Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 23:00
25 septembre 2003
Promotion de l'anorexie sur Internet

Côtes levées
Elizabeth Zwerlin

De nos jours, des milliers de jeunes femmes se tournent vers Internet pour soigner leurs troubles alimentaires, mais le genre de soutien qu'elles trouvent lorsqu'elles tapent "anorexie" ou "trouble alimentaire" dans un moteur de recherche pourrait leur être franchement plus nuisible qu'efficace... attention!

Des modèles d'une minceur irréaliste combinés au confort croissant que procure Internet comme source de rencontres pour les jeunes femmes ont permis la croissance en popularité de sites "pro-ana" (anorexie), "pro-mia" (boulimie) et "pro-ed" (troubles alimentaires).
Ces sites se sont mis à pulluler il y a environ quatre ans. Aujourd'hui, on en compte plus de 400.

"Ce qu'il y a de plus décevant, c'est que les gens qui cherchent de l'aide sur Internet vont sur ces sites sans le vouloir vraiment et ils se font aspirer", dit Carolyn Costin, directrice du Eating Disorder Center of California à Los Angeles et auteure de Your Dieting Daughter... Is She Starving For Attention?. Une fois sur le site, on demande aux visiteurs de "garder la volonté", dit Costin. "On leur donne des trucs pour que leurs troubles alimentaires perdurent."

"Ces messages sont particulièrement nuisibles lorsqu'il est question d'une maladie telle que l'anorexie, caractérisée par une réticence à récupérer", affirme Costin.

La National Association of Anorexia Nervosa and Associated Disorders et d'autres défenseurs travaillent depuis des années pour mettre un terme à ces sites qui, selon eux, peuvent faire en sorte que les victimes repoussent leur traitement, voire qui déclenchent ces troubles chez de jeunes personnes vulnérables.

Cependant, certains chercheurs croient que, même s'ils sont troublants, ces sites méritent notre attention car ils pourraient offrir un aperçu de maladies déconcertantes avec des taux de rémission très faibles.

"Le fait que ces communautés existent pourrait générer une discussion très productive", dit Maria Mastronardi, une chercheuse en communication à l'Université de l'Illinois qui a récemment présenté un travail sur la "panique morale" au sujet des sites pro-ana.

Ce qui rend ces troubles difficiles à comprendre et à soigner est le secret dans lequel les victimes s'enferment en les cachant à leurs amis, à leur famille et à leur thérapeute. Maria Mastronardi croit que le discours franc que l'on trouve sur ces sites pro-ana pourrait fournir une idée des pensées et des sentiments d'un esprit anorexique ou boulimique.

Avec des noms comme Anorexic Nation, Invisible Existence et I Love You to the Bones, ces sites souvent élégamment conçus présentent des trucs facilitant la diète, comme consommer seulement du céleri, des boissons gazeuses diètes et des cigarettes; des slogans "mincepirants" comme "L'anorexie est un choix de vie, pas une maladie"; des galeries de photos de femmes émaciées et des salles de clavardage où les visiteurs partagent des histoires censées aider les gens à aimer leurs troubles alimentaires et à atteindre des objectifs de poids dangereusement bas.

Boire du vinaigre pour tromper les crampes de la faim
Parmi les suggestions retrouvées sur le site Good Anas Never Die: "Avalez deux cuillérées à table de vinaigre avant de manger pour aspirer tout le gras de votre nourriture, utilisez les Whitestrips de Crest (vous ne pouvez pas manger lorsqu'elles sont sur vos dents), convainquez votre cerveau que la douleur de la faim signifie seulement que vous êtes pleine et buvez de l'eau, de l'eau et encore de l'eau! N'oubliez pas, personne ne doit être au courant d'ana, alors si vous restez hydratée, vous risquerez moins de vous évanouir."

"Métabolisme en arrêt, besoin de conseils!" pouvait-on lire en entrant dans la salle de clavardage du site Pro-Ana Suicide Society. "Je respecte à la lettre le truc jeûne/réduction depuis un peu plus d'un mois, et je pèse neuf livres de plus que mon poids le plus bas. C'était trop élevé, mais c'est la vie... Cependant, je prends de 150 à 300 calories par jour depuis une semaine et je maintiens mon poids. Mon métabolisme a complètement disparu. J'imagine qu'il est temps de manger? Combien de calories me recommandez-vous et pendant combien de temps devrais-je le faire avant de reprendre ma diète?"

"Des fibres, les fibres sont la clé", répond-on. "Mange un morceau de bois... Non, les légumes verts sont bons, les concombres, le pain contenant beaucoup de fibres. Ce n'est pas une question de calories, mais de quantité de fibres."

Récemment, on pouvait lire sur Anorexic Files: "Selon moi, vous êtes toutes grosses. Peut-être que si vous passiez trois ou quatre jours sans manger, et faisiez de deux à six heures d'exercices intenses, certaines d'entre vous, grosses torches, perdriez quelques livres inutiles. Je mesure 6 pieds 1 pouce et je pèse 89 livres... Si je peux le faire, vous pouvez le faire aussi. FAITES PLUS D'EFFORTS. Ne croyez pas les personnes qui disent que ce n'est pas bon pour la santé, c'est parfaitement naturel de purger la nourriture."

"En fait, j'ai bien aimé lorsque tu m'as traitée de grosse", pouvait-on lire dans une des 12 réponses à cette discussion. "Je veux dire, merde, tu m'as motivée... Je sens que j'ai besoin d'en faire plus pour devenir mince... Ne lâche pas la négativité, ça aide. Traite-toi de grosse, regarde-toi dans le miroir, touche la graisse, tire-la. ARRÊTE d'en parler et FAIS-LE."

"Ma chouette, réplique une autre, je sais que tu aimes te faire traiter de grosse pour des raisons de motivation... À la place, je t'offre cette motivation POSITIVE: tu n'es pas grosse. Le fait que tu sois déjà mince, que tu puisses manger et que tu ne le fasses pas, en voilà une preuve de la force que plusieurs n'ont pas. NE LÂCHE PAS parce que c'est cette volonté, en plus d'un corps mince, qui est belle..."

Des messages accablants de la part d'amis et de familles peuvent occasionnellement être trouvés dans ces salles de clavardage, avec des messages de thérapeutes qui offrent des conseils.

La perte de poids et le sentiment de contrôle
L'anorexie mentale est un trouble psychologique marqué par une image déformée du corps et une pulsion d'avoir le contrôle en perdant du poids. En ne consommant que quelques centaines de calories par jour et en faisant de l'activité physique compulsive, les anorexiques sont souvent dangereusement maigres, mais se perçoivent toujours comme grosses. La boulimie, qui est très près de l'anorexie, consiste à manger à l'excès puis à se faire vomir afin de conserver un poids peu élevé ou normal.

Près de sept millions de filles et de femmes et un million de garçons et d'hommes souffrent de troubles alimentaires, selon un récent rapport de la National Association of Anorexia Nervosa and Associated Disorders, basée à Los Angeles. Quatre-vingt-six pour cent des victimes s'y rapportent à l'âge de 20 ans. Cinquante pour cent des gens en guériront, tandis que six pour cent en mourront.

"Plus de gens meurent d'anorexie que de n'importe quelle autre maladie psychiatrique", affirme Costin.

Les troubles peuvent être déclenchés par plusieurs choses, selon Steven Levenkron, psychothérapeute et auteur de plusieurs livres sur le sujet, dont The Best Little Girl in the World. Parmi ces déclencheurs, on retrouve les traumatismes d'enfance, tels que l'agression sexuelle et une jeunesse avec des parents alcooliques.

"L'isolement est un élément-clé de ces troubles, dit Costin. Tu es tellement mal nourri que tu évites tes amis et les sorties. Ce qui est propice à l'utilisation d'Internet pour bâtir une fausse communauté."

Costin affirme qu'elle a découvert les sites pro-ana grâce à des clients qui lui ont dit que ces sites les encourageaient à "rester chez eux et à ne pas se faire soigner".

