Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

27 octobre 2005 4 27 /10 /octobre /2005 23:00

 

La dépression pourrait précéder l'anorexie

Troubles alimentaires : des femmes dépressives très jeunes

Paris, le 30/04/04. LJS.com

On pense souvent que les femmes souffrant de troubles alimentaires ont tendance à devenir dépressives. Une étude américaine vient cependant de montrer que l'inverse est également très fréquent. De nombreuses femmes suicidaires auraient été dépressives bien avant de tomber dans l'anorexie ou la boulimie.

Pour en arriver à ces conclusions, le Dr Lisa Lilenfeld (Université de Géorgie à Atlanta) a suivi 54 femmes qui souffrent de troubles alimentaires. 27 d'entre elles avaient déjà fait une ou plusieurs tentatives de suicide.
Dans ce groupe de 27 personnes, les deux tiers ont été touchés très jeunes par une grave dépression avant de connaître des troubles alimentaires. Dans le second groupe, celui des non suicidaires, une seule jeune femme a connu cette maladie dans son enfance.

Les chercheurs confirment que les personnes qui souffrent de troubles alimentaires ont un risque assez élevé de devenir dépressives par la suite. Mais ils précisent également que celles qui ont (ou ont eu) des tendances suicidaires ont connu la dépression plus tôt et plus fréquemment que les autres. L'anorexie ou encore la boulimie seraient donc, dans ce cas, des problèmes « secondaires », consécutifs à des troubles psychologiques plus anciens.

Lilenfield L. : Axis I comorbidity onset and parasuicide in women with eating disorders. Int J Eat Disord. 2004; 35(2): 190-197.
(28/05/2004, L.Q.S.)

Partager cet article

Repost 0
Published by eixerona - dans Revue de presse