Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

J'ai 29 ans.


Je suis jeune maman heureuse et épanouie.

 

 Je vais mieux depuis 3 ans

 

Le monde médical me considère guérie.


J'ai vogué entre anorexie restrictive et anorexie compulsive depuis mes 16 ans.

 

J'ai souffert également de dépression et de troubles anxieux.

 

La guérison est un chemin long et difficile, ce n'est pas une question de volonté.

 

Je n'ai jamais voulu être anorexique,je n'ai jamais cherché à être anorexique.

 

 

Pour m'écrire: eixerona@hotmail.fr 

 

Recherche

Citation

  Moi, je veux tout, tout de suite, et que ce soit entier, ou alors je refuse! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite, ou mourir.

 Antigone Jean Anouilh

 


 
"Coucher par écrit mes pensées me libère et m'aide à supporter le quotidien, dans ce qu'il a précisément de plus insupportable"  

Jean Molla  

Archives

°~°~° Bienvenue °~°~

un--55-.jpg

Ce blog ne fait pas l'apologie des troubles du comportement alimentaire.

L'anorexie et la boulimie ne sont ni des jeux, ni des caprices.  

Ce sont des pathologies graves pouvant avoir comme issue fatale la mort.

25 octobre 2005 2 25 /10 /octobre /2005 23:00

 

 

"Maigrir, venir à bout de sa graisse requérait toute son énergie. Car après la victoire des premiers kilos envolés, la balance semblat de nouveau endormie. Plus rien ne bougeait.

Alors, Dina, décida de noter sur un carnet les aliments qu'elle s'accordait encore: des laitages, du pain, du thé non sucré, des fruits.

Elle élimina le pain et reprit confiance en sentant son estomac gargouiller d'impatience. Le processus semblait remis en route.

Dès ce jour, elle s'employa à décomposer les aliment chaque fois qu'ils s'imposaient à son esprit dans un dessein tentateur. Du gras et du sucre, voilà ce que contenaient la plupart des trucs. Très mauvais pour elle."





"De jour en jour, ses vêtements devenaient trop grands pour elle. ENFIN!
Un soir, en rentrant du lycée, Dina s'allongea à même le plancher de sa chambre et passa sa main sur la ligne saillante de ses hanches. La journée avait été fatigante, avec une série de contrôles en maths, en physique, en bio. A un moment, elle avait cru qu'elle allait s'évanouir. Laure, sa voisine, lui avait demandé ce qui se passait.

- Rien, avait soufflé Dina, courbée en deux sur son bureau.

Des chapes de brume noire dansaient devant ses yeux. Le vide total. Elle avait enserré ses tempes entre ses mains et, peu à peu, la concentration était revenue."



"Dina jubilait chaque fois qu'elle croisait le reflet de sa silhouette dans une porte vitrée ou bien un miroir. La graisse avait cédé le pas à la charpente osseuse. Quarante-deux kilos pour un mètre soixante-cinq! Presque une victoire."



" Une fois en sécurité à l'étage, elle se déshabillait et, armée d'un mètre de couturière, elle mesurait soigneusement le tour de ses poignets, de ses cuisses, de la sa taille, de ses hanches. Tout était répertorié dans un carnet qu'elle gardait caché au milieu d'une pile de vieux cahiers du primaire.
D'un jour à l'autre, les mesures ne variaient guère, la plongeant parfois dans un abîme de découragement. Que faire pour accélérer le processus? Elle revoyait en pensée le peu de choses aborbées au cours de la journée. Du thé en quantité, et puis quoi? Elle demeurait ainsi, la boucje entrouverte, le stylo à la main, en étt de réfléxion intense, mais rien ne venait, que le vide."



"Etudier lui était devenu indispensable pour supporter le vide de son existence. Désormais, son temps se découpaint en petites sections bien structurées, échappant aini à l'ennui. Les journées se succèdaient les unes aux autres, selon un emploi du temps bien net: le matin, Dina partait seule au lycée. Elle s'arrangeait pour arriver juste au moment de la première sonnerie, ce qui lui évitait de traîner au milieu des autres. Puis les cours démarraient. A midi, le supplice du self avait pris fin le jour où Dina avait réalisé qu'elle pouvait simplement faire le circuit habituel (dépose de sa carte magnétique de demi-pensionnaire dans l'appareil enregistreur , choix de quelques plats qu'elle lançait à l'aveuglette sur son plateau, brève halte sur une table, passage par les poubelles, et dépose du plateau en bout de circuit), puis sortir du self quelque dix minutes plus tard sans que personne ne l'intercepte.

Après le self, il restait un long moment à tuer, que Dina passait à lire sur un banc, à l'écart. Personne ne venait la déranger. Personne ne semblait en avoir ni l'idée, ni l'intention, ce qui tombait bien. Puis les cours reprenaient, et enfin, Dina rentrait chez elle. Elle s'enfermait dans sa chambre et se jetait sur on mètre pour vérifier si elle avait encore minci.

Ensuite, il y avait de nouveau sa mère à affronter, puis le dîner. Mais [ sa mère] ne lui demandait pratiquement plus rien, et le repas s'écoulait de la même façon que le sable d'un sablier passant d'une alvéole à l'autre: fluide et silencieuse."


Pouvoir se taire, et encore Marie-Sophie Vermot

Partager cet article

Repost 0
Published by eixerona - dans Extraits et citations