Dans le milieu de la psychologie, ces troubles sont connus comme étant "égosyntoniques", ce qui signifie que les victimes aiment leur maladie, dit Costin. Étant donné que les anorexiques et les boulimiques sont "tout au mieux ambivalents" lorsqu'il est question de guérison, le fait d'aboutir sur ces sites, ce que font plusieurs lorsqu'ils cherchent de l'aide, ne fait que repousser leur traitement. "Ce type de soutien fait en sorte que les anorexiques ont plus de difficulté à surmonter la dénégation de leur maladie", affirme Costin.

Levenkron, qui conseille des anorexiques depuis plus de 30 ans, confirme que ce qu'il y a de pire avec ces sites, c'est qu'ils comblent le besoin d'avoir le soutien d'un ami, d'un parent ou d'un thérapeute. "Nous ne voulons pas qu'ils se lient d'amitié avec une voix malade et confuse."

Cependant, Mastronardi argumente qu'on trouve davantage sur ces sites. Les sites pro-ana procurent un forum pour que ces jeunes femmes puissent partager leurs voix, même très malades, sans être jugées. Et leur discours pourrait être une façon de comprendre comment elles traitent les messages concernant leur corps, la nourriture et la féminité.

Elles croient que les sites pro-ana sont une réponse à la société contradictoire et saturée de médias qui apprend aux femmes à changer leur corps à un très jeune âge.

Shannon Bonnette, 25 ans, qui a lutté contre l'anorexie et la boulimie pendant 16 ans, affirme que les sites Internet pro-ana l'ont aidée dans sa guérison.

"L'avantage est certainement l'honnêteté avec laquelle ces gens peuvent communiquer dans un environnement sans inhibitions", dit Shannon, une pompière volontaire en Ohio. "Toutefois, le problème, c'est que certaines de ces communautés virtuelles font plus qu'offrir un endroit pour être soi-même. Elles font la promotion de ce comportement, de cette maladie."

Shannon prétend que c'est en visitant ces sites qu'elle a pu voir "la réalité horrible et répétitive" de sa maladie. "Certaines personnes ne sont jamais revenues et nous avons entendu dire qu'elles étaient mortes. D'autres atteignaient leur poids idéal et étaient encore plus misérables qu'au début. Je me suis rendu compte que c'était un cercle vicieux et que si je ne m'en échappais pas, j'y serais emprisonnée et en mourrais probablement. Je crois que les gens ont besoin de remettre les pendules à l'heure."

Elizabeth Zwerling est professeure adjointe en journalisme à l'Université de La Verne en Californie du Sud.
Traduit par Julie Rozon
Repost 0
Published by eixerona - dans Revue de presse
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 23:00
"J'essaie de ne plus assister aux déjeuners du dimanche. Pendant deux heures, je tourne à vélo, j'ai le sentiment d'exercer là une liberté indéfinissable, d'y gagner quelque chose. Je ne sais pas quoi, mais je suis convaincue qu'un jour je le saurai.

Je pédale fort, je monte des côtes très longues, je ne regarde rien, je cherche à faire sortir quelque chose de mon corps, la graisse, la chair en trop, et autre chose de lourd, d'asphyxiant. Plusieurs fois par jour, je mesure le tour de mes cuisses avec un mètre ruban jaune, en trichant, dans un sens ou dans un autre, pour me convaincre que j'ai encore perdu un centimètre ou, au contraire, pour me meurtrir de n'avoir pas assez perdu. Je serre les cuisses pour vérifier que le passe bien entre elles, je mesure aussi mes bras. A chaque balance, je me pèe, plusieurs fois de sute, en cherchant souvent un appui, pour tricher encore.

J'ai éliminé les âtes, les pommes de terre, sous toutes leurs formes, le riz, le sucre, le pain, la confiture, les gâteaux, évidemment, le camembert et les glaces. J'ai dans ma chambre des tables de calories, et un "Que sais-je" de dietétique.

Je me réjouis à l'idée que mon estomac rétrécit. La nourriture envahit ma vie, mon corps remplit mon espace mental, je me trouve énorme, malgré les preuves des balances et des mesures. Autour de moi, les voix s'éloignent, je n'entends plus rien. Autour de moi, les choses se décolorent."

