Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 10:29

Les experts en nutrition ont lancé en novembre 2010 un cri d’alarme. Ils ont passé au crible 15 régimes les plus pratiqués.

Voici les résultats de leur analyse publiée par l’Agence nationale de sécurité alimentaire de l’alimentation (ANSES).

 

Une reprise pondérale assurée

80% des sujets regagnent leurs kilos en un an et le poids augmente avec le temps. Cette fluctuation peut entrainer un risque cardiovasculaire, des désordres métaboliques et des perturbations des systèmes en endocriniens.

 

Un capital osseux entamé

Diminution de la masse minérale osseuse en moyenne de 1 à 2 % pour une perte de poids de 10%. Encore plus marquée et rapide chez les femmes proches de la ménopause ou après. Risque de fractures, d’ostéoporose.

 

Une perte de la masse musculaire

Quel que soit le niveau d’apport protéique, l’amaigrissement ne se fait pas uniquement aux dépends des réserves de masse adipeuse mais provoque rapidement fatigue et perte de la masse musculaire.

 

Un déséquilibre nutritionnel

Quasiment tous les régimes présentent des carences ou des excès. Certains ont des apports en protéines, lipides, sodium bien supérieures à l’ANC (Apport nutritionnel conseillé), d’autres en revanche ont des apports inférieurs (glucides, fibres, fer, calcium, magnésium). Quant aux besoins en vitamines C et E, ils ne sont pas couverts pour un tiers des régimes et la vitamine D fait défaut dans 77% des cas. Avec des conséquences inévitables sur la santé. Les régimes très pauvres en calories peuvent induire de façon aiguë une mort subite en lien étroit avec des troubles du rythme cardiaque. Ils peuvent également provoquer des inflammations et fibroses au niveau hépatique, des calculs biliaires. Un déficit en graisses (acides linoléiques) a une incidence plus élevée sur le risque de récidive de tumeurs colorectales. Une carences en magnésium peut aggrave le risque d’arythmie cardiaque chez les femmes après la ménopause. Une surcharge protéinée et sodée peut engendre un trouble métabolique qui se traduit par une fuite urinaire du calcium. Un bilan rénal s’impose pour les régimes hyperprotéines. La restriction en sucre est fréquemment associée à des troubles digestifs passagers, notamment la constipation liée à la baisse de la consommation de fibre.

 

Un danger physique et psychique chez les enfants et les adolescents.

Une diminution calorique associée ou non à une restriction protéiques entraîne un ralentissement de la croissance et du développement pubertaire. A ces risques s’ajoutent des troubles de l’ovulation (aménorrhée) mais aussi tendinites, déminéralisation osseuse, notamment chez les jeunes sportives.

 

Des troubles du comportement alimentaire.

Le régime tend à court-circuiter les signaux physiologiques de faim et satiété. Sur le plan comportemental, la perturbation, la restriction, aggravent très souvent le problème pondéral. La dépression et la perte de l’estime de soi sont les conséquences psychologies fréquentes des échecs à répétition.

 

Article tiré du magazine Pause Santé n° 13, article de Ghislaine ANDREANI

 

sb10069449r-001.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Eixerona - dans Régime - attention danger!