Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 10:43

Je m'approche inexorablement de la trentaine...bon encore deux petites années de sursis quand même.


Une chose est certaine je me sens mieux du haut de mes 28 ans tous neufs, que de mes 18 ans d'il y a dix ans.


Cette année j'ai décidé de faire moi même mon gâteau d'anniversaire car j'en ai un peu marre de tourner toujours sur les mêmes saveurs. Ce sera donc bavarois chocolat blanc et framboise. Tout est fait maison de A à Z.

 

P1080643.jpg

P1080641.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 17:00

Les problèmes liés à la nourriture prennent une foule de formes différentes... et certains d’entre eux sont même pratiquement indétectables pour le commun des mortels.

 

anorexia-diagnosis.jpg

 

Tout le monde a entendu parler des troubles alimentaires comme la boulimie et l’anorexie. Mais il en existe d’autres qui sont beaucoup moins connus ou reconnus – manger et recracher ses aliments, l’anorexie athlétique, la bigorexie ou l’orthorexie ne sont pas des problèmes reconnus cliniquement, mais peuvent avoir des conséquences désastreuses pour la personne qui en souffre.


 

Même s’il ne s’agit pas là de termes médicaux officiels, ce sont des maladies qui existent effectivement et dont souffrent plusieurs hommes, femmes, jeunes garçons et jeunes filles qui doivent faire face chaque jour aux problèmes qu’elles supposent.


Merryl Bear est directrice du NEDIC, le Centre national d’information sur les troubles alimentaires, un organisme torontois. Elle explique qu’une alimentation désordonnée ou des comportements alimentaires déficients peuvent être le fruit d’attitudes compulsives alimentées par des désirs affectifs.


 

Reflet d’un malaise personnel

Selon Mme Bear, l’anxiété, la dépression, une faible estime de soi et un besoin d’être accepté, de même que d’autres maladies psychologiques ou une incapacité à faire face à ses émotions sont aussi préoccupants que les risques physiques et aux complications associées aux troubles alimentaires.


 

Au bout du compte, une alimentation désordonnée ou une façon de manger hors norme peuvent être des symptômes de troubles alimentaires ou d'une personnalité limite, communément appelée «borderline».


Ces comportements peuvent nuire au travail, aux études, aux aptitudes à socialiser et peuvent miner le potentiel d’une personne. Ils peuvent aussi finir par faire en sorte que les personnes affectées se sentent différentes des autres, ce qui crée d’autant plus de difficultés dans leurs relations avec les autres.


Ces problèmes peuvent tous conduire à de la malnutrition ou à divers autres problèmes de santé.


Voici quelques comportements alimentaires qui devraient sonner l’alarme et qu’il serait important de savoir détecter chez soi-même ou chez un être cher:


Manger et recracher
Une personne consomme de grandes quantités d’aliments et les recrache avant de les avaler pour éviter les calories et la culpabilité qui s'y rattachent. Même si cela peut sembler anodin, ça ne l’est pas du tout. La nature secrète ou cachée et le gaspillage qu’engendrent ces comportements peuvent contribuer à créer une culpabilité encore plus grande.


Anorexie athlétique
(Exercice compulsif)
Il s’agit d’une obligation que l’on s’impose de faire de l’exercice, sans pouvoir s’arrêter et qui fait en sorte que l’exercice vigoureux finit par accaparer une grande part de notre temps. Aussi préoccupante chez les hommes que chez les femmes, cette maladie a des racines similaires à celles de la boulimie, car elle est, d’une certaine façon, un moyen de se «purger». L’exercice compulsif ne laisse pas le temps au corps de se reposer. Il provoque souvent une dépense excessive de calories qui ne peut être compensée. Même s’il peut causer des dommages importants à l’organisme, ce trouble fait l’objet d’un vif déni de la part de ceux qui en souffrent et qui considèrent qu’ils ont un comportement tout à fait sain.


Lorsque l’activité physique devient une exigence telle qu’on perd tout sens de contrôle lorsqu’on n’en fait pas et que l’absence d’exercice génère de l’angoisse et de l’anxiété, il faut réagir. Les personnes qui souffrent de ce problème peuvent vivre aussi de l’anxiété face aux aliments. L’anorexie athlétique peut provoquer des blessures, de l’agressivité, de la dépression, et une perte de la masse musculaire.