Geneviève Brisac, Petite
Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 23:00
 

Ce qui est pire que la tristesse: la decouverte que rien ni personne ne pourra jamais remplir le vide qui est en nous

Erik ORSENNA

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 23:00
« Vous allez prendre froid, lui ai-je dit. Vraiment vous ne voulez pas que nous rallumions votre feu ?...Allons-y.
« - Non il faut s'aguerrir
« - Quoi ? C'est du stoïcisme ?
« - Un peu. C'est parce que j'avais la gorge délicate que je n'ai jamais voulu porter de foulard. J'ai toujours lutté contre moi-même.
« - Cela va bien tant qu'on a la victoire mais si le corps succombe »
Il a pris ma main, et d'un ton très grave, comme s'il m'avait dit un secret :
« Alors ce serait la vraie victoire. »

André Gide, Les Faux-monnayeurs
Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 23:00
Tous les soirs ça hurle. Tous les soirs j'entends papa ou maman clamer : « S'il n'y avait pas la petite, il y a longtemps que je ne serais plus là ».
Ces chicaneries commencent à m'exaspérer.
Il m'est venu un matin une idée pour capter leur attention. Ne plus manger.
Je teste l'effet au repas du soir. Je refuse tous les plats. Leur réaction dépasse toutes mes espérances. Ils me parlent. Rien qu'à moi et tous les deux ensembles. Ca n'est pas arrivé depuis longtemps. Ils me disent « il faut que tu manges. » Je réponds : « Pour les mannequins, moins on mange mieux c'est. » Maman dit que non. Papa gronde maman pour m'avoir inculqué toutes ces idées débiles. Ils sont de nouveau au bord de la dispute, mais je les regarde et quelque chose les retient. Ils reviennent à moi pour me convaincre d'avaler au moins quelques bouchées.
J'accepte mais, les jours suivants, je fais monter la tension en réduisant encore plus les portions.
Je suis contente. J'ai trouvé le moyen de contrôler mes parents. Quand je ne mange pas, ils arrêtent de se disputer et, en plus, ils s'intéressent à moi.
Je les tiens !
Bien sûr, c'est difficile de se priver de ce petit plaisir, manger, mais le jeu en vaut la chandelle. D'ailleurs, moins je mange, moins j'ai faim. C'est tout bénéfice pour moi car mon corps entre exactement dans les normes impératives pour réussir le métier de top-model. Je deviens tout à fait filiforme, une vraie brindille. Super ! Je parviens à agir sur mon corps sans recourir à la chirurgie.
Plus fort encore, depuis que je ne mange plus, mes règles ont disparu. Double récompense. Si seulement j'avais découvert plus tôt cette méthode toute simple pour reprendre à la fois le contrôle de mon corps et celui de mes parents !
Maintenant qu'ils s'intéressent à moi, je ne veux plus jamais les entendre se disputer.

Bernard Weber « L'Empire des Anges »
Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 23:00
- Et comment vous reconnaissez-vous? Je veux dire, entre vous...

- Il n'y a pas de signes apparents. Il suffit souvent d'un rien. Un échange, un regard et...vous comprennez.

Guillaume MUSSO Et après...
Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 23:00

" Aux yeux de la plupart des gens, elle passait pour quelqu'un de stable et d'équilibré. Pourtant, il y avait en elle une fragilité qui remontait à son adolescence pendant laquelle elle avait plusieurs fois souffert de crises d'anorexie."



" Elle a dix-huit ans.

Cet été, elle est partie loin de chez elle pour encadrer un camp de vacances.

Maintenant, il est huit heures du soir. Elle est sortie se balader sur le petit port où les voiliers côtoient les embarcations des pêcheurs du coin. Le soleil orangé décline à l'horizon et enflamme le ciel. De loin, on dirait que les bateaux flottent sur de la lave en fusion.

Mais pour elle, c'est un soir de blues. Tout en se laissant bercer par le clapotis des flots contre la jetée, elle esquisse un bilan des quelques mois qui viennent de s'écouler.

Sa première année d'université a été un ratage. Pas tant d'un point de vue scolaire mais plutôt en ce qui concerne sa santé et sa vie amoureuse: elle s'est fourvoyée en sortant à deux reprises avec des types dans intérêt et elle n'a aucune véritable amie. Elle a lu beaucoup de livres, s'intéresse à l'actualité et à la réalité qui l'entoure mais c'est comme si une sorte de chaos régnait dans son esprit.

Au fil des mois, elle s'était repliée tout doucement sur elle-même, elle qui était pourtant si ouverte aux autres. Insensiblement, elle avait également réduit son alimentation, sautant petits déjeuners, goûters et mangeant de moins en moins au cours des repas principaux. Un moyen comme un autre de compenser ce désordre qu'elle sentait dans sa tête en créant une sorte de vide dans son corps. Mais à force de jouer avec le feu, elle avait fini par faire un malaise en plein amphithéâtre et l'univeristé avait dû faire venir un médecin."




"[...] chaque jour est un combat permanent, une lutte contre la force destructrice qui court à l'intérieur d'elle-même.

Tous les docteurs lui ont expliqué que son refus de s'alimenter exprime une souffrance qu'elle doit d'abord identifier si elle veut guérir.

Mais était-ce vraiment une souffrance?

Oui, on pouvait sûrement voir les choses comme ça. oh! elle n'avait pas eu une enfance difficile ni subi de traumatisme évident. Non, c'était quelque chose de plus diffus, un sentiment qui l'avait habitée dès l'enfance et qui se faisait de plus en plus pressant à mesure qu'elle grandissait."


Guillaume Musso Et Après

Dans cet extrait le narrateur raconte la "crise" d'anorexie que l'héroïne a connu durant son adolescence.Bien que ce soit d'un roman qui n'ait rien à voir avec les tca je trouve ce texte très juste
Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 23:00

Chaque battement de coeur secoue mon corps tout entier
Au rythme de me pression sanguine, j'oscille, je vacille.
Le corps presque incapable de bouger
Vertige et fatigue du jeûne.
Ivresse de l'esprit. Sensation de force. Epuisement du corps.
Il fait glacé dans mon crâne
Enfin mes pensées gèlent
Enfin mon âme est en voyage
Enfin mon corps se vide.
Je vole, vaporeuse, aux alentours de moi.
Je ne sais si mon coeur s'emballe ou s'arrête.
Transpercée par des vagues de froid, de peur, d'angoisses
Je m'endors, malgré moi.
Sereine et transparente, enfin.
Enfin je ne m'entends plus, me silence se fait.
Mon corps économise ce que je lui accorde comme force.
Instant de perte passagère, de vertige éphémère.
Nul autre vertige n'égale celui-ci, nul autre.
En vain, mon coeur bat et secoue mon corps

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 23:00
"Elle comprit que la décalcification était la cause de ce tourment. Pourtant, elle ne put se décider à reprendre ce maudit yaourt. Sans le savoir, elle était victime de la machine intérieure de l'anorexie, qui considère chaque privation comme irréversible sauf à ressentir une culpabilité insoutenable."

"Elle atteingnit l'âge de quinze ans. Elle mesurait toujours un mètre cinquante-cinq et n'avait donc pas grandi d'un demi-centimètre depuis son entrée à l'école des rats. Son poids 32 kilos.
Il lui semblait parfois qu'elle n'avait jamais eu de vie avant. Elle espèrait que son existence ne changerait jamais. L'admiration d'autrui, réelle ou fantasmée, lui suffisait comme rapport affectif."

Amélie Nothomb Robert des noms propres
Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations
21 octobre 2005 5 21 /10 /octobre /2005 23:00
Ce que je prefere, ce sont les epaules, aigues comme des ailes, les clavicules, que je peux entourer de ma main- clavicules, leur nom me semble poetique. Au niveau de la cage thoracique, mon infrastructure est tres evidente, et j'aime meme l'inquietant labyrinthe violet que dessinent les veines: comme la Femme Visible (cette terrifiante poupee que l'on peut demonter pour voir à l'interieur), j'approche la transparence."

Jenefer Shute Folle de moi
Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations