Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 14:32

Je voudrai revenir sur en quoi devenir maman m’a aidé aller mieux.


Alors soyons bien d’accord « aider » ce n’est pas synonyme de « guérir ».


Je n’ai pas décidé de faire un enfant pour me soigner, effacer mes cicatrices et mes fêlures.


Depuis toute petite, je sais que la chose que je voulais le plus au monde c’était être maman. C’est donc mon rêve depuis toujours


Ces dernières n’allant pas mieux, je disais de plus en plus que j’attendrais la trentaine pour avoir un bébé,  je me résignais même parfois  à faire une croix sur ce rêve.

 

98471638.jpg



J’ai d’ailleurs remarqué qu’on reproche facilement aux malades de TCA de vouloir devenir maman. Il parait que ça serait égoïste, et blablas. Au contraire les « vrais » malades (maladies génétiques, cancer…) on ne leur reproche jamais de vouloir réaliser leur rêve de maternité même si leur espérance de vie est courte. Je ne suis pas là pour juger ce qui est bien ou pas bien, mais une fois de plus nous malades de TCA on nous culpabilise et nous accuse d’égoïsme. Moi je dis STOP, on a le droit aussi au bonheur. (Et puis quand on voit le monde actuel, même quand tout va bien faire des gosses c’est égoïste finalement, sur ce je referme la parenthèse, je ne cherche pas à faire de polémique, juste d’illustrer mes propos).


Le 8 janvier 2010 j’ai découvert que j’étais enceinte. Mon anorexie était déjà nettement moins marquée, la dépression c’est couci-couça, c’était surtout mes angoisses qui me paralysaient souvent.


Ma fille n’était vraiment pas prévue au programme, mais j’étais arrivée je crois à un moment de ma vie où esprit/corps étaient en harmonie pour l’arrivée d’un bébé parce que au mois de décembre 2009 la période où ma fille a été conçue n’était vraiment pas la date où normalement il y avait ovulation et tout le tralala pour faire un bébé.  Ma sœur m’a dit que des fois les cycles se déréglaient pour faire de petits miracles. C’est vrai qu’à cette époque-là, j’avais une envie de bébé surtout quand je voyais le neveu de mon ex qui était né en septembre.

 

J’ai été terrorisée en voyant mon test de grossesse positif parce que j’ai eu peur de ne pas être capable d’être une bonne maman même si j’en avais très envie. Après je crois qu’il faut arrêter avec ce discours de bonne ou mauvaise mère, on ne sera jamais des mères parfaites, on peut seulement faire de notre mieux et de toute manière je sais qu’un jour ma fille me reprochera des trucs, parce que c’est comme ça, c’est le cycle de la vie.

 

103212519.jpg

 

Mais une chose était certaine, il était absolument hors de question d’avorter à 26 ans. D’une part je voulais ce bébé même si ça me faisait un peu peur (après je crois que c’est terrorisant pour la majorité des femmes de devenir maman la première fois). D’autre part j’allais me battre pour avancer et aller de mieux en mieux pour mon bébé.


Ma fille m’a donné l’élan d’avancer et de me battre encore et encore. Elle a donné un sens à ma vie.


Pendant toute ma grossesse, j’ai mangé correctement pour le bébé. J’ai arrêté mes médicaments. J’ai été suivi à la maternité par la psychologue. J’ai été franche dès le premier rdv à la Maternité en disant que j’avais des troubles alimentaires, il était hors de question de faire n’importe quoi.

 

Ma famille s’inquiétait en secret, parce que oui ils m’ont vu pendant des années en lutte perpétuelle contre moi-même. J’aurais fait de même à leur place Maintenant vous pouvez demander à ma mère, elle est plus que ravie de me voir épanouie et joyeuse de vivre, ça faisait d’ailleurs des années qu’elle ne m’avait pas vu comme ça.