 

jogging.gif


Bigorexie
(Dysmorphie musculaire)
Les pressions sociales pour un corps idéal affectent aussi les hommes. La bigorexie est une obsession qui pousse à accroître sa masse musculaire, et ce, que la personne affectée soit très faible ou immensément musclée. Aussi appelée «anorexie inverse», la bigorexie touche plus souvent les hommes qui sont préoccupés par le pourcentage de gras par rapport à celui de la masse musculaire que par le poids lui-même.

Des régimes obsessifs à teneur élevée en protéines en passant par l’entraînement compulsif au gym, aux heures passées à examiner sa musculature devant un miroir et à la consommation de stéroïdes avec tous les problèmes que cela suppose, ce type de dysmorphie corporelle fera en sorte que ceux qui en souffrent sacrifieront leur vie affective et physique pour parvenir à afficher une apparence dont ils ne seront jamais satisfaits. Certains vont même aller jusqu’à éviter les relations sexuelles avec leur partenaire afin de pouvoir compter sur plus d’énergie pour s’entraîner.


Orthorexie
Ce problème affecte aussi bien les hommes que les femmes – il tire son nom du grec «ortho», pour «droit» et «rexia», pour «appétit». La personne orthorexique ne consomme que des aliments santé, selon sa propre définition de ce qui est «santé». En agissant ainsi, il arrive souvent que ces personnes ne consomment pas tous les éléments nutritifs ni toutes les calories dont elles ont besoin.

Au-delà du cliché de la personne hypersoucieuse de manger santé, l’orthorexie pousse la personne à exercer un contrôle absolu sur son régime alimentaire; tout écart engendre culpabilité et angoisse. Et comme cette forme de compulsion donne l’impression d’un comportement exemplaire sur le plan social, surtout avec les médias qui ne cessent de nous rappeler de manger sainement, elle peut être vraiment facile à cacher.

Mais au bout du compte, selon Mme Bear, «Le fait pour cette personne d’abandonner de tels comportements ou de jeter un peu de lest est une source de peur et d’angoisse, car son obsession donne un sens à sa vie et lui tient lieu de mission, alors que pour le commun des mortels, ce n’est pas important à ce point.»

 

Manger-trop-sain-n-est-pas-sain_imagePanoramique500_220.jpg

 

SOURCE http://fr.canoe.ca/artdevivre/bienetre/article1/2011/07/29/18486571-jdm.html

Repost 0
Published by Eixerona - dans Autres TCA
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 17:01

Voici un article des plus intéressants et pertinents. 

SOURCE http://www.lematin.ch/people/faut-il-avoir-honte-des-rondeurs-que-laisse-une-grossesse

 

L’obsession du corps pousse de plus en plus de stars aux régimes les plus extrêmes pour perdre leurs kilos de grossesse en un temps record. On les appelle les «Mommyrexiques».

 

Victoria Beckham a pris 9 kilos durant sa grossesse. Un poids idéal pour les médecins qui expliquent que le minimum est de 6 kilos. Huit jours après la naissance de sa fille le 10 juillet 2011, elle avait tout reperdu.

Victoria Beckham a pris 9 kilos durant sa grossesse. Un poids idéal pour les médecins qui expliquent que le minimum est de 6 kilos. Huit jours après la naissance de sa fille le 10 juillet 2011, elle avait tout reperdu. © DR

 

«A Hollywood on n’est jamais trop riche ou trop mince», dit le vieil adage du show-business. Un dicton qui s’applique désormais à tous et à toutes sans exception. Même aux femmes enceintes! Aujourd’hui, si les bébés de people font toujours autant rêver, les aléas de la maternité sont de plus en plus malvenus. Du coup, certaines s’efforcent de prendre le moins de poids possible durant la grossesse afin de le reperdre plus vite après. Et elles n’hésitent pas, après l’accouchement, à suivre les régimes les plus fous et à faire du sport à outrance pour retrouver la ligne dans des temps records. Deux semaines auront suffi à Marion Cotillard après l’arrivée de son fils Marcel en mai 2011 pour poser en short, avec une taille de guêpe, pour une campagne de Dior. Pas plus pour l’ancienne anorexique Nicole Richie après la naissance de son deuxième enfant en 2009. Victoria Beckham, 37 ans, les bat à plate couture: huit jours après l’arrivée de son quatrième enfant, elle était aussi mince qu’avant de tomber enceinte.

