Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

5 novembre 2007 1 05 /11 /novembre /2007 03:49

sad.jpg« Un torrent de larmes, ça faisait longtemps…elles ne voulaient plus sortir, et voilà ce soir je n’arrive plus à les arrêter. Paradoxalement ça me fait du bien que cette douleur sorte sainement, mais ça ne résout pas tout.

J’ai mal. Tellement mal.

Je suis épuisée, fatiguée, à bout de forces.

Se battre en permanence contre moi-même et mes maux je n’y parviens plus. Sept ans que cela dure. Mais je ne peux pas laisser cette partie sombre de moi-même remporter la partie et perdre ce que j’ai durement gagné.

Ce soir c’est l’apothéose des pensées noires et suicidaires. Non je ne peux plus me taire. Je vais mal. Je le hurle et j’ai l’impression que personne ne m’entend. Mais c’est vrai qui voudrait s’encombrer de quelqu’un qui va mal ?

C’est statistique les gens se suicident généralement entre le dimanche soir et le lundi matin. Mourir un 5 novembre, ça serait peut-être pas mal ? Pourquoi ne pas passer à l’acte après tout, je n’attends que ça mourir. Ce n’est pas ce que je cherche avec mes comportements destructeurs ? Franchement ?

sad--146-.jpgMême le chien ressent cette douleur qui me déchire mes tripes et mon âme …il sent cette douce agonie au point qui ne me lâche pas d’une semelle. Dans son regard je vois qu’il est autant dépassé que moi par la souffrance que j’émane.

Non je n’en peux plus.

Cette journée m’a anéanti. Elle a été vide. Impossible de réfléchir, de se concentrer sur quelque chose, le moindre mouvement demandait un terrible effort. Le vide m’envahit. Dans ma tête il n’y a plus qu’un écran noir. Tout est gris autour de moi. Je me noie dans mon désespoir, cet ami indésirable.

Vraiment je n’en peux plus. Je suis plus qu’exténuée. Je ne parviens pas à me battre contre mes maux et à surmonter le monde extérieur. Je n’ai rien d’une super woman. Je suis fragile. Trop fragile.

Je suis brisée en 1000 morceaux.

J’ai peur seule dans le noir. Je suis terrifiée par mes pensées, par ce mal-être qui persiste, par cette non-vie dans laquelle je suis empêtrée et malgré mes efforts je n’arrive pas à sortir la tête de l’eau.

sad--37-.jpgPersonne pour me prendre dans ses bras et me dire que tout ira bien. Je tais un maximum mes maux autres pour ne pas gêner. Parfois j’en deviens désagréable, notamment avec ma mère. Et puis franchement qui voudrait s’encombrer de moi ?

Cette année les hommes qui ont traversé ma vie m’ont joué le grand jeu pour mieux déguerpir ensuite. Pendant ces passades amoureuses je me sentais tellement mieux, je me sentais revivre. Et puis à chaque fois la même litanie « Tu t’en remettras ». Pourtant j’avais dissimulé un maximum mes maux pour ne pas gêner. Pour ne pas être rejetée. Maintenant j’ai l’impression d’avoir été seulement l’objet de désirs…et une fois le désir obtenu on jette son nouveau jouet.

Non je ne me remets pas des abandons qu’ils soient sentimentaux ou amicaux.

J’en deviens froide. Ne plus s’attacher à qui que ce soit pour ne plus être déçue et être abandonnée.

sad--319-.jpgJe suis trop sensible. Je suis trop timide. Je suis trop à fleurs de peau. Je suis trop idéaliste. Je ne suis pas adaptée au monde contemporain où l’idéal est l’individualisme  et l’éphémère.

On me répète sans cesse que tout va s’arranger, que tout ira mieux, que la vie est belle, que je suis forte.

Le fil de l’espoir est en train de se rompre, il est rongé jour après jour.

La douleur est trop grande pour que je parvienne à attraper une main qui se tend…et puis qui voudrait me la tendre ? »

Partager cet article

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route