Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 23:28

 

Ce soir je me sens bien, je serais prête à le crier haut et fort par ma fenêtre. Ca faisait si longtemps que je n’avais pas senti un tel apaisement. Une petite pause dans la déprime histoire de se ressourcer un peu. Oui je pourrais être positive et me dire qu’à partir d’aujourd’hui la dépression et ses amies m’ont quitté pour de bon, mais ce serait surtout être utopique, la tristesse est malheureusement pour moi dominante dans mon caractère.

 

 

Qu’est-ce qui fait que ce soir je suis joyeuse et heureuse (enfin presque, il ne faut pas que je songe à ce corps) ? Déjà augmentation de mon antidépresseur, non il est augmenté seulement depuis hier. Quoique c’est certainement une aide pour atteindre la planète zenitude.

 

Il y a aussi deux projets, dont l’un va se réaliser si tout va bien. L’autre il faut que je l’affine, mais j’ai le temps. Il faut savourer ses projets.

 

 

Hier lorsque ma psychiatre m’a demandé comment je voyais l’avenir je lui ai répondu que je le voyais mal en point. Avec mes problèmes de santé je peine dans mes études supérieures alors que je pourrais sans problème enchaîner mes années d’études si tout allait bien. J’ai peu d’estime de moi, mais je sais quand même que je dispose d’un cerveau et je sais m’en servir…quoique en ce moment il soit en grève pour cause de malnutrition.

 

 

Depuis toujours je n’ai pas de projet d’avenir.

 

Je n’ai jamais eu réellement un projet de métier. Hum si je réfléchis bien si. Au collège j’avais fait mon stage en entreprise dans une crèche, ça m’avait bien plu énormément. J’avais alors l’idée de faire le métier de puéricultrice. Mais j’ai changé d’avis parce que j’ai pris en compte ce que pensait ma mère : difficulté des études d’infirmières, un petit salaire.

 

 

Et plus petite je voulais faire quoi de ma vie ? C’est une bonne question, je regrette de ne pas avoir écrit de journal quand j’étais gamine. Mais bon si durant de nombreuses années je n’ai plus tenu de journal c’était pour protéger mon intimité car ma mère ne se gênait pas et le lisait.

 

 

Au lycée, je suis allée en section L par dépit. Non je n’ai pas suivi cette section pour la passion de la littérature ou des langues. Les langues étrangères c’est vraiment pas mon truc…et j’ai galéré jusqu’en terminale notamment le latin (merci maman). La littérature, j’apprécie, mais je préfère me contenter de lire une œuvre ou bien encore d’écrire. Décortiquer un texte ce n’est pas ma tasse de thé même si je suis plutôt bonne dans l’acte.

 

Je n’ai pas pu me diriger en section scientifique à cause d’un mauvais professeur de mathématiques en seconde. En maths, je fonctionne bizarrement : si le prof est bon j’accroche et j’ai des bons résultats, si le prof est mauvais je finis avec 5 de moyenne.

 

Enfin me voilà en L, je trouve un peu de réconfort dans l’histoire géo et je regrette la biologie.

 

 

Visite de la conseillère d’orientation « alors avec  un bac L  x% vont en prépa, x% vont en bts et x% vont à la fac. Me voilà bien avancée dans l’histoire.

 

 

Le bac en poche je m’inscris à la fac et n’ayant pas de projets je commence un deug de lettres modernes (comme ma sœur) que j’arrête rapidement pour tenter de me soigner (raté). L’année passe et je me réinscris en lettres modernes, ça ne me plait pas mais je suis têtue. Encore une année non terminée.

 

La rentrée suivante je décide de me présenter au concours d’orthophoniste. Ne l’ayant pas eu je m’inscris en sciences du langage. Ce n’est pas une section difficile mais c’est dur à avaler. Première année nickel. Je bug au seconde semestre de ma seconde année. Anorexie trop présente, vision totalement noire de l’avenir. Aucun projet professionnel.

 

Qu’est-ce que j’aurais envie de faire au jour d’aujourd’hui comme métier ? Je n’en ai aucune idée. J’ai beau répertorié mes goûts favoris et mes passions la réponse reste nulle.

 

Je réfléchis, retourne mes méninges dans tous les sens, me rappelle des projets professionnels d’un jour…

 

 

La notion même de projet dépend finalement de mon humeur je crois. Et malheureusement pour moi elle varie trop souvent aux extrêmes. Je me suis toujours demandée d’ailleurs si je ne souffrirais pas de troubles bipolaires. Je ne souhaite pas avoir une collection de maladie mais j’aimerais trouver des réponses.

 

 

Je crois qu’il faudrait que j’en discute avec ma psychiatre, voilà j’ai trouvé le fil directeur de la prochaine séance. Nota bene : prendre un post-it pour le noter et puis coller sur l’écran d’ordi.

 

 

J’aimerais tant trouver enfin un objectif dans un avenir lointain.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lyla - dans Carnet de route