 

Au fil de ma grossesse, des verrous ont sauté. Déjà plus d’aliments interdits. L’obligation d’accepter des kilos supplémentaires et du gras. Les idées sombres ce sont fait moins présentes. Et j’ai envoyé plus que chier la sage-femme qui voulait m’interdire de manger certains aliments. Il était formellement hors de question que je passe ma grossesse à être aliénée par la nourriture. Heureusement d’ailleurs que j’allais suffisamment mieux sinon cette sale bonne femme m’aurait fait rechuter en pleine grossesse dans les restrictions…

 

103417428.jpg

Après mon accouchement j’ai eu peur de retomber dans la toile d’araignée qu’est l’anorexie. Mais non je n’avais plus ce besoin de m’acharner  contre moi-même pour combler le vide de ma vie, j’avais un joli petit bébé qui ne voulait qu’une chose tout l’amour de sa maman.et je ne voulais qu’une chose vivre et aimer ce bébé.

 

Pendant près de 10 ans, j’ai été triste et sans vie. Le jour où j’ai mis au monde ma fille, où l’on me la mise sur mon ventre une joie de vivre immense m’a envahie et je me suis sentie toute suite maman.

 

Ma fille n’a pas guérie mon anorexie.


Mon anorexie est toujours là. Faut pas se faire d’illusion, je surveille mon alimentation, j’ai toujours peur de prendre un kilo. Mais je ne veux plus maigrir, je suis à l’aise dans mon 36 ça me va. Et puis je n’ai pas envie de ressembler à un tas d’os et je n’ai pas envie de mourir.


Y a des jours où je me sens grosse, mais tant pis c’est comme ça. Je fais du sport quotidiennement, j’en ai besoin surtout pour extériorisé mon  stress et mes angoisses.


Mais franchement je peux vivre avec  les quelques stigmates de l’anorexie sans trop de  problèmes, ça ne m’empêche pas de faire des sorties resto ou des repas de familles, de vivre.

 

Anorexie_by_BOUxDAIM.jpg

 

Bon je mentirais si je ne disais pas qu’une infime partie de moi à toujours ce rêve de maigreur extrême, à part que maintenant je lui dis MERDE. Je sais que c’est un cercle vicieux sans fin qui n’apporte rien à part de la tristesse et de la noirceur, pendant des années j’ai cru à tort qu’attendre un poids idéal résoudre tout, mais non c’est une utopie. En fait plus je maigrissais, plus je me sentais mal et grosse.

 

Par contre une chose est certaine, ma dépression est guérie. Elle est aux abonnées absentes et j’en suis très heureuse.


Dans mon cas, c’est la dépression qui  a toujours beaucoup  influence l’anorexie. Sans dépression, l’anorexie ne pèse donc plus grand-chose.


Etre maman m’a redonné la joie de vivre. Même si la vie n’est toujours par rose (soyons réaliste), j’aime la vie, j’aime MA vie. Voir grandir ma fille, voir sourire ma fille c’est un magnifique cadeau.


Etre maman ne résout pas tout. Je continue à être une personne angoissée et stressée, mais j’ai appris et je continue d’apprendre à gérer tout ça. Je dédramatise s’il y a des ratés. Y a toujours un peu de TCA mais même si ça reste comme ça jusqu’à la fin de mes jours, ça ira.


Après si être maman m’a aidé moi, je ne vais pas dire que ce sera le cas pour tout le monde.


Le parcours de chaque personne est différent et ce ne sont pas les mêmes choses qui nous font avancer. Le tout c’est de trouver un moteur dans notre vie qui nous permettra de renouer avec la vie et le bonheur. Et je peux vous assurer une chose, ce n’est pas la maigreur qui apporte ça !

 

95763121.jpg

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Ma vie de maman
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 09:38

Mercredi, on apprenait le décès d'Isabelle Caro, qui s'était rendue célèbre en posant nue, affichant un corps squelettique, en 2007 devant l'objectif du photographe vedette Oliviero Toscani. Celui-là même qui vient de tenir des propos acerbes à l'encontre du mannequin.

 

Il y a trois ans, il la prenait en photo pour une campagne parrainée par la marque de vêtements italiens « No-I-ita » visant à dévoiler les méfaits de l'anorexie. Vendredi Toscani est revenu sur le personnage d’Isabelle Caro, sans ménagement et sans respect pour les proches de la défunte. « Je n'ai pas un bon souvenir d'Isabelle. Elle était très égoïste et très imbue d'elle-même, et cela, jusqu'à sa mort. Elle n'a jamais compris qu'elle n'était pas mannequin. C'était une fille malade et en phase terminale, elle pensait avoir du succès en tant qu'actrice, mais elle s'est monté la tête », a-t-il déclaré.

Pour parfaire le tableau, le photographe a été encore plus loin, expliquant que la jeune femme de 28 ans n'avait « pas d'autre talent que d'être anorexique ». L'Italien, habitué des controverses, a terminé sur de nouveaux pesants « A force de cultiver sa maladie extrême dans la presse, elle est devenu une victime d'elle même. Elle a été condamné et les médias qui ont contribué à sa mort ! », oubliant au passage que c'était lui qui lui avait permis d'atteindre la notoriété il y a trois ans. 

Quand il parle de ces prises de vue, le photographe confie avoir choisi Isabelle Caro, en raison de l'état avancé de sa maladie avec les yeux presque hors de leurs orbites. Toscani qui l'a fréquenté pendant un certain temps a rompu quand il a réalisé selon lui qu'elle « jouait » avec l'anorexie.

 

Source http://www.francesoir.fr/anorexie-oliviero-toscani-dit-ses-quatre-verites-defunte-isabelle-caro-63056.html

 

Cet article date un peu, il est de fin décembre 2010. Je pense qu'il ne va plaire à tout le monde, car Isabelle avait son groupe de fan.

Je pense aussi que mon avis va probablement choquer mais je trouve les propros de Toscani des plus justes même si je n'aime pas l'homme. (C'est un sale con il s'est servi d'Isabelle, et c'est un lâche puisqu'il a attendu son décès pour dire ce qu'il pensait!)

Je me souviens encore de la fameuse pub No-l-ita et des moultes reportages qui ont suivi, j'ai toujours condamné comment Isabelle se servait de sa maladie pour acquérir une certaine notoriété. Je me souviens encore comment l'image de l'anorexie c'est dégradé dans le regard des non-malades, et comment cela a porté préjudice aux autres malades.

Après je ne vais pas m'étendre du le sujet mais une chose est certaine je n'ai pas été surprise d'apprendre sa disparition, quand on reste ultra maigre, on connait très bien l'issue. 

Et une chose est certaine, je condamnerai toujours quiconque utilisant sa maladie pour connaître son heure de gloire sous couvert de faire de la prévention contre la maladie.

Liens d'anciens article ci dessous

 

http://eixerona.over-blog.com/article-28077777.html

http://eixerona.over-blog.com/article-12873888.html

 

anorexia_by_amayakisyukai-d3bqlk6.png

Repost 0
Published by Eixerona - dans Célébrités et TCA
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 21:28

Rachel Zoe, Nicole RichieGisele BündchenClaudia SchifferMiranda Kerr,Alessandra Ambrosio, et pour finir la plus célèbre d'entre elles Victoria Beckham. Qu'ont elles en commun, en plus du fait d'être riches, célèbres, et adorées par des millions de fans ? Elles ont toutes vécu une ou plusieurs grossesses, et ce d'une manière pour le moins différente.

 

rachel_zoe--300x450.jpg Rachel Zoe, enceinte de 8 mois...

 

Car un nouveau phénomène a fait son apparition : La "mommyrexie", un nouveau terme pour qualifier ces femmes enceintes qui souhaitent garder la ligne, voire, perdre du poids, quitte à mettre la santé de leurs bébés en péril.

