Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

26 octobre 2005 3 26 /10 /octobre /2005 23:00

 

"C'était un lundi soir, et depuis trois jours, Elise avait 15 ans.
Comme chaque année, son père lui avait demandé quel était, pour ce soir-là, le menu de ses rêves. Il lui avait fait d'alléchantes propositions à base de foie gras sur échevellements de salade verte, mais elle avait répondu qu'elle était végétarienne; puis il lui avait soumis des noix de Saint-Jacques aux petits légumes, qu'elle avait refusées pareillement.
Elle s'était finalement décidée pour une terrine aux champignons, suivie d'un loup au fenouil et d'un fraisier.
- Un fraisier? s'était étonné son père, tu ne veux pas de la forêt-noire traditionnelle?
Mais Elise avait tenu bon, arguant qu'elle supportait de plus en plus mal le chocolat.
- Mais "mon" chocolat, s'était obstiné le cuisinier vexé, tu ne peux pas ne pas le supporter! Il est d'une qualité exceptionnelle, tu le sais bien! Alors...je la fais cette forêt-noire?
- Non, vraiment, je n'y tiens pas, prépare-moi un fraisier."



***** ***** ***** *****


"Le fraisier était là et Elise ne puvait s'empêcher de regarder avec inquiétude son décor de chantilly et de fraises fraîches et de comptabiliser le nombre de calories que représentait le gâteau. (...)

Le couteau levé s'abattit dans les guirlandes de chantilly, fendit en deux une grosse fraise, écarta les bords de la génoise, heurta le plat à dessert avec un bruit de menue guillotine.

Elise soupira: maintenant que le gâteau était découpé, il allait falloir le manger.
- Donne ton assiette, chérie...
- Une petite par s'il te plaît, je n'ai plus très faim.
- Il est léger, il se mange sans faim!
- D'ailleurs, ce n'est pas pour ce que tu as mangé!
- C'est vrai: une part de terrine minuscule, un petit morceau de loup...Et tu n'as même pas pris de fromage!
- Tu sais bien q'elle s'est mise au régime.
- Au régime! Au régime! Pas le soir de son anniversaire, quand même!... voilà...Une jolie part...Et tu es priée de tout manger!

Elise regarda avec inquiétude son assiette sur laquelle se dressait, triomphant, le triangle de gâteau, coupé bin net.
Elle saisit d'un geste hésitant sa petite cuillère en argent, la tint un instant immobile au-dessus du mélange rouge et blanc puis, avec décision, l'abattit sur le gâteau.
Elle mangea comme on se noie, sans respirer, sans se délecter de la légèreté du biscuit avivée par la fraîcheur un peu acide des fraises.
Elle racle consciencieusement les miettes de génoise attachées à l'assiette et lécha sa cuillère.
- A la bonne heure! Voilà ce qui s'appelle faire honneur au dessert! s'écrira son père. En veux-tu une deuxième part?
- Non merci, ça ira...Je peux sortir de table un instant? Je reviens tout de suite..."




***** ***** ***** *****



" Sous les bougies, il y avait le fraisier, et quand je l'ai vu sur la table, j'ai eu l'eau à la bouche: j'avais une envie sauvage de le dévorer en entier...Et puis, immédiatement, je me suis souvenue de mon régime et de toutes les calories et les graisses que ce gâteau devait contenir...
J'ai essayé de dire que je n'en voulais qu'une petite part, mais papa a insisté...Alors...Alors, j'ai craqué! C'est ce que tu voulais que j'écrive? J'avoue, j'en ai mangé, un morceau imposant, comme une morfale, et je l'ai trouvé délicieux!
Mais, dès que j'ai eu terminé, j'ai eu affreusement mal à l'estomac, j'ai quitté la table et je me suis précipitée dans les toilettes. Pour vomir. C'était la première fois, mais j'étais obligée car je ne pouvais pas, vraiment pas, garder en moi toutes ces calories. Je n'avais pas le droit de gâcher des mois de privations et d'efforts à cause d'un bout de gâteau! Je n'avais pas d'autre solution...Après, je me suis sentie mieux, comme soulagée d'un gros poids.
Lorsque je suis revenue à table, maman m'a demandé si j'allais bien. Je ne lui ai pas menti en lui répondant que je ne m'étais jamais sentie aussi légère. Comme si je n'avais pas mangé."



Journal sans faim, Marie Bertin et Roselyne Bertin

Partager cet article

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations