Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 20:28

 

L’horreur de la cellulite

 

 

72301835.jpgComment la femme est-elle amenée à consommer autant ? Parmi les pressions imposées par la société, celle de la minceur n’est pas la moindre. Tous les printemps, on explique à la femme comment chasser la cellulite, le « capiton ». La cellulite est la cible d’une véritable croisade.

L’idéal de beauté est aujourd’hui lié à un travail sur le corps : on veut nous faire croire que la cellulite est liée à une « mauvaise hygiène de vie », au stress, au laisser-aller, ainsi qu’à l’ingestion de matières grasses et de sucres…La cellulite, qui n’est pas spécifique aux femmes en surcharge pondérale, résulte d’un processus complexe qui implique le système micro-circulatoire  et le système lymphatique. Elle est décrite par les scientifiques comme un état normal qui maximise la rétention de graisse sous-cutanée pour assurer une disponibilité calorique adéquate à la grossesse et la lactation. En effet, la femme stocke naturellement les graisses en vue de la grossesse, afin de pouvoir nourrir son bébé. Autrement dit, la cellulite, c’est la femme. Vouloir éliminer la cellulite, partir à la chasse impitoyable au capiton, c’est chercher à enlever les seins, l’utérus ou les cheveux à une femme. C’est comme lui enlever sa féminité.

Plus encore, la présence de la graisse localisée au niveau des cuisses et des fesses, appelée lipomérie, est constitutionnelle chez la femme et représente pour elle une réserve d’énergie. Ces graisses localisées  –dont la culotte de cheval fait partie- persistent même après un régime bien conduit. Les causes de la cellulite sont d’ordre génétique, hormonal, vasculaire, alimentaire et neurologique. Ses mécanismes mettent en jeu la rétention d’eau, la fibrose et l’adipose (augmentation du nombre et du volume des adipocytes). La graisse cellulitique n’est pas la même que celle de l’obèse. Compactée par le phénomène de fibrose, elle est beaucoup plus difficile à déloger : le régime hypocalorique induit une fonte graisseuse et musculaire de la partie haute du corps, des joues, des épaules, de la poitrine, mais elle ne s’attaque qu’en dernier à la cellulite. Autrement dit, si on est obèse, on peut s’en débarrasser. Si on ne l’est pas, c’est pratiquement une mission impossible. Une étude menée par des chercheurs de l’Université de Cincinnati a montré que les traitements contre la cellulite et la perte de poids ont des effets variables. Si, dans certains cas, ils améliorent, dans d’autres, ils sont responsables de l’augmentation de la présence de cellulite. Dans la revue International Journal of Cosmetic Science, A. Rowling décrit les régimes comme étant des facteurs aggravants pour la cellulite, sauf dans le cas de l’obésité. Quant aux crèmes, anticellulite ou percutacaféine, au laser ou à la cosmétologie, leur efficacité à terme n’a pas été démontrée. Et pour cause, les théories de l’étiopathogenèse de la peau d’orange tendent à montrer qu’elle serait une spécificité anatomique du tissu sous-cutané de la femme. D’après les recherches du laboratoire de dermatologie de la Rockefeller University à New York, l’organe adipeux a pour fonction de réguler le système d’équilibre énergétique, de moduler l’ingestion alimentaire et le métabolisme d’autres substrats tissulaires grâce à une sécrétion glandulaire d’hormones et de parahormones. La cellulite serait donc bénéfique et positive. S’en débarrasser n’est pas seulement impossible, c’est une aberration.

 

Le corset Invisible, Eliette Abécassis, Caroline Bongrand

Partager cet article

Repost 0
Published by Angélique - dans Bibliothèque