Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

27 octobre 2005 4 27 /10 /octobre /2005 23:00

 

extrait de mon journal 27 janvier 2005

Je suis morte à l'intérieur. Au bout de 5 ans d'anorexie, de dépression et de desespoir je suis morte, je suis un zombie qui fait semblant de vivre puisqu'il faut.

Je fais donc des efforts pour paraître, pour avoir un semblant de vie normale.
Mes sentiments sont anesthésiés, je ne sais plus aimer, je ne sais plus prendre du plaisir, je ne sais plus ce qu'est le bonheur. Pourtant je ris, je discute, par moment je semble heureuse, mais ça ne dure pas, ce n'est qu'une apparence.

Je suis enfermée derrière les barreaux, derrière les barbelés de ma conscience, de ma culpabilité. Je meurs de faim à petit feur, je tombe de fatigue, je travaille comme une forcenée. Je suis mon propre bourreau et sadique par dessus tout puisque j'en prends un certain plaisir.

Peut être ne suis je capable aujourd'hui que de ressentir la douleur? Ressentir, sentir quelque chose, n'importe quoi...peu importe me sentir moins vide. Faire apparaître la douleur, le desespoir, la tristesse de ce bagne forcé sur ma peau. Tant pis pour les marques, je m'en moque. Ma vie sociale est quasiment inexistante, je vis comme je peux en me refugiant dans mes rêves qui jour après jour s'appauvrissent et me rapprochent de la douloureuse réalité, celle qui me fouette le corps chaque jour de ma misérable vie. Je n'ai plus la force de me rebeller, de lutter, je n'ai pas la force d'en finir, de me tuer.

Je suis allée à mes examens de fin de semestre parce que je n'avais pas le choix. Meme si j'existe dans une non vie, il faut faire semblant, il faut être comme tout le monde, il faut faire plaisir aux gens sui nous aiment bien que notre flamme de l'espoir s'essouffle peu à peu.

Le bonheur, la vie, je n'y crois plus...


Partager cet article

Repost 0
Published by eixerona - dans Carnet de route