Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 12:29

07/06/2010 Le figaro.fr

Un travail physique et psychologique permet aux anorexiques de retrouver leurs repères et réacquérir la notion de volume.

 

«Nous voyons arriver des patientes anesthésiées sur le plan émotionnel et mais aussi sur le plan physique.» Les ateliers mis en place par l'équipe de kinésithérapie de Béatrice Després, dans le service du Dr  Pommereau, visent donc à aider les anorexiques à reprendre contact avec leur corps et leurs émotions. Chaque atelier repose sur des exercices conçus grâce à l'expérience acquise en particulier depuis l'ouverture de l'unité pour troubles des conduites alimentaires (UTCA) du Centre Abadie, à Bordeaux.

Dans le premier atelier, consacré à la motricité, les jeunes filles - Béatrice Després ne voit qu'un garçon par an - font des exercices très simples, semblables à ceux que font les enfants atteints de retard du développement. «Il leur faut retrouver une motricité spontanée car elles sont tellement dans le contrôle qu'elles ne savent plus faire des gestes aussi simple qu'enjamber une barre, souligne-t-elle. Les exercices permettent également de retrouver la représentation de leur corps dans un espace donné. Elles se voient comme démesurément grosses ou perdent la notion de volume. Elles ne pensent pas, par exemple, à se mettre de profil pour passer entre deux voitures, elles font toujours le tour.»

84437239.jpg

Un deuxième atelier, que les patientes appellent «musculation», leur permet d'accompagner la reprise de poids et de renforcer leur fonction cardio-respiratoire. «Elles prennent ainsi le temps de s'habituer à leur nouveau poids et c'est l'occasion d'aborder, tout en confiance, leur hyperactivité qui peut provoquer des déchirures musculaires ou des tendinites car les anorexiques ne connaissent ni douleur ni fatigue», ajoute Béatrice Després.

Les adolescentes anorexiques ont également beaucoup de mal avec le toucher, qu'elles peuvent apprivoiser dans l'atelier de relaxation. «C'est un sujet compliqué. Le massage entre dans la logique de destruction qui consiste à s'infliger des choses désagréables. Il faut donc être très prudent au début et utiliser un intermédiaire comme une balle pour éviter le contact de peau à peau», note-t-elle.

Atelier de relaxation

Béatrice Després a également mis au point, avec son équipe, un atelier d'expression corporelle qui permet aux jeunes filles, par le biais d'un enchaînement de mouvements conçu en groupe, de raconter une histoire en lien avec ce qu'elles vivent à l'extérieur. «Ce travail se fait en lien avec la psychologue et vise à leur faire prendre conscience que le corps parle et peut exprimer beaucoup de choses.» Un autre atelier se fait en lien avec le reste de l'équipe soignante : la morpho-pictographie. «À partir de silhouettes et de représentations symboliques de l'art primitif, en particulier de la préhistoire, nous les aidons à reprendre contact avec leurs cinq sens et avec leur féminité.»

Béatrice Després se repose sur l'ensemble de l'équipe de l'unité pour ses ateliers. «Le travail physique que nous faisons avec les jeunes filles peut être assez dur pour elles sur le plan émotionnel et il est essentiel de savoir que le reste de l'équipe saura comment réagir.» Les kinésithérapeutes en ville se sentent ainsi parfois très isolés face à des patientes anorexiques, surtout s'ils sont loin d'une équipe spécialisée, encore trop peu nombreuses en France.

 98898349.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Eixerona - dans Revue de presse