Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

27 octobre 2005 4 27 /10 /octobre /2005 23:00

 

Les anorexiques ont du mal à remanger normalement

Les jeunes filles anorexiques contrôlent longtemps les calories avalées


Paris, le 06/09/05. LJS.com


L'anorexie est un trouble dont on a du mal à se défaire. Les jeunes filles malades veulent tout contrôler : leur poids et leur alimentation. Et il semble difficile pour elles de perdre ces mauvaises habitudes. Même quand elles semblent guéries et qu'elles ont récupéré un poids satisfaisant, elles mangent moins que les autres.

Le Dr Robin Sysko de l'université Rutgers de Piscataway a en effet testé le comportement alimentaire de 12 jeunes filles hospitalisées pour cause d'anorexie et de 12 autres jeunes filles non malades. Chacune s'est retrouvée seule à table, devant un verre opaque et une paille. Le verre contenait une sorte de yaourt à la fraise. Aucune des participantes ne savait ce qui se trouvait dans le verre. Ni combien de calories ce repas pouvait apporter.

Les chercheurs ont proposé aux jeunes filles de manger ce qu'elles voulaient, en considérant que ce verre contenait leur déjeuner. Sans surprise, le groupe contrôle a plus mangé que le groupe composé d'anorexiques. 490 grammes de « milk shake » à la fraise contre 104 grammes.

Mais, et c'est là que l'expérience devient intéressante, les jeunes filles se sont retrouvées une nouvelle fois, quelques mois plus tard, devant leur table, leur verre opaque et leur paille. Onze anorexiques semblaient alors guéries et avaient retrouvé un poids normal. Malgré cela, elles se sont largement différenciées du groupe témoin en ne mangeant que 178 grammes de yaourt. Plus que lors de la première expérience mais nettement moins que dans le groupe témoin.
Même guéries, les anorexiques ont du mal à retrouver des habitudes alimentaires normales. « Les anorexiques ont trouvé cette expérience très difficile, raconte le Dr Robin Sysko, le plus dur était de ne pas savoir ce qu'elles mangeaient et surtout combien de calories ce verre pouvait contenir. »

Le chercheur américain espère désormais pouvoir mettre au point de nouveaux moyens qui permettraient aux anorexiques de retrouver plus rapidement en sortant de l'hôpital des comportements normaux vis-à-vis de l'alimentation. Ceci passerait par la réduction des angoisses et des peurs que ces jeunes filles ressentent face à la nourriture.

Clémence Lamirand

Partager cet article

Repost 0
Published by eixerona - dans Anorexie