 

«Maman» et «anorexique»

Cette obsession de la «maternité invisible» a été baptisée «mommyrexie» (contraction de Mommy et anorexie) par les médecins américains qui tirent la sonnette d’alarme, craignant que ce mauvais exemple n’influence les mères lambda. La tendance s’installe aux Etats-Unis. On chuchote que les opérations esthétiques du ventre, pratiquées dans la foulée suite à une césarienne, sont légion chez les stars. Et certaines marques de vêtements de grossesse ont créé des gammes XS pour satisfaire aux nouvelles exigences des futures mamans, toujours plus minces. Loin de s’en cacher, les mommyrexiques s’en vantent. Dernière en date, Jessica Alba, 30 ans, qui vient de donner naissance à sa deuxième fille. Elle a annoncé qu’elle allait «immédiatement s’affamer» et faire beaucoup de sport pour retrouver la ligne! Aujourd’hui, plus le temps de se reposer. Ni d’allaiter. Les régimes extrêmes, provoquant des carences, coupent de toute manière la montée de lait. Plus le temps de profiter de l’arrivée de bébé: pour garder sa place à Hollywood, il faut être parfaite en quelques semaines.


«L’accouchement est un traumatisme. C’est lourd et épuisant, physiquement et émotionnellement», rappelle Caroline Fernandez, nutrithérapeute qui suit de nombreuses femmes enceintes dans ses cabinets de Nyon et de Genève. «La femme a alors besoin de se reposer, de prendre des forces. Après un mois, les sports doux comme la marche sont possibles. Mais la rééducation du périnée doit se faire avant. Et il faudrait attendre 3-4 mois pour les sports plus durs.» Et les diètes extrêmes que s’infligent les célébrités? «Une femme ne devrait pas perdre plus que 4-5 kilos maximum en un mois, même si cela varie en fonction du poids de départ.»

 

Joue-la pas comme Beckham!

Lorsque l’on recherche l’origine de cette tendance, un nom revient sans cesse: Victoria Beckham. Durant ses trois premières grossesses, l’éternelle sylphide se montrait peu en public, dissimulait son ventre et s’astreignait à une discipline de fer pour prendre le moins de kilos possible. Rebelote pour sa fille Harper Seven, née le 10 juillet dernier. On savait Victoria Beckham enceinte, mais il a fallu scruter son corps pour en avoir la preuve. Filiforme, perchée sur des talons aiguilles, elle ne laissait rien transparaître jusqu’au dernier mois, où elle ne pouvait plus se cacher. Mais pas question de s’habituer à ses rondeurs: huit jours après l’accouchement, elle avait retrouvé sa taille de guêpe. Au prix d’un entraînement sportif intense et du régime «Five Hands» qui ne l’autorise à manger que cinq poignées de protéines par jour avec de rares légumes verts.

 

Heidi Klum, elle, jure que sa silhouette de rêve à 38 ans, après quatre grossesses, n’est due qu’au sport et à une alimentation saine. Logique. Mais n’a-t-elle pas un tout petit peu défié la nature pour apparaître sur le podium de Victoria’s Secret cinq semaines après avoir accouché en 2009? Idem pour Miranda Kerr qui défilait à la Fashion Week de Paris deux mois après avoir accouché en janvier 2011.

 

Pourvu qu’on ne voie rien



Angelina Jolie n’aura pas mis plus de deux mois non plus pour faire oublier qu’elle avait porté des jumeaux en 2008. Pour Gisele Bündchen, maman de Benjamin depuis décembre 2009, six petites semaines auront suffi pour effacer toute traces de maternité et reprendre le travail. Jusqu’où ira cette envie de gommer la grossesse? La marque London Fog avait créé un tollé lorsque le ventre naissant de cette même Gisele Bündchen avait été effacé sur les images de leur campagne. La dernière victime de cette mode se nomme Hilary Duff. En annonçant qu’elle était enceinte la semaine dernière, l’actrice et chanteuse de 23 ans, s’attendait-elle à se faire virer de son prochain film, le remake de «Bonnie and Clyde»?


Des modèles qui n’ont rien de top

L’éditorial de Philippe Messeiller, rédacteur en chef adjoint

Les modes peuvent être perverses. Quand elles touchent la santé, elles sont terrifiantes. La mommyrexie, contraction tout anglo-saxonne de maman et d’anorexie, en est la dernière preuve. Pratiqué par des stars, ce phénomène gagne du terrain. L’obsession d’une ligne parfaite pousse de plus en plus de femmes à se mettre au régime en attendant leur accouchement et à perdre leurs kilos de grossesse le plus rapidement possible. Une sorte de déni de la maternité.

