Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

18 novembre 2005 5 18 /11 /novembre /2005 00:46

C'est en octobre que l'anorexie s'est vraiment réinstallée. Je ne mangeais plus rien. J'étais déterminée cette fois. Il ne s'agissait plus de "perdre du poids". L'expression me paraissait d'ailleurs absurde. Ce que je faisais était purement intérieur: je voulais explorer les limites de la faim, cette faim qui me faisait planer. Je mangeais des céréales la matin, buvais de l'eau le reste de la journée. Je transportais avec moi une bouteille de deux litres que je remplissais toutes les heures. Parfois à midi, je buvais un peu de jus de carotte.

[...]

Après l'école, je rentrais à la maison. Il n'y avait aucun bruit, hormis le pas traînant du mari dans son bureau. J'ouvrais le placard, remplissais un bol de céréales, mettais deux tranches de pain de mie avec du fromage dans le micro-ondes, enfournais les céréales dans ma bouche pendant que le fromage fondait, mangeais mes toasts en me beurrant du pain d'épice, mordais dans le pain d'épice en me versant un deuxième bol de céréales. Sortais la glace du congélateur, m'empiffrais de glace en me beurrant une tartine, croquais dans ma tartine en grimpant sur le comptoire pour attraper les petites gâteaux, les dévorais en jetant du riz froid dans un bol.

Si, par hasard, le mari me surprenait la bouche pleine, j'avalais rapidement, souriais et parlais de l'école. "Je crève de faim. On a jouré au foot aujourd'hui". Je repoussais ostensiblement le bol et attrapais le journal pendant qu'il se faisait un café. Je n'essayais même pas de ne plus penser aux céréales: je pensais à ce que je pouvais manger d'autre. Pas de panique. Il va bientôt partir, je pourrais continuer. S'il demandait "Tu es paralysée?" je riais tout simplement. Dès qu'il était parti, j'attrapais quelques tranches de pain, du soda Light, je montais dans ma chambre, fermais la porte, engloutissais le reste de nourriture, courais à la salle de bain, allumais le ventilateur, ouvrais le robinet, relevais le siège des toilettes, vidais le soda, vomissais. Vomissais jusqu'à ce que mes jambes flageolent. Puis je me raccrochais au lavabo. A la vie.

La vie, mon cul! Au mois de novembre, j'avais envie de mourir. J'en avais envie plus que tout. Tous les jours, je montais au pas de course l'escalier qui mène à la maison, essoufflée, j'ouvrais les placards en pensant: "Espèce de minable, goinfre, porc, grosse vache!". Toute la journée, mon ventre était douloureux et recrachait sa bile. Je titubais en marchant. Je recommençais à avoir froid.

Marya Hornbacher, Piégée

 

Partager cet article

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations