Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

26 avril 2006 3 26 /04 /avril /2006 21:14

Contre l'anorexie, une télé-thérapie ?

La télé en accusation

L'anorexie et la boulimie partagent une obsession du corps, une peur tenace de l'obésité. Elles se fixent, en les poussant à l'extrême, sur les critères de beauté de notre société, qui veulent qu'on soit mince si ce n'est maigre. A qui la faute ?

On accuse souvent les mêmes. "La mode, les magazines, la pub... véhiculent une image irréelle du corps de la femme qui va à l'encontre de la nature même du corps féminin, naturellement plus enrobé que celui des hommes", lit-on sur le site TaSanté.com. "Pour atteindre ce corps 'parfait', il faut descendre bien au-dessous de l'IMC (indice de masse corporelle) normal."

Royaume de la publicité, la télévision n'est pas épargnée par les critiques, surtout lorsqu'elle produit des émissions comme "J'ai décidé de maigrir". Dans ce programme de M6, six candidats avaient six mois pour perdre du poids, en essayant chacun une méthode différente et en étant suivi par un médecin et des caméras.

"J'ai décidé de maigrir" a suscité d'âpres réactions sur le forum de Vive les rondes. "Depuis toute à l'heure, je regarde cette émission qu'on peut qualifier de complètement ridicule... Une pauvre fille qui se dit grosse, alors qu'elle fait à peine plus de kilogrammes qu'une gamine de 12 ans, ça fait quand même pitié", notait une internaute ; tandis qu'une autre lançait : "M6, grande habituée du voyeurisme salace, n'a pas osé pousser le vice jusqu'à exposer des gros tas informes, comble de la monstruosité pour la majorité bien-pensante qui veut bannir les gens différents de la vie sociale et culturelle".

Ce programme n'a pas plus été apprécié par le professeur Guy Grand, du service de nutrition de l'hôpital de l'Hôtel-Dieu, à Paris. Interrogé par Doctissimo, il a répondu : "Cette émission illustre tout ce qu'il ne faut pas faire !". "Ce discours renforce l'idée que tout le monde peut et doit maigrir. C'est assez pernicieux car c'est totalement faux et c'est aussi extrêmement culpabilisant pour ceux qui n'y arrivent pas. Et cette apologie auprès du public de la restriction alimentaire ne peut qu'entraîner des problèmes."

M6 inciterait-elle à l'anorexie ? Sur son site, à la page de l'émission, on trouve un lien vers une formule de régime. A la décharge de la chaîne, lorsqu'on inscrit, dans la case "poids souhaité", un chiffre trop faible par rapport à sa taille, on obtient la réponse suivante : "Veuillez, avant de commencer votre questionnaire alimentaire, revenir à la page d'accueil et modifier votre objectif de poids avec un minimum de XX kg. Pour votre santé, nous ne pouvons accepter un objectif de poids inférieur".

Les reportages sur les victimes de troubles du comportement alimentaires ne sont pas épargnés par les critiques. Certains les trouvent trop mis en scène, plus attachés à faire de l'audience qu'à montrer la complexité du phénomène. Sur le forum de "Jour après jour", une victime de TCA s'insurge : "Mon coup de gueule, je l'adresse aux 'émissions' qui tentent de traiter le sujet. Comment voulez-vous parler de ça quand on ne sait pas ? Quand on ne le vit pas soi-même, on ne peut pas comprendre, et on ne doit pas se permettre d'en parler".

Ne faut-il plus parler de l'anorexie et de la boulimie ? Sans aller jusque-là, le psychiatre Philippe Jeammet, un de nos invités pour cette émission, explique ses réserves : "Pour les adultes, s'exprimer sur leurs comportements peut les aider à sortir de la honte et de la solitude. En revanche, pour les enfants et les adolescents, il y a un effet pervers : la contagion hystérique. Ils sont en quête d'un mode d'expression et ce genre d'émission peut le leur procurer. Par mimétisme et fascination, ils adoptent un comportement à la mode. Ils se disent : 'Si j'ai une maladie dont on parle beaucoup, c'est que je suis intéressant'".

Nicolas Filio

Sites visités entre les 12 et 14 avril 2004.

Partager cet article

Repost 0
Published by eixerona - dans Revue de presse