Que Victoria Beckham, Jessica Alba ou Marion Cotillard risquent leur peau en s’astreignant à des privations de nourriture et à des efforts sportifs inhumains pour faire semblant que rien ne change après avoir eu un enfant reste leur problème. Leur image est leur gagne-pain. On peut comprendre qu’elles aient envie de retrouver ce qui a fait leur célébrité le plus vite possible. Surtout dans un univers aussi impitoyable que le show-business. C’est un choix assumé.

Le drame, c’est que ces stars entraînent leurs fans enceintes dans leurs dérives. Chaque femme réagit différemment face à la maternité. Certaines vont prendre du poids, d’autres vont rester fines. Il ne doit pas y avoir de diktat lors d’une grossesse. Juste du bon sens. L’important, l’essentiel, est de se sentir bien dans sa peau. Pour son équilibre et celui de son enfant. Avec la mommyrexie, le paraître l’emporte sur le bien-être. Les femmes qui en sont atteintes font de la maternité une maladie. Quand ils dérapent de cette manière, ces modèles stars et leurs fans moutons n’ont décidément vraiment rien de top.

Repost 0
Published by Eixerona - dans TCA & Grossesse
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 16:06

Hier je suis allée voir le doc. Pas que j’en avais envie, à force d’avoir passé des années dans les salles d’attente je vais voir le médecin franchement en dernier recourt (Pas besoin d’aller voir le médecin pour un rhume quand on est maman au foye) mais voilà j’ai mal au dos…enfin j’ai de plus en plus mal au dos avec une douleur qui ressemble à une brûlure bref pas super surtout pour porter ma fille.

 

85148535.jpg

 

C’était le remplaçant de ma généraliste, très sympathique et gentil, mais franchement je me rends compte une fois de plus que les médecins sont à la masse sur les TCA.

 

Il pensait que j’étais guérie depuis plusieurs années vu que j’ai un poids dans la normale et un bébé. Et ça m’énerve ce genre de raisonnement, car c’est à cause de ce type de raisonnement que la médecine n’a jamais pris vraiment au sérieux mes TCA. Je n’ai jamais eu un poids assez catastrophique pour inquiéter la médecine mais en attendant j’ai quand même 11 ans d’anorexie dernière mois avec privation, sport à outrance, des périodes sans vie sociale, de l’aménorrhée  enfin bref le tableau  classique  de l’anorexie mais sans gavage et sans hospitalisation.

 

Après on s’étonne que les gens lambda ne comprennent pas les TCA, mais quand on voit comment les médecins comprennent à moitié la maladie alors que c’est leur métier.

 

Et puis on est dans une société aussi qui fait la chasse à l’obésité, alors j’ai remarqué que la médecine préfère encore qu’on soit légèrement maigre plutôt que légèrement gros Et je vous assure que je n’invente rien. Au boulot de ma mère la médecine de travail harcèle ceux qui ont quelques kilos de trop et disent amen aux maigres…alors que si on est maigre parce qu’on se prive de nourriture c’est ultra malsain et dangereux pour la santé.

 

J’aimerais tant que la médecine accepte qu’on puisse être anorexique sans avoir un imc en dessous de 18,5. Que l’anorexie ça ne se résume pas à la maigreur et là l’aménorrhée. Parce que tant que la médecine ne bougera pas, il y aura une tonne de malade qui ne rentrant pas dans les critères strictes ne trouveront aucune aide, et ça me révolte. 

 

Serment_dHippocrate.jpg

Une dernière chose m’a énormément choqué dans les propos du médecin, c’est quand il m’a parlé des psys. Il m’a demandé si j’étais suivie et tout le tralala. J’ai dit que non, que de toute manière je n’avais jamais trouvé de psy qui m’aide et j’ai surtout évoqué le tarif prohibitif des psys. Moi j’ai tenu mon discours habituel, que ce n’est pas normal que moi malade je dois mettre la main à mon porte-monnaie pour être soignée alors que si j’avais une maladie physiologique là on me rembourserait.


Et là, il m’a fait un discours mercantile incroyable, me disant qu’il fallait comprendre les psys car la séance en secteur 1 leur rapportait seulement dans les 25 euros. Il ajoute un truc du genre « en plus vous imaginez, s’il ne fait que un ou deux clients en une heure ?


