Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 23:25

Ce soir j’ai craqué et j’ai fini ma boite de pain d’épice au chocolat.

 

Je n’avais pas forcément faim. Mais je suis fatiguée, un peu stressée (jusqu’à fin décembre l’emploi du temps est plus que chargé + quelques soucis personnels pas trop), contrariée (parce que par moment la « colocation »craint du boudin…) et j’ai mal à deux doigts de la main droite (je me suis cramée avec du caramel le samedi de la Saint Nicolas et depuis je me cogne 1000 fois par jours ces deux doigts).

 

Je ne voulais en manger que un.

 

Mais je ne sais pas pourquoi j’ai pris la boite avec moi. Je me suis dit que prendre la boîte avec moi dans ma chambre n’était pas synonyme de continuer à manger…

 

Finalement je l’ai tous mangés les uns après les autres jusqu’à avoir mal à l’estomac.

 

P1090878.jpg

 

Bon ça me fait un peu chier à cause des calories en plus, il y la peur de grossir mais je sais très bien que non ça ne posera pas de problème. Même si en fin d’aprem j’avais cette fausse impression d’avoir du gras qui poussait sur mes cuisses à cause du Bagel bacon de l’aprem…foutu psychisme. Et puis je n’ai pas du tout envie de m’engouffrer les biscuits de Noel que j’ai préparés avec amour hier soir. Avant cet « écart » (enfin je ne sais pas comment l’appeler ce n’est pas une collation puisque je n’avais pas faim, ce n’est pas une gourmandise puisque je n’ai pris aucun plaisir, on va rester sur écart) aurait été le début d’une crise ou d’une compulsion. Non maintenant c’est fini. L’estomac est un peu lourd. J’ai soif. Je culpabilise quand même un poil et je crois que si je pouvais je verrais du stepper parce que là j’ai un besoin de me défouler et décompresser. Mais ça attendra demain matin.

 

Je me questionne quand même, pourquoi avoir fini cette foutue boîte de gingerbread ? Je veux comprendre, je ne veux plus subir.

 

Je n’ai pas tout mangé pour ne plus avoir la tentation. Ca fait des années que lorsqu’un truc me tente de trop et je n’hésite pas à le mettre à la poubelle avec du produit vaisselle dessus (cf un épisode de Sex and The City). Celui ou celle qui me dit que c’est du gâchis je l’emmerde car la question n’est pas là.

 

Je n’ai pas pris la boîte avec moi pour me lancer le défi de me créer une tentation stupide et ainsi voir si j’étais capable de résister. Ca fait une quinzaine que la boite traine à la maison à me narguer.

 

Je ne pense pas chercher à me punir de quoique ce soit.

 

Ce soir j’ai eu un grand moment de solitude. C’est peut être juste ça. Je suis allée à une réunion. Ca faisait longtemps que je n’avais pas vu tous ces gens. Même si certains étaient contents de me voir je me suis sentie extrêmement seule, comme si je n’étais pas à ma place, comme si j’étais transparente. C’est un pour ça que je n’y allais plus d’ailleurs même si ce n’est pas l’unique raison. Ca faisait longtemps que je n’avais pas eu cette sensation. C’est le genre de sensation que je pouvais ressentir avant. D’ailleurs sur le chemin du retour j’ai grignoté deux biscuits de Noël, j’en avais amené pour « fêter » mon retour et faire plaisir. Je me suis retenue d’ailleurs, j’aurais bien terminée la boîte. Parce que j’étais déçue. Parce que j’étais perdue. Parce que je me sentais seule.

 

C’est peut être juste ça ce besoin de se remplir un peu : me sentir exister.

 

Demain tout sera rentré dans l'ordre et ce sentiment sera un lointain souvenir.

 

 

127072475-copie-1.jpg

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Eixerona - dans Carnet de route