Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 17:00

Mon moral est toujours aussi capricieux de la mélancolie profonde il s’envole pour une brève période euphorique avant de retomber dans les méandres de la triste. Actuellement ce n’est plus un jour oui, un jour non, mais plutôt une heure oui, une heure non.

 

Ce matin j’annonçais fièrement à ma mère une semaine sans crise de boulimie. Je n’osais pas le dire car j’ai l’impression dès que je révèle une petite victoire la crise de boulimie ne tarde guère. A croire que ça me porte la guigne d’évoquer mes progressions.

 

Etant curieuse de mon poids, j’ai osé poser mes deux pieds sur le pèse-personne. Cependant ces derniers temps je ne me pèse plus à jeun mais après le petit-déjeuner car ainsi je sais que je pèse moins que ce qu’indique la balance. C’est hallucinant les plans qu’on peut monter pour se rassurer. Le poids est à la baisse. Pas assez à mon goût bien sûr ! Il est toujours trop normal, loin de mon idéal fantasmé.

 

Niveau alimentation actuellement je mets mes repas d’anorexique à la mode du régime IG (Index glycémique). Ce n’est pas que je prenne les propos des magazines féminins pour paroles d’évangile, mais après tout si jamais ils avaient raisons ?

 

« Le problème, c’est que l’insuline joue un rôle d’interrupteur sur les greniers à gras de l’organisme (les adipocytes). En position ‘on’ (c'est-à-dire en présence d’insuline), les adipocytes reçoivent l’ordre de faire des réserves de glucose sous forme de graisses. En position ‘off’ (en l’absence d’insuline), changement de programme, elles libèrent leurs réserves de sucre dans le sang pour fournir à l’organisme l’énergie dont il a besoin. En résumé, plus on consomme d’aliments à IG élevé, plus on augmente notre glycémie, et donc notre production d’insuline, laquelle délivre aux adipocytes son message fatal : stockez tout ! » BIBA avril 2007

 

Lorsque j’avais fait de psychophysiologie je me souviens très bien que le prof de biologie avant dit que si le corps sécrète trop d’insuline les adipocytes en profitent pour faire des réserves…

 

Bref depuis le mercredi il est hors de question d’avaler des aliments au dessus d’un IG  de 50, mais bien sûr je ne m’arrête pas là dans les aliments en dessous d’un IG de 50 je supprime les aliments gras  et les trop caloriques. Bref ma passion pour le pain est littéralement passée, je n’ose plus boire une goutte d’alcool, j’ai dit adieu aux carottes cuites…

 

Je me suis mise aux abricots secs (IG 35, et 18 cals pièce), je garde mes pommes (IG 35), j’ai essayé le quinoa…super bon…mais grosse culpabilisation après (car 152 calories les 100g cuits mais il paraît que cette céréale de la famille des épinards ne se comporte pas comme un féculent dans l’organisme) , j’ai gardé également les pamplemousses, mes yaourts 0% et la plupart des légumes…

 

Il paraît que la faim apparaît selon notre taux de glycémie dans le sang et c’est vrai que je n’ai plus de fringales.

 

Petite compulsion à 16h, besoin intense de me remplir…sainement en plus 3 pommes, une dizaines d’abricots sec, un yaourt 0% et un café au lait. Avaler uniquement des aliments à base glycémie car autrement « on bloque le processus d’amaigrissement pendant plusieurs jours. »

 

C’est dingue mais les médias avec leur fameux régime IG m’ont remise en restriction cognitive sans que je demande rien. Bon je sais que je suis plus sensible à cause de mes TCA de toutes les couvertures de magazines parlant de régime, à toutes les pubs pour les produits minceur et au soit disant modèle féminin filiforme…mais j’imagine que toute cette propagande de la minceur est très nocive pour les fillettes et les adolescentes surtout que ces dernières années ce matraquage ne cesse d’augmenter…on rajoute pas dessus les messages accompagnant les pubs de nourriture (Ne mangez pas trop gras, trop salé, trop sucré. Ne grignotez pas entre les repas), il y a de quoi déclencher des phobies alimentaires, un dégoût pour son corps car il ne ressemble pas à celui des magazines, et bousculant les plus fragiles (et prédisposées) dans la spirale infernale des TCA.

Bon je reviens à ma compulsion, je sais qu’elle ne gâche pas ma semaine sans crise, elle ne compte même pas à vrai dire pour une personne ne raisonnant pas à la manière de l’anorexique que je suis. J’essaie de me rassurer en me disant que c’est rien. Que malgré ma compulsion je n’ai pas une envie de me gaver plus. De l’autre côté la perfide anorexie me martèle l’esprit de reproches.

 

Bref je me sens énorme, telle une madame hippopotame.

La chose est simple ce soir je saute le repas et j’essaie de faire le plus de sport possible. Chose qui n’est pas gagnée car j’ai cette impression d’être une vraie loque. Avec près de deux années de sport intense (3 mini stepper usés, passage au vélo d’appart) en sous alimentation le corps se rebelle et bouger devient un véritable enfer…or je ne supporte pas ça étant donné qu’avec mon poids actuel (mon poids forme…ouin) je devrais courir comme un cabri.

 

Bref être une loque ça détruit le peu de moral que j’ai…et sinon c’est ma sœur qui s’en charge. Ces derniers temps elle est devenue une vraie peste. Hier soir elle m’agressait verbalement tout simplement parce que je lui ai fait la remarque que si le matin elle avait ouverte la porte du bas du buffet elle aurait trouvé le lait demi écrémé. Il n’y avait rien de méchant dans mes propos mais elle a pris ça comme une attaque, soit disant que je la traitais de glandeuse ! Elle ajoute que le matin elle est pressée, et patati et patata…et puis elle ajoute pleins d’autres reproches. Non mais elle se prend pour quoi pour me parler sur ce ton ? Je lui dis de se calmer mais rien n’y fait. Elle fait une vraie crise d’hystérie. La chose certaine c’est qu’elle m’a déçue et elle m’a fait mal à m’agresser sans raisons.  Si elle a des problèmes ce n’est pas à moi qu’elle doit s’en prendre. En plus je pense lui rendre assez service puisque ça fait des mois que je m’occupe de son fils le midi et ça sans jamais un merci. Pourtant ça l’arrange bien que je m’occupe de mon neveu comme ça elle mange tranquillement à la cantine du lycée et elle peut rentrer tranquille à la maison pour aller voir ses chevaux.

 

J’ai hâte d’être mi-avril, elle va enfin emménager dans son appartement en espérant que les travaux soient terminés. Je pourrais aider à arracher la tapisserie et autres, mais non j’en ai marre d’être la conchita de service. Même si c’est juvénile et immature, je n’adresse plus une parole à ma très chère sœur. Je ne suis pas de nature rancunière, mais je ne supporte plus d’être prise pour une  conne.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route