Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 15:36

Mannequins trop maigres : Paris n'en veut plus

 

 

Paru le : 30/03/2007 Le Parisien



L'événement
«CACHEZ CES OS que je ne saurais voir ! » Voici le message que viennent de lancer les élus parisiens au monde de la mode et de la haute couture. Le Conseil de Paris vient en effet de voter un voeu demandant aux organisateurs de salons et de défilés de ne plus employer des mannequins trop maigres. Des corps aux courbes généreuses et en bonne santé plutôt que des squelettes décharnés aux allures fantomatiques...
Après Madrid, New York et Milan, Paris se lance enfin dans une chasse aux anorexiques des défilés.
Un tabou tombe dans la capitale de la mode qui, jusqu'alors, avait tardé à montrer l'exemple. Récemment encore, les communiqués de la Fédération française de la couture refusaient de stigmatiser la profession. Mot d'ordre : « La mode ne se réglemente pas. » La mort très médiatisée de l'Uruguayenne Luisel Ramos, en août dernier, puis de la Brésilienne Ana Carolina Reston (40 kg pour 1,74 m), en novembre, deux mannequins vaincus par l'
anorexie, a brutalement changé la donne.
« Nous devons avoir une éthique. Aujourd'hui, quand les filles font un kilo de trop, elles sont recalées, dénonce Violette Baranda, conseillère de Paris (élue verte). Il y a des tordus parmi les couturiers qui font en sorte que les femmes soient de plus en plus filiformes. » Le ministère de la Santé planche sur le sujet L'adjointe en charge de l'artisanat, Lyne Cohen-Solal (PS), vient ainsi de proposer la création d'une charte de déontologie qui sera signée avec les professionnels de la mode. « On ne dit pas que la mode est coupable.
Il s'agit simplement de s'assurer que ces mannequins sont en bonne santé », commente l'élue. La Ville de Paris emboîte ainsi le pas au ministère de la Santé qui prépare en ce moment, sous l'égide du professeur Marcel Rufo, une charte avec l'ensemble des acteurs de la profession : Fédération de la mode, couturiers, publicitaires, journalistes, médecins, etc. « Le texte devrait aboutir d'ici la fin avril », explique-t-on au ministère.
Le monde de la mode changera-t-il pour autant ses pratiques? Certains en doutent. Le voeu des élus parisiens n'a d'ailleurs qu'une portée symbolique. « Il y a des couturiers qui vous disent que c'est plus chic de faire défiler des portemanteaux, c'est-à-dire des filles qui ont un minimum de chair, car les robes tombent mieux », remarque ainsi Patricia Grenier, directrice commerciale du Studio Rouchon, l'un des plus grands studios de photos de mode de Paris. L'exemple madrilène - cinq mannequins ont été interdits de défilé le mois dernier - semble en fait peu transposable à Paris. « La charte du ministère ne sera pas coercitive ; elle aura pour but d'informer sur les dangers pour la santé », ajoute-t-on au ministère de la Santé. Plusieurs couturiers seraient déjà prêts à signer le texte. « Il n'y a pas qu'un seul type de mannequin », remarque-t-on ainsi chez Jean-Paul Gaultier. Le couturier, qui refuse de s'exprimer directement sur le sujet, préfère renvoyer à ses défilés où se croisent « des minces et des rondes sur les podiums ». Le changement viendra peut-être des organisateurs de salons eux-mêmes. Ainsi le salon Interselection, salon international des collections de mode, qui se tiendra à Villepinte (Seine-Saint-Denis) fin avril, prévoit de faire la part belle aux « grandes tailles ». « Nous réfléchissons à l'organisation d'un défilé de femmes plus rondes, explique Isabelle Vermeulen, la directrice du salon, qui attend 6 000 professionnels. Le marché est là pour ce type de vêtements. Il n'y a pas que des tailles 36 dans la vie. »

 

Nicolas Fertin

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Angélique - dans Revue de presse