Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

25 mars 2006 6 25 /03 /mars /2006 15:00

 

Tout le monde croit faussement que l’anorexie et la boulimie se résume à un problème relationnel avec la nourriture ou le corps. C’est faux !

Le comportement que l’on a envers la nourriture ou la fixation que l’on a par rapport à notre poids sont de simples symptômes.

Les TCA révèlent le mal-être d’une personne, notamment des angoisses inconscientes et divers traumatismes psychologiques (ces traumatismes ne sont pas forcement graves, ça peut être parfois qu’une banale réflexion…).

Les TCA sont une névrose : le malade a une perception exacte de la réalité qui l’entoure et de son trouble. Dans son esprit, la réalité ne présente aucune altération profonde mais seulement une certaine déformation. (D’où la vision fausse de son corps…)

D’après Freud, les névroses sont l’expression de l'inconscient. C'est l'angoisse qui constitue le véritable moteur des névroses. Ainsi les névroses qualifiées de phobiques, d'obsessionnelles ou même d'hystériques ne représentent jamais que les diverses attitudes du sujet à l'égard de l'angoisse dont il est assailli.

Je reste donc persuadée qu’une approche nutritionnelle dans les TCA est totalement inutile et absurde étant donné que le problème n’est pas la nourriture. Par ailleurs une anorexique connaît toutes les règles de diététiques possibles et inimaginables, donc si elle désire manger sans grossir, elle a déjà toutes les clés en mains.

Je suis capable ainsi de faire des menus équilibrés sans aucunes difficultés, choss que j’avais fait lors d’une de mes tentatives de guérison il y a quelques années.

Le problème fondamental est que les TCA sont une béquille qui calme des angoisses existentielles et inconscientes. Du moment où l’on tente de quitter le monde est TCA on se retrouve de nouveau confronté à ces angoisses. C’est là qu’on rentre dans un autre cercle vicieux, car si on ne parvient pas à faire face à ces angoisses de base, on finit par se “réfugier” de nouveaux dans la sphère des TCA qui les soulage en partie.

Bref l’anorexique ou le boulimique est submergée par diverses angoisses et utilise la sphère alimentaire pour s’en décharger. Mais c’est là que tout se complique car les TCA amènent également leur lot d’angoisse : peur de grossir, peur de perdre le contrôle…

Le malade finit par devenir une boule d’angoisse à part entière, et se retrouver cloué sur place. Il ne souhaite qu’une chose : sortir de cet enfer mais il est tellement oppressé par l’Angoisse et l’Anxiété qu’il ne peut pas.

On reste souvent persuadé que pour guérir il faut tout d’abord agir sur les TCA, moi je ne suis pas d’accord. Je pense que le seul moyen de sortir de l’enfer des TCA est de trouver les angoisses inconscientes de base, et dans l’absolu si on les résout, les TCA n’ont plus lieu d’être ! C’est logique non ?

Bon il est certain que dans certains cas graves, c'est-à-dire une malade donc l’imc est inférieur à 15 il est nécessaire de la réalimenter, même de force pour qu’elle soit hors de danger niveau santé.  Pour tout malade dont l’imc est supérieur à 15, je suis contre l’alimentation forcée. Ce n’est pas en gavant une personne qu’on va la guérir, au contraire on va lui imposer des angoisses supplémentaires qui peuvent avoir un résultat totalement catastrophique et mènera la malade jusqu’au suicide.

Même si on la malade souffrant de TCA semble se complaire dans son trouble, c’est totalement faux. Personnellement j’aimerais manger comme tout le monde et faire du sport uniquement pour le plaisir. Mais je ne peux pas à cause de ces maudites angoisses qui m’étouffent, et le seul moyen que j’ai trouvé pour le moment pour respirer un peu c’est en maîtrisant la nourriture. Je suis bien sûre tout à fait consciente des résultats de cette maudite béquille : fatigue, problèmes physiologiques et physiques, solitude, dépression…

 

Pour oublier, certains se droguent, d’autres boivent…et d’autres sombrent dans les TCA, les toc ou toute autre psychologique…

Je ne sais pas comment atteindre le foyer de mes angoisses de bases, mais je reste persuadée que c’est sur ce point qu’il faut que je travaille pour résoudre le reste.

 © Eixerona ACAL 25 mars 2006 ©

Partager cet article

Repost 0
Published by eixerona - dans Mes écrits