Personnellement j’aimerais bien un taf qui me paie 25 euros l’heure, ça fait 200 euros les 8 heures de boulot, 4000 euros au mois. Quand la plupart des français touchent le smic horaire soit 9 euros brut…


Des fois, non souvent je me dis que les médecins n’ont pas fait le serment d’Hyppocrate mais celui d’hypocrite parce que le «  Je donnerai mes soins à l'indigent et à quiconque me le demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire » est en voie de disparition

.

Je me doute bien entendu que les médecins ne font pas 10 ans d’étude pour gagner un smic mais faire des dépassements exhorbitifs pour arriver à 70/80 euros la séance, il ne faut pas abuser non plus. Se soigner ne devrait pas être un luxe

.

Malheureusement pour nous, se soigner devient de plus en plus un luxe. Entre les déremboursements, les dépassements d’horaire et toussa, y a des fois où je suis obligée de refuser des médicaments parce que non en fin de mois je n’ai plus les moyens de me les payer. Hier je râlais encore, je suis en manque de magnésium, donc je me tape des crampes horrible et bien sûr maintenant la sécu ne rembourse plus le magnésium car c’est un médicament dit de confort. Je leur fouterais baffes moi avec leurs médicaments de confort. En attendant 7 euros à sortir de ma poche.

 

102635591.jpg

Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 22:12

Vous devez vous souvenir de ma grosse colère ( http://eixerona.over-blog.com/article-marre-des-filles-qui-bouffent-rien-genre-77018451.htmlsuite à l’article de Glamour (enfin le billet d’humeur…) signé Mélanie Mendelewitch « Marre des filles qui bouffent rien » et son fameux concept révolutionnaire de l’anorexie mainstream. 


Dans le numéro du mois de septembre, Glamour revient sur les réactions  provoquées par cet article, et sérieusement mon sang n’a fait qu’un tour.


Il  y a des gens qui râlent, d’autres qui disent amen…mais ce qui me révolte c’est comment la rédaction se lave les mains. Elle se justifie avec des arguments des plus boiteux mais ne s’excuse pas vraiment. Non ils ne stigmatisent pas les filles minces. Non pas les filles minces, juste les filles qui ont des problèmes alimentaires voire des TCA, c’est encore pire à mon humble avis…


La pauvre Mélanie décrit seulement un comportement qu’elle observe et qui semblet gonfler tout le monde. Si elle arrêtait de considérer que faire un 38 c’est avoir un gros cul, elle fouterait peut être la paix aux nanas qui portent du 36 ou qui ont des TCA.


Bien entendu « il s’agit d’un point de vue singulier mais qui nous semblait partager par beaucoup de filles dites rondes ». Déjà c’est facile, les magazines et les médias vous rangent dans la catégorie rondes dès que vous mettez du 38 bien que la taille moyenne de fringues des françaises c’est le 40/42. Alors oui toutes ces filles qui sont mal dans leur 38 ou plus parce que les magazines comme Glamour ne proposent qu’un idéal féminin filiforme sont contentes quand on tape enfin sur les doigts « des filles qui bouffent rien ».


Mais bon on peut faire un 36 et manger comme 4. Faire un 40 en étant maigre. Ce n’est pas la taille de fringues qui définit forcément si on est maigre/mince/normale/grosse. J’ai connu quelqu’un qui a 30 kg mettait du 40 en pantalon parce qu’elle avait des hanches larges et les os ont peu pas les enlever !


De plus  ça m’amuse que la rédaction  critiquent les minces alors que dans leurs pages mode il n’y a que des filles à la limite de la maigreur (cf l’image scannée) C’est de l’hypocrisie pure et simple.


Et puis c’est quoi ce délire de catégoriser tout ce qui ne rentre pas du 34/36 comme ronde ?  Comme si c’était honteux de faire une autre taille que  du 36.


Bon sang y a rien de mal à être mince, normale ou grosse, l’important est d’être en harmonie avec soi-même. Je reste toujours admirative devant les  filles qui sont à l’aise dans leur 50.


J’avoue que j’ai dû mal à suivre le raisonnement de Glamour qui nous imposent toujours un modèle féminin des plus minces mais qui malgré tout critiquent et stigmatisent ce modèle. Si ce n’est pas paradoxal.


Si les magazines, la mode, les médias, la société arrêtaient de nous imposer, de nous marteler un modèle féminin impossible à atteindre les femmes seraient certainement plus en harmonie avec leurs corps et leurs assiettes.