 

Qu'est ce qu'une mommyrexic ?


Elles investiraient à foison dans des programmes établis par leurs coachs sportifs pour éviter à tout prix une prise de poids importante. De très sérieux journaux comme le New York Postou le Huffington Post traitent le sujet en parlant de la Mommyrexie comme une véritable maladie.

 

Cette tendance inquiète fortement les experts sanitaires et les diététiciennes, qui accusent les célébrités de promouvoir ce fléau. Et leur principale cible n'est autre que Victoria Beckham et ses copines, qui ne jurent que par le XXS, même à sept mois de grossesse.

 

FP_7601302_KerrMiranda_Yoga_EXCL_FP9_17_18.jpg Mirranda Kerr a accouché il ya 6 mois...

 

La mauvaise influence des célébrités au service de la Mommyrexia.

L'épouse de David Beckham et mère de quatre enfants (Brooklyn 12 ans, Roméo 9 ans à la rentrée, Cruz 6 ans et Harper Seven, née il y a quelques jours) apparaît toujours plus mince. L'ex-chanteuse du célèbre groupe des années 90 Spice Girls, désormais styliste/créatrice, assure pourtant se nourrir correctement mais son visage creusé, et ses jambes sans cesse plus fines font jaser les médias sur son poids. Même son ventre de femme enceinte était un modèle réduit.

 

Rachel Zoe, la styliste des célébrités, présente également les symptômes de la Mommyrexie. Mère du petit Skyler Morrison depuis le 23 Mars, la femme de Rodger Berman qui a co-écrit le best-seller Style A to Zoe : The Art of Fashion, Beauty and Everything Glamour ne laisse aucunement supposer une quelconque grossesse ni même la moindre petite prise de poids. Rachel Zoe, qui devrait sortir sa propre ligne de vêtements cet automne, aurait d'ailleurs prodigué quelques conseils à Victoria Beckham pour retrouver sa ligne au lendemain de son accouchement...

 

Victoria Beckham et Rachel Zoe, meneuses de la Mommyrexie aux États Unis ? Elles ne sont pas les seules. Miranda Kerr, le mannequin australien en couple avec l'acteur Orlando Bloom, n'échappe pas à la "tendance". L'égérie de la marque de lingerie Victoria's Secret et mère du petit Flynn depuis le 6 janvier 2011 ne prend pas de congé maternité, et ne s'accorde que trop rarement de repos. Alors enceinte de plusieurs mois, elle a défilé chez Balenciaga, et à part son ventre rond, rien ne ressemblait à une silhouette de future maman. Idem pour le top brésilien Gisele Bündchen. L'épouse du quaterback Tom Brady, qui a donné naissance au petit Benjamin en décembre 2009, enchaînait les podiums et les voyages. Et s'est dépensée à la salle de sports jusqu'à deux semaines de son terme de grossesse. Sont-elles prêtes à tout pour conserver leur ligne ? On dirait bien.

 

VictoriaBeckham_Pregnant2011.jpg Victoria Beckam il y a peu de temps. Photo prise en douce par son mari et posté sur Twitter

 

Nicole Richie, Alessandra Ambrosio, Claudia Schiffer ou encore Nicole Kidman font également partie du club des "skinny mums", ce qui n'est pas sans inquiéter Isaac Herschkopf, un psychanalyste de Manhattan qui traite les célébrités ayant des troubles de l'alimentation. Il déclare dans une interview au New York Post : "Les femmes pour qui la beauté est primordiale ont plus de chance de tomber dans la Mommyrexie. C'est un cercle vicieux."

 

Rosie Pope, la créatrice de la ligne de vêtements éponyme pour femmes enceintes et star du show téléviséPregnant with Heels (comprenez Enceinte et en talons) a déclaré lors d'une interview que la demande de ses clientes l'a poussée à ajouter une taille XS à sa collection...

