Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

26 décembre 2005 1 26 /12 /décembre /2005 18:30

Un esprit sain dans un corps sain

 

Gérard Apfeldorfer  


Il était une fois une jeune femme qui s’appelait Zoé et qui n’était pas la personne qu’elle aurait dû être. Comme elle était intimement persuadée que nous sommes ce dont nous avons l’air, la solution à son problème était simple : il lui fallait modeler son apparence pour devenir celle qu’elle voulait être. Zoé avait donc commencé par "relooker" son studio, sa voiture, son chien, ses vêtements et accessoires, son maquillage et sa coupe de cheveux, pour les mettre en conformité avec le modèle d’elle-même qu’elle chérissait au fond de son cœur. Mais c’était surtout le corps qui n’allait pas : elle était affublée d’une silhouette démodée, qui aurait sans doute fait l’affaire au début du siècle précédent, mais qui ne convenait guère à notre époque et à notre climat.

Pour commencer, elle fit une diète protéinée afin de perdre son gras inutile, qu’elle associa à deux séances hebdomadaires d’abdo-fessiers et à trois de "muscu". L’aquagym lui permit d’obtenir un muscle bien fuselé, tandis que la pratique de la salsa une fois par semaine lui conféra du pep. Comme Zoé aspirait à être une personne volontaire, dynamique, et dotée d’un brin de malice, elle demanda donc au chirurgien de lui faire un menton volontaire et dynamique, et des seins malicieux.

Bien sûr, il lui faudrait, par la suite, entretenir son investissement et, au besoin, faire des cures amaigrissantes, de la thalasso régénérante, gommer ses rides, retendre sa peau. Certains parvenaient ainsi à garder un corps de 20 ans durant trente, quarante ans, voire davantage encore.

Mais le corps n’est pas tout, se dit Zoé, qui n’était point sotte. Elle poursuivit donc le travail sur sa personne en faisant une psychothérapie, afin d’avoir un mental qui pense droit. Et comme un peu de religion ne pouvait pas faire de mal, elle s’octroya régulièrement de petites retraites dans un couvent bénédictin sur ses RTT. Zoé n’était pas mécontente : elle était l’œuvre de sa vie, avait sculpté son corps, son mental et, grâce à son tempérament artistique, ils étaient devenus parfaitement représentatifs de la personne qu’elle souhaitait être. Restait maintenant à trouver un homme assorti et sa vie pourrait commencer.

Tout, oui, tout était sous contrôle. La maladie, la vieillesse qui pouvaient détériorer son bel ordonnancement ? Il suffisait d’éviter la pollution, de manger sain, de boire sain, de penser sain, de vivre sain et, alors, on ne mourait pas, ou presque. Bienvenue au XXIe siècle !

PS : Ah, j’oubliais ! J’ai rencontré Zoé, reine de la maîtrise, après sa deuxième dépression, causée par son troisième lifting raté et qui lui avait fait prendre vingt kilos.

Psychiatre et psychothérapeute, spécialiste des troubles du comportement alimentaire, Gérard Apfeldorfer est l’auteur, entre autres, de “Maigrir, c’est dans la tête” (Odile Jacob, 2001).  février 2002

Partager cet article

Repost 0
Published by eixerona - dans Revue de presse