Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

7 octobre 2007 7 07 /10 /octobre /2007 14:27

75042943.jpgVoilà maintenant un mois que j’ai repris les cours. Mon BTS Economie Sociale Familiale me convient, c’est intéressant et surtout c’est une formation porteuse d’emplois. A 24 ans c’est vrai que je cherche avant tout une formation qui me permettra d’avoir un bon boulot. J’ai beau être malade, j’ai beau trop souvent détester la vie, une partie de moi à malgré tout envie d’avancer, d’avoir mon chez-moi et une petite famille.

Les cours ne sont pas de tout repos….presque 36h par semaine faut les digérer et les supporters. C’est souvent que je sens les larmes monter en cours, dans ces moments là je n’ai qu’une seule envie rentrer chez moi. Mais non je me force, malgré les coups de blues je m’accroche comme je peux.

Dès le lundi je ne vis que pour le week-end qui arrive…

Les premiers DS sont tombés, j’ai eu un 13,5/20 en physique. Je suis surprise d’avoir au dessus de la moyenne, j’étais persuadée d’un plantage total. Et puis seconde impression : j’aurais pu faire mieux.

73325318.jpgNiveau relationnel, je traîne un peu avec tout le monde dans ma classe. Je me suis un peu écartée de mon groupe de copines du début parce que je suis en décalage par rapport à elles. Elles vont la vie majoritairement en rose, et quand on se bat au jour le jour pour survivre ça devient lassant.

Ca fait 15 jours que je zappe la cantine. Je ne supporte pas y manger. Il n’y a pas toujours des légumes, et puis je vois du gras partout. Ensuite je ne m’y sens pas en confiance, j’ai l’impression d’être observée et jugée. Bref je crois que la semaine prochaine je vais simplement me désinscrire de la cantine.

Le poids a chuté en ne mangeant plus le midi, surtout que je ne prends même pas de pommes dans mon sac. Ma philosophie actuelle est de manger le moins possible. Je me rends bien compte que c’est totalement stupide mais c’est plus fort que moi. En plus le jeûn provoque une euphorie, donc ça entretient cette relation malsaine.

Bien sur le revers de la médaille, ce sont des crises de compulsions ou de boulimie. La culpabilité qui en découle est plus qu’énorme. Hier je ne fais que manger toute la journée. Tout ce que je pouvais trouver sur mon passage. J’ai cherché dans toute la maison où ma mère avait pu cacher les pops corn et les gâteaux. Je tuerais père et mère dans ces moments de folie pour avoir à manger. Rien ne peut m’arrêter. Je me fais peur et je me dégoute.

56590073.jpgPas de vomissements, pas de laxatifs. J’ai arrêté tout ça. J’ai essayé de compenser par du vélo mais avec la perte de poids mes genoux sont à nouveaux douloureux. J’ai donc fini par attraper une lame de rasoir…rien de catastrophique, juste une petite coupure…un peu de sang pour me soulager. Mais c’est pas normal de devoir faire ça.

Hier mon obsession pour la nourriture m’a empêché de faire quoi que ce soit dans la journée. Impossible de se concentrer pour travailler. Besoin de se poser dans mon lit pour digérer. Et culpabilité plus qu’intense.

Aujourd’hui je me sens toujours honteuse d’avoir manger comme une « truie » hier. J’ai l’impression que c’est écrit en gros sur mon front et j’ai cette impression aussi d’avoir pris 10 kilos d’un seul coup. J’ai beau savoir que c’est impossible, cette sensation ne veut pas s’en aller.

La restriction du début de l’anorexie sans un accroc ne dure pas. Cette restriction cognitive reste jusqu’à qu’on sorte du déni. Jusqu’à ce qu’on se rende compte qu’on ne mange pas. Ensuite les pulsions boulimiques de compensation arrivent. Avec les années les TCA sont mixtes, on alterne anorexie et boulimie, c’est tout simplement physiologiques parce qu’on ne peut pas vivre sans manger. Reste que lorsqu’on a connu la pure anorexie restrictive, les pertes de contrôle face à la nourriture sont plus que destructrices.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Angélique - dans Carnet de route