 

Source http://www.purepeople.com/article/grossesses-minceur-l-inquietante-tendance-des-stars_a83255/1

 

Quelques liens vers des articles en anglais sur le sujet

http://www.huffingtonpost.com/2011/06/14/mommyrexia-strive-to-stay-thin_n_876828.html

during-pregnancy/

http://blogs.babble.com/being-pregnant/2011/07/13/mommyrexia-do-you-care-about-healthy-weight-gain-

 

 

Ca ne m'étonne vraiment pas ces mommyrexia, d'ailleurs les célébrités citées dans l'article sont connus pour avoir une relation pas vraiment saine avec la nourriture pour rester mince.

Je comprends tout à fait qu'on ne veuille pas trop prendre de poids pendant sa grossesse, mais il ne faut pas non plus s'affamer et ne prendre que le poids du bébé. Ne pas manger suffisament enceinte est dangereux pour le bébé avec notamment des risques de prématurités.

Là dessus il était hors de question pendant ma grossesse d'avoir cette attitude, je me suis efforcée de manger le mieux possible car je n'étais plus toute seule, il y avait mon bébé. Alors oui j'ai râlé sur les kilos pris bien sûr, mais avec du recul maintenant j'en ris parce que finalement il ne me reste rien de ma grossesse, juste un peu  de bidon parce que j'ai la flemme de faire des abdos.

Etre enceinte, c'est prendre du poids, c'est normal c'est la nature. Ce sont des kilos provisoires qui partiront naturellement. Et à moins de s'empiffrer pendant 9 mois, la prise de poids est raisonnable.

Le pire c'est que certains gynéco et sage-femme sont les premiers à surveiller d'une manière déraisonnable la prise de poids. Je sais, j'y ai eu droit avec 'les pommes ça fait grossir". Et il suffit de trainer un peu sur les forums de futures mamans...

Merci à Vitaa pour m'avoir parler des mommyrexic


Repost 0
Published by Eixerona - dans TCA & Grossesse
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 10:15

En ce dimanche pluvieux, voilà la minute peole avec Kate Middleton qui fond a vu d'oeil. C'est clair que lorsque je l'ai vu au JT je ne sais plus quel soir pour l'inauguration de l'Exposition de son mariage à Buckingham palace je l'ai trouvé ultra maigre.

 

A l'instar de Mary-Kate et Ashley Olsen et de Victoria Beckham, Kate Middleton, heureuse épouse du Prince William depuis le mois d'avril dernier, est-elle en train de devenir un modèle pour les jeunes filles qui aspirent à l'extrême maigreur ? C'est le problème soulevé par Closer, dans son édition en kiosques samedi 23 juillet.


Jill M. Pollack, qui dirige le Centre d'études sur l'Anorexie et la boulimie à New York, a tenu à alerter l'opinion publique sur le danger, pour une princesse, de renvoyer une telle image aux petites filles qui s'identifient à elle. "Toutes les gamines, à un moment ou à un autre, se rêvent en princesse, et cette image n'aura pas seulement des répercutions sur les adolescents, mais aussi sur les enfants et les préados", assure celle qui soigne des patients atteints de troubles alimentaires depuis plus de vingt ans, craignant qu'un "désastre" ne se produise. 



Et ses craintes sont justifiées... La silhouette de Kate Middleton s'est affinée atteignant un niveau de maigreur préoccupant : aujourd'hui qu'elle flirte avec les 45/47 kg pour une taille de 1,78 mètre. A l'origine de cette perte de poids intensive : le désir intarissable d'être parfaite pour le jour de son mariage. Aujourd'hui, même ses amies sont inquiètes pour la santé de Kate : "Ses amis pensaient qu'elle se calmerait une fois le mariage passé. Nombreux qui sont ceux qui expliquent sa perte de poids par son emploi du temps stressant. Sa vie ne lui appartient plus désormais et la seule chose qu'elle puisse contrôler, ce sont ses kilos", raconte un proche. 

Certains sites internet qui prônent l'extrême maigreur ont même fait d'elle un exemple en la matière... Un bien triste constat ! 

Source http://www.purepeople.com/article/kate-middleton-dangereusement-amaigrie-met-elle-en-danger-les-fillettes_a84218/1

 

kate.png


Repost 0
Published by Eixerona - dans Célébrités et TCA
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 14:06
Repost 0
Published by Eixerona - dans Troubles de l'image corporelle
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 11:02

Bon à la fin, on se rend compte que la photo est retouchée. Mais c'est quand même dingue comment on peut manipuler les photos.

Et c'est comme ça qu'on se fait avoir, parce que finalement les petites retouches qui "embellisent" les mannequins ne se voient pas, et donc on a beau savoir que photoshop est passé par dessus c'est ce faux idéal féminin de la société qui est imprégné dans notre tête.


 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Troubles de l'image corporelle
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 17:16

Les hospitalisations d'hommes souffrant de troubles de l'alimentation ont augmenté de 66 % en 10 ans en Grande-Bretagne. Les experts s'inquiètent de l'influence des photos de mode et d'un culte du corps "parfait" devenu obsessionnel.

 

 

Les statistiques du British Health Service (NHS) ont de quoi surprendre tant il est communément admis que les troubles de l'alimentation concernent d'abord les femmes ou les adolescentes obsédées par leur ligne.

Ainsi, sur la dernière décennie, les hospitalisations d'hommes souffrants de désordres alimentaires ont progressé de 66 %, nous rapporte The Daily Mail. 1,6 millions de personnes souffriraient de pathologies liées à l'alimentation en Angleterre, dont 20 % d'hommes.

Ce que les anglo-saxons nomment "manorexie" serait donc en train de prendre une ampleur inédite, et les diagnostics sont d'autant plus difficiles à établir que généralement les hommes se confient peu sur leur propre santé. Ils seraient également moins enclins à reconnaître l'existence d'un problème strictement lié à leur alimentation. Pudeur et timidité mis à part, les spécialistes expliquent que la maladie est encore trop associée à un problème d'adolescente, ce qui ne facilite pas sa prise de conscience par des hommes adultes.

Les médecins déplorent l'influence des photos de mode et des publicités. Des mannequins très maigres transformés en canons de beauté influenceraient certains hommes qui, outre les régimes, s'astreignent à une activité physique intense, quotidienne voire davantage. La plupart ne se rendent pas compte ce qui se joue et de ce qu'ils risquent dans cette spirale infernale. L'obsession du corps "parfait" peut parfois prendre le pas sur toute autre considération, constatent les médecins.

Fox News rappelle d'ailleurs que les troubles alimentaires ont pris aux Etats-Unis les proportions d'une inquiétante épidémie , selon la National Association of Anorexia Nervosa and Associated Disorders. Ils toucheraient aujourd'hui 10 millions de femmes et 1 million d'hommes dans le pays.

Dans un entretien accordé en octobre 2008 à La Dépêche.frJean Chambry, pédopsychiatre au Centre hospitalier de Kremlin-Bicêtre, rappelait que 30 % des cas d'anorexie touchent des garçons en France, et que cette proportion est en augmentation. Il expliquait lui-aussi que les hommes qui avaient jadis l'habitude d'exprimer leur malaise par l'alcool et le tabac sont de plus en plus influencés par les photos de mode dont certaines vont jusqu'à cultiver l'androgynie.

Le pédopsychiatre précisait : "La raison principale est la même que chez les filles : le refus de devenir adulte et d'avoir une sexualité mature. On utilise son corps comme l'expression de son malaise. Une phase de boulimie a souvent été vécue précédemment. Après, chez le garçon, il y a aussi la volonté de recherche d'un corps musclé, signe premier de virilité".

En 2002, dans les Cahiers de psychologie cliniqueIsabelle Orgiazzi-Billon-Galland et Michèle Chappaz écraivaient : "Sur le plan clinique, il semble qu’un préjugé attribue une gravité plus importante à l’anorexie masculine, présentée comme étant plus régressive et archaïque que l’anorexie féminine, celle-ci étant même considérée par certains auteurs comme une entité relativement circonscrite autour d’une pathologie du narcissisme".

Au terme de leur étude menée sur 5 garçons pendant 4 ans, les psychologues cliniciennes écrivaient : "Nous avons vu précédemment qu’en ce qui concerne l’anorexie du garçon, les diverses publications soulignent soit son « caractère très semblable au syndrome de la fille », soit au contraire ses différences, en la rattachant « à l’homosexualité, ou à la psychose »
Il semble donc que notre travail étaye les travaux qui penchent pour le lien à établir entre l’anorexie mentale masculine et l’homosexualité, dans une mise à mal de la position identificatoire masculine et de l’intégrité de la représentation du corps. Le matériel projectif met en évidence un fonctionnement psychique où les positions homosexuelles sont prégnantes ; si la bisexualité psychique est normale chez tout individu, elle s’avère ici très présente, de par l’importance d’une identification féminine marquée et d’une homosexualité infantile insuffisamment refoulée".

 

SOURCE http://www.atlantico.fr/pepites/manorexie-anorexie-masculine-progression-inquietante-culte-corps-144585.html

 

homme_hesitant.jpg

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Anorexie au masculin
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 10:47

Y a quelques jours, je me suis retrouvée en tête à tête avec une compulsion. Mais quelle garce, je ne l’avais pas invité, à ce que je sache…à moi que…

 

Ce jour-là j’étais juste affamée car je n’avais probablement pas suffisamment mangé les jours précédents. C’est vrai que je grignote sur le pouce que des trucs légers.

 

A un moment donné le corps dit « non mais moi j’ai faim ».

 

Ce ne fût pas une « grosse » compulsion. Vu qu’elle était le résultat de la faim ce n’était même pas une compulsion mais une fringale. J’ai terminé mon paquet de galette de riz avec de la vache qui rit, un mug de lait chaud par-dessus et voilà j’étais rassasiée. Pas besoin de manger autre chose, ma faim était calmée, et je ne suis plus dans le cercle je continue de manger pour me punir d’avoir mangé.

 

 

J’ai trouvé qu’il y a 3 grands types de compulsions (ou crises)

  • Celle dûe à la fatigue
  • Celle dûe à un trop plein d’émotions
  • Celle dûe à la faim

 

Peu importe pourquoi on compulse c’est qu’il y a une bonne raison. Autant l’accepter, de toute manière rajouter une ration de culpabilité ça sert strictement à rien, se punir sert strictement à rien aussi.


Je sais que c’est dur car les anorexiques sont grandes malades du contrôle et du moment qu’on perd le contrôle c’est le drame.

 

Par-dessus le marché on nous répète que la gourmandise est un vilain défaut. Non la gourmandise c’est juste bon et c’est important de se faire plaisir.

 

Qu’il ne faut pas manger sous le coup de nos émotions. Non mais c’est qui le crétin qui a dit ça ? Alors si on a un grand chagrin, une grande angoisse  on a le droit de se réconforter avec un peu de Nutella ?? Si on n’abuse pas et qu’on rééquilibre cet extra sur les autres repas.

 

Sous quel prétexte on refuserait à un gamin qui vient de tomber un gros câlin de réconfort ? Mais du moment qu’on devient adulte on nous dit de serrer les dents et d’apprendre à contrôler nos émotions. Et oui ça m’arrive de manger des aliments « doudou » quand ça ne va pas tout simplement parce que j’aurais besoin d’un gros câlin mais pas de bras pour m’en faire.

 

D’une part les émotions ça ne se contrôle pas. Ça se masque à la limite. Ceux qui disent tout contrôler sont des menteurs. Si on ressent des émotions ce n’est pas pour rien, c’est ce qui nous rend humain. Certes y a des moments où c’est chiant mais bon, je préfère être dépassée un peu par mes émotions qu’être une sociopathe en puissance.

