je suis heureuse d’aller mieux car je ne pensais vraiment pas que c’était possible. Je suis heureuse d’être maman. Et rien que c’est deux choses-là pèsent plus lourd que les tracas de la vie.


 

bonheur.jpg

Et puis qui sait, l’avenir sera peut-être beau après tout.

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 09:32

L'ancienne Spice Girls, qui sortira prochainement un nouvel album en solo, s'est laissée aller à  quelques révélations bouleversantes... Victime de troubles alimentaires pendant plusieurs années, Mel C a su dompter sa maladie grâce à sa grossesse. Et si aujourd'hui, elle s'en est sortie, c'est en partie grâce à sa fille, Scarlet.

 

A l'époque des Girls Band, elle était la plus "sportive" des Spice Girls. Avec un corps ferme et musclé, Mel C dégageait assurance et détermination. Mais derrière cette façade de femme forte se cachait une faille. Devenue boulimique après la séparation du groupe, la jeune femme a pu s'en sortir grâce à sa grossesse et à son rôle de maman dévouée.

En couverture du magazine She, Mel C apparaît belle et sereine. Après de sombres années, une nouvelle vie s'est offerte à elle, et c'est en partie grâce à l'arrivée de sa fille, la petite Scarlet âgée de 2 ans. "Scarlet n'a pas seulement changé ma vie, elle l'a sauvée", a confié l'ancienne Spice Girls.

 

A l'époque où elle tombe enceinte, en 2009, elle souffre de troubles alimentaires. Un mal qui la ronge de plus en plus et dont elle ne peut se défaire depuis des années. Mais grâce à sa grossesse et à la métamorphose que subit son corps, la jeune femme a paradoxalement repris le contrôle sur elle-même et réappris à aimer son corps.

 

A 37 ans, Mel C est à présent une maman comblée. Et pour parfaire sa nouvelle vie, elle se lance dans un nouvel album solo dont le premier single Rock Me sortira prochainement.Mel C : sa fille l'a sauvée de la boulimie !

 

Source http://www.news-de-stars.com/mel-c/mel-c-sa-fille-l-039-a-sauvee-de-la-boulimie_art48605.html

 

 

spice-girls.jpg

Un jour les ex Spice Girls pourront écrire un ouvrage témoignage sur les TCA...

Repost 0
Published by Eixerona - dans Célébrités et TCA
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 09:31

Dimanche dernier, c’était la fête des mères ou plutôt ma première fête des mères.

 

Comme ma fille est encore trop petite et que je suis une maman solo, c’est ma maman qui a si on peut dire aider bébé pour mon premier cadeau. Une petite carte cadeau qui va me permettre de financer une partie de mon transat pour faire bronzette.

 

Je m’épanouie toujours autant dans mon rôle de maman. Quand on m’avait dit « Tu verras les enfants ce n’est que du bonheur », j’avais de sérieux doutes…car on le sait très bien qu’il y a aussi des moments de galères avec les enfants. Mais finalement c’est vrai.

 

Avant lorsque je passais un bon moment et qu’ensuite j’avais le blue, c’était le blue qui prenait le dessus et impossible même en repensant à mon petit moment de bonheur d’être si on peut dire positive ou de voir les bons côtés de la vie.

 

Maintenant c’est le contraire, ce sont mes moments de bonheur qui prennent toujours le dessus par rapport à mes moments de blues, mes quelques soucis.

 

Regarder ma fille, la voir sourire, la voir heureuse de vivre, me suffit pour effacer tous mes problèmes.

 

Enfin dans ma vie j’arrive à être fière de moi en m’occupant de ma fille. C’est une énorme avancée pour l’éternelle insatisfaite  et perfectionniste que je peux être.

 

bonne-fete-maman.jpg

 

Et sinon je suis toute contente car j'ai appris qu'une copine de galère des TCA attend un heureux évènement pour le mois d'octobre.

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Ma vie de maman