Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 10:47

Y a quelques jours, je me suis retrouvée en tête à tête avec une compulsion. Mais quelle garce, je ne l’avais pas invité, à ce que je sache…à moi que…

 

Ce jour-là j’étais juste affamée car je n’avais probablement pas suffisamment mangé les jours précédents. C’est vrai que je grignote sur le pouce que des trucs légers.

 

A un moment donné le corps dit « non mais moi j’ai faim ».

 

Ce ne fût pas une « grosse » compulsion. Vu qu’elle était le résultat de la faim ce n’était même pas une compulsion mais une fringale. J’ai terminé mon paquet de galette de riz avec de la vache qui rit, un mug de lait chaud par-dessus et voilà j’étais rassasiée. Pas besoin de manger autre chose, ma faim était calmée, et je ne suis plus dans le cercle je continue de manger pour me punir d’avoir mangé.

 

 

J’ai trouvé qu’il y a 3 grands types de compulsions (ou crises)

  • Celle dûe à la fatigue
  • Celle dûe à un trop plein d’émotions
  • Celle dûe à la faim

 

Peu importe pourquoi on compulse c’est qu’il y a une bonne raison. Autant l’accepter, de toute manière rajouter une ration de culpabilité ça sert strictement à rien, se punir sert strictement à rien aussi.


Je sais que c’est dur car les anorexiques sont grandes malades du contrôle et du moment qu’on perd le contrôle c’est le drame.

 

Par-dessus le marché on nous répète que la gourmandise est un vilain défaut. Non la gourmandise c’est juste bon et c’est important de se faire plaisir.

 

Qu’il ne faut pas manger sous le coup de nos émotions. Non mais c’est qui le crétin qui a dit ça ? Alors si on a un grand chagrin, une grande angoisse  on a le droit de se réconforter avec un peu de Nutella ?? Si on n’abuse pas et qu’on rééquilibre cet extra sur les autres repas.

 

Sous quel prétexte on refuserait à un gamin qui vient de tomber un gros câlin de réconfort ? Mais du moment qu’on devient adulte on nous dit de serrer les dents et d’apprendre à contrôler nos émotions. Et oui ça m’arrive de manger des aliments « doudou » quand ça ne va pas tout simplement parce que j’aurais besoin d’un gros câlin mais pas de bras pour m’en faire.

 

D’une part les émotions ça ne se contrôle pas. Ça se masque à la limite. Ceux qui disent tout contrôler sont des menteurs. Si on ressent des émotions ce n’est pas pour rien, c’est ce qui nous rend humain. Certes y a des moments où c’est chiant mais bon, je préfère être dépassée un peu par mes émotions qu’être une sociopathe en puissance.

 

Une autre fois après une journée épuisante, une compulsion s’est aussi invitée. Hop le reste de mimolette, des galettes de riz…une putain d’envie de se gaver, un poil de culpabilité qui chuchote de se gaver un maximum  parce qu’on est plus à ça prêt. Et finalement c’est mon corps lui-même comme un grand qui a dit « STOP, je n’ai plus faim ». Alors oui sur le coup ça m’a fait chier, des calories en plus…et puis après je me suis raisonnée, je sais très bien comment rééquilibrée ça. Je sais que je bouge beaucoup.  Que lorsqu’on mange par fatigue c’est souvent parce qu’il manques certains nutriments au corps.

 

Du moment que j’ai arrêté de culpabiliser sur mes compulsions (qui sont maintenant plutôt rares), que je les ai acceptées, j’en ai fait nettement moins et surtout elles ont été réduites en quantité.

 

Oui accepter c’est difficile, mais je crois que pour avancer dans les TCA il faut à un moment donné accepter et lâcher prise. Parce que de toute manière peu importe ce qu’on fait, si une compulsion doit arriver, elle arrive, alors au lieu de se battre dans le vide pour finalement perdre autant manger un truc qui nous fait envie. Et à force de procéder comme ça y a une certaine régulation. Bien entendu il faut aussi éviter de s’affamer, car les restrictions même tout droit à des compulsions ou des crises.

 

D’ailleurs j’ai lu un truc intéressant sur les compulsions, lorsqu’on en fait une se limiter à un aliment qu’on mange « à volonté » et il semblerait qu’on soit rapidement dégoutée. Mais bon je crois qu’il vaut mieux d’abord assouvir son envie de chocolat avant de se taper le pack de yaourt sinon bonjour la frustration.

 

calin.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Eixerona - dans Mes écrits