Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 10:12

Je suis à bout de force que ce soit physique ou psychique. Impossibilité de se concentrer sur quelque chose. Rien que regarder la télé me demande un effort intense alors comment réviser ses cours et aller faire sereinement ses DS. Je ne suis pas allée en cours depuis vendredi. Trop de fatigue. Trop de stress. Trop d’angoisse. Ca ne m’empêche pas de culpabiliser. Souvent j’ai cette impression que les gens pensent que j’adore « sécher » les cours. Même si je n’ai jamais aimé l’école je n’aime pas louper moult journées de cours. Ne pas parvenir à prendre sur moi mes angoisses est un échec. Une fois de plus mon estime de moi en prend un bon coup dans la gueule. Mais personne autour de moi ne s’en rend compte. D’ailleurs est-ce qu’ils voient en ce moment ce mal-être qui m’étouffe, qui me tue à petit feu. Les années passent. Je n’avance pas. S’il n’y avait pas ce couple trouble alimentaire dépression j’aurais déjà fini mes études. Je me sens honteuse de rester bloquer dans les études, de ne pas être fichue de trouver sa voie. Les années passent, ça me fait peur. Etre adulte oui…mais bon j’aimerais malgré tout avec 4 ans de moins. Vingt ans ça me suffirait amplement surtout que je ne fais pas mon âge physiquement. Quand je dis mon âge les gens me regardent avec de grands yeux éberlués. Le temps passe trop vite. La maladie gâche ma vie année après année malgré mes efforts. Je n’en peux plus de me battre dans le vide pour arriver à rien. Non dix jours de bonheur par an ce n’est pas suffisant. On ne peut pas s’accrocher à si peu. On est en avril, normalement le moral devrait être meilleur. C’était toujours comme ça avant, fin mars début avril je me sentais mieux. En ce moment je me sens encore plus mal que durant mes périodes de spleen hivernal. Ca donne envie de tout arrêter. De se jeter par la fenêtre…mais bon du premier étage on a plus de chance de se rater et de se retrouver dans un fauteuil roulant. De rendre tous ses médocs…mais bon pour se retrouver à l’hosto avec un lavage d’estomac. Attendre. Attendre quoi ? Que par miracle la déprime s’envole. Que le désir de vivre revienne ? Que des désirs reviennent ? Actuellement je ne sais pas de quoi j’ai envie. Je n’ai plus de moteur à mon existence. J’étouffe. J’ai l’impression que ma cervelle se décolle comme dirait mon neveu. L’unique envie que j’ai c’est d’être dans ces bras à LUI, seul endroit où je me sens protégée et apaisée…

Partager cet article

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route