En tout une chose est certaine, je n’achèterai plus glamour. Je n’achète déjà presque plus de magazine féminin parce que leur contenu et leurs messages me donnent la nausée, c’est-à-dire qu’il faut être belle, bien fringuée, plaire aux autres, être une bête de sexe, une femme accomplie dans sa vie professionnelle et personnelle…Cf cet article de Slate http://www.slate.fr/story/42671/nympho-superficielle-consommatrice-femme-presse-feminine


En tout cas quand la rédac de Glamour dit «  Mais nous aurions tout aussi bien pu nous mettre dans la peau d’une fille qui fait très attention à ce qu’elle mange et écrire je mange peu et alors fichez moi la paix », c’est un énorme mensonge parce que là ils auraient été accusé de promouvoir l’anorexie ce qui est mal et interdit alors que critiquer et banaliser l’anorexie ça c’est autorisé.

 

numerisation0001-copie-1.jpg

numerisation0002.jpg

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 17:14

Aujourd'hui il fait beau, aujourd'hui il fait chaud. C'est enfin l'été. Tout le monde à la maison est en petite tenue.

 

Je continue à faire ma flemmarde. Quoique mes journées sont quand même bien remplies.

 

Et entre deux misters freeze j'improvise des glaces light en glaçant mes paniers de yoplait 0%

 

321056_10150266911616286_653176285_8125913_236003_n.jpg

 

Quant à ma fille chérie elle ne cesse de faire des progrès. Si elle n'était guère pressée pour se mettre assise toute seule en un mois et demi elle enchaine tout. Entre se mettre seule assise, se balader à quatres pattes et maintenant se mettre debout et surtout elle essaie de grimper partout. Je reste émerveillée devant ses progrès.

 

Y a pas à dire, je me sens bien dans ma vie de maman.

 

305347_10150266707116286_653176285_8123352_1733981_n--1-.jpg

 

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Ma vie de maman
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 21:53

Une autre que Cendrillon les aurait coiffées de travers, mais elle était bonne et elle les coiffa parfaitement bien. Elles furent près de deux jours sans manger, tant elles étaient transportées de joie. On rompit plus de douze lacets, à force de les serrer pour leur rendre la taille plus menue, et elles étaient toujours devant le miroir.

Cendrillon, Les Contes de Perrault

 

affiche-cendrillon-3892113osmcm_1731.jpg

 

Et oui même chez Perrault les filles veulent être plus minces...c'est déprimant 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Extraits et citations
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 11:03

Aujourd'hui comme on est dimanche, que je suis à la bourre et un peu feignante, je vais me contenter de partager un article dont L. m'a donné le lien

 

http://www.navie.fr/elle-rondes

 

C'est un article qui date un peu, mais il est pertinent et franchement je suis plus que d'accord avec elle.


D'ailleurs la semaine prochaine faudra que je vous parle de la suite de l'article glamour qui m'avait bien gonflé. Dans le dernier numéro y a rien qu'une page dessus entre courrier des lectures et la redaction qui se justifie en se donnant raison. Je vais scanner tout ça, râle encore un bon coup et surtout je ne vais plus acheter Glamour!

 

Sur ce bon dimanche!

 

bon-dimanche-souris.gif

 


 

 

Repost 0
Published by Eixerona - dans Liens Web
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 10:46

Je pense que les gens se perdent quand ils pensent que le bonheur est une destination […] On pense toujours qu’un jour on sera heureux. Qu’on aura cette voiture ou ce travail ou cette personne dans notre vie va tout régler. Mais le bonheur est un état d’esprit et une condition, non une destination. C’est comme être fatigué ou avoir faim, ce n’est pas permanent. Ca vient, ça part, et c’est bien. Et je sens que si les gens avaient pensé de cette façon, ils auraient trouvé le bonheur beaucoup plus souvent.

 

OTH 808

 

happiness advantage

Repost 0
Published by Eixerona - dans Extraits et citations
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 18:03

Dans un commentaire Laura m'a parlé d'un article de Garance Doré sur le "skinny".

Je vous mets le lien car il est en effet intéressant, il faut également lire les commentaires

 http://www.garancedore.fr/2011/08/16/changing-lifestyle-new-york-skinny-vs-paris-skinny/#more-18360

 

skinny-new-york.jpg

Pix by Garance doré

Repost 0
Published by Eixerona - dans Liens Web