 

Une autre fois après une journée épuisante, une compulsion s’est aussi invitée. Hop le reste de mimolette, des galettes de riz…une putain d’envie de se gaver, un poil de culpabilité qui chuchote de se gaver un maximum  parce qu’on est plus à ça prêt. Et finalement c’est mon corps lui-même comme un grand qui a dit « STOP, je n’ai plus faim ». Alors oui sur le coup ça m’a fait chier, des calories en plus…et puis après je me suis raisonnée, je sais très bien comment rééquilibrée ça. Je sais que je bouge beaucoup.  Que lorsqu’on mange par fatigue c’est souvent parce qu’il manques certains nutriments au corps.

 

Du moment que j’ai arrêté de culpabiliser sur mes compulsions (qui sont maintenant plutôt rares), que je les ai acceptées, j’en ai fait nettement moins et surtout elles ont été réduites en quantité.

 

Oui accepter c’est difficile, mais je crois que pour avancer dans les TCA il faut à un moment donné accepter et lâcher prise. Parce que de toute manière peu importe ce qu’on fait, si une compulsion doit arriver, elle arrive, alors au lieu de se battre dans le vide pour finalement perdre autant manger un truc qui nous fait envie. Et à force de procéder comme ça y a une certaine régulation. Bien entendu il faut aussi éviter de s’affamer, car les restrictions même tout droit à des compulsions ou des crises.

 

D’ailleurs j’ai lu un truc intéressant sur les compulsions, lorsqu’on en fait une se limiter à un aliment qu’on mange « à volonté » et il semblerait qu’on soit rapidement dégoutée. Mais bon je crois qu’il vaut mieux d’abord assouvir son envie de chocolat avant de se taper le pack de yaourt sinon bonjour la frustration.

 

calin.jpg

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 17:55

Le monde de la mode, les médias aime nous dire que non les "fausses" femmes qu'on nous montre ultra photoshopées ne nous complexent pas et ne nous donnent pas une fausse image de la femme parce qu'on sait que c'est retouché.

A part qu'à force de voir toujours ces images à longueurs de journée...oui parce qu'on tombe toujours dessus que ce soit par la TV, internet, les pub, les films...une fausse image de la femme s'impregne en nous.


40649-800w2.jpg

416155984_3702.jpg

Gucci-32.jpg

HEAR-WD41_V12.jpg

hmprod2.jpg

Legs---Hips.jpeg

 

moz-screenshot2.jpg

newportnews2.jpg

olivia-palermo-on-cover-of-elle-mexico__oPt2.png

pSPNX1-8139921enh5002.png

 

Images tirées de http://www.psdisasters.com/

Repost 0
Published by Eixerona - dans Troubles de l'image corporelle
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 08:58

 

Topshop, après avoir essuyé de nombreuses critiques a propos d’une photo de Codie Young trop maigre, a prit l’option de se séparer de tous les mannequins jugés trop maigres.  Le Dayli Mail et plusieurs associations luttant contre l'anorexie se sont élevés contre la publication de cette photo choquante et ont donc demandé sa suppression.

La marque Topshop a tout de même précisé que Codie est  « en parfaite santé ». Selon elle, ce serait « l’angle de prise de vue » qui donnerait un air squelettique au mannequin qui précise qu’elle est « très heureuse avec son corps » actuellement..

 

SOURCE http://ibuzzyou.fr/topshop-met-a-la-porte-les-mannequins-trop-maigres.html

 

topshop

 

  

Ou comment se racheter une conduite pour que les clientes ne boudent pas la marque. 

Sinon on le sait très bien que les photos font maigrir et que les mannequin ultra maigres sont en bonnes santé.

La page d'acceuil du site topshop me fait peur en tout cas (image juste au dessus!)

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Revue de presse